Ouvrir le menu principal

Famille de Monti de Rezé
Image illustrative de l’article Famille de Monti
Armes

Blasonnement D'azur à la bande d'or, accosté de deux monts à six coupeaux de même
Pays ou province d’origine Drapeau de la Toscane Toscane
Fiefs tenus Rezé
Demeures Château du Fief-Milon
Château de Lesnerac
Château de la Touche
Château de la Lanfrière
Charges Gonfalonnier de Florence
Maire de Nantes
Fonctions militaires Lieutenant général
Fonctions ecclésiastiques Pape
Archevêque de Milan
Cardinal
Récompenses civiles Ordre du Saint-Esprit
Preuves de noblesse
Réformation de la noblesse 1669 à Rennes

La famille de Monti est originaire de Toscane, en Italie. L'un de ses membres a fait souche en France en 1552, où il a fondé à Nantes la famille de Monti de Rezé, reconnue noble en France en 1569[1]. Famille subsistante de la noblesse française, elle a été admise à l'ANF en 1944.

La famille de Monti de Rezé a donné un maire de Nantes en 1642, et un lieutenant général des armées du Roi en 1762.

HistoireModifier

ItalieModifier

La famille de Monti est originaire de Monte Reggio, en Toscane (Italie), où 21 de ses membres auraient été gonfalonniers depuis l'an 1200. Elle aurait donné, depuis le XIIIe siècle, plusieurs gonfalonniers de la république de Florence. À cette famille appartiendrait le pape Jules III.

Jacopo di Monti, prieur de la liberté de Florence en 1411, allié à Hélène Biloti, fut père d'Antonio di Monti, qui quitta Florence et s'établit à Bologne.

Monte di Monti, probable troisième fils de Jacopo di Monti, s'allia en 1452 à Rize Rizaletti. De ce mariage est issu Bernardo, né en 1462, allié à Magdalena Capelli dont il eut Matteo di Monti, prieur de la liberté de Florence, marié à Elizabeta Strozzi et père de Bernardo, qui suit[2].

FranceModifier

Bernardo di Monti (1530-1601), conseiller d'état du duc de Toscane Cosme de Médicis, vint en France en 1552 avec Catherine de Médicis. Il fut naturalisé en 1558[3].

Bernardo di Monti obtint en 1567 des Lettres de Cosme de Médicis, duc de Toscane, reconnaissant sa filiation, puis, du roi de France Charles IX, des Lettres de naturalité avec reconnaissance de noblesse en 1569. Il est tour à tour conseiller de Cosme de Médicis, échevin de Nantes en 1573, puis conseiller-maitre à la Chambre des comptes de Bretagne. Il avait épousé Renée Verge, qui lui donna Pierre de Monti, écuyer, seigneur de La Chalonnière, maitre d'hôtel de la reine en 1599, conseiller en la Chambre des comptes de Bretagne, marié avec Marie Foyet, qui poursuivirent[2].

Yves de Monti, seigneur de Rezè (Nantes), maire de Nantes par lettres du 20 aout 1644, fut maintenu dans sa noblesse d'ancienne extraction par arrêt du 22 janvier 1669, devant le Parlement de Bretagne, à Rennes.

Félix de Monti fut nommé lieutenant général des armées du roi en 1762. Il fut aussi ambassadeur en Pologne, et chevalier du Saint-Esprit en 1737[2].

PersonnalitésModifier

ItalieModifier

FranceModifier

GénéalogieModifier

  • Bernardo di Monti, né à Florence, fils de Matteo di Monti et de Costanza Strozzi  , époux de Renée du Verger, fille du Grand Prévôt d'Anjou
    • Pierre de Monti (né le 5/9/1566 à Nantes), conseiller-maitre des Comptes à Nantes, époux de Marie Fyot, fille de Nicolas Fiot, Sr de la Rivière et de Marguerite Rocas. Il participe au siège de Craon
      • Yves Ier de Monti, Sr de la Chalonière, maire de Nantes en 1644, 1645 et 1646, puis conseiller d'État en 1648, époux d'Anne Couriau ou Bourriau, fille de Jacques Bouriau, Sr des Champsneufs et de Renée Fachu.
        • Yves II de Monti, seigneur de Rezé, époux de Claude Chevalier
          • Yves Joseph de Monti, époux de Françoise Charrette, fille de Julien Charrette, sr de la Colinière et de Jeanne Salomon.
            • Marie Renée de Monti, mariée à Jean-Baptiste Ménardeau
            • Yves Laurent de Monti (né le 28/8/1717 à Nantes)
        • Claude de Monti, époux de N. Gabard, dame de la Maillardière

TerresModifier

  • Bellevue, Bogat, la Chalonnière, la Cour de Bouée Sainte-Luce-sur-Loire, Friguel, Lormière, Rezé, Rivière, Launay, les Pallets, la Giraudais, Bréafort, Boisgeffray[2].

Châteaux et demeuresModifier

Titres (à vérifier)Modifier

  • Un membre de la famille fut créé comte de Monti par lettres de 1672.
  • Un autre membre de la famille a été titré, sous la Restauration, marquis héréditaire.
  • Un troisième membre de cette famille reçut un titre de comte romain (titre pontifical) en 1875.

Alliances notablesModifier

de Feydeau, Poullain, Bonnier de La Chapelle, Bedeau de L'Ecochère, Chevalier du Bois-Chevalier, de Charette, de Loyac, Étignard de La Faulotte, d'Estourmel, Hay de Slade, d'Elbée, Le Quen d'Entremeuse, Blanchard de La Musse, Deurbroucq, de Cornulier, de La Jaille, Ménardeau, Boux de Saint-Mars, Le Loup de La Biliais, Butler O'Madden, de La Roche-Saint-André, de Lorgeril, de Colbert-Turgis, de Saint-Pern, de Villeneuve-Bargemon, Locquet de Grandville, famille de Rarécourt de La Vallée de Pimodan, du Bois de Maquillé, du Mesnildot, d'Orfeuille, Frotier de La Messelière, de Frédy, Le Couriault du Quilio, de La Chapelle, de Baulny, Davillier, Merlin d'Estreux de Beaugrenier, de Lantivy, maison de Rohan-Chabot.

ArmorialModifier

Image Blasonnement
  Famille de Monti de Rezé

D'azur à la bande d'or, accostée de deux monts à six coupeaux de même[4]

  Jules III, pape

D'azur à la bande de gueules, bordée de deux cotices d'or et chargée de trois monts à trois cimes de même, accompagnée de deux guirlandes d'or, une en chef et une en pointe[5]

Notes et référencesModifier

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, 2007, page 142
  2. a b c et d Raoul de Warren, Grand Armorial de France, vol. V, Paris, , p. 99
  3. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 32105, n° 61
  4. Héraldique vaticane : Jules III
  5. Potier de courcy

BibliographieModifier

Voir aussiModifier