Felicia Pacanowska

peintre et graveuse polonaise
Félicia Pacanowska
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Felicia Pacanowska (orthographié également Pocanowska[1]) est une artiste peintre et graveuse polonaise née à Łódź (Pologne) en 1907, et morte à Rome en 2002.

Son œuvre se situe d'abord dans la figuration cubiste pour glisser progressivement dans les années 1950 vers l'abstraction géométrique. Vivant à Paris depuis 1932[2], elle appartient à l'École de Paris.

BiographieModifier

Felicia Pacanowska est, après avoir obtenu son baccalauréat au lycée de Lodz, élève en peinture et en gravure (bois et cuivre) de l'Académie des beaux-arts de Varsovie. Diplômée, elle quitte la Pologne pour Paris en 1932.

Pendant trois années, elle s'investit dans l'étude des gravures du Département des Arts graphiques du musée du Louvre. En 1935, elle visite l'Italie et l'Allemagne, expose au Salon d'Automne à Paris en 1936, revient en Pologne en 1937 où elle expose ses gravures et monotypes à l'Institut pour la diffusion de l'art de Lodz, ne sachant pas encore qu'elle voit là pour la dernière fois ses parents qui seront exterminés par les nazis.

De retour à Paris en 1937, elle se rapproche de l'École de Paris[3] et travaille à approfondir la technique de l'eau-forte. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est dessinatrice industrielle dans une usine d'aviation (1939). Échappant à la rafle du Vel d'Hiv en 1942, elle vivra jusqu'en 1945 dans des conditions précaires et dangereuses, apprenant la mort de ses parents à Auschwitz où ils furent déportés en 1944 depuis le ghetto de Lodz. Elle part en 1946 étudier la sculpture à l'Académie de Rome, et rentre à Paris pour pratiquer la peinture et à la gravure dès 1947.

La robustesse des personnages de Felicia Pacanowska l'apparente alors tant à l'expressionnisme qu'à un cubisme dont la force de construction rappelle son apprentissage de la sculpture. Nadine Nieszawer établit pour sa part un lien entre les mêmes réminiscences extrêmes et inhumaines de l'après-Shoah et le renoncement progressif de Pacanowska à la figuration, à son devenir radicalement abstrait[3].

L'œuvre de Felicia Pacanowska est, tant en France qu'en Italie où elle reçoit deux prix, découverte et reconnue par les critiques d'art autour de 1954[4], puis, à compter du Salon des réalités nouvelles de 1962, présente dans les principales manifestations parisiennes ainsi que dans les musées européens.

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Redfern Londres, 1937
  • Musée d'Israël, Jérusalem, 1953
  • Galerie Gérard Mourgue, Paris, [5]
  • Galerie Vendôme, Paris, 1973
  • Centre d'art et de culture de l'Espace Rachi, Paris, mars-

Expositions collectivesModifier

  • Salon d'automne, Paris, 1936
  • Institut pour la diffusion de l'art, Lodz, 1937
  • Quadriennale de Rome, 1948, 1952
  • Mostra internazionale del Ritrato, Centro delle arte Quo Vadis, Fondazione Romane Marchesa J.S. Umiatowska, Rome, .
  • Salon Comparaisons, Paris, 1955, 1956, 1957, 1958, 1959 1976, 1978, 1980, 1982
  • Salon des indépendants, Paris, 1959
  • Salon des réalités nouvelles, Paris, 1962
  • Biennale internationale de gravure, Tokyo, 1962
  • Salon de Mai, Paris, 1962, 1974, 1979, 1980, 1981, 1982
  • Salon La jeune gravure contemporaine, Paris, 1963
  • L'estampe contemporaine, Bibliothèque nationale de France, Paris, 1973
  • Union des femmes peintres et sculpteurs, Paris, 1979
  • Salon Le Trait, Paris et Bordeaux, 1979,1980, 1982
  • Groupe 109, Paris, 1983
  • De Bonnard à Baselitz, dix ans d'enrichissements du Cabinet des estampes, Bibliothèque nationale de France, Paris, 1992
  • Autobiografia : recluse of history, Art & Soul Gallery, Bombay, 2013[6],[7].

Réception critiqueModifier

  • « Pacanowska nous donne des représentations de formes conçues clairement. Ses formes simples de personnages, pèlerins, pêcheurs, arbres ou de toits qui se détachent presque en relief sur des fonds plus clairs sont pourtant des échafaudages harmonieux placés dans un ordre esthétique rigoureux. D'autre part, ses tableaux sont le résultat d'une superposition sculpturale de formes bien plus que d'une imbrication architecturale cubiste. J'ai pensé, devant son paysage de Positano, au paysage de Tolède du Greco par l'étagement singulier des formes et aussi la lumière intellectuelle qui prend possession de la nature. Peut-être parce que Pacanowska est astigmate, comme l'était Le Greco ? En tous cas, son sens de la composition est d'un grave dépouillement sans jamais tomber dans la stylisation. Cette esthétique se réclamant plus de la sculpture que de la froideur de l'architecture répond-elle à un besoin d'absolu ? Pacanowska ne veut pas souffrir l'intransigeance abstraite et c'est d'une esthétique d'un parti-pris délicat qu'il s'agit plutôt : elle veut que seule la forme abstraite frappe durablement le spectateur, mais son esprit a besoin d'un ordre profond donné par les rapports cosmiques de la nature. Cette spiritualité claire et mystique de la conception de la nature est transcrite par un trait, un dessin sérieux qui fait toute la sympathie qu'on éprouve devant cette peinture dépouillée. Toute la sensibilité se trouve dans les couleurs, aux beaux tons pâles très doux, mais sa force est le privilège d'un sens clair de la forme. » - Hubert Decaux[5]

PrixModifier

Musées et collections publiquesModifier

En Belgique ;
Au Danemark 
En France 
En Italie 
En Pologne 
Au Royaume-Uni 
En Suisse 

Collections privéesModifier

  • Henri Braun-Adam[8].

Notes et référencesModifier

  1. Le Dictionnaire Bénézit orthographie « Pocanowska ».
  2. Notamment au 7, rue Ricaut dans le 13e arrondissement.
  3. a et b Nadine Nieszawer, Les peintres juifs à Paris - 1905-1939 - École de Paris.
  4. Jean Bouret, « Felicia Pacanowska », in Franc-Tireur, 15 avril 1954
  5. a et b Hubert Decaux, « Pacanowska et l'esthétique de l'esprit », Journal de l'amateur d'art, n°213, 10 juin 1958, page 10.
  6. Présentation de l'exposition Autobiografia : recluse of history Saffronart blog.
  7. Présentation de l'exposition Autobiografia : recluse of history The Art Daily, 24 juillet 2013.
  8. Drouot Presse, La collection Henri Braun-Adam, un destin au service de l'art, novembre 2013

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Hubert Decaux, « Pacanowska et l'esthétique de l'esprit », Journal de l'amateur d'art, n°213, .
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner, Anne Moeglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, Bibliothèque nationale de France, 1992.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Yael Ancri dans Nadine Nieszawer, Peintres juifs à Paris - 1905-1939 - École de Paris, Éditions Denoël, 2000 (lire en ligne)
  • Éliane Strosberg, Humanisme et expressionnisme - La représentation de la figure humaine et l'expérience juive, Somogy Éditions d'Art, 2008, p. 119 à 121.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, 2014 (lire en ligne)

Liens externesModifier