Ouvrir le menu principal

Fernand Nouvion

ingénieur français, instigateur du record du monde ferroviaire de 1955 (331 km/h) et du perfectionnement et de la propagation de l'électrification en courant alternatif monophasé à fréquence industrielle de 25 kV 50 Hz
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvion (homonymie).
Fernand Nouvion
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Fernand Nouvion, né le à Neuilly-sur-Seine et mort le , est un ingénieur de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et chef de la division des études de la traction électrique (DETE). Il est notamment l’instigateur du record du monde ferroviaire de 1955 (331 km/h) et du perfectionnement et de la propagation de l'électrification en courant alternatif monophasé à fréquence industrielle de 25 kV 50 Hz.

Sommaire

Éléments biographiquesModifier

Fernand Nouvion sort ingénieur de l’École supérieure d’électricité, promotion 1927.

Il devient Chef de section à la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) de 1933 à 1935, puis inspecteur divisionnaire et chef d’arrondissement entre 1940 et 1944. Avec son adjoint Pierre Lothon, il y conçoit et réalise la campagne d’essais de 1954 et 1955 qui aboutit au record mondial de vitesse ferroviaire de mars 1955. Ces ingénieurs visionnaires ont pris conscience dès les lendemains de la guerre que l'avenir des transports ferroviaires passait par l'accroissement de la vitesse des trains[1]. À partir de 1958 il est l'adjoint de Marcel Garreau, chef de la division des Études de traction électrique et de traction thermique (DETE). En 1966 il devient chef de la division des Études de traction électrique (DETE) et de la division des Études de traction à moteurs thermiques (DETMT), poste qu'il quitte en 1971 pour celui de Directeur technique de la société Traction Export (1971-1985).

En parallèle à son métier il exerce des fonctions d'enseignant : maître de conférences à l’École supérieure d’électricité et professeur à l’École spéciale des travaux publics, de 1950 à 1970. Il est également membre de la Société française des électriciens, de la Société des ingénieurs civils de France, et de la Fellow Member de l’American Institute of Electrical and Electronics Engineers (1968).

Fernand Nouvion a travaillé à l'électrification de la banlieue d'Istanbul, à l'électrification des chemins de fer portugais et il participe à la conception de locomotives destinées à l'URSS et à la Chine. En Extrême-Orient il anime une mission technique chargée d'électrifier les 'Indian Railways' et la 1100e locomotive que leur livre le groupement 50 Hz est solennellement baptisée 'Fernand Nouvion', un hommage dont il était très fier. Il était aussi en relation avec le japonais Hideo Shima, « père » du Shinkansen[2].

HommageModifier

DécorationModifier

DistinctionModifier

  • Prix Coignet de la Société des ingénieurs civils de France,
  • Praemium Paris 1881 du British Institute of Electrical Engineers,
  • médaille Ampère de la Société française des électriciens,
  • Prix Giffard 1965 de l´Académie des sciences,
  • Grand prix 1968 des Ingénieurs civils de France,
  • Fellow Life Member of the Institute of Electrical and Electronical Engineers (1984) (États-Unis),
  • Diploma and Medal of the Pan American Railway Congress (1981, Mexico, Mexique),
  • Diplôme Pan American Congress Association (La Havane 1987),
  • Prix Alexander Agnew of the Institution of Mechanical Engineers (1988) (Grande-Bretagne).

Notes et référencesModifier

  1. Loco-Revue, « Record de vitesse de 1955 », 1001magscom, (consulté le 21 mars 2019).
  2. Dominique Barjot, Michèle Merger (rédacteur), Les entreprises et leurs réseaux, Presses Paris Sorbonne, 1998 (ISBN 9782840501220), p. 682 lire (consulté le 12 juillet 2012).

BibliographieModifier

  • Who’s who in France, édition 1997-1998
  • «Les très grandes vitesses ferroviaires en France», Revue d’histoire des chemins de fer, no 12-13, (printemps-automne 1995), page 250.

Voir aussiModifier