Ouvrir le menu principal

Fery de Ludre

personnalité politique française

BiographieModifier

Un riche aristocrate lorrainModifier

Issu de la maison de Ludre, une vieille famille noble de Lorraine, le comte Fery de Ludre est le fils de Gaston, comte de Ludre, et de Delphine Stéphanie Victurnienne dite Hedwige de Beauvau[1]. Riche propriétaire terrien, il est secrétaire général du syndicat des bouilleurs de cru de Meurthe-et-Moselle et membre de la société centrale d'agriculture du département et de la société des agriculteurs de France. Il est par ailleurs le neveu par alliance du comte Albert de Mun. Son épouse, Louise de Maillé de La Tour-Landry (1873-1953), est la fille du comte Armand de Maillé, député royaliste de Maine-et-Loire, et de Jeanne Lebrun de Plaisance. Son fils Thierry de Ludre fut également homme politique et le dernier de la lignée.

Mort à Paris en 1915, le comte de Ludre a eu des obsèques solennelles à la cathédrale de Nancy en 1919, avant d'être enterré dans le caveau familial à Ludres[2].

Un député catholique et patrioteModifier

Maire de Richardménil, il est élu député de Nancy en avril 1902, au premier tour, avec l'étiquette de "républicain libéral". Il a fait partie du comité nancéien de la Ligue de la patrie française et il fait partie du comité directeur de l'Action libérale populaire, le parti des catholiques ralliés à la République, mais des catholiques intransigeants, marqués par l'affaire Dreyfus et la loi de séparation de 1905, défenseurs de l'Église contre les radicaux-socialistes et leur politique anticléricale.

Il est réélu en 1906 et en 1914. En 1909, il est aussi élu conseiller général du canton de Nancy-Ouest.

Il est actionnaire[3] de la Presse de l'Est, qui édite à Nancy le quotidien catholique lié à l'ALP L'Eclair de l'Est.

SourcesModifier

  • « Fery de Ludre », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Jean El Gammal (dir. ), "Dictionnaire des parlementaires lorrains de la IIIe République", Metz, Ed. Serpenoise, 2006, p. 168-169

Notes et référencesModifier

  1. Ascendance de Fery de Ludre sur geneanet.org
  2. L'Est Républicain, (lire en ligne)
  3. Il est le troisième plus gros actionnaire de la société lors de sa fondation en 1905, ex-aequo avec François de Wendel : il possède 100 actions, soit 6,6 % du capital, contrôlé à 49,5 % par la société La Presse régionale de l'industriel catholique du Nord et propriétaire de La Croix Paul Féron-Vrau