Ouvrir le menu principal

Faverges-Seythenex

commune nouvelle de la Haute-Savoie, France

Faverges-Seythenex
Faverges-Seythenex
Faverges, vue depuis le crêt de Chambellon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Faverges
Intercommunalité Communauté de communes des sources du lac d'Annecy
(siège)
Maire
Mandat
Marcel Cattaneo
2016-2020
Code postal 74210
Code commune 74123
Démographie
Population
municipale
7 602 hab. (2016)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 47″ nord, 6° 17′ 43″ est
Altitude Min. 472 m
Max. 2 210 m
Superficie 59,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Faverges-Seythenex

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Faverges-Seythenex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faverges-Seythenex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faverges-Seythenex
Liens
Site web faverges-seythenex.fr

Faverges-Seythenex (le -x ne se prononce pas[Note 1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes, créée le [4].

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

Le territoire communal de Faverges-Seythenex se situe dans le Sud du département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes, partiellement au contact de la limite avec le département de Savoie. Le territoire de la commune est traversé par deux cours d'eau ou torrents de montagne, le Saint-Ruph ou Eau morte, qui prend sa source, à l'ouest, dans le massif des Bauges et se déverse, au nord, dans le lac d'Annecy, et, à l'est, la vallée de la Chaise, en provenance du massif des Bornes, qui rejoint le pays de Faverges et traverse par un de ses canaux la commune avant de poursuivre plus au sud et se jeter dans la rivière de l'Arly, au niveau d'Ugine, dans le département de la Savoie.

Faverges-Seythenex se trouve dans la vallée située en amont de la cluse et du lac d'Annecy, appelée vallée de Faverges, puis plus récemment pays de Faverges. Celui-ci appartient donc à l'ensemble plus vaste qu'est le bassin annécien, tout en formant une sous-entité bien distincte[Note 2]. La ville est aussi membre du parc naturel régional du massif des Bauges[5].

À vol d'oiseau, la ville se situe à 22,1 km au sud-est d'Annecy, la préfecture du département. Les autres principales villes se trouvent dans le département voisin de la Savoie, avec à l'est Ugine à 9,4 km, au sud-est Albertville à 10,7 km et plus éloignée, au sud-ouest Chambéry, située à 35,1 km[Note 3].

Communes limitrophesModifier

  Doussard Talloires-Montmin Saint-Ferréol
Val de Chaise
 
Giez N Marthod
(Savoie)
O    Faverges-Seythenex    E
S
Jarsy, Plancherine
(Savoie)
Mercury
(Savoie)

Voies de communication et transportsModifier

La commune est traversée par l'ex-RN508 aujourd'hui route départementale 1508 qui se dirige au nord vers Annecy (env. 40 minutes) et au sud vers Albertville (env. 25 minutes), via Ugine (env. 20 minutes)[Mairie 1]. Si la RN 508 passait par le centre-ville, désormais la RD1508 contourne l'agglomération par le Nord[Mairie 1], depuis 1993[6]. Dans cette direction, il est possible de rejoindre Albertville située à 25 km, ville depuis laquelle on peut rejoindre l'autoroute A430 permettant de rejoindre la combe de Savoie menant à la vallée de Maurienne ou les métropoles de Chambéry ou de Grenoble ainsi que la RN 90 qui permet de se diriger vers les stations de sports d'hiver de la vallée de la Tarentaise. En remontant vers le nord, en traversant Annecy, il est possible de rejoindre l'autoroute A41 (sortie Annecy-Sud à 25 km ou Annecy-Nord à 28 km) permettant de se rendre vers la vallée de l'Arve à l'est ou de se diriger vers Chambéry, via Aix-les-Bains à l'ouest. On peut éventuellement rejoindre l'autoroute A40, dite « Autoroute Blanche » en empruntant l'ancienne RN508 direction Frangy.

La circulation est estimée à plus de 8 100 véhicules par jour dont la proportion de poids lourds est d'environ 8 %[Mairie 1].

La ville est reliée au reste du département et aux villes du département voisin par un service de cars journaliers assurant la liaison Annecy-Albertville par la société Philibert Transport, membre du réseau Lihsa (lignes interurbaines de Haute-Savoie)[Mairie 2]. Il s'agit de la ligne 51 dont les autocars effectuent de façon quotidienne[7].

À partir d'Annecy, on peut se connecter au réseau ferré de la plate-forme multimodale de la gare d'Annecy. Pour les vols internationaux, on peut emprunter soit l'aéroport français de Lyon-Saint-Exupéry (150 km soit environ 1h45), soit celui plus proche de Genève Cointrin en Suisse (75 km soit environ 1h05).

La commune est également parcourue par une piste cyclable ou voie verte, dite du lac d'Annecy, implantée sur l'ancien tracé de chemin de fer, longeant la RD1508, entre Annecy et Albertville, s'arrêtant pour la Haute-Savoie sur la commune de Val-de-Chaise (village de Marlens)[Mairie 3],[8]. Le dernier tronçon reliant Giez à Marlens a été réalisé entre 2004-2005[8]. Elle mesure 30 km de long[Mairie 3],[8]. Elle est gérée par le syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA)[8]. Cette piste cyclable est considérée comme l'une des plus fréquentées de France[8].

On peut aussi se rendre à Annecy par bateau depuis l'embarcadère de Doussard, grâce à l'une des trois liaisons journalières proposées par la Compagnie des bateaux du lac d'Annecy.

ToponymieModifier

Le nom de la commune est constitué par l'association des noms des anciennes communes de Faverges et de Seythenex. Faverges provient du latin Fabrica (« forge, fabrique, atelier ») qui dérive en Faveriga, tirant son origine de la présence de forges attestée dès cette période[9],[10],[11]. Seythenex est issu du nom d'une de villa gallo-romaine Sextinacus, probablement dérivé du nom de son propriétaire, un certain Sextinus auquel serait associé le suffixe -acus[12].

HistoireModifier

Le , les conseils municipaux des communes de Faverges et Seythenex se sont réunis et ont décidé le regroupement de leurs communes respectives sous le nom de Faverges-Seythenex[13]. La commune est créée par arrêté préfectoral[4].

La création de la nouvelle commune est effective depuis le par la fusion de ces communes, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales.

Un projet de fusion entre la commune et celle de Doussard, est envisagé en 2017 pour une réalisation au [14]. Les communes voisines de Chevaline, Giez, Lathuile, Saint-Ferréol et Val-de-Chaise sont également invitées à participer au projet[15]. Toutefois, au bout de quelques mois le projet est arrêté lors d'un vote commun des deux conseils municipaux le , car si le Conseil de Faverges-Seythenex a voté favorablement, celui de Doussard est négatif[16].

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

La commune appartient au canton de Faverges dans l'arrondissement d'Annecy[Insee 1], qui depuis le redécoupage cantonal de 2014, est composé de 27 communes . La ville de Faverges-Seythenex en est le bureau centralisateur[17].

Elle est aussi membre de la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy (ex-CC du pays de Faverges), et qui comporte six autres communes du Pays de Faverges. Elles font suite à l'ancien SIVOM de Faverges, depuis l'an 2000[Mairie 4].

La commune relève de l'arrondissement d'Annecy et de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Administration municipaleModifier

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes[4].

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Faverges
(siège)
74123 CC du Pays de Faverges 25,86 6 968 (2013) 269


Seythenex 74270 CC du Pays de Faverges 33,41 630 (2013) 19

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 En cours Marcel Cattaneo DVD Retraité
Maire de Faverges (2014 → 2015)

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2019[19],[Note 4].

En 2014, la commune comptait 7 611 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2014
7 611
Population municipale [21].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune de Faverges-Seythenex est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école maternelle et une école élémentaire situées à Faverges[22] et une école primaire à Seythenex[23].

L'ensemble des établissements sont rattachés au collège public du canton, le collège Jean-Lachenal, situé à Faverges[24]. Le collège, créé en 1966, porte le nom de l'un de ses premiers directeurs (1967 à 1979), qui fut également maire adjoint de 1959 à 1989[25]. Certains élèves se rendent au collège de Saint-Jorioz ou les établissements privés du bassin annécien.

Les futurs lycéens poursuivent leurs études selon leurs options, dans l'un des lycées d'Annecy (lycée Gabriel-Fauré ou lycée professionnel Germain-Sommeiller, parfois le lycée Berthollet ou le lycée privé Saint-Michel). Certains optent toutefois pour l'un des enseignements d'établissements des villes du département savoyard voisin (lycée polyvalent René-Perrin d'Ugine ou lycée général et technologique privé Jeanne-d'Arc d'Albertville).

Un établissement préparant différents diplômes dans son lycée professionnel privé La Fontaine se trouve également sur Faverges[24] : C.A.P. (Esthétique-cosmétique, coiffure, dessinateur en communication graphique) ; B.P. (esthétique en alternance) ainsi que B.E.P. (Bio-services, carrières sanitaires et sociales, vente action marchande) ou encore Bac Pro (artisanat et métier d’arts option communication graphique, commerce, vente). On trouve également à Faverges, un institut médico-éducatif/SESSAD Guy-Yver[26].

SantéModifier

La commune, comme l'ensemble des communes du canton, est attachée au service d'urgences du centre hospitalier Annecy Genevois. Anciennement idéalement placé du côté des Marquisats à Annecy, sur la RD 1508, ce dernier a dès lors déménagé en 2008 du côté de Metz-Tessy, obligeant la traversée de l'agglomération. Du côté d'Albertville, dans le département voisin, on peut également avoir accès au service du centre hospitalier intercommunal Albertville-Moûtiers.

ÉconomieModifier

Faverges-Seythenex est une ville située en position de carrefour pour les petites vallées environnantes, polarisant plus ou moins le territoire de son canton, mais située sur un axe secondaire important entre Annecy et les villes d'Ugine et Albertville, situées dans le département savoyard voisin.

Activités agricolesModifier

Artisanat et industrieModifier

La commune dispose de deux zones artisanales de Cudray et de Viuz, ainsi que d'une zone commerciale à la sortie de Faverges en direction d'Annecy. En 2009, la communauté de communes a établi sur la commune une pépinière d'entreprises, « La Clé du Pays de Faverges »[27].

Le rôle de centre du pays de Faverges est complété par l'activité industrielle avec notamment les unités e production de suisse Stäubli (robotique, raccords industriels, machines-outils) ou de la marque de luxe S.T. Dupont.

D’autres activités sont à mentionner telles que :

  • la construction : Cemex, multinationale mexicaine de matériaux de construction y possède une unité de béton prêt à l'emploi ;
  • la filière bois : Suscillon (fabrication de portes) ;
  • des commerces généralistes : Carrefour Market, Carrefour Express, Intermarché, Leader Price ;
  • des commerces spécialisés : Twinner (sports).

TourismeModifier

En 2017, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 1 983 lits touristiques répartis dans 305 structures[Note 5]. Les hébergements se répartissent comme suit : 54 meublés ; un hôtel ; trois structures d'hôtellerie de plein air (53 emplacements) ; 2 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse ; cinq refuge ou gîte d'étape et une chambre d'hôtes labellisées[28]. Une aire de service pour camping-cars.

Sur les hauteurs de la commune se trouve le domaine skiable de La Sambuy-Seythenex. La ville est par ailleurs membre du parc naturel régional du massif des Bauges.

Culture locale et patrimoineModifier

La commune abrite le château de Faverges, un ancien château-fort du XIIIe siècle.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 279-281 « Le canton de Faverges ».

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le -ex final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Le bassin annécien est ainsi constitué de territoires distincts : l'agglomération annécienne, le pays du Laudon (appelé aussi rives du lac), le pays de Faverges, la vallée de Thônes et Les Aravis. in Vincent Pacini, Isabelle Brun, « Le livre blanc du bassin annécien. Une démarche aussi instructive qu'opérationnelle », Futuribles, no 328,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  3. Calcul réalisé à partir du site « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 3 avril 2016).
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[28].

RéférencesModifier

Données Insee de la communeModifier

Pour les informations en ligne : [lire en ligne] :

  1. « Commune de Faverges (74010) » (consulté le 16 mai 2015).

Données issues des sites institutionnels locauxModifier

  • Sites de la mairie de Faverges-Seythenex et de la communauté de communes du pays de Faverges
  1. a b et c PLUi 1.1, p. 15, 53, 300-301.
  2. PLUi 1.1, p. 302-303.
  3. a et b PLUi 1.1, p. 305.
  4. Marité Martiney, « La communauté de communes à de grands projets », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne), p. 12.

Autres sourcesModifier

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  4. a b et c « Arrêté du 30 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Faverges-Seythenex, page 61 », Recueil des actes administratifs N° 69 du 06 octobre 2015,‎ (lire en ligne [PDF]).
  5. Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : Le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-60301-151-5), p. 199.
  6. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie en images : images, récits, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 461 p. (ISBN 2-84206-347-3), p. 82-85.
  7. Ligne no 51 du Réseau interurbain de Haute-Savoie.
  8. a b c d et e « Voie Verte - Présentation », sur Site du Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA) - www.sila.fr (consulté en août 2014).
  9. Henry Suter, « Faverges », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 19 décembre 2015).
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes, dialectales, Genève, Librairie Droz, , 1385 p., p. 1346.
  11. Hubert Bessat et Claudette Germi, Les noms du patrimoine alpin : Atlas toponymique II, Savoie, Vallée d'Aoste, Dauphiné, Provence, vol. 2, Ellug, , 464 p. (ISBN 978-2-8431-0052-9), p. 225-226.
  12. D'après Henry Suter, « Seythenex », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 19 décembre 2015).
  13. Roland Ancillon, « Fusion de communes : Faverges et Seythenex ont dit « oui » », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  14. Garlonn Gaud, « La fusion s’organise pour Faverges-Seythenex et Doussard », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  15. « Bassin annécien: Après Seythenex, Faverges s’apprête à fusionner avec Doussard », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  16. Jean-Baptiste Serron, « Le mariage entre Faverges et Doussard proche de la rupture », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  17. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en août 2014).
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]
  22. « Haute-Savoie (74) > Giez > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 15 mars 2015).
  23. « Annuaire de recherche « Seythenex » », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 13 avril 2014).
  24. a et b « Annuaire de recherche « Faverges » », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 8 avril 2014).
  25. Hugues Aspord (Principal), « Présentation - Historique du collège », sur le site du Collège Jean Lachenal de Faverges, (consulté le 8 avril 2014).
  26. Patrick, « Les SESSAD », sur le site de l'IEN ASH 74, (consulté le 8 avril 2014).
  27. « Deux nouveaux services à la pépinière d'entreprises », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  28. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en mai 2018) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2017, .xlsx) ».