Famille d'Urfé

famille noble française

Famille d'Urfé
Image illustrative de l’article Famille d'Urfé
Armes

Blasonnement de vair au chef de gueules.
Période XIIe siècle - 1724
Pays ou province d’origine Forez
Allégeance royaume de France
Demeures La Bastie d'Urfé

La famille d'Urfé est une famille d'aristocrates originaire du Forez. Plusieurs de ses membres ont été au service de rois de France. Certains se sont distingués dans la littérature.

HistoireModifier

La famille est originaire de Champoly, dans le Forez, où elle tenait le château dont les ruines sont nommées aujourd'hui Cornes d'Urfé et assurait la défense du comté de Forez, convoité par les sires de Beaujeu, ou par les ducs de Bourbon. En décembre 1247, le mariage entre Renaud, comte de Forez et d'Isabelle, héritière de la famille de Beaujeu, notamment du Beaujolais [1] assure l'union et la paix entre les deux fiefs, ce qui rend la région dépourvue d'intérêt stratégique, et les seigneurs d'Urfé investissent progressivement un autre lieu sis à Saint-Étienne-le-Molard[2], la Bastie .

Au XVe siècle, les talents politiques et diplomatiques de Pierre II lui assurent une carrière auprès de grands féodaux du royaume de France, Charles de France, duc de Berry, de Normandie et de Guyenne, Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, puis François II, duc de Bretagne. Il passe ensuite au service de Pierre II de Beaujeu, duc de Bourbon, beau-frère du roi Charles VIII de France, dont il négociera le mariage avec Anne de Bretagne[3][source insuffisante].

Son fils Claude d'Urfé fréquente la Cour dès ses sept ans et devient un des intimes de François Ier, qu'il accompagne dans les guerres d'Italie. Gouverneur du Forez après la confiscation des biens du connétable de Bourbon, il transforme la Bastie d'Urfé en demeure de la Renaissance[4].

Jacques Ier d'Urfé succède à son père comme gouverneur du Forez et serviteur des derniers Valois. En 1554, il conclut une union prestigieuse avec Renée de Savoie-Tende, issue d'une branche légitime de la maison de Savoie, les Savoie-Villars ou Savoie-Tende, nièce du connétable Anne de Montmorency, et petite-fille d'Anne Lascaris[5], comtesse de Tende et descendante des Lascaris de Vintimille et de l'empereur byzantin Théodore II Lascaris. C'est en raison de cette parenté que des descendants de la famille prendront le nom de Lascaris d'Urfé[6],[7].

GénéalogieModifier

 
 
 
 
 
 
Pierre Ier d'Urfé
 
Isabelle de Blot
de Chauvigny
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Catherine
de Polignac
 
Pierre II d'Urfé
(† 1508)
 
Antoinette
de Beauvau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jeanne de Balzac
d'Entraigues
 
Claude d'Urfé
(1501 † 1559)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques Ier d'Urfé
(1534 † 1574)
 
Renée de Savoie
(† 1587)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anne d’Urfé
(1555 † 1621)
 
Marguerite d'Urfé
 
Antoine de Bron
 
Marie de Neuville
 
Jacques II d'Urfé
(1560 † 1657)
 
Suzanne
de Fallard-Mailly
 
Honoré d'Urfé
(1567 † 1625)
 
Antoine d'Urfé
(1571 † 1594)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles Emmanuel d'Urfé
(1604 † 1685)
 
Marguerite d'Allègre
(1620 † 1683
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Françoise Marie d'Urfé (1624 † )
x Jean Antoine de la Rochefoucauld
 
François-Saturnin
d'Urfé

(1639 † 1701)
 
Joseph-Marie d'Urfé
(1652 † 1724)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean-Antoine
de la Rochefoucauld
(1653 † 1720)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis-Christophe
de la Rochefoucauld
(1704 † 1734)
marquis d'Urfé
 
Jeanne Camus de Pontcarré
(1705 † 1775)
Madame d'Urfé
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adélaïde
de la Rochefoucauld
(1727 † )
 
Alexandre du Chastelet
(† 1761)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Achille François
de Lascaris d'Urfé

marquis du Chastelet
(1759 † 1794)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Notes et référencesModifier

  1. Édouard Perroy, Les familles nobles du Forez au XIIIe siècle: essais de filiation, Volume 1, Université de Saint-Étienne, 1976, 958 pages, page 580 (lire en ligne).
  2. Christophe Mathevot, Château de la Bastie d'Urfé, Montbrison, La Diana - Société historique et archéologique du Frorez, , 35 p. (ISBN 2-911623-01-0), p. 1.
  3. « La famille d'Urfé avant la Bastie : Pierre II d'Urfé sur le site personnel de Florian et Guillaume Dury » (consulté le 25 janvier 2016).
  4. 3ème Festival d'histoire de la Ville de Montbrison., Claude d'Urfé et la Bâtie : l'univers d'un gentilhomme de la Renaissance, Saint-Etienne, Conseil Général de la Loire, , 213 p., p. 111 à 179
  5. Claude Longeon, Une province française à la Renaissance : la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, vol. 7, Université de Saint-Etienne, coll. « Thèses et mémoires - Centre d'études foréziennes », , 623 p. (ISBN 978-2-85145-024-1, lire en ligne), p. 369-370.
  6. Colloque septembre 2004, p. 247.
  7. « La famille d'Urfé avant la Bastie : Jacques Ier d'Urfé sur le site personnel de Florian et Guillaume Dury » (consulté le 25 janvier 2016).

BibliographieModifier

  • Jacqueline Bayon (sous la dir.), Les Urfé en Forez : une famille, des destins : actes du colloque des 18-19-20 septembre 2002 à Saint-Étienne, Publications de l'université de Saint-Étienne, , 263 p. (ISBN 978-2-86272-279-5)
  • Jean Canard (1914-1984), Urfé : hier et aujourd'hui, histoire et histoires, Saint-Alban-les-Eaux, , 158 p..
  • « La Bastie d'Urfé en Forez » (consulté le 20 janvier 2016)