Feuille de laurier (outil paléolithique)

outil en silex du Solutréen

La feuille de laurier est un outil préhistorique en pierre taillée caractéristique de la période du Solutréen. Il s'agit d'une pointe foliacée réalisée par façonnage d'un gros éclat ou d'un bloc de roche. Ce biface doit son nom à sa morphologie générale qui évoque celle d'une feuille de laurier. Certains archéologues pensent que ces outils servaient de couteaux pour découper la viande et dépecer les animaux. Mais elles sont tellement fines qu’elles cassent facilement. De ce fait d’autres archéologues supposent qu’elles n’avaient de rôle que symbolique, peut-être de prestige[1].

Les exemplaires les plus grands, qui peuvent atteindre plus de 30 cm de long, témoignent de la mise en œuvre de différentes techniques (retouche par pression, chauffe du silex) et ont été réalisées par des tailleurs d'une compétence exceptionnelle[2].

La feuille de saule est une feuille de laurier plus longue et plus étroite. Elle correspond au Solutréen final[3].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. [Moncel & Fröhlich 2009] Marie-Hélène Moncel et François Fröhlich, L'homme et le précieux : matières minérales précieuses, Oxford, John and Erica Hedges Limited, (présentation en ligne), p. 305.
  2. [Pelegrin 2013] Jacques Pelegrin, « Les grandes feuilles de laurier et autres objets particuliers du Solutréen : une valeur de signe », Revue archéologique du centre de la France, no 47 (Supplément) « Le Solutréen 40 ans après Smith'66 »,‎ , p. 143-164 (lire en ligne [sur persee]).
  3. Michèle Julien, « Solutréen », sur universalis.fr (consulté en ).

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • [Biard & Hinguant 2015] Miguel Biard et Stéphan Hinguant, « Regard typo-technologique sur les productions lithiques foliacées du Solutréen de la vallée de l’Erve (Mayenne, France) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 112, no 2,‎ , p. 213-234 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Morosan 1934] Nicolas Morosan, « La plus jolie « Pointe en feuille de laurier solutréenne » de la Roumanie. Son importance archéologique et géologique », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 31, no 10,‎ , p. 451-457 (lire en ligne [sur persee]).