Ouvrir le menu principal

Ferdinand Jumeau

personnalité politique française d'Eure-et-Loir

BiographieModifier

Famille et jeunesseModifier

Fils de Jean Pierre Jumeau (1793-1854), cultivateur à Boisville-la-Saint-Père, à Réclainville, puis à Nogent-le-Phaye, et d'Angélique Hyppollite Honorée Fichot (1800-1880). Ceux-ci, alors demeurant à Moinville, commune de Réclainville, acquièrent en 1843 la ferme de Nogent-le-Phaye et 85 hectares[1].

Sa mère a pour sœur d'Aspasie Elisabeth Antoinette Judith Fichot (1799-1856), mariée avec Lubin Isambert (1796-1876), dont le frère aîné est le jurisconsulte et homme politique, fondateur de la Société française pour l'abolition de l'esclavage, François-André Isambert (1792-1857).

En 1835, il entre au collège de Chartres[2] et y obtient les meilleurs prix : en 1837, il obtient le prix d'excellence et cinq prix ; en 1843, il reçoit notamment le prix d'honneur en dissertation française[3]. Il poursuit ses études à Paris où il obtient une licence en droit, puis s'installe cultivateur à Nogent-le-Phaye, près de Chartres.

Fondateur du journal L'Union AgricoleModifier

Attaché aux progrès de l'agriculture, il suit pendant plus de dix ans les conférences de Georges Ville au Jardin des Plantes de Paris et ses expériences à Vincennes sur les engrais chimiques, il écrit de nombreux articles sur ce sujet.

Au commencement de l’année 1858, les principaux cultivateurs d’Eure-et-Loir, reconnaissant l’utilité d’un organe pour représenter et défendre les intérêts agricoles du pays, l'engagent vivement à entreprendre la création d'un journal. Ferdinand Jumeau, dont le Journal de Chartres venait de lui refuser la publication d'un article, accepte de se dévouer à cette entreprise, mais comme il n’habite pas à Chartres, mais à Nogent-le-Phaye, et que, dans tous les cas, il ne lui est pas possible de suffire seul à la tâche, il s’assure le concours d'Alphonse Coudray (1831-1886). Ce journal appelé L'Union Agricole[4], dont le premier numéro sort le 13 mai 1858, sera publié jusqu'en 1899 ; son tirage sera de 880 exemplaires en 1868, et, de 4.500 exemplaires en 1872.

De grandes personnalités d'Eure-et-Loir écrivent pour son journal : Paul Deschanel, Ferdinand Dugué,Emile labiche, Pol Maunoury, Émile Millochau, Noël Parfait, Daniel Boutet, Gustave Isambert, Georges Fessard, l'abbé Calluet et Pierre Dreux-Linget[5].

C'est aussi dans L'Union Agricole que Ferdinand Jumeau fait publier les lettres que son ami d'enfance, Narcisse-Anténor Leloup (1823-1869), dont il est le parrain de son fils, Charles Leloup (1858-1948), lui adresse de Nouvelle-Calédonie de 1863 à 1866 où il s'est installé en colon libre. Ces lettres qui ont été réunies dans un recueil publié en 2016[6] ont une valeur historique (création à l'initiative du gouverneur Charles Guillain d'une colonie agricole basée sur les idées de Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint Simon, témoignage très rare d'un colon de cette époque) et ethnographique.

ÉcritsModifier

ArticlesModifier

Admirateur de Montesquieu, Ferdinand Jumeau a écrit de nombreux articles, il est notamment l'auteur d'articles publiés dans des almanachs beaucerons (L'Astrologue de la Beauce et du Perche et celui du Glaneur), et en 1856 et 1857, dans « Le Journal de Chartres » sur la vaine pâture, les moutons en Beauce[7] et la question de l'argent en agriculture.

Il est également l'auteur de l'article sur les animaux de basse-cour écrit à l'occasion du Concours Régional qui a eu lieu à Chartres du 1er au 10 mai 1869[8].

S'intéressant à l'histoire, il adhère en 1869 à la Société archéologique d'Eure-et-Loir.

Voici le début d'un de ses textes paru dans l'Almanach "L'Astrologue de la Beauce et du Perche" de 1857 :

"Paysan, fils et petit-fils de paysan comme vous, mes amis, dès l'école du village j'ai souvent entendu parler d'Alexandre, d'Annibal, de César, d'Attila et de tant d'autres illustres tacticiens ; en sortant du collège je connaissais les champs où fut Troie, et les moindres détails du défilé des Thermopyles, mais je ne savais point les champs paternels, ni le ruisseau qui les arrose, encore moins, connaissais-je la vie des grands cultivateurs qui nous ont précédés, l'existence des nourrisseurs du genre humain !

Si Dieu me prête vie et courage je vous écrirai un jour l'histoire de l'agriculture française ; je vous dirai la vie active, infatigable, résignée de ses hommes modestes, que la fortune et les honneurs ne devaient jamais atteindre, qui ont versé leurs sueurs sur les sillons que vos charrues labourent aujourd'hui, et vous ont légué les fruits de leurs labeurs et de leur longue expérience. Cette tâche hélas ! sera bien difficile, car où trouver la trace de nos devanciers ? Pas même sur leurs tombeaux ! Ils n'en ont point, leurs noms écrits sur une croix de bois à l'ombre du clocher du village sont disparus et mêlés comme leurs poussières !"

PamphletModifier

Ferdinand Jumeau est l'auteur d'un pamphlet intitulé "Guerre 1870-1871 - Sur les causes de nos malheurs"[9], qu'il publie en plusieurs parties dans L'Union Agricole avant de le faire éditer, dans lequel il indique ce qu'il pense être les causes de la défaite de 1870 : "la corruption partant d'en haut, les défaillances physiques et morales, le manque d'instruction de nos officiers et de nos soldats, les rouages brisés de la centralisation, l'incapacité et l'impuissance déplorables des intendances, l'absence relative de patriotisme dans la nation, le peu de foi dans le succès." et où il demande l'instauration de la République, d'une école gratuite et obligatoire de 7 à 14 ans, un service militaire obligatoire de 20 à 21 ou 22 ans, le droit pour tout Français d'avoir chez lui des armes et la décentralisation.

Il y raconte cette anecdote : "Non loin de chez moi, un braconnier fieffé passait en police correctionnelle pour la dixième fois peut-être. Le Président le reconnaissant : "-C'est encore vous, un tel ! Quand cesserez-vous donc de prendre des cailles en temps prohibé par la Loi ?" L'autre répond avec aplomb : "-Lorsque vous cesserez de les manger, mon Président...".

Fonctions publiquesModifier

Membre du Conseil général d'Eure-et-LoirModifier

Républicain, il est élu en 1868 membre du Conseil Général d'Eure-et-Loir (canton de Chartres-sud).

Membre de la commission de contrôle des réclamations suite à l'occupation prussienne de 1870 et 1871Modifier

Le 25 avril 1871, il est nommé par le préfet d'Eure-et-Loir, membre, pour le canton de Chartres-sud, de la commission chargée de vérifier l'exactitude des réclamations produites à l'enquête ouverte à l'effet de constater les charges résultant de l'occupation du territoire par les troupes allemandes[10].

Sénateur d'Eure-et-LoirModifier

Appuyé par le Comité Agricole de Chartres, il est élu, en même temps qu'Émile Labiche (501 voix), en janvier 1885, sénateur d'Eure-et-Loir, recueillant 418 voix, l'emportant sur le sénateur sortant Jacques Delacroix qui recueille 269 voix. Au Sénat, il siège à gauche et participe à quelques débats, prononçant notamment un discours sur les droits douaniers du maïs[11].

Décès et testamentModifier

Il meurt à son domicile de Nogent-le-Phaye, place du Tertre, le 23 octobre 1885, après quelques mois de mandat sénatorial seulement et pour lequel Pierre Dreux lui succédera.

Dans son testament olographe du 19 octobre 1885, il lègue notamment 500 francs au bureau de bienfaisance de Nogent-le-Phaye et la même somme aux deux filles de son ami Coudray, directeur du l'Union Agricole[12]. Le règlement de sa succession révèle un important patrimoine évalué à plus de 200.000 francs, comprenant notamment plus de 46 hectares de terre à Nogent-le-Phaye, Sours, Coltainville, Boisville-la-Saint-Père et Chartres.

ObsèquesModifier

Ses obsèques ont lieu le lundi 26 octobre 1885 à Nogent-le-Phaye[13], en présence notamment du sénateur Émile Labiche, d'Alphonse Coudray, directeur de l'Union agricole et des quatre députés d'Eure-et-Loir. Des allocutions sont prononcées par Pierre Roussille, du Comice agricole de Chartres, Alphonse Coudray et Charles Lemarié, son camarade de collège, maire de Montlandon (Eure-et-Loir).

Emile Lelong, président du Comice agricole de Chartres, publiera un article lui rendant hommage dans le Journal de Chartres du 29 octobre 1885.

DescendanceModifier

Célibataire, il laisse une fille naturelle reconnue : Rosine[14], née le 13 novembre 1847 à Paris 11e arrondissement, fille de Marie Louise Joséphine Hecquet. Celle-ci se marie à Paris 14e arrondissement le 12 mars 1888 avec Jules Eugène Prieur (1839-1908), ancien principal du collège de Chartres, officier de l'instruction publique, veuf, père d'une fille, épouse d'Henri Carreau, pharmacien à Paris, lequel reprendra, en 1893, la direction du journal L'Union agricole.

HommageModifier

L'inauguration du monument élevé à sa mémoire a lieu le mardi 26 octobre 1886 au cimetière de Nogent-le-Phaye, après un service religieux à l'église. Ce monument en granit d'Alençon a été édifié par M. Bouthemard, entrepreneur à Chartres.

Sur sa façade sont gravés ces mots :

 A FERDINAND JUMEAU  Sénateur d'Eure-et-Loir L'agriculture reconnaissante, ses amis et sa famille 20 mars 1824 - 23 octobre 1885  Bon, modeste, dévoué, sans ambition.
  • Dans une lettre[15] datée du 28 juin 1886, Rosine Jumeau parle ainsi son père :

"Sans aucune ambition personnelle, il a pris des intérêts de son pays, et de ceux de l'agriculture, plus de souci que des siens propres. Combien de fois ne l'ai-je pas vu, dans le journal qu'il a fondé, s'appliquer à rendre, dans un style toujours clair, sous une forme accessible à toutes les intelligences, et souvent attrayante, les conseils qu'il jugeait les plus favorables aux progrès de la culture. En 1870, je l'ai vu verser des larmes sur les malheurs de la Patrie et s'offrir bien que âgé de 46 ans à marcher à sa défense. Je l'ai vu déplorer les fautes de la France, mais non jamais désespérer d'elle..."

SourcesModifier

  • Article de Ferdinand Jumeau "Une révolution en Beauce" parue dans l'Almanach du Glaneur, année 1877.
  • Dossier concernant l'Union Agricole, archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 2 T 25.
  • Dossier des élections sénatoriales 1885, archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 3 M 149.
  • Obsèques de M. Jumeau et hommages, le Journal de Chartres du 29 octobre 1885.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Et non le 20 mars 1821, comme l'indique par erreur le site du Sénat.

RéférencesModifier

  1. Acte de Maître Caperon, notaire à Orléans, des 14 et 23 octobre 1843.
  2. Livre d'or du collège et lycée de Chartres (1830-1902), archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 59 J 76
  3. Palmarès du collège de Chartres, archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 59 J 77
  4. A la Bibliothèque Nationale de France, seule la période du 1er juin 1865 au 14 mars 1867 et les années 1878 et 1879 peuvent être consultées, car la collection y est en très mauvais état en raison d'un papier très fragile. Les Archives départementales d'Eure-et-Loir permettent en consultation les années 1871, 1872, 1873, 1874, 1876, 1877, 1878, 1879, 1884, 1886, 1888, 1890, 1891, 1892, 1894, 1895, 1896, 1897, 1898 et 1899.
  5. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 22 novembre 1967
  6. Pionnier de Nouvelle-Calédonie 1863-1867, lettres de Nouvelle-Calédonie de Narcisse-Anténor Leloup à son ami Ferdinad Jumeau, éditions L'Harmattan, mai 2016, 245 pages.
  7. Le Journal de Chartres, 31 août 1856.
  8. Brochure "Compte-rendu général par divers membres choisis dans les quatre comices d'Eure-et-Loir", consultable à la médiathèque de Chartres.
  9. Chartres, imprimerie Durand 1871, 55 pages. Consultable à la Médiathèque de Chartres sous la cote E.20.944
  10. Recueil des actes administratifs de la Préfecture d'Eure-et-Loir, année 1871, numéro 7.
  11. Journal La République française, 26 octobre 1885, page 3
  12. Acte de dépôt du testament de M. Jumeau, reçu par Maître Maintrieu, notaire à Chartres, le 26 octobre 1885. Archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 2 E 9 933.
  13. Le Journal de Chartres, 29 octobre 1885.
  14. Acte de notoriété de Maître Maintrieu, notaire à Chartres, du 23 octobre 1885. L'acte de reconnaissance a été reçu par Maître Louis Sébert, notaire à Paris, le 28 juillet 1853.
  15. Publiée dans l'Union Agricole, édition 1886.

Voir aussiModifier