Ferguson Findley

romancier américain
Ferguson Findley
Nom de naissance Charles Weiser Frey
Naissance
York, Pennsylvanie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès
Redding, Connecticut, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Ferguson Findley, pseudonyme de Charles Weiser Frey, né le à York dans l'état de Pennsylvanie et mort en 1963, est un écrivain américain, auteur de roman policier.

BiographieModifier

Après des études à l'Académie navale d'Annapolis, dans le Maryland, il travaille comme ingénieur. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fait partie de la United States Navy et participe à des opérations militaires d'envergure de la Guerre du Pacifique, dont la bataille d'Okinawa. Démobilisé, il travaille dans le domaine des relations publiques. En parallèle, il amorce une carrière d'écrivain de roman noir avec la publication de Choc en retour (My Old Man's Badge) en 1950, où apparaît son héros récurrent l'Irlandais John Francis Malone, surnommé Johnny, un aspirant policier new-yorkais depuis trois mois, qui est nommé détective après avoir abattu deux cambrioleurs lors du hold-up d'une bijouterie. Ses supérieurs lui apprennent alors le nom du tueur qui a assassiné son père, policier lui-même, quinze auparavant. Ce criminel, membre de la Gestapo pendant la guerre, se cache a New York sous une fausse identité et cherche maintenant à éliminer le fils. Johny Malone devra retrouver le coupable en jouant lui-même les clochards dans le Bowery et en infiltrant une organisation de trafiquants de drogue. Le roman est adapté à la télévision américaine par Robert Stevens en 1950 dans le cadre de la série télévisée Suspense, avec Barry Nelson dans le rôle de Johnny Malone.

L'autre roman connu de Ferguson Findley, la seconde et dernière enquête de Malone, s'intitule Au suivant de ses messieurs (Waterfront) et reprend la structure de la première. Le héros assiste à l'assassinat d'un témoin qui devait, le lendemain, être interrogé par la Cour dans un procès contre des syndicats de débardeurs. Malone va infiltrer, sous le nom de Tim Flynn, une des trois bandes rivales qui sèment la terreur sur les quais du port de New York. Paru en 1950 sous forme de feuilleton dans Collier's Weekly, le récit est repris dès l'année suivante en volume et adapté au cinéma par Robert Parrish, sous le titre Dans la gueule du loup (The Mob). Broderick Crawford incarne Malone, rebaptisé Johnny Damico pour les besoins de la production.

Les romans suivants de Findley, qui usent également des ressorts éculés des jeux d'identité, sont des œuvres mineures qui s'enfoncent souvent dans la violence gratuite. Ainsi La Bonne Moyenne (The Man in the Middle, 1953), a recours à l'utilisation de sosies dans une affaire de saboteurs d'usine et d'agents étrangers auxquels s'oppose le militaire Vic MacLowerie, un héros de la Guerre de Corée. Selon Claude Mesplède, ce « livre assez décousu et mal construit, semble plus que suspect dans le contexte de l'époque, celui du maccarthysme. »[1]

ŒuvreModifier

RomansModifier

Série Johnny MaloneModifier

  • My Old Man’s Badge (ou Killer Cop) (1950)
    Publié en français sous le titre Choc en retour, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 34, 1950
  • Waterfront (ou Remember That Face!) (1951)
    Publié en français sous le titre Au suivant de ses messieurs, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 61, 1951 ; réédition, Paris, Presses de la Cité, Un mystère, 3e série, no 143, 1971

Autres romansModifier

  • Hire This Killer (1951)
  • The Man in the Middle (ou A Handful of Murder, ou encore, Dead Ringer) (1952)
    Publié en français sous le titre La Bonne Moyenne, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 117, 1953
  • Counterfeit Corpse (1956)
    Publié en français sous le titre Meurtres à la pelle, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 259, 1956
  • Murder Makes Me Mad (1956)
    Publié en français sous le titre Vengeance sang pour sang, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 298, 1956

AdaptationsModifier

Au cinémaModifier

À la télévisionModifier

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier