Famille Veil-Picard

La famille Veil-Picard est une famille juive, originaire du Haut-Rhin. L'aïeul, Aaron Veil né le à Oberhagental s'est installé à Besançon où il exerce le métier de banquier. Il y décède le .

La famille Veil-Picard compte plusieurs mécènes et philanthropes, dont le plus célèbre est Adolphe Veil-Picard (1824-1877), fils d'Aaron, membre du Consistoire israélite de Lyon et bienfaiteur de la Ville de Besançon. C'est notamment lui qui, par un don de 200 000 francs, contribua au financement de la rénovation du quai d'Arènes (rive droite du Doubs ) terminé en 1878. Ce quai a été baptisé "Veil-Picard" en 1879.

En 1924, est érigé à Besançon un monument à sa mémoire dû au sculpteur Alfred Boucher (promenade Granvelle).

La grille du portail de la synagogue, porte une plaque avec l'inscription « grille donnée par M. A. VEIL-PICARD à la mémoire de son père 1869 ».

En 1888, les banquiers Arthur-Georges et Edmond-Charles Veil-Picard achètent à Louis Alfred Pernod la distillerie du même nom. Ils conservent à la société son nom originel de « Pernod fils ».

Le nom des Veil-Picard est également associé à l'histoire des courses hippiques (écuries célèbres). Elle est également célèbre pour sa collection d'art.


Sous l'Occupation, les biens sont saisis par l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg[1].

Notes et référencesModifier

  1. Bernard Génies et Jean-Gabriel Fredet, « Le casse de Hitler - À la recherche des chefs d'œuvre volés aux Juifs », Le Nouvel Observateur n°2575, semaine du 13 mars 2014, pages 64-77.