Ouvrir le menu principal
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Fellag.

Le terme de fellaga ou fellagha (arabe : الفلاقة) est utilisé pour désigner un combattant tunisien (1952-1956) ou algérien (1954-1962) entré en lutte pour l'indépendance de son pays alors sous domination française.

Sommaire

ÉtymologieModifier

Le terme fellaga (فلاقة), pluriel de fellag (فلاق), désigne traditionnellement au Maghreb un « bandit de grand chemin ». Il correspond au mot de l'arabe littéral signifiant « pourfendeur » ou « casseur de têtes »[1].

Le mot, qui a un sens péjoratif en arabe, désigne plus précisément, dans le contexte de la guerre d'Algérie, les partisans de l'indépendance de l'Algérie ; soit, de manière globale, les combattants liés au FLN (et, de manière plus précise, les membres de l'ALN) ou au MNA.

Le mot était également remplacé, dans l'argot militaire ou colonial, par celui de fellouze, ou abrégé en fell ou fel[2].

FellagasModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RéférencesModifier

  1. (fr) Article « fellagha » dans le Trésor de la langue française informatisé
  2. Ambroise Queffélec, Le français en Algérie : lexique et dynamique des langues, éd. De Boeck Supérieur, Paris, 2002, pp. 307-308

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :