Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ceresole.

Cette page présente diverses personnes de la famille Cérésole ou Ceresole du canton de Vaud en Suisse, famille originaire de la province de Coni, dans le Piémont en Italie.

OrigineModifier

La famille « Cérésole » ou « Ceresole » est une famille originaire de la province de Coni dans le Piémont, plus précisément de Monticello. Dans la même province se trouve la commune de Ceresole Alba. La naturalisation vaudoise est acquise par Auguste Ceresole en 1822.

Dans les anciens États du Piémont, il y avait des « seigneurs de Ceresole » (d'où descendent les seigneurs Delle Arene et Teregone, puis les Spatola et les Del Boca)[1].

Le nom de famille est Ceresole, mais il a souvent été francisé en Cérésole. En Italie, on trouve encore les variantes Ceresoli et Ceresola.

Famille Ceresole de Vevey, originaire du PiémontModifier

 
Paul Ceresole (1832-1905)
 
Pierre et Ernest Ceresole en 1928
Génération 1
Génération 2
  • Auguste Charles Louis Guillaume Ceresole (1801-?), naît six mois après le décès de son père Vincent Ceresole. Il est placé à l'institut Pestalozzi à Yverdon, étudie la théologie à Lausanne, naturalisé vaudois et bourgeois de Vevey en 1822. Épouse en 1828 à Francfort-sur-le-Main Sophie Koester, d'où huit fils, dont certains suivent[2].
Génération 3
  • Huit fils d'Auguste Ceresole et Sophie Koester, dont :
    • Victor Ceresole (1831-1892), fils d'Auguste Ceresole. Consul de Suisse à Venise. Historien, auteur d'ouvrages sur Lausanne et sur Venise[3],[4].
    • Paul Ceresole (1832-1905), fils d'Auguste Ceresole. Juriste. Juge au Tribunal fédéral, colonel, conseiller fédéral et président de la Confédération suisse. Épouse Emma Secretan (?-1882), d'où dix enfants, qui suivent.
    • Adolphe Cérésole (1836-1881), fils d'Auguste Ceresole, officier suisse au service de France. Célibataire.[5]
    • Alfred Cérésole (1842-1915), fils d'Auguste Ceresole, pasteur et professeur de théologie à la faculté libre de Lausanne, poète. Épouse en 1866 Amélie Francillon.
Génération 4
  • Dix enfants de Paul Ceresole et Emma Secretan :
    • Auguste Ferdinand Maurice Ceresole (1860-1936), épouse Lydia dite Lydie Schoch (1870-1957) en 1894 à Lausanne[6]. Directeur d’une usine de colorants à Lyon dès 1893, professeur de chime industrielle à l’École polytechnique fédérale en 1899, il est appelé à Paris puis aux États-Unis pour la guerre chimique durant la Première Guerre mondiale. Il achète un domaine au Petit-Lancy en 1919[7] (Lydie Ceresole y habite jusqu’à son décès, puis leurs enfants vendent la « campagne Ceresole »)[8].
    • Ernest Ceresole (1868-1943), juge et colonel[9].
    • Alfred Ceresole
    • Édouard Ceresole, épouse Nella Wilder des États-Unis.
    • Blanche Ceresole (1872?-1960). Épouse le médecin Gaston Châtenay, d'où Valentine Châtenay qui épouse Jean Piaget en 1923.
    • Madeleine Ceresole
    • Germaine Ceresole, épouse X Guy, vit en Angleterre.
    • Adrien Ceresole (1877-1949). Épouse (1) Hélène Beauvert (ca1880-1913), d'où trois filles, puis (2) Sophie de Mestral (1885-1966), d'où 7 enfants[10].
    • Pierre Ceresole (1879-1945), mathématicien et pacifiste. Épouse en 1941 Marie-Louise dite Lise David (1887-1966). Sans descendance.
    • Léon Ceresole

SourcesModifier

Fonds : Cérésole (famille) [2,80 mètres]. Collection : Archives privées; Cote : CH-000053-1 P Cérésole (famille). Archives cantonales vaudoises. (présentation en ligne)

RéférencesModifier

  1. Marquis Guasco Di Bisto, Dictionnaire féodal des anciens états Sardes et de la Lombardie, cité sur La famille Del Boca.
  2. a et b Hélène Monastier & al., Pierre Ceresole d'après sa correspondance, La Baconnière, Neuchâtel, 1960, p. 239-240.
  3. Victor Cérésole, sur la Bases de données patrimoniales de Suisse romande institutions, musées, archives et médiathèques (museris.lausanne.ch).
  4. Victor Cérésole, aux Archives cantonales vaudoises.
  5. Jérôme Guisolan, Capitaine Cérésole (1836-1881. Un officier suisse au service de France, Pully, Centre d'Histoire et de Prospective Militaires, , 136 p. (ISBN 978-2-8280-0014-1).
  6. Année de naissance de Maurice 1860 : figure sur une annonce de décès du 4 avril 1936 dans le Journal de Genève (il est mort le 2 avril). Lydia Schoch : Société genevoise de généalogie, née Lydia-Élisa Schoch à Genève novembre 1894 : JdG 22.11.1894, mariage à Lausanne : JdG 7.4.1894.
  7. La Prairie au Petit-Lancy.
  8. « Les Chroniques de Cérésole ».
  9. Journal de Genève, 1er mai 1943.
  10. Société genevoise de généalogie.