Famille Wittouck

Famille Wittouck
Image illustrative de l’article Famille Wittouck
Armes

Blasonnement "D'argent à trois niveaux de maçon de sable"
Lignées lignages de Bruxelles
Pays ou province d’origine alt Duché de Brabant
Allégeance Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Drapeau de la France République française
Drapeau de la France Empire français
Drapeau des Pays-Bas Royaume uni des Pays-Bas
Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
Demeures château de Petit-Bigard, château de La Fougeraie, château des Bouleaux.
Charges conseiller au Conseil souverain de Brabant, conseiller à la Cour Supérieure de Justice de Bruxelles, maire de Leeuw-Saint-Pierre.
Preuves de noblesse
Autres Noblesse personnelle pour Guillaume Wittouck (1749-1829) en tant que conseiller au Conseil souverain de Brabant[1] en 1791. Concession de noblesse héréditaire[2] le 11 avril 1960.

La famille Wittouck est une famille de la noblesse belge issue des Lignages de Bruxelles, établie à Bruxelles dès le XVIIIe siècle.

Cette famille s'est distinguée dans la haute magistrature et la haute industrie (distilleries, élevage, sucreries).

PersonnalitésModifier

À cette famille appartiennent :

La famille WittouckModifier

I) Josse (Judocus) Wittouck, administrateur ("concierge") du domaine du duc d'Arenberg à Drogenbos, bapt. 29 janvier 1710 à Saint-Nicolas (Waas), décédé vraisemblablement en 1785 à Uccle, épousa à Drogenbos le 1er décembre 1745 (tt.Franciscus van Haelen et Anthonius de Ruyst), Maria Anna van Haelen, bapt. à Uccle le 8 février 1721, décédée à Drogenbos le 23 avril 1796, fille de François van Haelen et de Marie Anne Vandiest. Les époux Wittouck-van Haelen eurent huit enfants.

Le 26 mai 1751 les époux Josse Wittouck-van Haelen achetèrent à Louis-Engelbert duc d’Arenberg un pré d’un bonnier 2j. 30v. au lieu-dit « t’Horeken », dans le coude de la Senne où sont établies actuellement les Papeteries Catala-Ondulium[3].

1) Maria Anna Wittouck, baptisée à Drogenbos le 25 octobre 1746.
2) François Wittouck, le 3 mars 1748.
3) Guillaume Wittouck, le 30 octobre 1749, qui suit sous II. Descendance de Guillaume Wittouck, Conseiller à la Cour Suprême de Brabant.
4) François Wittouck, le 1er décembre 1751.
5) Jacques Wittouck, reçu bourgeois de Bruxelles le 27-05-1794, succéda à son père au service des Arenberg, meunier, coûtre (sacristain) de Drogenbos (1785), drossard de Beersel de 1792 à 1794, agent municipal (9 germinal an IV) (29 mars 1796), né à Drogenbos le 26 mai 1755, décédé vers 1800, épousa à Uccle le 17 septembre 1782 Pétronille van der Meulen, fille de Josse van der Meulen[4], brasseur à Stalle, et de Marie Everaerts. Jacques Wittouck avait succédé à Jean-Jacques Cattoir, qui avait été nommé drossard, autrement dit maire de Beersel, à la nomination du duc d’Aremberg et d’Arschot, seigneur du lieu, en 1771[5]. Dont postérité. Parmi laquelle :
A) Isabelle Françoise Victoire Wittouck, née le 21 juillet 1787, qui épousa à Zellik le 5 octobre 1808, Pierre Bols, décoré de la Croix de Fer[6], relieur[7], imprimeur-typographe[8], papetier, imprimeur de la Ville de Bruxelles, établi Grand-Place, Section 8, n° 1186[9], connu sous le nom d'imprimerie « Bols-Wittouck », né à Bruxelles le 8 septembre 1789, fils de Servais Bols, vendeur de bière, et d'Anne Marie Schats, née à Diest.
B) Anne-Philippine Wittouck épouse de Antoine Herinckx né le 8 janvier 1776, ancêtre[10] de Jean Herinckx, bourgmestre d'Uccle.
6) Maria Magdalena Wittouck, le 25/01/1759.
7) Judoca Wittouck, née le 24/12/1760.
8) Isabelle Wittouck, épousa à Bruxelles l'an 3, Louis Victor Dammeville, maire de Drogenbos, né à Falaise (Calvados)[11].

Descendance de Guillaume Wittouck, conseiller à la Cour Suprême de BrabantModifier

 
Faire-part de décès de Guillaume Wittouck, décédé à Bruxelles le 12 juin 1829.
 
Jean-Louis van Dievoet (1777-1854), époux de Jeanne Wittouck (1781-1849), portrait par Ignace Brice.
 
Faire-part de décès de Jeanne Wittouck (1781-1849), épouse de Jean-Louis van Dievoet (1777-1854).

II. Guillaume Wittouck, né à Drogenbos le 30 octobre 1749 et décédé à Bruxelles le 12 juin 1829, avocat au Conseil de Brabant, devint Conseiller à la Cour suprême de Brabant en 1791. Lors de la révolution brabançonne, il prit le parti des Vonckistes, favorables aux idées nouvelles. Lors du rattachement de la Belgique à la France, il devint substitut du commissaire du Directoire près le Tribunal Civil du Département de la Dyle, puis sous le consulat, en 1800, juge au Tribunal d'Appel de Bruxelles, puis de 1804 à 1814, sous l'Empire, conseiller à la cour d'appel de Bruxelles, puis conseiller à la Cour Supérieure de Bruxelles. Il épousa à Bruxelles (église de Saint Nicolas) le 29 juin 1778, Anne Marie Cools, née à Gooik le 25 janvier 1754, décédée à Bruxelles le 11 avril 1824, fille de Jean Cools et d’Adrienne Galmaert issue des Lignages de Bruxelles[12].
Guillaume Wittouck acquit le 28 floréal de l'an VIII (18 mai 1800) le château de Petit-Bigard à Leeuw-Saint-Pierre avec un domaine de cent hectares[13]. Petit-Bigard restera la demeure de la branche aînée jusqu'à sa vente en 1941. Dont :

A) Jeanne Wittouck, née le 3 décembre 1781 à Bruxelles, décédée du choléra le 26 juillet 1849 à Bruxelles, épousa à Leeuw-Saint-Pierre le 7 février 1803, Jean-Louis van Dievoet, secrétaire du Parquet de la Cour de Cassation, fils de Jean-Baptiste et d’Anne Marie Lambrechts, né à Bruxelles le 24 novembre 1777 et décédé à Bruxelles le 16 mai 1854. Ils sont les parents du jurisconsulte et historien du droit Auguste van Dievoet, et ils comptent entre autres parmi leurs descendants: Jules van Dievoet, avocat à la Cour de Cassation, Henri van Dievoet, architecte, Gabriel van Dievoet, décorateur Art nouveau, Germaine van Dievoet, championne de natation.
B) François Wittouck, négociant, distillateur et maire de Leeuw-Saint-Pierre, né à Bruxelles le 22 août 1783, décédé le 24 mars 1814, après avoir été sauvagement frappé à coups de knout par les cosaques russes qui occupaient le domaine de Petit-Bigard. Il épousa à Saintes (département de la Dyle) le 19 septembre 1811, Pétronille Van Cutsem, née à Saintes le 22 mai 1791, fille de François Van Cutsem, né à Leeuw-Saint-Pierre, membre du collège électoral du département de la Dyle, propriétaire et fermier à Saintes (Brabant) (frère de Guillaume van Cutsem (1749-1825), jurisconsulte et député du département des Deux-Nèthes) et de Philippine Josèphe De Pauw, née à Saintes. Pétronille Van Cutsem, veuve de François Wittouck, épousa en secondes noces à Leeuw-Saint-Pierre le 20 août 1828, François-Joseph Dindal, avocat, vice-président du Sénat de 1848 à 1851, né à Bruxelles, bapt. à Sainte-Gudule le 5 août 1791 et décédé à Ixelles le 25 mai 1866, fils de Nicolas Joseph Dindal, chirurgien, professeur de clinique externe, et des accouchements à l’école de médecine, membre de la Société de Médecine de Bruxelles[14], né à Wavre (décédé le 4 août 1826 à Bruxelles) et d'Élisabeth-Josèphe Snoeck (décédée le 5 novembre 1821 à Bruxelles).
François Wittouck et Pétronille van Cutsem, eurent comme enfants :
1) Félix-Guillaume Wittouck né à Leeuw-Saint-Pierre le 16 octobre 1812 et décédé à Ixelles le 25 mai 1898, distillateur, bourgmestre de Leeuw-Saint-Pierre, il fit agrandir le château familial du Petit-Bigard par l'architecte Henri Beyaert, épousa Élise Boucquéau, fille de Grégoire Boucquéau et Clotilde Dervaux, dont :
a) Félix Wittouck, né à Leeuw-Saint-Pierre le 22 septembre 1849, y décédé le 9 mai 1916, industriel sucrier, bourgmestre de Leeuw-Saint-Pierre y demeurant au château de Petit-Bigard, épousa Sophie Drugman, morte à Vyle-et-Tharoul le 1er septembre 1922, fille de Jules Drugman. Dont :
1) Félix-René Wittouck, né à Leeuw-Saint-Pierre, le 23 septembre 1879, mort à Biarritz le 31 janvier 1914.
2) Jacques Wittouck[15] (1882- 1987), lieutenant de réserve de l'artillerie de forteresse, administrateur des Sucreries de Pontelongo (1910-1948) et de la Fabrique de soie artificielle de Tubize[16], vice-président (1946-1948) des Forges de Clabecq, commissaire de la Banque du Hainaut (1915-1934), consul de Belgique à Monte-Carlo. Dernier fils survivant de la branche aînée, il vendit le 14 novembre 1941, le château familial du Petit-Bigard aux Pères de Scheut.
3) Marthe Wittouck, née à Leeuw-Saint-Pierre le 21 octobre 1883, morte à Villefort, Yzernay le 31 mai 1950, épousa à Leeuw-Saint-Pierre le 2 décembre 1909 le vicomte François de Chabot[17], né à Villefort Yzernay le 23 octobre 1876 et y décédé le 20 août 1959, fils du vicomte Raymond de Chabot et de Jeanne Victurienne de Colbert-Maulévrier.
4) Tina (Valentina) Wittouck[18] (1877-1933), épousa en 1898, Paul Lechat (1871-1944), ingénieur à Liège.
5) Georges Wittouck, lieutenant au 1er régiment des guides, né le 11 juillet 1887, mort pour la patrie à Merendree le 13 octobre 1914 à 27 ans[19].
 
Paul Wittouck (1851-1917).
 
Frantz Wittouck (1855-1914)
b) Paul Wittouck, né à Leeuw-Saint-Pierre le 6 août 1851, décédé le 9 novembre 1917, à Uccle au château de La Fougeraie qu'il avait fait édifier en 1911 par l'architecte Louis Süe (1875-1968), épousa Catherine baronne de Medem. Dont:
1) Paul (Pavlick) Wittouck, né à Bruxelles le 26 septembre 1899, mort à Bruxelles le 8 novembre 1984.
2) Michel Wittouck, écuyer, anobli le 11 avril 1960, né le 1er janvier 1902, époux de Hélène Princesse Sherbatow. Ils se distinguent tous deux dans la Résistance sous l'occupation[20]. Dont:
a) Éric Wittouck, écuyer, licencié en sciences économiques, né à Uccle le 5 octobre 1946.
3) Serge Wittouck, né le 19 août 1903, mort à Manille en juillet 1940.
c) Marguerite Wittouck, née à Leeuw-Saint-Pierre le et décédée à Ixelles le , qui épousa le banquier Victor Allard (1840-1912) : leur fille Marthe Allard épouse Robert de Lesseps (1882-1916), pionnier de l'aviation, fils du fameux Ferdinand de Lesseps, créateur du canal de Suez et de Panama, dont postérité.
d) Frantz Wittouck, né à Leeuw-Saint-Pierre le 30 mars 1855, mort à Ixelles le 13 juin 1914, administrateur des Sucreries de Breda et Berg-op-Zoom, président des Sucreries centrales de Wanze, époux d'Albertine Brandeis. Monsieur et Madame Frantz Wittouck firent construire à Quatre-Bras, près de Tervueren par l'architecte Octave Flanneau la Villa Les Bouleaux, ou "Villa Wittouck". Dont:
1) Jean Wittouck, président de la Raffinerie tirlemontoise, né à Bruxelles le 24 avril 1901, mort à Crans-sur-Sierre (Suisse) le 13 juin 1984, époux de Marguerite Benoist d'Azy. Dont:
a) François Wittouck.
b) Éliane Wittouck (1925-2004), épousa Robert Rolin Jacquemyns (1918-1980)
2) Élisabeth Wittouck (1903-1978), épousa le baron Jules Guillaume, ambassadeur du roi des Belges (1892-1962).
3) Marie-Thérèse Wittouck (1905-1989), épousa Jean Ullens de Schooten Whettnall (1897-1950) .
e) Émilie-Marguerite Wittouck, née à Leeuw-Saint-Pierre le 21 juin 1863, morte à Bruxelles le 4 janvier 1955, épousa à Bruxelles le 24 septembre 1902, Fernand de Beeckman (1845-1918), artiste peintre.
2) Adèle Wittouck née posthume à Leeuw-Saint-Pierre le 1er juin 1814 et décédée à Ixelles le 20 décembre 1883, épousa le 16 mai 1833 à Leeuw-Saint-Pierre, François Xavier Rittweger, né à Bruxelles le 4 juillet 1801 et y décéda le 24 février 1887, fils de François et de Anne-Catherine Sauvage. Il était domicilié à Bruxelles, rue de la Fiancée 24. Ils sont les ancêtres de l'actrice Stéphanie Crayencour, de son vrai nom Stéphanie Rittweger de Moor.
 
Guillaume Delcourt (1825-1898), fils de Barbara Wittouck (1796-1830) et de Napoléon Delcourt (1804-1833).
C) Barbara Wittouck, née à Bruxelles le 6 juin 1796, décédée à Bruxelles le 17 juin 1830 , épousa à Bruxelles le 9 juillet 1823 (acte 429), Napoléon Joseph Delcourt, né à Ath, le 12 décembre 1804, brasseur, fut blessé durant les combats de l'indépendance belge de 1830, décédé à Anvers le 30 juin 1833, fils d’Isidore Joseph Delcourt, brasseur à Ath, et de Marie Louise Jouret. Dont :
1) Guillaume Louis Delcourt, officier de Marine, grand navigateur et Conseiller maritime du roi Léopold II, né à Bruxelles le 31 mars 1825 et décédé à Anvers le 2 février 1898, qui épousa à Hoboken le 2 mai 1868, Laurence Hortense Joséphine Lambrechts[21], née à Hoboken le 18 juin 1832, fille de Pierre Joseph Lambrechts, médecin et bourgmestre de Hoboken, et de Rosalie Therèse Joséphine van de Raey décédée à Hoboken le 13 octobre 1860.

AlliancesModifier

NotesModifier

  1. Léon Arendt, directeur général au ministère des Affaires étrangères et Alfred De Ridder, chef de bureau au même ministère, Législation héraldique de la Belgique, 1595-1895. Jurisprudence du conseil héraldique, 1844-1895, Bruxelles : Société belge de librairie, 1896, p. 400 : « La charge de conseiller au conseil souverain de Brabant donnait la noblesse personnelle ».
  2. Paul Janssens et Luc Duerloo, Armorial de la noblesse belge du XVe au XXe siècle, N-Z, Bruxelles : Crédit Communal, 1992, p. 864 : « Bruxelles, 11 avril 1960. Le roi Baudouin. Anoblissement d'André-Michel-Joseph Wittouck. Armes : "d'argent, à trois niveaux de maçon de sable. |L'écu sommé d'un heaume d'argent, couronné, grillé, colleté et liseré d'or, doublé et attaché de gueules, aux lambrequins d'argent et de sable ».
  3. A.G.R., N.G.B., Not. P. J. Dupré no  17.167/1, acte 14). Sur ce terrain, accru d’une parcelle équivalente, sa veuve fit construire un moulin. (octroi du 13-10-1792, cfr. réf. précédente). Le 25 juin 1760, Josse Wittouck avait également acheté une ferme avec champ et verger (A.G.R., Greffes scab. Brux., 3.158, f° 231-234) Isabelle Wittouck, épouse de Louis Victor Dammeville vendit le moulin à Mrs. de Liagre et Stevens en 1803. Voir: J. Lorthiois, dans, l’Intermédiaire des Généalogistes, no  158, année 1972, p.128
  4. Josse van der Meulen, né le 12 mars 1703, brasseur à Stalle, épousa à Uccle le 18 mai 1751, Marie Everaerts, née le 31 août 1733, morte à Uccle le 12 décembre 1789. Parmi leurs enfants, outre Pétronille van der Meulen qui épousa Jacques Wittouck, ils eurent Josse van der Meulen, reçu bourgeois de Bruxelles le 20 octobre 1794, qui est le grand père de Désiré van der Meulen (1839-1869), auteur de la Liste des personnes et des familles admises aux lignages de Bruxelles depuis le XIVe siècle jusqu'en 1792. François de Cacamp, avec la collaboration d'Estelle van Win, « Vieilles familles d'entre Senne et Soignes. Everaerts », dans : Brabantica, tome IX, première partie, Bruxelles, 1968, p. 285.
  5. Voir: François de Cacamp, « Les Cattoir à Gand et à Bruxelles », dans, Brabantica, IV, 1959, p.89.
  6. Liste nominative extraite du moniteur, de 1031 citoyens proposés pour la croix de fer, par la commission des récompenses honorifiques, 1835, p. 17, n° 77 : « Bols-Wittouck, imprimeur typographe, à Bruxelles, dès le 26 août et pendant les journées de septembre 1830, il imprima toutes les proclamations tendant à appeler la population aux armes et à propager le mouvement national »
  7. Antoine Massin, Bruxelles. Qui est qui en 1812, Bruxelles, 1997, tome I, p. 58 : « BOLS, Pierre - Agé de 22 ans - Epoux WITTOUCK, Isabelle - Relieur de livres - Domicilié Son 8 - Grand Place 1127 - Né à Bruxelles - 1 garçon ».
  8. Bols-Wittouck [1854 - 1862]Bols-Wittouck, Institut Royal du patrimoine artistique.
  9. Almanach royal de la Cour des provinces méridionales et de la ville de Bruxelles, pour l'an 1820, Bruxelles : Ad. Stapleaux. Il s'établira ensuite de 1841 à 1862, rue au Lait, 21.
  10. Lire: Paul Herinckx, Jean Herinckx mon père - 1888-1961, Bruxelles, éd. Racine, 2002 (préface de Pierre Harmel), p. 18.
  11. Alphonse Wauters, Histoire des environs de Bruxelles, livre dixième A, réédition 1973, p. 122 : « Par son testament, passé à Montpellier, le 10 juillet 1806, le maire de la commune de Drogenbos, Louis-Victor Dammeville, fonda une école française, dans laquelle on devait enseigner à lire, à écrire, l’arithmétique, l’arpentage et les principes du dessin suffisant pour cette partie, les éléments de géographie et de sphère, sous le rapport de l’économie rurale. La surveillance de l’institution devait appartenir à la mairie, et la nomination du maître d’école, qui ne pouvait être ni clerc ni cabaretier, devait avoir lieu par concours, devant l’autorité municipale de Bruxelles, à la diligence et en présence du maire de Droogenbosch. Dammeville donna pour cet établissement, qu’il nomma institution d’Isabelle, une maison située sur le pavé conduisant du château à la chaussée d’Alsemberg, plus un capital de 8.000 francs, dont une partie fut employée à payer à Jean Wittouck un tiers de la maison précitée. »
  12. Filiation lignagère :
    I. Guillaume (Willem) Pipenpoy, bailli de Gaasbeek, portait la bannière du sire de Gaasbeek à la Bataille de Worringen (1288) au côté du duc Jean Ier de Brabant, fut échevin de Bruxelles en 1287, 1290, 1297, 1302 et 1306 et amman de Bruxelles en 1300.
    II Wouter Pipenpoy, échevin en 1301, 1314, 1316, 1318, 1322, 1326, amman de Bruxelles en 1318 et 1319.
    III. Wouter Pipenpoy, échevin en 1331, 1333, 1336, 1337, amman en 1341, 1349, x Catherine Boote
    IV. Gysbrecht Pipenpoy, trésorier en 1372, échevin en 1380, 1388, doyen de la Gilde drapière, x Marie Swaef.
    V. Jan Pipenpoy, né vers 1387, échevin en 1462, x Marguerite van de Voorde, fille de Jean et de Clémentine de Gaesbeek, fille naturelle de Sweder d’Abcoude, seigneur de Gaasbeek.
    VI. Willem (dit Jan) Pipenpoy, échevin 1468, trésorier en 1483, x Catherine de Buttere dit Haecman
    VII. Jean Pipenpoy, échevin en 1504, sgr de Bossuyt, 1509, x Gertrude Bosch
    VIII. Jean Pipenpoy, x Cornélia van Overstraeten
    IX. Jean Pipenpoy, x Elisabeth Goosens.
    X. Marie Pipenpoy, x Jean van Cutsem
    XI. Zeger van Cutsem, né en 1620 décédé le 3 avril 1681 à Sint Martens Lennik x le 8 mai 1644 à Sint Martens Lennik, Barbara Walravens 1623-1699.
    XII. Barbara van Cutsem née le 19 septembre 1653 à Sint-Martens-Lennik x le 14 mai 1680, à Sint Martens Lennik, Christiaan Galmaert, greffier de la baronnie de Gooik, né le 27 décembre 1654 à Gooik, décédé le 20 janvier 1718 à Gooik, fils de Martinus et Maria Eijlenbosch.
    XIII. Michael Galmart baptisé à Bruxelles le 18-08-1690, "tempore belli, in Ecclesia parochiali Sti Gaugerici, vulgo Ste Geerix et décédé le 11-03-1786 à 9 heures, enterré à Gooik le 13-03-1786, à l’âge de 95 ans x le 30 juillet 1719 à Gooik Maria Theresia Walravens, baptisée à Gooik le 03-01-1700 fille de Joannes Jacobus Walravens et Maria Tienpont et décédée le 15-06-1750 à Gooik.
    XIV Adrienne Christine Galmaert, bapt. 26 octobre 1724 à Gooik et décédée le 3 mai 1764 à Gooik, x à Bruxelles en l'église Sainte Catherine le 23-04-1750 Jean Baptiste Cools, baptisé le 14-01-1718 à Gooik, fils de Ludovicus et de Anna Maria Walravens et décédé le 20 juin 1782 à Gooik.
    XV. Anne Marie Cools, née à Gooik le 25 janvier 1754, décédée à Bruxelles le 11 avril 1824, épousa à Bruxelles, église de Saint-Nicolas le 29 juin 1778, Guillaume Wittouck, avocat au Conseil de Brabant, puis (1791) conseiller à la Cour Suprême de Brabant, il termina sa carrière comme conseiller à la Cour Supérieure de Justice à Bruxelles, né à Drogenbos le 30 octobre 1749, décédé à Bruxelles le 12 juin 1829.
  13. Philippe Farcy, 100 châteaux de Belgique connus et méconnus, Bruxelles, 2003, volume 2, pp. 76-77: « Château Wittouck à Leeuw-Saint-Pierre. Ce domaine fut acheté en totalité (100 hectares), contre 45 000 francs le 28 floréal an VIII (1800) par Guillaume Wittouck, homme de loi, qui résidait rue du Grand Hospice à Bruxelles ».
  14. Acte de la société de médecine de Bruxelles, tome III, Bruxelles, Weissenbruch, 1810 : "Liste alphabétique des membres composant la Société de Médecine de Bruxelles : Dindal, chirurgien, professeur de clinique externe, et des accouchemens".
  15. Jacques Wittouck propriétaire du cheval de course Golden Hope, Deauville, 23 août 1924 : [photographie de presse] / [Agence Rol] (Gallica).
  16. Jacques Maxime Wittouck. Notice d'autorité : « Wittouck, Jacques, Maxime », sur symogih.org, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) (consulté le ).
  17. La Revue du Bas-Poitou et des Provinces de l'Ouest, 1909 : « Le mariage du vicomte François de CHABOT, fils du vicomte Raymond de Chabot, avec Mlle Marthe WITTOUCK, fille de M. et Mme Félix Wittouck, a été célébré le 2 décembre au château de Petit-Bigard, par Leeuw-Saint-Pierre (Belgique). Les témoins étaient : pour le marié, le duc de Lorge, son cousin ; pour la mariée, M. Paul Wittouck, son oncle. La jeune mariée est entrée à l'église au bras de son père, M. Félix Wittouck, le marié était accompagné de la baronne de Romans ».
  18. Son portrait est conservé aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique: portrait de Madame Lechat-Wittouck par Philip de László, Paris, 1919 — Inv. 6379. (Don du commandant Lechat, Londres, 1946). Portrait de Madame Lechat-Wittouck.
  19. Georges Wittouck, mort pour la patrie.
  20. Marcus Wunderlee, « Wittouck Famille » : dans : Dictionnaire des patrons en Belgique, édité par Ginette Kurgan-van Henterijk et alii, Bruxelles, 1996, p. 672.
  21. Dont descendance, familles François et van Dievoet.

BibliographieModifier

  • Sophie De Schaepdrijver et Tammy M. Proctor, An English Governess in the Great War : The Secret Brussels Diary of Mary Thorp, Oxford : University Press, 2017 (contient de nombreux passages concernant la famille Wittouck où Mary Thorp fut gouvernante).
  • Sophie De Schaepdrijver, « A World War Seen From A “Side-Show”: an Englishwoman’s secret Brussels diary », dans : Cahiers Bruxellois – Brusselse Cahiers, 2017/1 (XLIX), p. 117-129 (Lire en ligne).
  • État présent de la noblesse du royaume de Belgique, sub verbo, Wittouck.
  • Philippe Farcy, 100 châteaux de Belgique connus et méconnus, Bruxelles, 2003, volume 2, pp. 76-77.
  • Paul Herinckx, Jean Herinckx mon père - 1888-1961, Bruxelles, éd. Racine, 2002 (préface de Pierre Harmel), p. 18.
  • comte Stanislas Rostworoski, Éric Wittouck et son ascendance, Bibliothèque de l'Office Généalogique et Héraldique de Belgique, fonds de Walque, coté L25F.
  • Baron de Ryckman de Betz et vicomte Fernand de Jonghe d'Ardoye, "Armorial et Biographies des chanceliers et conseillers de Brabant", recueil 4 des Tablettes du Brabant, Hombeek, 19..
  • Victor Martin-Schmets, Paul Claudel et la Belgique, 1981, p. 314.
  • Éric Meuwissen, Richesse oblige. La Belle Époque des Grandes Fortunes, (préface de Jean Stengers), Bruxelles : éditions Racine, 1999, pp. 232, 240, 243, 349.
  • Peter Pennoyer et Anne Walker, The architecture of Delano and Aldrich, 2003.
  • Marcus Wunderlee, « Wittouck Famille » : dans : Dictionnaire des patrons en Belgique, édité par Ginette Kurgan-van Henterijk et alii, Bruxelles, 1996, pp. 670-672.

Voir aussiModifier