Festival interceltique de Lorient 2015

Festival interceltique de Lorient 2015
Image liée à la cérémonie
45e Festival interceltique de Lorient
Détails
Dates Du 7 au
Lieu Lorient, France
Président Guy Gestin
Directeur artistique Lisardo Lombardía
Site web www.festival-interceltique.bzh
Chronologie

La 45e édition du Festival interceltique de Lorient, qui se déroule du 7 au , est un festival réunissant plusieurs nations celtes. Les Cornouailles et l'Ile de Man sont les nations invitées, c'est alors la premières fois que deux nations occupent conjointement l'affiche du FIL[1].

Les têtes d'affiches de cette édition sont Charlie Winston et Simple Minds, ou encore des artistes comme Denez Prigent, Carlos Núñez, ou le Bagad Melinerion. Au total un eu plus de 4 329 artistes participent à cette édition. La fréquentation enregistrée monte alors à 750 000 festivaliers, soit l'une des plus importante de l'histoire du festival.

L'association qui porte le festival doit organiser cette édition dans un contexte de réduction des coûts, les éditions précédentes ayant causé l'accumulation d'un important passif. Le bilan final fait ressorti un bénéfice de 154 000 € pour cette édition.

PréparationModifier

Pays InvitéModifier

L'annonce du pays invité pour l'édition 2015 a lieu le , dans les derniers jours de l'édition précédente. Pour la première fois dans l'histoire du festival, deux nations celtes sont alors réunies pour animer conjointement l'évènement : l'île de Man et la Cornouailles[2].

Un visuel centrée autour de la symbolique de l'épée est dévoilé le . Il est créé par l'entreprise lorientaise Orignal communication. Le visuel renvoi à la fois à la légende arthurienne, dont la Cornouailles est l'une des foyers, et dont l'épée magique Excalibur est un des éléments centraux, mais aussi à la mythologie celtique, l'épée Fragarach (en) étant l'arme du roi légendaire Manannán mac Lir, qui aurait donné son nom à l'île de Man. Le visuel reprend aussi le code couleur des pays invités, le blanc et le noir pour la Cornouailles, le rouge et le blanc pour l'île de Man. Le thème choisit pour cette édition « promontoires en mers celtiques » est lui suggéré par des vagues en fond. Le festival indique par la même occasion basculer son site internet en .bzh[3].

ProgrammationModifier

 
Lisardo Lombardía et Constance de Polignac lors de la soirée d'annonce de la programmation 2015.

La programmation est dévoilée par Lisardo Lombardía le lors d'une conférence de presse au grand théâtre de Lorient. Des têtes d'affiches comme Charlie Winston, Simple Minds, Denez Prigent, Carlos Núñez, ou encore le Bagad Melinerion, vainqueur cette année-là de l'émission La France a un incroyable talent sont alors mis en avant par l'organisation[4],[5]. Un peu plus de 200 concerts et animations sont alors annoncés[4].

Si le directeur du festival Lisardo Lombardía déclare alors avoir « réussi une programmation riche et variée »[6]. France 3 Bretagne parle alors d'une édition avec « quelques grands noms », retenant surtout les changements de sites et la baisse du budget annoncée[4]. Ouest-France retient lui la présence de Charlie Winston et de Simple Minds, et une affiche complétée avec « des habitués du festival »[6].

Au total, 4 329 artistes participent à cette édition, dont environ 3 600 viennent de Bretagne, et 700 de l'étranger[7]. Si 60 % des animations proposées lors de cette édition sont gratuites, la grille tarifaire des concerts payants s'échelonne de 5 € à 39 €[8]. Pour la première fois un partenariat est mis en place avec le festival Polignac[9].

Données financièresModifier

Le festival est tributaire d'un passif cumulé de près de 580 000 [10]. Celui-ci est hérité en parti des éditions 2011 (85 000 ) et 2012 (un peu plus de 230 000 ). Un plan d'économie est mis en place dès l'édition 2013, et permet de rembourser un parti du passif (39 000 ), mais alors que l'édition 2014 doit elle aussi permettre d'épurer les comptes[11], ceux-ci ressortent négatifs de plus de 200 000 . Un « plan drastique de résorption de ce déficit » est alors annoncé par le président Guy Gestin lors de l'assemblée générale du , qui vise sur cinq ans à résorber ce déficit. Toutes les dépenses hors artistiques sont annoncées en baisse, et l'édition 2015 est bâtie sur un budget de 5,1 millions d'euros[10]

L'administration du festival, située auparavant au centre commercial Nayel, et invitée par la municipalité début 2015[10], annonce sont déménagement au sein du stade du Moustoir à partir de [12].

DérouléModifier

Site et infrastructuresModifier

Le port de pêche de Keroman est délaissé, et n'accueille plus que le départ de la Grande parade. Cette dernière conserve son tracé, mais inverse son parcours pour s'achever au stade du Moustoir. Celui-ci continue d'accueillir les épreuves du championnat national des bagadoù ainsi que les Nuits Magiques, mais en raison d'un problème de calendrier avec le FC Lorient, aucun concert n'y est programmé en fin de festival, contrairement à l'année précédente. Le terrain annexe du Moustoir, alors renommé « Breizh Stade », est alors utilisé pour la première fois pour y accueillir des activités. Cette évolution se fait de concert avec l'espace de restauration, le village celte, qui cherche à développer de nouvelles sources de recettes[13]. Si la taille de ce dernier est conservé (1 500 m2) le nombre de places assises couvertes passe lui de 1 200 à 1 500, et ses horaires d'ouverte sont élargies[14].

Pour la première fois est proposé un système de paiement dématérialisé sous la forme de carte magnétique à recharger, la « CeltiCash »[15].

Des évènements sont aussi organisés dans d'autres villes de la communauté d'agglomération Lorient Agglomération. Lanester accueille comme lors des éditions précédentes des concerts lors d'une « soirée interceltique »[16]. La ville de Port-Louis reçoit elle pour la seconde fois deux pipe bands pour diverses prestations en journée[17], et Guidel plages accueille elle en soirée en pipe-band[18]. Plusieurs établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes de Lorient Agglomération accueillent aussi ponctuellement des groupes tout au long du festival[19].

ConcertsModifier

Parmi les artistes présents, on compte notamment Simple Minds, Charlie Winston, Denez Prigent (Ul liorzh vurzhudus - Un jardin magique), Carlos Núñez avec l’Orchestre symphonique de Bretagne et le Bagad Sonerien An Oriant, Zachary Richard, The Celtic Social Club avec Winston McAnuff et Fixi, Yann-Fañch Kemener, Solas, Sharon Shannon, Danú, Fred Morrison avec Patrick Molard, Kíla, Ronan Le Bars, Plantec, Erwan Hamon, Djiboudjep, Nolwenn Arzel, le Hamon Martin Quintet, Alain Pennec, Les Marins d'Iroise, Frédéric Guichen avec Sylvain Barou et Erwan ar Moal[20].

ConcoursModifier

Le Trophée MacCrimmon pour soliste de great Highland bagpipe est remporté par Andrew Wilson[21].

Le Trophée MacCrimmon pour soliste de gaïta est remporté par l'Asturien Álvaro Álvarez Fernández[21].

Le Concours International de Pibroc’h est remporté par Fred Morrison[21].

Le Trophée Matilin an Dall pour couple de sonneurs est remporté par Goulven Hénaff et Alexis Meunier[21].

Le Trophée International Greatness de pipe band est remporté par le GPS Bretagne Pipe Band[21].

Le Trophée International Greatness de batteries est remporté par El Trasno de Coaña[21].

Le Trophée de musique celtique Loïc Raison pour les nouveaux talents est remporté par le groupe manxois Barrule (en)[21].

Le concours Kitchen Music est remporté par Andy Wilson[21].

Le Trophée Botuha (pour les sonneurs de moins de 20 ans) est remporté par Guillaume Le Bouc’h[21].

Le concours d'accordéon est remporté par Damien Tatard[21].

Le Trophée de harpe Camac est remporté par Elinor Evans[21].

Couverture médiatiqueModifier

 
Cyril Féraud présente les Nuits Magiques pour la première fois.

Le festival fait l'objet d'une « couverture élargie » par la chaîne de télévision France 3 pendant le durée de l'événement, ainsi que lors de la semaine suivante. La finale du championnat national des bagadoù fait l'objet d'une captation et d'une diffusion en directe sur le site internet de la chaine, tout comme la Grande Parade lors du premier dimanche du festival[22]. La chaine diffuse aussi dans sa grille de programme un reportage sur les coulisses de la grande parade, ainsi qu'un montage de plusieurs soirées de « la nuit magique » présenté par Cyril Féraud[23]. La diffusion en prime time de « la nuit magique » attire 3 200 000 téléspectateurs[24]

BilansModifier

FréquentationModifier

Les organisateurs du festival communiquent le chiffre de 750 000 festivaliers présents lors de l'édition 2015, très proche de l'édition record de 2010[25], et 51 500 badges de soutien vendus[26]. La chambre régionale des comptes indique en 2017 que 85 463 places ont été vendues cette année-là, dont 14 996 gratuitement, au titre de contrepartie pour les bénévoles, les partenaires, ou les mécènes[27]. Une étude complémentaire de Flux Vision basée sur les données du réseau mobile d'Orange fait lui ressortir un total de 940 000 personnes présentes dans le périmètre du festival du 7 au 16 août 2015, dont 490 000 « visiteurs extérieurs additionnels ». Ceux-ci sont à 15 % étrangers, et le premier dimanche du festival enregistre un pic de fréquentation de 139 000 personnes[28],[29].

Dans le détail, cinq concerts se sont joués à guichets fermés (Carlos Núñez, bagad de Vannes, Simple Minds, première des cinq « Nuits Magiques »...) et neuf concerts ont enregistré des taux de remplissage supérieurs à 75 %. L'Espace Marine connait lui une progression de 30 % de ses ventes de billets comparé à l'édition précédente[30].

SécuritéModifier

Une dispositif comparable à ceux de l'édition précédente est mis en place. Les fonctionnaires de police locaux sont renforcés d'une soixantaine de CRS venant de Rennes lors de la première moitié de l'évènement, puis sont relevés par des gendarmes mobiles. Les effectifs totaux varient ainsi entre 100 et 130 fonctionnaires. Le périmètre couvert est similaire à celui de l'édition passée, mais la gare routière temporaire fait l'objet d'un traitement particulier en raison d'un accident grave en 2014[31].

Les difficultés se sont concentrées sur la dernière partie de soirée, avec des regroupements de personnes alcoolisées, notamment et pour la première fois sur le parvis de la mairie, face au grand théâtre. Une fermeture du festival avancée à 2 heures de matin a aussi été testée plusieurs jours de la semaine[32], et est généralisée lors de l'édition suivante[33].

Données économiquesModifier

Le bilan comptable de l'édition 2015 est annoncé lors de l'assemblée générale du au centre culturel d'Amzer Nevez à Ploemeur. Le festival enregistre un bénéfice de 154 000 €, permettant de commencer à rembourser le passif accumulé depuis les éditions 2012 et 2014[34]. Au total le festival enregistre 5,7 millions d'euros de revenus, issus principalement de subventions (1,525 million d'euros), de produits de la billetterie (1,347 million d'euros), et des ventes en bars et restauration (1,120 million d'euros)[35].

60 % des dépenses du festival, environ 3 millions d'€, concernent des entreprises situées en Bretagne[36].

DiscographieModifier

Dès le printemps paraît une compilation contenant des titres des principaux artistes invités au festival :

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Sophie Bergogne (Directrice de publication), Rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes de Bretagne - Association Festival interceltique de Lorient : Exercices 2012 et suivants, Chambre régionale des comptes de Bretagne, , 34 p. (Rapport Chambre régionale des comptes 2017, lire en ligne).

RéférencesModifier

  1. Sébastien Jédor, « FIL 2015. Ambiance cool au pavillon Île de Man/Cornouailles ce dimanche », dans Le Télégramme, 9 août 2015, consulté sur www.rfi.fr le 29 juillet 2017
  2. A.S., « Man et Cornouailles à l'honneur en 2015 », dans Ouest-France, le 8 août 2014, consulté sur www.ouest-france.fr le 2 août 2020
  3. « FIL 2015. L'épée au coeur d'un visuel légendaire », dans Le Télégramme, le 21 janvier 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2020
  4. a b et c Emilie Colin, « Charlie Winston, Simple Minds et Denez Prigent au Festival Interceltique ! », dans France 3 Bretagne, le 17 avril 2015, consulté sur france3-regions.francetvinfo.fr le 4 août 2020
  5. « Lorient. Charlie Winston et Simple Minds à l'affiche du Fil », dans Le Télégramme, le 16 avril 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 4 août 2020
  6. a et b « Avec Charlie Winston et Simple Minds », dans Ouest-France, le 16 avril 2015, consulté sur www.ouest-france.fr le 4 août 2020
  7. Chambre régionale des comptes 2017, p. 9
  8. Chambre régionale des comptes 2017, p. 15
  9. « Le développement durable et solidaire », dans Ouest-France, le 7 juillet 2015, consulté sur www.ouest-france.fr le 4 août 2020
  10. a b et c « Une carte de paiement propre au Village », dans Ouest-France, le 5 juin 2015, consulté sur www.ouest-france.fr le 3 août 2020
  11. « Lorient. Face à son déficit, l'Interceltique cherche la parade », dans Le Télégramme, le 26 mai 2013, consulté sur www.letelegramme.fr le 24 juillet 2020
  12. « À Lorient, l’Interceltique est à « l’aise Breizh » au Moustoir », dans Ouest-France, le 25 novembre 2015, consulté sur www.ouest-france.fr le 3 août 2020
  13. « Fil. Des changements de taille pour la 45e édition », dans Le Télégramme, le 3 janvier 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2020
  14. « Lorient - Festival interceltique. Le Village celte se renouvelle », dans Le Télégramme, le 4 août 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2018
  15. « Interceltique de Lorient 2015 : La carte CeltiCash pour payer son repas », dans Ouest-France, le 10 juillet 015, consulté sur lorient.maville.com le 2 août 2020
  16. « Interceltique. Quatre groupes se produisent lundi à Lanester », dans Ouest-France, le 5 août 2016, consulté sur www.ouest-france.fr le 2 août 2020
  17. « Interceltique. Deux pipe bands aux Pâtis », dans Le Télégramme, le 13 août 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2020
  18. « Fil. Un pipe-band, ce soir à Guidel-Plages », dans Le Télégramme, le 11 août 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2020
  19. « Auprès des personnes âgées », dans Ouest-France, le 7 juillet 2015, consulté sur www.ouest-france.fr le 2 août 2020
  20. « Interceltique de Lorient 2015. La programmation complète », sur Ouest-France, (consulté le )
  21. a b c d e f g h i j et k « Résultats Trophées et Concours », sur festival-interceltique.bzh (consulté le ).
  22. Anna Quéré, « Festivals en Bretagne : plusieurs rendez-vous en direct sur notre site ! », dans France 3 Bretagne, le 13 juillet 2015, consulté sur france3-regions.francetvinfo.fr le 4 août 2020
  23. « Festival Interceltique de Lorient 2015 : tout ce qu'il faut savoir », dans France Info, le 31 juillet 2015, consulté sur www.francetvinfo.fr le 4 août 2020
  24. Jean-Marc Barenghi, « France 3 à l’heure du Festival interceltique », dans Le Figaro, le 28 juillet 2017, consulté sur tvmag.lefigaro.fr le 28 juillet 2017
  25. Régis Nescop, « FIL. Proche de l'affluence record avec 750.000 visiteurs », sur Le Télégramme, (consulté le )
  26. « Un badge pour soutenir l'Interceltique », dans Ouest-France, le 21 mars 2016, consulté sur www.ouest-france.fr le 14 août 2018
  27. Chambre régionale des comptes 2017, p. 23
  28. « Interceltique. Une affluence confirmée », dans Le Télégramme, le 19 mai 2016, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2020
  29. Chambre régionale des comptes 2017, p. 24
  30. « Lorient. Fil 2015 : proche du record de 2010 ! », dans Le Télégramme, le 17 août 2018, consulté sur www.letelegramme.fr le 2 août 2020
  31. « Sécurité. La gare routière sous surveillance », dans Le Télégramme, le 10 août 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 7 août 2020
  32. « Lorient - Sécurité. « Un dispositif bien calibré » », dans Le Télégramme, le 17 août 2015, consulté sur www.letelegramme.fr le 7 août 20202
  33. « Interceltique à Lorient. Les bars devront-ils fermer plus tôt ? », dans Ouest-France, le 10 juin 2016, consulté sur www.ouest-france.fr le 7 août 2020
  34. « Interceltique à Lorient. Un compte de résultat positif », dans Ouest-France, le 31 mai 2016, consulté sur lorient.maville.com le 4 août 2020
  35. Chambre régionale des comptes 2017, p. 33
  36. Chambre régionale des comptes 2017, p. 25