Famille Servan-Schreiber

famille française
Ne doit pas être confondu avec Servan ou Schreiber.

La famille Servan-Schreiber, française d'origine prussienne et juive, s'est illustrée au cours du XXe siècle dans le journalisme et la politique.

Cette famille compte parmi ses membres et ses alliances des journalistes et directeurs de publications, des écrivains, des hommes politiques dont plusieurs ministres et parlementaires mais aussi une épouse de président du Conseil.

Généalogie simplifiéeModifier

Cette généalogie simplifiée présente les principales personnalités de la famille Servan-Schreiber et de ses alliances :

Les fondateurs Joseph et Clara SchreiberModifier

  • Joseph Schreiber (1845-1902), ou Julius Joseph Schreiber, né à Gleiwitz en Silésie (alors en Prusse, aujourd’hui en Pologne), cadet d’une lignée de neuf enfants dont huit garçons, son père était un rabbin sans rabbinat.
  • Clara Schreiber (1855-1941), née Clara Feilchenfeld d'une famille juive allemande qui commerce dans le domaine du blé à Dantzig.

Selon la légende familiale, Joseph fut le secrétaire du chancelier Otto von Bismarck et choisit de s’exiler en France à la veille de la guerre franco-prussienne de 1870. Cette assertion, non vérifiée par des archives, fut contredite par l'ouvrage La Saga Servan-Schreiber relatant l'histoire de cette famille : Joseph était représentant de commerce à Berlin. Il y ouvrit une poste privée municipale puis essaya de l’étendre à Vienne. Face à l'antisémitisme et l'échec de son entreprise, Joseph décida d'émigrer aux États-Unis[2] : rendant visite à des cousins parisiens avant de rejoindre le Havre pour prendre le paquebot pour New-York en 1877, il resta finalement à Paris où sa femme le rejoignit en 1879 et où ils s'installèrent d'abord dans le quartier juif-allemand. Joseph fonda une maison d’import-export d’articles de mercerie et de quincaillerie, la maison JJ Schreiber[3]. Il fut proche d’Henri Brisson, son frère en franc-maçonnerie[4].

Malgré l'antisémitisme et l'antigermanisme français, la famille juive allemande descendante de rabbins réussit son intégration française (un décret paru au Journal officiel du 22 novembre 1894 naturalisait français les Schreiber). Émile Schreiber écrivit en 1917 un essai sur les relations entre l'Europe et les États-Unis qu'il signa sous le pseudonyme de Servan[5] (inspiré par la commune bretonne de Saint-Servan[5]). Il fit adjoindre ensuite ce pseudonyme a son nom patronymique pour faire plus « français » lors de la Seconde Guerre mondiale) par la gloire militaire (Première guerre mondiale, résistance pendant la Seconde)[pas clair], accéda à la bourgeoisie, obtint un pouvoir d'influence par la presse et enfin au pouvoir politique[6]. Ce nom composite sera ensuite repris par les autres membres de la famille[5].

Les trois fils de Joseph et Clara SchreiberModifier

  1. Robert Servan-Schreiber (1880-1966), premier fils, reprit en 1902 l’affaire d'import-export de son père pour laquelle il créa six ans plus tard Les Échos (à l'origine un bulletin mensuel gratuit de quatre pages), dont il fut coactionnaire avec son frère Émile, et directeur ; épousa en 1916 la féministe et sénateur radicale du Gard Suzanne Crémieux (1895-1976).
  2. Georges Servan-Schreiber (1884-1970), second fils, pédiatre, épousa la fille d’un banquier juif et resta à l’écart de ses deux frères Robert et Émile.
  3. Émile Servan-Schreiber (1888-1967), troisième fils, journaliste et codirecteur du journal Les Échos, épousa Denise Bresard en 1923.

Les descendants de Robert Servan-SchreiberModifier

Robert Servan-Schreiber et son épouse Suzanne Crémieux (1895-1976) eurent trois enfants:

  1. Jean-Claude Servan-Schreiber (1918-2018) directeur de presse et député gaulliste.
  2. Marie-Claire Servan-Schreiber (1921-2004), journaliste, épousa en 1946 Jacques Claret de Fleurieu puis en 1971 Pierre Mendès France (1907-1982)
  3. Marie-Geneviève Servan-Schreiber

Les descendants d'Émile Servan-SchreiberModifier

Émile Servan-Schreiber et son épouse Denise Bresard (1900-1987) eurent cinq enfants :

  1. Jean-Jacques Servan-Schreiber (1924-2006), journaliste et homme politique français.
    • David Servan-Schreiber (1961-2011), médecin et auteur.
    • Franklin Servan-Schreiber, spécialiste des nouvelles technologies, ancien directeur de la communication du CIO
    • Émile Servan-Schreiber, cogniticien, pionnier des marchés prédictifs, candidat indépendant aux élections législatives de 2012 pour l'Amérique du Nord.
    • Édouard Servan-Schreiber (1969), directeur d'un institut d'études
  2. Brigitte Gros, née Servan-Schreiber (1925-1985), journaliste et sénatrice.
    • Catherine Servan-Schreiber (1962), écrivain, auteur du roman Louise et Juliette décrivant la saga de la famille Servan-Schreiber sous l'occupation allemande en France.
  3. Bernadette Gradis née Servan-Schreiber (1928), épouse d'Henri Gradis.
  4. Christiane Collange, née Servan-Schreiber (1930), journaliste.
    • Jean-Marc Coblence
    • Jean-Christophe Coblence
    • Vincent Ferniot (1960), journaliste et chroniqueur gastronomique
    • Simon Ferniot
  5. Jean-Louis Servan-Schreiber (1937), journaliste

Notes et référencesModifier

  1. http://www.lumenogic.com/www/fr/emile-servan-schreiber.html.
  2. Jean Bothorel, Celui qui voulait tout changer, Les années JJSS, éd. Robert Laffont, 2005.
  3. Jean-Louis Servan-Schreiber et Christiane Collange, émission C’est de famille sur Europe 1, 15 juillet 2011.
  4. « Celui qui voulait tout changer », sur L'Express, .
  5. a b et c « L'ancien résistant et homme de presse Jean-Claude Servan-Schreiber est mort », sur parismatch.com, 11 avril 2018.
  6. Les Servan-Schreiber, L’ambition d’une famille, documentaire de Philippe Kohly, Arte France, 2002.

BibliographieModifier

Liens externesModifier