Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galizia.
Fede Galizia
Judith with the head of Holofernes.jpg
Judith avec la tête d'Holofernes (1596).
Naissance
Décès
Activité
Lieux de travail

Fede Galizia ou Fede Gallizi (Milan,1578 - 1630), est une femme peintre italienne de l'époque baroque, qui a été active au XVIIe siècle.

BiographieModifier

 
Nature morte de fruits et jasmin

Fede Galizia apprend la peinture dans l'atelier de son père Nunzio Galizia, originaire de Trente, peintre miniaturiste à Milan. A 12 ans, elle maîtrise la gravure. A 20 ans elle a eu une réputation de portraitiste qui dépasse les frontières[1]. En 1596, elle réalise une Judith et sa servante. Elle exécute plusieurs commandes pour des églises à Milan dont le retable pour l'église Santa Maria Maddelena. En 1630, elle meurt à Milan de la peste qui ravageait l'Italie[1].

Caractéristique de son œuvreModifier

En 1965, Stéfano Bottari constitue le catalogue de ses œuvres. Il lui attribue en majorité des natures mortes alors que sa réputation de son vivant est basée sur le portrait. Sa peinture est associé par le style et la simplicité à la peinture de la contre-réforme[2].

Ce sont ses natures mortes qui font penser aux natures mortes de Zurbaran qui passeront à la postérité. Fede Galizia est avec Clara Peeters à Anvers et Louise Moillon à Paris l'une premières peintres de natures mortes. Les représentations sans figures humaines sont rares au XVIIe siècle. Jan Brueghel présent à Milan peint des fleurs, mais pas des natures mortes. Les natures mortes de Fede Galizia présentent une corbeille de fruit, panier de pêche ou de pommes avec quelques fleurs coupées [1].

Ses natures mortes influencèrent Giovanna Garzoni.

En 1595, Paolo Morigia jésuite lui commande son portrait. Ce tableau est aujourd'hui perdu. Un second tableau réalisé en 1596 montre Moragia assis à son bureau venant de terminer un poème. Fede Galizia fait le portrait du jésuite dans une tradition naturaliste du nord de l'Italie. Moragia regarde le spectateur. Il est peint sans artifice en reproduisant rides, strabisme et rictus. Ce tableau rappelle les œuvres de Lorenzo Lotto[1].

ŒuvresModifier

  • Christ dans le jardin, Museo Diocesano, Milan.
  • Portrait de Paolo Morigia, Pinacoteca Ambrosiana, Milan.
  • Judith avec la tête d'Holofernes (1596), Ringling Museum of Art, Floride.
  • Nature morte avec pommes et pêches, Metropolitan Museum of Art.
  • Panier de pêches, NewHouse Galleries, New York
  • Pêches dans un panier percé en faïence blanche,
  • Noli me tangere (1616) (retable), Santo Stefano, Milan.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Harris, Ann Sutherland., Nochlin, Linda, 1931- ..., Los Angeles county museum of art. et impr. Delmas), Femmes peintres : 1550-1950 : [exposition, Los Angeles county museum of art 1976], Des Femmes, (ISBN 2721002082, OCLC 461770300, lire en ligne)
  2. (it) Stefano Bottari, « Fede Galizia », Arte Antica e moderna, no 24,‎ , p. 309-360

Liens externesModifier

SourcesModifier