Ferme de Meslay

ferme à Parçay-Meslay (Indre-et-Loire)
Ferme monastique de Meslay
Porte meslay.jpg
Portail monumental - entrée principale
Présentation
Type
Ferme
Construction
1220
Propriétaire
propriété privée
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1939, grange, tour-porche et enceinte)[1]
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Indre-et-Loire
voir sur la carte de l’Indre-et-Loire
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La ferme de Meslay (commune de Parçay-Meslay, Indre-et-Loire), dont la construction a commencé vers 1220 sous la direction de l'abbé Hugues de Rochecorbon, dépendait de l'abbaye de Marmoutier.

LocalisationModifier

La ferme de Meslay se trouve à environ 2,5 km au nord du chef-lieu communal de Parçay-Meslay et à la même distance à l'est du bourg de Notre-Dame-d'Oé, ces distances étant exprimées « à vol d'oiseau ». Elle est située entre la D910 à l'ouest et l'autoroute A10 l'Aquitaine à l'est, à proximité de la   19 : Tours-Nord de cette dernière.

HistoireModifier

La paroisse de Parçay (future Parçay-Meslay) est connue par son inscription dans des chartes dès 853[2]. En 1061, Renaud de Hodet fait don de son fief de Campiniacus, situé sur cette paroisse, aux religieux de l'abbaye de Marmoutier ; ils y fondent un prieuré et une chapelle. C'est en 1220 que l'abbé de Marmoutier Hugues de Rochecorbon entreprend la construction de la grange et du portail, ainsi que le mur d'enceinte[1],[3]. Vers la même époque, il fait élever des constructions comparables à Marmoutier[4].

La charpente de la grange, incendiée par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans, est rebâtie au XVe siècle.

Acquis au XVIIIe siècle par l'architecte Derouet, le domaine devient la propriété de la famille Lefebvre.

Par arrêté du , la grange, la tour-porche ainsi qu'une partie de l'enceinte sont listées parmi les monuments historiques comme édifices classés[1]. Avant leur départ en 1944, les troupes allemandes font exploser un dépôt de munitions installé à proximité immédiate de la ferme ; un incendie se déclare, causant d'importants dégâts aux bâtiments[3] et occasionnant la destruction complète du logis seigneurial[5].

Au XXIe siècle, la Grange de Meslay accueille des événements privés, mais surtout, chaque année elle sert de salle de concert à l'occasion d'un festival de musique fondé en 1964 par le pianiste Sviatoslav Richter[5]. Richter s'y est produit tous les ans et fit venir de nombreux artistes, comme Dietrich Fischer-Dieskau, Elizabeth Schwarzkopf, Pierre Boulez. C’est avec Sonate pour piano no 2 en ré mineur de Prokofiev qu’il ouvrit le le premier festival à la Grange de Meslay.

DescriptionModifier

 
Façade nord du portail.
1 : porte (murée) entre la salle des gardes et l'ancien chemin de ronde détruit lors de l'abaissement du mur d'enceinte.
2 : support en pierre destiné à recevoir un plancher extérieur amovible.
3 : empreinte de la section détruite du mur.

La ferme de Meslay est un exemple assez rare de ferme monastique fortifiée dont plusieurs éléments subsistent encore.

Le portail monumental à base carrée, point d'entrée du domaine, est composé, au rez-de-chaussée d'un passage voûté menant dans la cour et d'un étage qui servait à l'origine de salle des gardes. Une cheminée dont on peut voir le conduit sur la façade nord permettait aux gardes de se réchauffer. Cet étage permettait également d'accéder au chemin de ronde, via une porte encore visible, mais qui a disparu au moment où le mur d'enceinte a été abaissé.

La structure des étages et notamment le plancher, la charpente et la cheminée ont été malmenés pendant la Seconde Guerre mondiale[3]. Bien que la façade ouest ait été remaniée, on peut encore y admirer une baie géminée (fenêtre constituée de deux ouvertures symétriques, chacune surmontées d'un arc reposant au centre sur une colonnette) alignée au-dessus du porche, ainsi qu'une rosace aveugle (non ajourée). Le soin porté à l'architecture et à la décoration de ce bâtiment à vocation agricole souligne la puissance de l'abbaye de Marmoutier à cette époque.

 
Charpente de la grange de Meslay - vue depuis la porte

La grange également bâtie au XIIIe siècle se trouve à l'est de l'enceinte. Elle est construite avec des murs de pierre. Sa charpente est constituée de cinq nefs de treize travées supportées par quatre rangées de poteaux en chêne posés sur des soubassements en pierre. Le pignon orienté au sud-ouest accueille la porte principale composée d'un arc en plein cintre surmonté d'un gâble[3]. La grande porte en bois initialement conçue pour s'ouvrir sur l'intérieur a dû être aménagée pour pouvoir s'ouvrir sur l'extérieur, selon les normes de sécurité. La dissymétrie de la façade (l'axe de la porte est décalé par rapport à celui du bâtiment dans laquelle elle s'ouvre) est compensée par la construction du mur pignon, à deux pentes légèrement inégales[5].

Le mur d'enceinte est encore visible sur les côtés nord, sud et ouest, le mur nord semble être le plus ancien [Note 1]. Le mur ouest a été abaissé, faisant disparaître le chemin de ronde. On peut néanmoins en estimer sa hauteur originale grâce aux empreintes laissées sur la façade nord du portail auquel il était relié.

RéférencesModifier

NotesModifier

  1. Au nord subsiste une partie de l'ancienne enceinte, simple mur en maçonnerie de moellons, renforcé à l'extérieur par des contreforts (Notice no PA00097905, base Mérimée, ministère français de la Culture)

RéférencesModifier

  1. a b et c Notice no PA00097905, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Ranjard, p. 521.
  3. a b c et d Ranjard, p. 522.
  4. Ranjard, p. 630.
  5. a b et c Couderc, p. 602.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 967 p. (ISBN 2 85443 136 7).
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention (réimpr. 1986), 9e éd. (1re éd. 1930), 733 p. (ISBN 2 855 54017 8).

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :