Ouvrir le menu principal

Ferdinand Gabin

comédien et chanteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gabin et Moncorgé.
Ferdinand Gabin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
Nationalité
Activités
Conjoint
Hélène Petit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Ferdinand Joseph Moncorgé, dit Ferdinand Gabin (Paris 15e, - Paris 18e, ), est un comédien français. Il est le père de Jean Gabin.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'un chef paveur à la ville de Paris devenu conducteur de locomotive, Ferdinand-Joseph Moncorgé quitte le domicile parental en 1885, à l'âge de 17 ans, car son père voulait que son fils devînt dessinateur des Ponts et Chaussées, ce qui ne l'intéressait pas.

En 1885, il débute donc dans un petit concert de la rue du Château-d'Eau à Paris. C'est à ce moment-là qu'il prend le pseudonyme de Gabin (qu'il fera précéder de divers prénoms comme Georges, Joseph, Ferdinand ou Eugène), un nom qu'il a trouvé dans l'indicateur ferroviaire de son père[1].

Il épouse sa partenaire de spectacle Hélène Petit (1865-1918), une chanteuse de café-concert avec laquelle il aura sept enfants dont Ferdinand-Henri (1888-1939), Madeleine (1890-1970), Reine (1893-1952) et Jean-Gabin-Alexis (1904-1976) connu sous le nom de Jean Gabin.

Jean Gabin décrivait son père en ces termes[2] :

« Quant à mon père, le plus lointain souvenir d'enfance que j'ai conservé de lui est celui d'un homme qui “passait” chaque jour à la maison comme une sorte de mystérieux voyageur, et à des heures où le plus souvent je dormais. Il rentrait en effet tard, par le dernier train du soir [de ses représentations à La Cigale], dormait toute la matinée et repartait en début d'après-midi alors que je faisais ma sieste. Avec les années, ce fut à peu près la même chose, à la différence que lorsqu'il repartait j'étais à l'école ou en train de courir la campagne. »

Il meurt le 19 novembre 1933 d'une embolie[3],[4].

ThéâtreModifier

  • 1920 : Le Chasseur de chez Maxim's
  • 1922 : Ta bouche : Jean
  • 1923 : Là-haut : Saint Pierre
  • 1923 : Madame : Romulus
  • 1924 : Troublez-moi ! : Monsieur Goulichou
  • 1925 : PLM : Anatole Limace
  • 1925 : Trois jeunes filles nues : le commandant Le Quérec
  • 1926 : J'aime ! : le Général
  • 1927 : Mercenary Mary
  • 1928 : Une nuit au Louvre : M. Scravougnat
  • 1928 : Déshabillez-vous ! : maître Cabage
  • 1930 : Arsène Lupin banquier : le général / un rentier

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Jacques Jelot-Blanc, Jean Gabin inconnu, Éditions Flammarion, , p. 7
  2. Jean Gabin, Une histoire vraie, City Éditions, (lire en ligne)
  3. Ferdinand Gabin sur le site de Mériel
  4. Acte de décès no 4910 (vue 13/31) de Ferdinand Moncorgé du registre des décès de l'année 1933 coté 18D 353 de Paris 18e des archives numérisées de Paris, en ligne sur le site des archives de Paris

Liens externesModifier