Fauquembergues

commune française du département du Pas-de-Calais

Fauquembergues
Fauquembergues
La mairie.
Blason de Fauquembergues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Alain Mequignon
2020-2026
Code postal 62560
Code commune 62325
Démographie
Gentilé Fauquemberguois
Population
municipale
961 hab. (2019 en diminution de 3,8 % par rapport à 2013)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 06″ nord, 2° 05′ 57″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 186 m
Superficie 7,13 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Fauquembergues
(ville-centre)
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fruges
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Fauquembergues
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fauquembergues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fauquembergues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fauquembergues

Fauquembergues est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 169 habitants en 2018.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Communes limitrophes de Fauquembergues
Thiembronne Saint-Martin-d'Hardinghem
  Audincthun
Renty

HydrographieModifier

 
L'Aa traversant la commune.

Le fleuve Aa traverse Fauquembergues.

ClimatModifier

Milieux naturels et biodiversitéModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Fauquembergues est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fauquembergues, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[4] et 2 550 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (58,1 %), prairies (27,8 %), zones urbanisées (8,1 %), zones agricoles hétérogènes (5,4 %), forêts (0,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Voies de communication et transportsModifier

ÉnergieModifier

La ligne de 13 éoliennes à la limite avec Audincthun, atteignant 101 m de haut. Un autre groupe d'éoliennes lui fait face du côté de Bomy.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Falcoberg vers 935-961 ; Falcomberga au Xe siècle ; Falcamberga à la fin du Xe siècle ; Falcanberga en 1065 ; Falcenberga en 1119 ; Falkenberga en 1124 ; Falkemburga en 1142 ; Falkenberge en 1146 ; Flacamberga en 1168 ; Falkenberga en 1175 ; Faukenberga en 1197 ; Falconis mons au XIIe siècle ; Fauconberge en 1202 ; Falgoberga en 1243 ; Falcoberga en 1251 ; Faulquemberghe en 1257 ; Faukembergues en 1266 ; Falquemberga en 1290 ; Fauquemberke en 1293 ; Faukenberge en 1299 ; Folkemberghe en 1340 ; Fauquenberghe en 1364 ; Faulkembergue en 1368 ; Franquemberghe en 1403 ; Faquebergue en 1442 ; Falquemberghe en 1444 ; Fauckembergue en 1446 ; Faulcquembergue en 1475 ; Faulkenberge au XVe siècle ; Fauquemberg en 1720 ; Fauquembergue en 1793[11] et Fauquemberg puis Fauquembergues depuis 1801[12].

Ernest Nègre voit dans le nom de Fauquembergues l'anthroponyme germanique Falco suivi de berg « mont, montagne »[13], plus tard francisé en bergues ; le tout donnant donc le « mont de Falco ». Toponymie similaire à Faulquemont.

Fauquimbergue en picard et Valkenberg en flamand[14].

HistoireModifier

Avant 1789Modifier

En 1066, un Franco de Falkemberg participe à la conquête de l'Angleterre menée par Guillaume le Conquérant[15].

Avant de devenir un comté, Fauquembergues était une seigneurie dépendant de la châtellenie de Saint-Omer. Le seigneur de Fauquemberques est un des pairs de la châtellenie[15].

En 1146, le seigneur de Fauquembergues s'appelle Hugues[16]. Il s'agit d'un membre de l'importante maison de Saint-Omer, dont les aînés sont châtelains de Saint-Omer et seigneurs de Fauquembergues.

En 1166, Guillaume, fils de Guillaume Le Jeune, châtelain de Saint-Omer, est seigneur de Fauquembergues, sa sœur est mariée à Walter de Courtrai[17].

En 1222, Guillaume, châtelain de Saint-Omer et seigneur de Fauquembergues, avec le consentement de sa femme et de sa sœur Mathilde, abandonne à l'évêque de Thérouanne Adam et à ses successeurs la collation des prébendes fondées par lui dans l'église de Notre-Dame de Fauquembergues[18].

En 1242, plusieurs dignitaires ecclésiastiques attestent la cession à l'église de Thérouanne (le chapitre de chanoines) de la dîme de Mousles faite par Guillaume, bailli de Fauquembergues et approuvée par l'évêque de Thérouanne[19].

En 1268, Guillaume, châtelain de Saint-Omer, seigneur de Fauquembergues, sur l'avis de son oncle Arnould III de Guînes, comte de Guînes, et de sa tante Mathilde, châtelaine de Saint-Omer, et de plusieurs autres personnes assigne une dot à sa sœur Mathilde[20].

Vers 1299, Chrétienne de Fauquemberghe est la sœur de Robert de Boulogne, prévôt de la cathédrale Saint-Martin d'Ypres[21].

En octobre 1334, Jean de Faukemberghe, sergent du roi à Amiens, vient en Flandre pour citer à comparaitre Louis Ier de Flandre, comte de Flandre et comte de Nevers à Montreuil, pour faire connaitre et entériner la décision du roi, (Philippe VI de Valois), à propos de la propriété de Bailleul, revendiquée par Louis et par la dame de Cassel, (Jeanne de Bretagne épouse de Robert de Cassel). La décision du roi est favorable à cette dernière (Robert de Cassel avait reçu de son père Robert III de Flandre toute la Flandre maritime en échange de sa renonciation au comté de Flandre)[22].

Atelier monétaireModifier

Fauquembergues est citée dans le règlement de 1315 sur les monnaies : « item la monnoie de la dame de Fauquembergue doit estre à 4 deniers 10 grains le loy argent le roy et de 19 s 6 d de pois au marc de Paris » et « doit faire la dame de Fauquembergue le coing de sa monnoie devers croiz et devers pille telle ».

Il y eut bien un atelier monétaire dans la ville, peu ou pas de monnaie n'est parvenu jusqu'à nous.

Une Eléonore (1290-1326?), a laissé une trace avec des monnaies qui figurent dans l'ouvrage Les monnaies féodales de France de Faustin Poey d'Avant.

Comté de FauquemberghesModifier

Fauquembergues était le siège d'un comté, domaine d'un comte, jusqu'à la Révolution française.

Jean de Beaumont, comte de Fauquembergues, combat et trouve la mort à la bataille d'Azincourt en 1415[23].

Autour de 1550, Jacques comte de Ligne et de Fauquembergues est gouverneur et châtelain de la ville d'Ath (aujourd'hui en Belgique)[24].

Depuis 1789Modifier

Le 31 décembre 1894, la commune de Fauquembergues est en grand émoi : dans le centre du village a été retrouvée une inscription favorable aux anarchistes (des attentats anarchistes ont secoué la capitale Paris les années précédentes, voir Propagande par le fait) et remettant en cause la Troisième République[25].

Politique et administrationModifier

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorialModifier

Commune et intercommunalitésModifier

Circonscriptions administrativesModifier

Circonscriptions électoralesModifier

Élections municipales et communautairesModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Senlecq
maire en 1894 et 1895
  fabricant de papier[25]
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 21 février 2022)
Alain Méquignon PS puis DVG Gestionnaire acheteur à la cimenterie de Lumbres
Conseiller général (2003 → 2015)
Conseiller départemental depuis 2021

Réélu pour le mandat 2014-2020[26],[27]
Réélu pour le mandat 2020-2026[28],[29]

La commune est dotée d'un conseil municipal d'enfants depuis 2014[30].

Équipements et services publicsModifier

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[32].

En 2019, la commune comptait 961 habitants[Note 3], en diminution de 3,8 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7501 0038279281 0109489799871 066
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0241 0571 0751 0051 0711 088992997983
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
935953882860820765806892842
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
882942901884845856950948978
2015 2019 - - - - - - -
991961-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,1 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 461 hommes pour 511 femmes, soit un taux de 52,58 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
3,0 
6,0 
75-89 ans
11,0 
15,1 
60-74 ans
15,2 
18,9 
45-59 ans
16,2 
15,8 
30-44 ans
17,6 
18,4 
15-29 ans
17,4 
25,3 
0-14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

ÉconomieModifier

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église de Fauquembergues

Monument historiqueModifier

  • L'église Saint-Léger : ce bâtiment fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [36]. L'église possède un orgue de 1873-1874[37]. Dans l'église, 14 éléments patrimoniaux sont classés ou inscrits au titre d'objet des monuments historiques :
    • Objets classés :
      • La statue de la Vierge à l'Enfant terrassant le démon du XVIe siècle[38].
      • La dalle funéraire du XIVe siècle[39].
      • L'encensoir du XVe siècle[40].
    • Objets inscrits :
      • La cloche (1814)[41].
      • La statue du Christ en croix du XVIIIe siècle et XIXe siècle[42].
      • La crédence du XVIIIe siècle[43].
      • L'autel (maître-autel), tabernacle et exposition, du XVIIIe siècle[44].
      • Le bas-relief : Sainte Face du XVe siècle[45].
      • La statue de Saint Nicolas du XVIIIe siècle[46].
      • Le tableau Déploration du Christ du XIXe siècle[47].
      • La chaire à prêcher du XVIIIe siècle[48].
      • Le lambris et deux confessionnaux du XIXe siècle[49].
      • la clôture de chœur (banc de communion) du XVIIIe siècle[50].
      • Les fonts baptismaux du XVIe siècle et XVIIe siècle[51].
      • La dalle funéraire de Pierre Hannicot du XVIIe siècle[52].

Autres monumentsModifier

  • La niche située rue de Fruges est dédiée à sainte Thérèse.
  • Le calvaire sur la route d’Audincthun.
  • Le monument du Souvenir Français de Fauquembergues, mémorial cantonal de la guerre de 1870-1871.
  • Le monument aux morts de la place, commémorant les guerres de 1914-1918, 1939-1945[53].
  • Le monument aux morts au cimetière, commémorant les guerres de 1914-1918, 1939-1945 et d'Algérie[53].
  • Dans le cimetière, deux tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission
  • Le calvaire rue de Renty (1946), commémorant le retour de captivité d'un prisonnier de guerre.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Mort d'Hugues de Fauquembergues, (manuscrit du XIVe siècle)

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
D'azur à la fasce d'or[54].
Détails
Armes de la famille de Saint-Omer.

Adopté en 1966.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Fauquembergues », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne), p. 143-144.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-00133-5, présentation en ligne), p. 804.
  14. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  15. a et b P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 976, lire en ligne.
  16. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome II Année 1146
  17. A. Wauters, option citée, Tome VII, 1ère partie, Année 1166.
  18. A. Wauters, option citée, Tome VII, 1ère partie, Année 1222.
  19. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1242.
  20. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1268.
  21. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VI, Année 1299.
  22. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 9. Année 1334.
  23. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  24. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 179, lire en ligne
  25. a et b Le Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, n° 744 du 2 janvier 1895
  26. V. D., « Fauquembergues : Alain Méquignon élu maire, avec une équipe forcément renouvelée : Treize voix pour, deux blancs. Sans surprise, Alain Méquignon a recueilli les voix de ses équipiers hier matin et a été confortablement réélu maire. Gestionnaire acheteur à la cimenterie de Lumbres, cet homme de 57 ans entame son troisième mandat de premier magistrat dans la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  28. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  29. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  30. « Fauquembergues: nouveaux logements et jeunes élus », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Fauquembergues (62325) », -- (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  36. « Église Saint-Léger », notice no PA00108276, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Orgue », notice no IM62001631, base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. « Statue de la Vierge », notice no PM62001467, base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. « Dalle funéraire », notice no PM62000655, base Palissy, ministère français de la Culture.
  40. « Encensoir », notice no PM62001466, base Palissy, ministère français de la Culture.
  41. « Cloche », notice no PM62007188, base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « statue du Christ », notice no PM62007185, base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. « Crédence », notice no PM62007180, base Palissy, ministère français de la Culture.
  44. « Autel », notice no PM62007179, base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. « Bas-relief », notice no PM62007184, base Palissy, ministère français de la Culture.
  46. « Statue de Saint Nicolas », notice no PM62007186, base Palissy, ministère français de la Culture.
  47. « Tableau », notice no PM62007183, base Palissy, ministère français de la Culture.
  48. « Chaire », notice no PM62007177, base Palissy, ministère français de la Culture.
  49. « Lambris et confessionnaux », notice no PM62007178, base Palissy, ministère français de la Culture.
  50. « Clôture de chœur », notice no PM62007181, base Palissy, ministère français de la Culture.
  51. « Fonts baptismaux », notice no PM62007182, base Palissy, ministère français de la Culture.
  52. « Dalle funéraire de Pierre Hannicot », notice no PM62007187, base Palissy, ministère français de la Culture.
  53. a et b « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  54. « 62325 Fauquembergues (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).