Ferry Sunflower

Ferry Sunflower Limited.
株式会社フェリーさんふらわあ
logo de Ferry Sunflower

Création 1970 (en tant que Nippon Kosoku Ferry)
Dates clés  : lancement de la marque Sunflower
1975 : rachat par Kurushima Dock
1977 : alliance avec Taiyo Ferry
1979 : alliance avec Kansai Kisen
1990 : rachat par Nippon Enkai Ferry, devient Blue Highway Line
2000 : devient Blue Highway Line West Japan
2007 : absorption par Diamond Ferry
2011 : fusion de Diamond Ferry et Kansai Kisen, devient Ferry Sunflower
Fondateurs Kijiro Nakagawa
Forme juridique Kabushiki gaisha
Siège social 5-3-1 Ikushi,
Ōita 〒870-8504
Drapeau du Japon Japon
Direction Atsushi Igaki
Kojiro Akasaka
Actionnaires Mitsui O.S.K. Lines (99%)[1]
Activité Navigation maritime
Sociétés sœurs MOL Ferry
Effectif 350 salariés (2016)
Site web ferry-sunflower.co.jp

Chiffre d'affaires 15,8 milliards de yens (2019)[2]
Résultat net 2 milliards de yens (2019) [2]

Ferry Sunflower (フェリーさんふらわあ, Ferī Sanfurawā?) est une compagnie de navigation maritime japonaise assurant le transport de passagers, de véhicules et de fret sur des liaisons maritimes reliant le Kansai à l'île de Kyūshū.

Fondée en 1970 sous le nom de Nippon Kosoku Ferry (日本高速フェリー, Nippon Kosoku Ferī?), la compagnie était à l'origine une filiale du groupe Terukoku Yusen (actuelle Marix Line) créée dans le but d'assurer un service rapide à bord de luxueux car-ferries entre Nagoya et Kagoshima. Lancée en 1972, Nippon Kosoku Ferry rencontre un très franc succès parmi les passagers et ses navires arborant une livrée représentant un tournesol acquièrent une grande popularité dans l'archipel. Cependant, les importants investissements pour la construction des navires et les conséquences du choc pétrolier de 1973 entraîneront la faillite de Terukoku Yusen et la reprise de Nippon Kosoku Ferry par le groupe industriel Kurushima Dock en 1976. La compagnie s'alliera ensuite à d'autres armateurs tels que Taiyo Ferry (actuelle Meimon Taiyo Ferry), affiliée à Mitsui O.S.K. Lines (MOL), et Kansai Kisen, devenue filiale de sa maison mère Kurushima Dock. En 1990, en raison des difficultés financières rencontrées par Kurushima Dock, Nippon Kosoku Ferry est rachetée par le groupe MOL et fusionne avec la compagnie Nippon Enkai Ferry, desservant les lignes vers Hokkaidō, ce qui aboutit à la création de Blue Highway Line (ブルーハイウェイライン, Burū haiu~ei rain?). Au début des années 2000, MOL organisera la scission des activités de la compagnie en reprenant les liaisons avec Hokkaidō et en créant la filiale Blue Highway Line West Japan (ブルーハイウェイライン西日本, Burū haiu~ei rain Nishinihon?) qui exploitera la marque sur les lignes reliant Kyūshū conjointement avec Kansai Kisen. Cette nouvelle filiale sera très vite absorbée par la compagnie Diamond Ferry qui fusionnera ensuite avec Kansai Kisen afin de créer une entité unique qui prendra le nom de Ferry Sunflower.

Aujourd'hui propriété de Mitsui O.S.K. Lines, la compagnie est l'un des principaux armateurs desservant l'île de Kyūshū. La marque Sunflower est également présente sur les liaisons reliant Ōarai à Tomakomai, sur l'île d'Hokkaidō, et est arborée par les navires de la compagnie MOL Ferry, société sœur de Ferry Sunflower.

HistoireModifier

OriginesModifier

À la fin des années 1960, les premiers itinéraires de longue distance assurés par des car-ferries voient le jour au Japon. Depuis l'arrivée de la compagnie Hankyu Ferry, filiale de l'armateur Kanko Kisen, sur les liaisons maritimes reliant Kobe à l'île de Kyūshū à partir de 1968, de nombreuses lignes de car-ferries sont ouvertes un peu partout dans l'archipel.

En 1969, Kijiro Nakagawa, président de la compagnie Terukoku Yusen, exploitant principalement des liaisons maritimes vers l'archipel d’Okinawa, envisage la création d'une société destinée à relier Nagoya et Kagoshima à l'aide de car-ferries offrant des prestations de qualité. Profitant d'une forte croissance économique incitant les japonais à voyager davantage, il fonde en 1970 la filiale Nippon Kosoku Ferry et signe avec les chantiers Kawasaki Heavy Industries le contrat de construction d'un premier navire[3]. Durant la conception de celui-ci, Nakagawa se penche sur l'identité visuelle de sa future compagnie. Il décide de s'inspirer de la livrée du navire Hibiscus, exploité par Terukoku Yusen, qui intègre sur sa coque une représentation d'un hibiscus en référence à son nom. Ce détail avait été très apprécié par la clientèle, encourageant Nakagawa à imaginer une livrée similaire pour les navires de Nippon Kosoku Ferry. Aidé par un technicien des chantiers Kawasaki, il conçoit un logo représentant un tournesol dessiné de manière à évoquer un lever de Soleil de par sa forme, ce qui est une référence directe au symbole du Soleil levant japonais[4]. Cette emblème sera peinte en grand sur la coque du futur navire, qui est baptisé à l'occasion Sunflower.

1972-1990Modifier

 
Le Sunflower 2, deuxième navire aligné par Nippon Kosoku Ferry en mai 1972.

Les activités de Nippon Kosoku Ferry sont inaugurées le avec la mise en service du Sunflower entre Nagoya, Kōchi et Kagoshima. Capable de transporter 1 124 passagers et 208 véhicules à la vitesse de 25 nœuds, ce car-ferry de 185 mètres rencontre immédiatement un très grand succès grâce au confort et à la qualité de ses aménagements intérieurs. Il est rejoint au mois de mai par un sister-ship livré par les mêmes chantiers, le Sunflower 2[3],[4].

 
Le Sunflower 11, plus imposant que ses prédécesseurs, est à sa mise en service le ferry le plus luxueux du Japon.

L'immense succès rencontré par les jumeaux Sunflower et Sunflower 2 incite alors Nippon Kosoku Ferry à s'implanter sur de nouveaux itinéraires. En mars 1973 dans un premier temps, une nouvelle liaison reliant Tokyo, Nachikatsuura et Kōchi est ouverte, assurée par un troisième sister-ship des deux premiers navires baptisé Sunflower 5, rejoint au mois de juillet par un jumeau nommé Sunflower 8. La compagnie ouvre ensuite une autre ligne reliant Ōsaka à Kagoshima en à l'aide d'un cinquième car-ferry, bien plus imposant que ses prédécesseurs. Baptisé Sunflower 11, ce navire de 195 mètres pouvant transporter 1 218 passagers et 191 véhicules à la vitesse de 25 nœuds est le ferry le plus luxueux du Japon[3],[4].

Ces navires rencontrent dès leur mise en service un très gros succès. Tout particulièrement appréciés par les familles se rendant en vacances à Kyūshū, ils seront surnommés les Cinq sœurs Sunflower. Mais ce succès sera toutefois de courte durée. À la suite du premier choc pétrolier et de la hausse du prix du carburant, l'économie du Japon est frappé de plein fouet par les conséquences de cette crise, conduisant à une forte diminution du nombre de passagers sur les lignes de Nippon Kosoku Ferry. S'ajoute à cela les difficultés financières de sa société mère Terukoku Yusen provoquées par l'investissement colossal de la construction des cinq navires de sa filiale. Endettée à la hauteur de 43 milliards de yens, Terukoku Yusen est déclarée en faillite en [3],[5].

De son côté, Nippon Kosoku Ferry accuse un déficit de 9,5 milliards de yens, soit presque le triple de son capital. Afin de maintenir ses liaisons maritimes, la compagnie décide de transférer la propriété de ses navires. Le , le Sunflower 11 est vendu au groupe industriel Kurushima Dock pour la somme de 7 milliards de yens et affrété par Nippon Kosoku. Le groupe Kurushima deviendra en l'actionnaire majoritaire de la compagnie[5]. Au mois d'octobre, seul trois navires sur cinq naviguent, chacun positionné individuellement sur les itinéraires de Nippon Kosoku Ferry. Le , la propriété des jumeaux Sunflower et le Sunflower 2 est transférée à la compagnie Taiyō Ferry, filiale de la société Mitsui O.S.K. Lines, pour 6,4 milliards de yens. Les deux navires reprendrons la mer à partir de sur la ligne Ōsaka - Kanda, toujours en arborant les couleurs de Nippon Kosoku Ferry[5].

 
Le Sunflower 7, ex-Wakashio Maru, est le premier navire exploité par une compagnie autre que Nippon Kosoku Ferry à arborer la livrée Sunflower.

En , la ligne Nagoya - Kōchi - Kagoshima est interrompue et le Sunflower 5 désarmé. Cette même année, le deuxième choc pétrolier affecte une nouvelle fois l'économie japonaise et fragilise un peu plus l'équilibre financier des transporteurs maritimes. C'est dans ce contexte que Kurushima Dock fera l'acquisition de la majorité du capital de la compagnie Kansai Kisen[5]. Dès 1979, des travaux de rénovations sont entrepris sur le ferry Wakashio Maru qui est transféré sous les couleurs de la livrée Sunflower afin d'être utilisé sur des croisières autour du Japon sous le nom de Sunflower 7. À la même période, les jumeaux Sunflower et Sunflower 2 bénéficient d'une importante refonte au niveau de leurs aménagements ainsi que leurs accès au garage[5]. Les autres navires de la flotte connaîtront des travaux similaires entre et . En , le Sunflower 5 reprendra du service en suppléant le Sunflower 11 entre Ōsaka, Shibushi et Kagoshima.

En , Nippon Kosoku Ferry transfère la propriété de ses deux navires restants au sein de sa maison mère. Son capital est également réduit de 98% et passe de 3,6 milliards à 72 millions de yens. En novembre de cette même année, Taiyō Ferry fusionne avec la compagnie Meimon Ferry pour former la nouvelle entité Meimon Taiyō Ferry[5]. En conséquence, les ferries Sunflower et Sunflower 2 sont cédés à Kansai Kisen en échange de deux de ses navires, les Ferry Kogane Maru et Ferry Nishiki Maru. Kansai Kisen transférera ensuite la propriété des navires à Kurushima Dock[5]. Ils seront par la suite affrétés par Kansai Kisen qui les exploitera entre Kobe et Beppu, toujours sous la livrée Sunflower.

À partir de , Kurushima Dock est frappée par d'importantes difficultés financières[6]. Afin de restructurer le groupe, la direction décide de vendre ses parts dans les compagnies Nippon Kosoku Ferry et Kansai Kisen. Au mois de , la compagnie Nippon Enkai Ferry, filiale de l'armateur Mitsui O.S.K. Lines (MOL), reprend l'exploitation de la ligne entre Tokyo, Nachikatsuura et Kōchi et le navire Sunflower 8[6]. Quelques mois plus tard, MOL rachète les parts de Kansai Kisen et en devient l'actionnaire majoritaire. À la fin du mois d'août, il est annoncé que Nippon Enkai Ferry récupérera le reste des actifs de Nippon Kosoku. Les ferries Sunflower 5 et Sunflower 11 ainsi que la ligne Ōsaka - Shibushi - Kagoshima passent donc sous le contrôle du groupe MOL dès le mois de novembre[6]. À l'occasion, la livrée Sunflower est ajoutée sur tous les navires de la flotte de Nippon Enkai Ferry qui devient Blue Highway Line[6].

1990-2000Modifier

Désormais propriétaire de la marque Sunflower, Mitsui O.S.K. Lines la fait arborer à tous les navires de la flotte de Blue Highway Line. Ainsi, les ferries Sapporo Maru, Erimo Maru et Ōarai Maru se voient parés de la livrée Sunflower et sont rebaptisés en intégrant dans leurs nouveaux noms le préfixe Sunflower. Ceci permet alors à la marque d'être présente désormais sur les liaisons reliant l'île d'Hokkaidō.

En parallèle, quelques changements interviennent également au sein de la flotte originale. Tandis que le Sunflower 7 est vendu, les Sunflower 5, Sunflower 8 et Sunflower 11 sont rebaptisés respectivement Sunflower Osaka, Sunflower Tose et Sunflower Satsuma. Les ferries Sunflower et Sunflower 2 conserveront quant à eux leur patronyme. Ces derniers restent par ailleurs exploités par Kansai Kisen entre Kobe et Beppu. À partir de 1991, l'escale à Kagoshima qui prolongent les traversée reliant Ōsaka à Shibushi n'est effectuée plus qu'en saison estivale.

 
Le Sunflower Satsuma, mis en service en 1993.

Dès son arrivée à la tête de la compagnie, Blue Highway Line se lance dans un important programme de renouvellement de la flotte vieillissante. Dans un premier temps, Kansai Kisen réceptionne en 1992 les jumeaux Sunflower Kogane et Sunflower Nishiki, car-ferries de 150 mètres pouvant transporter 940 passagers, 60 véhicules et 100 remorques. Ces deux navires sont affectés entre Ōsaka et Beppu en remplacement des vieux paquebots classiques Aibori Maru et Kobari Maru. En , Blue Highway prend livraison du nouveau Sunflower Satsuma qui remplace l'ancien navire du même nom entre Ōsaka et Shibushi. Conçu selon les derniers standards de la construction navale japonaise, ce navire moderne de 186 mètres peut embarquer 700 passagers, 140 véhicules ainsi que 175 remorques. Il sera rejoint en août par son sister-ship le Sunflower Kirishima qui supplantera au sein de la flotte le Sunflower Osaka. La flotte naviguant vers Hokkaidō est également renforcée en avec l'arrivée du Sunflower Mito, arborant une conception proche de celle des précédents navires.

 
Le Sunflower Cobalt, mis en service en 1997.

Entre 1997 et 1998, quelques changements sont opérés au niveau de l'affectation de la flotte. Les jumeaux Sunflower Satsuma et Sunflower Kirishima sont transférés sur la ligne d'Hokkaidō entre Tokyo et Tomakomai à la place des Sunflower Sapporo et Sunflower Erime qui les remplacent entre Ōsaka et Shibushi[7]. Le Sunflower Tose est supplanté entre Tokyo, Nachikatsuura et Kōchi par le nouveau Sunflower Kuroshio[8]. Au mois de septembre, le port de départ vers Hokkaidō est déménagé de Tokyo à Ōarai, dans la préfecture d'Ibaraki. En et , Kansai Kisen prend livraison de deux navires neufs, les Sunflower Cobalt et Sunflower Ivory, qui remplacent sur la ligne Kobe - Beppu les anciens Sunflower et Sunflower 2 qui sont retirés de la flotte puis vendus[9]. Enfin, en , Blue Highway met en service le Sunflower Tsukuba sur les lignes vers Hokkaidō, entraînant le transfert du Sunflower Oarai sur les lignes de Kyūshū et la sortie de flotte du vieux Sunflower Sapporo.

En , en raison des difficultés financières rencontrées par Blue Highway Line, MOL décide de scinder les activités de la compagnie et de les répartir au sein de deux sociétés distinctes. Les liaisons vers Kyūshū et Shikoku sont alors attribuées à une toute nouvelle entité nommée Blue Highway Line West Japan tandis que la desserte d'Hokkaidō est directement reprise par MOL via sa filiale MOL Ferry qui supplante Blue Highway Line.

2000-2011Modifier

Les activités de Blue Highway Line West Japan débutent officiellement en . La compagnie récupère les liaisons reliant Ōsaka et Tokyo à Shibushi, Nachikatsuura et Kōchi ainsi que les navires Sunflower Satsuma, Sunflower Kirishima et Sunflower Kuroshio. Ses traversées sont toujours complétées par celles de Kansai Kisen entre Ōsaka, Kobe et Beppu. La liaison entre Tokyo, Nachikatsuura et Kōchi sera toutefois abandonnée en , entraînant la sortie de flotte du Sunflower Kuroshio.

À partir de 2003, Kansai Kisen s'associe avec la compagnie Diamond Ferry, également filiale du groupe MOL. Les deux armateurs lancent conjointement une ligne entre Kobe et Ōita. Diamond Ferry sera alors l'instigatrice de la coordination des opérations des trois compagnies naviguant sous la marque Sunflower, tout d'abord en lançant un site de réservation commun aux trois armateurs en 2005[10].

De son côté, Blue Highway Line West Japan désire réformer en profondeur ses dessertes. Il est ainsi prévu de clôturer la liaison entre Ōsaka et Shibushi à l'horizon 2007 et de déménager le port d'arrivée à Miyazaki dans l'optique d'économiser 300 millions de yens sur la facture de carburant. Le projet sera cependant retardé en raison des nombreuses négociations entre les autorités portuaires et la compagnie Miyazaki Car Ferry en vue de l'attribution du poste à quai. Blue Highway West Japan renoncera finalement au projet en [11].

Le , Blue Highway Line West Japan est absorbée par Diamond Ferry. Une holding nommée Ferry Sunflower sera ensuite créée en afin de chapeauter Diamond Ferry et Kansai Kisen. En conséquence, les autres activités de Kansai Kisen sont transférées sous les couleurs de Sunflower. La compagnie reprend ainsi l'exploitation de la ligne reliant Kitakyūshū à Matsuyama, sur l'île de Shikoku, ainsi que les navires Ferry Kurushima et Ferry Hayatomo 2.

À cette même période, Diamond Ferry contribue à son premier apport au sein de la flotte en réceptionnant les jumeaux Sunflower Gold et Sunflower Pearl en et . Longs de 165 mètres et capables de transporter 780 passagers, 75 véhicules et 147 remorques, ils sont mis en service entre Kobe et Ōita. L'année suivante, en raison d'une réduction du nombre d'escales entre Ōsaka et Beppu, les sister-ships Sunflower Kogane et Sunflower Nishiki sont retirés de la flotte.

Le , les sociétés Diamond Ferry, Kansai Kisen et Ferry Sunflower fusionnent pour ne former qu'une seule et même entité qui récupère le nom de Ferry Sunflower.

Depuis 2011Modifier

 
Le nouveau Sunflower Satsuma, mis en service en 2018.

Fin , Ferry Sunflower abandonne les anciennes activités de Kansai Kisen entre Kitayūshū et Matsuyama et cèdent l'exploitation de la ligne ainsi que les navires à la compagnie locale Matsuyama-Kokura Ferry.

En , la compagnie annonce avoir passé commande de deux nouveaux car-ferries qui remplaceront les jumeaux Sunflower Satsuma et Sunflower Kirishima à l'horizon 2018[12]. Construits par les chantiers JMU de Yokohama, leur arrivée s'inscrit dans la stratégie de renouvellement de la flotte qui tend à vieillir. En attendant la venue des futurs navires, Sunflower entreprend en 2017 la construction d'un nouveau terminal à Shibushi[13].

Livrés respectivement en avril et en , les nouveaux Sunflower Satsuma et Sunflower Kirishima remplacent leurs aînés du même nom entre Ōsaka et Shibushi. Avec 192 mètres de long et une capacité de 700 passagers, 140 véhicules et 121 remorques, ils sont également dotés d'installations modernes et confortables[14].

L'année suivante, Ferry Sunflower annonce que le renouvellement de la flotte se poursuivra avec la commande de deux autres navires qui remplaceront cette fois-ci les ferries Sunflower Cobalt et Sunflower Ivory. Avec une livraison prévue pour 2022 et 2023, les futurs Sunflower Kurenai et Sunflower Murasaki seront, entre autres, propulsés au gaz naturel liquéfié, et seront les premiers navires à utiliser ce type de carburant, moins polluant que le fioul, dans l'archipel[15].

Lignes desserviesModifier

Ferry Sunflower opère toute l'année des traversées vers différents ports de l'île de Kyūshū depuis Ōsaka et Kobe.

Kansai - KyūshūModifier

Ligne Durée Navires
Ōsaka - Shibushi au moins 14 h Sunflower Kirishima et Sunflower Satsuma
Ōsaka - Beppu au moins 10 h Sunflower Ivory et Sunflower Cobalt
Kobe - Ōita au moins 10 h Sunflower Pearl et Sunflower Gold

FlotteModifier

Flotte actuelleModifier

En 2020, la flotte de Ferry Sunflower est composée de six navires.

Navire Pavillon Type Mise en service Entrée dans la flotte tonnage Longueur Largeur Capacité Vitesse Statut
Passagers Véhicules Remorques
Sunflower Kirishima   Japon Ferry 2018 13 659 UMS 192,50 m 27 m 709 140 121 23 nœuds En service
Sunflower Satsuma   Japon Ferry 2018 13 659 UMS 192,50 m 27 m 709 140 121 23 nœuds En service
Sunflower Pearl   Japon Ferry 2008 11 380 UMS 165,50 m 27 m 780 75 147 23,2 nœuds En service
Sunflower Gold   Japon Ferry 2007 11 380 UMS 165,50 m 27 m 780 75 147 23,2 nœuds En service
Sunflower Cobalt   Japon Ferry 1998 9 245 UMS 153 m 25 m 710 100 100 22,4 nœuds En service
Sunflower Ivory   Japon Ferry 1997 9 245 UMS 153 m 25 m 710 100 100 22,4 nœuds En service

Anciens naviresModifier

Navire Pavillon Type Mise en service Période tonnage Longueur Largeur Passagers Véhicules Vitesse Statut
Sunflower Kirishima 1   Japon Ferry 1993 1993-2018 12 418 UMS 186 m 25,50 m 782 140 23,5 nœuds Vendu en Indonésie. Navigue actuellement sous le nom de Dharma Kencana VII.
Sunflower Satsuma 1   Japon Ferry 1993 1993-2018 12 415 UMS 186 m 25,50 m 782 140 23,5 nœuds Vendu en Indonésie. Navigue actuellement sous le nom de Dharma Ferry VII.
Ferry Hayatomo 2   Japon Ferry 1987 2009-2013 4 238 UMS 119 m 21 m 756 41 18 nœuds Navigue actuellement pour le compte de la compagnie Matsuyama-Kokura Ferry.
Ferry Kurushima   Japon Ferry 1987 2009-2013 4 277 UMS 119 m 21 m 756 41 18 nœuds Navigue actuellement pour le compte de la compagnie Matsuyama-Kokura Ferry.
Sunflower Nishiki   Japon Ferry 1992 1992-2010 9 800 UMS 150,90 m 25 m 859 60 22,1 nœuds Navigue actuellement aux Philippines sous le nom de St Leo the Great.
Sunflower Kogane   Japon Ferry 1992 1992-2010 9 710 UMS 150,90 m 25 m 859 60 22,1 nœuds Navigue actuellement aux Philippines sous le nom de Superferry 20.
Sunflower Kuroshio   Japon Ferry 1997 1997-2001 9 723 UMS 160 m 25 m 530 70 22,7 nœuds Navigue actuellement pour le compte de la compagnie sud-coréenne PanStar Cruise sous le nom de PanStar Dream.
Sunflower Tomakomai   Japon Roulier 1999 1999-2000 12 520 UMS 199 m 24,50 m 12 165 remorques 30 nœuds Actuellement désarmé en Grèce sous le nom de Ayshe.
Sunflower Tsukuba   Japon Ferry 1998 1998-2000 12 325 UMS 192 m 27 m 342 111 23 nœuds Transféré au sein de MOL Ferry. Navigue actuellement sous le nom d‘Elyros pour le compte de la compagnie grecque ANEK Lines.
Sunflower Mito   Japon Ferry 1993 1993-2000 11 782 UMS 186 m 25,50 m 514 140 24,6 nœuds Transféré au sein de MOL Ferry. Navigue actuellement pour la compagnie chinoise COSCO sous le nom de COSCO Star.
Sunflower Oarai   Japon Ferry 1987 1990-2000 15 139 UMS 178 m 24,80 m 550 105 22,9 nœuds Transféré au sein de MOL Ferry. A terminé sa carrière en 2010 sous le nom de Colossus pour le compte de la compagnie grecque NEL Lines. Démoli à Alang en 2013.
Sunflower Erimo   Japon Ferry 1989 1990-2000 11 272 UMS 178 m 25 m 634 105 23,7 nœuds Transféré au sein de MOL Ferry. Navigue actuellement en Corée du Sud sous le nom de Yong Xia.
Sunflower   Japon Ferry 1972 1972-1998 11 312 UMS 185 m 24 m 1 124 204 25,5 A terminé sa carrière en Corée du Nord à une date indéterminée.
Sunflower Sapporo   Japon Ferry 1974 1990-1998 11 098 UMS 164 m 24 m 640 55 20 nœuds A terminé sa carrière en 2013 pour le compte de la compagnie grecque NEL Lines sous le nom de Ionian Sky. Démoli à Aliağa en 2020.
Sunflower 2   Japon Ferry 1972 1972-1997 12 112 UMS 185 m 24 m 1 124 204 25,5 A terminé sa carrière aux Philippines sous le nom d‘Orientalis à une date indéterminée.
Sunflower Tose   Japon Ferry 1973 1973-1997 12 759 UMS 185 m 24 m 1 124 204 25,5 A terminé sa carrière aux Philippines sous le nom de Princess of New Unity à une date indéterminée.
Sunflower Satsuma   Japon Ferry 1974 1974-1993 13 599 UMS 195,80 m 26,90 m 1 218 191 25,5 Vendu à la compagnie philippine Sulpicio Lines et rebaptisé Princess of the Orient. Naufrage le durant le typhon Vicki.
Sunflower Osaka   Japon Ferry 1973 1973-1993 12 759 UMS 185 m 24 m 1 124 204 25,5 Vendu à la compagnie philippine SuperFerry et rebaptisé Superferry 10. Détruit à la suite d'un incendie en 2001.
Sunflower 7   Japon Ferry 1973 1979-1992 7 494 UMS 124,90 m 17 m 764 ? 25 A terminé sa carrière en Grèce. Démoli à Aliağa en 2014.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier