Fayet-Ronaye

commune française du département du Puy-de-Dôme

Fayet-Ronaye
Fayet-Ronaye
Vue du village Fayet-Ronaye.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Intercommunalité Communauté de communes Ambert Livradois Forez
Maire
Mandat
Louis Chauvet
2020-2026
Code postal 63630
Code commune 63158
Démographie
Population
municipale
106 hab. (2019 en augmentation de 3,92 % par rapport à 2013)
Densité 5,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 34″ nord, 3° 32′ 12″ est
Altitude Min. 823 m
Max. 1 145 m
Superficie 20,25 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Monts du Livradois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fayet-Ronaye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fayet-Ronaye
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Fayet-Ronaye
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Fayet-Ronaye

Fayet-Ronaye est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Le double nom Fayet-Ronaye représente deux paroisses distinctes ; Fayet et Ronaye qui sont séparés par la vallée du Doulon.

Lieux-dits et écartsModifier

Entre parenthèses des variantes telles que relevées dans différents actes :

  • Ardennes
  • Combe
  • Échandelon
  • Espinnasset
  • Frissonnet (Fraissonnet)
  • Mandel (Mandelles)
  • Ronaye
  • Tissonnière
  • Verrières (Veyrières: recensement de 1866 6M 3081)
  • Villeprat (Vilprat)
  • la Baffie (la Bafie)
  • la Fessille
  • la Grange du Blé
  • la Marconnerie
  • la Pause
  • le Chevant Bas, le Haut
  • le Fougaud (1775)
  • le Grenier
  • le Moulin de Courtine
  • le Pin
  • le Pouyet
  • les Plots
  • Tirechèvre
  • le Moulin du Jas, Moulin du Renard, le Grenier, le Pin, la Pinatelle, Près de la Fontaine, Suc de l'Aile, la Virade, la Gravière, la Mouleyre, les Planelles, la Molière, les Rivaux, la Roche, la Sagne, Champs de Barthe, Pierre Noire, le Creux de L'Argent, le Suc Perier, la Croix des Chaux, les Littes Longues, les Ribeyrolles, Puy Gros, les Gouttes-Basses, etc. N/ N-E
  • Coussac, Chadet, Durette, Loche, Fonlade, Pacros, Gravit, etc.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Fayet-Ronaye est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (83,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (83,3 %), prairies (16,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

HistoireModifier

Tumulus dit "Lou Schou Dissard" ou "Tumulus de la Poudrière"Modifier

Il s'agit d'un ouvrage mesurant 40 mètres de long, 30 mètres de large et 6 mètres de hauteur. Il est situé à 1 kilomètre de Fayet-Ronaye, à gauche de la route qui va à Champagnac-le-Vieux, après le pont qui traverse le Doulon et à l'extrémité de la vallée de la Poudrière et de la Baffie. Selon les écrits du Docteur Coste [7], et ceux, postérieurs, du Chanoine Dissard [8] l'ouvrage serait un tumulus druidique. Pour ces auteurs, Vercingétorix assurait la protection du Grand Prêtre des Druides et de sa garde qui formaient la tribu sacrée de Diviciac, autre chef Gaulois. César connut le lieu de leur retraite et envoya un de ses lieutenants, Marcus Licinius Crassus. Celui-ci, à la suite de la bataille qui eut lieu dans la vallée du Doulon, réussit à anéantir les plus prestigieux des représentants de la religion celtique. Ces dignitaires furent incinérés, puis enterré dans le tumulus de la Poudrière ou Schou Dissard. Cependant quelques-uns de leurs descendants parvenaient à s'enfuir. Ils se réfugièrent d'abord dans une grotte près du village de la Baffie, puis restèrent sur les lieux où avaient habité leurs ancêtres et prirent le nom de DISSARD. Celui-ci serait composé de termes celtes: Diss:Dieu, père de famille, Ard:chef suprême[9].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989   Pierre Douare    
mars 1995   Claude Lecocq    
mars 2008   Yves Bouchet    
mars 2014
(réélu en 2020)
En cours
(au 15 août 2020)
Louis Chauvet[10],[11]   Retraité[12]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2019, la commune comptait 106 habitants[Note 2], en augmentation de 3,92 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9478291 0679051 1431 1521 2601291 191
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1111 1161 1301 0411 0741 0441 0201 008927
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
905844702520503502437401358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
364324243175163143124123100
2014 2019 - - - - - - -
102106-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église de Ronaye.
  • L'église de Fayet. Cette église, placée sous le vocable de Saint-Barthélemy, est une ancienne construction romane. Elle fut remaniée et fortifiée aux XIVe et XVe siècles. Elle comprend une nef édifiée en trois travées voûtées d’un berceau brisé soutenu par des arcs doubleaux ; un chœur de deux travées se termine sur un chevet polygonal éclairé de baies tréflées.
    Parmi le mobilier de cette église, se trouve un christ en bois qui date de la fin de l'époque gothique, protégé par arrêté du [17]. Deux chapiteaux provenant de l’église primitive se trouvent près de la cuve baptismale.
    De ce prieuré casadéen dépendait l'église de Ronaye, ainsi que celles de Champagnat-le-Jeune et de Châteauneuf-du-Drac.
 
Christ on the cross, historical monument, late Middle Age
  • L'église de Ronaye est dédiée à saint Laurent. Également de tradition romane, il en subsiste la nef. Le chœur fut reconstruit au XVe siècle pour offrir une abside polygonale.Vue en 3D de l'intérieur de l'église de Ronaye L'église est actuellement interdite aux visites par sécurité, faute de rénovation du bâti fissuré.
  • Motte castrale de Fayet, dite tumulus Dissard, d'une hauteur de 5 m et d'un diamètre de 40 m, entourée d'un fossé d'environ 5 m de large[18]. Elle est située à environ 1 km du bourg, à gauche de la route de Champagnac-le-Vieux, après le pont sur le Doulon. Datation non connue en l'absence de fouilles. Inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [19].
  • Rochers, grottes et cascades de la Roche-Combaud.

Patrimoine naturelModifier

La commune de Fayet-Ronaye est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.

Personnalités liées à la communeModifier

Associations localesModifier

  • Association et Journal "Vivre à Fayet-Ronaye"

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. Supplément au monumént druidique de Tuniac
  8. "Extrait de la revue du Collège Héraldique", Chanoine Dissard, Rome, mars 1904
  9. "Saint-Germain-l'Herm et sa région. Hisoire d'un canton d'Auvergne". Jean Olléon. éditions Créer. 1989 (ISBN 2 902894 62 7)
  10. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  11. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  12. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 27 (édition du Puy-de-Dôme).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. « Statue : Christ en croix », sur pop.culture.gouv.fr (Plate-forme ouverte du patrimoine), Ministère de la Culture (consulté le ). Notice no PM63000478.
  18. Sur les légendes associées à ce site, voir l'article sur le chanoine Dissard.
  19. « Motte castrale de Fayet dite suc Dissard », sur pop.culture.gouv.fr (Plate-forme ouverte du patrimoine), Ministère de la Culture (consulté le ). Notice no PA00135217.