Famille Argoutinsky-Dolgoroukoff

famille princière Arméno-Russe

La famille Arghutyan-Yerkaynabazuk (arménien : Արղության-Երկայնաբազուկ), Mkhargrdzeli-Arghutashvili (géorgien : მხარგრძელი-არღუთაშვილი) est une famille connue plus tard sous le nom de Argoutinsky-Dolgoroukov (ou Argoutinsky-Dolgoroukoff, russe : Аргутинский-Долгоруков ). C'était une famille noble arméno-géorgienne dont le double nom de famille indique leur descendance d’Arghout (mort en 1506) et de la famille médiévale Mkhargrdzeli (Zaqaryan-Zachariads). « Dolgoroukov » est une traduction russe directe de « Mkhargdzeli », ce qui signifie littéralement en géorgien « long bras », qui fut accordé par le tsar Paul Ier en 1800[1].

Famille Argoutinsky-Dolgoroukoff
Image illustrative de l’article Famille Argoutinsky-Dolgoroukoff

Lignées Karpaniel Arshakun

Mkhargrdzéli-Zachariades Mkhargrdzéli-Arghoutaschvili Argoutian-Yerganadapazouc

Pays ou province d’origine Famille Arménienne

Région de Lori
Région de Sanahin

Charges Princes, maire de Tiflis, gouverneur de Erevan, gentilhomme de la chambre de la Majesté
Fonctions militaires Officier : Major général, lieutenant général, colonel de Hussard de la Garde Impérial du tsar Nicolas II
Fonctions ecclésiastiques Catholicos, Prélat
Récompenses militaires Ordre de Saint-Georges, Ordre de Sainte-Anne, Ordre de Saint-Vladimir, Épée d'or "Pour la bravoure" avec diamants, Ordre de l'aigle blanc, Ordre de Saint Alexandre Nevski, Ordre de Saint-Stanislas I avec épées, Ordre de Saint Vladimir III avec un arc,

Certaines sources indiquent également une origine remontant à « Karpaniel Archakoun » (russe : Карпаниеля Аршакуна) qui en 1062 était propriétaire de la ville et de la forteresse de Lori[2],[3], en Géorgie[4].

Le fondateur de la famille, Arghout, s'établit à Lorri, dans le nord de l'Arménie, alors sous suzeraineté géorgienne, à la fin du XVe siècle. Ses descendants ont été accueillis parmi la classe supérieure (aznaouri) de Géorgie et ont été établis à Sanahin, où se trouvait l'abbaye dynastique de la famille. Sous le règne du roi Héraclius II de Géorgie (1744-1798), la famille Arghoutachvili fut officiellement reconnue comme descendant des Mkhargrdzeli et élevée à un rang princier en 1800 (géorgien : tavadi, russe : kniaz), titre confirmé par l'empire russe le 6 mars 1819, le 15 décembre 1838 et le 14 novembre 1857[5],[6].

Contrairement à l'opinion communément admise, l'historien russe Piotr Dolgoroukov (1816-1868) (qui ne fait pas partie de la famille Argoutinsky-Dolgoroukoff, mais des Dolgoroukov une autre famille princière russe) avait avancé l'hypothèse d'une origine en commun avec la famille rurikide et avait tenté de la retracer jusqu'au prince Iouri Dolgorouki du XIIe siècle[7].

L'empereur Paul Ier avait élevé le 22 mars 1800 l'archevêque Hosvep Arghouthian et toute sa famille à la dignité de prince russe pour le remercier des services rendus à la Russie, en lui permettant d'ajouter à son nom celui de Dolgorouki, les deux noms, en arménien et en russe, ayant le même sens : « long bras ». Les Arghoutian affirmaient descendre du roi perse Artaxerxès Ier, surnommé « longue main »[8],[9],[10].

Diaspora de la familleModifier

 
Crypte de la diaspora Argoutinsky-Dolgoroukoff à Nice

La famille Mkhargrdzeli-Arghoutachvili est originaire de la région de Lorri et notamment de Sanahin.

À partir du XIXe siècle, la plus grande partie des membres de la famille Argoutinsky-Dolgoroukoff vit dans la région de Tiflis.

Entre 1820 et 1855, Moïsseï A.-D. est major au Caucase puis gouverneur de Erevan, il participa à plusieurs guerre dans ces régions. Il est enterré à Sanahin[11].

En 1822, un membre de la famille traduit à Sanahin un ancien manuscrit de l'arménien vers le russe[12].

Le matin du 10 octobre 1897, on retrouve dans les journaux, venant par le train Express-Orient, des traces de l'arrivée à Paris d'un des princes Wladimir Argoutinsky-Dolgoroukoff[13].

À partir des années 1910, ils s'installent majoritairement à Paris[14] et à Nice [15],[16] notamment à cause des tensions russes et de la révolution de 1917.

Le prince Wladimir Argoutinsky-Dolgoroukoff (né en 1872, fils de Nicolas B. A-D.) fit ses études a Saint-Pétersbourg puis il arrive la semaine du 23 octobre 1901 à Londres pour continuer ses études à la faculté de droit de l'Université de Cambridge [17],[18]. Il finit sa vie à Paris dans un hôtel particulier qui lui appartenait et où il vivait avec son frère, rue François-Ier.

Un autre prince Wladimir Argoutinsky-Dolgoroukoff (né en février 1888) fit des études de médecine à l'université de Genève entre 1908 et 1911[19].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, au printemps 1943, la diaspora familiale de Nice se déplace à Paris (en train via la gare de Lyon) et s'y établit, notamment dans les VIIIe, XVe et XVIIe arrondissements de la ville[20],[14].

HistoireModifier

Sans aller jusqu’à la dynastie des Archagounies, ce qui serait exagéré, il suffit de revenir à la reine de la Géorgie du XIe siècle où pendant le règne de Tamara les frères Hovannes et Zakaria Argoutian-Yerganadapazouc étaient chefs d’armée en Géorgie. Les deux noms sont liés directement à toutes les réussites des campagnes militaires de la reine Tamara de Géorgie. Le père de ces deux frères, Sarkis, et le grand-père, Avak-Sarkis sont connus dans l’histoire de la Géorgie déjà comme grands administrateurs, actifs pour le pays. De la même famille est également issu l’écrivain connu Sarkis de Thorveli-Dolgorouki.

L’historien Guiragos-Khanzaguetzi raconte que c’est grâce à l’intervention de Zakaria qu’a eu lieu les réunions arméniques entre 1205 et 1207 a Lorri. Les descendants de Zakaria ont gouverné la Province de Kars, et toute cette période est connu dans l’histoire comme la domination des Zakaria ; devenues Zakarian; période riche.

Le plus illustre de la famille est le Catholicos, le prélat Hovsep (Joseph) né a Tiflis en 1743 et mort en 1801. Sa mort est due à un accident alors qu’il allait de Tiflis à Etefmadzine, pour prendre possession du trône. Les historiens russes rappellent qu’il était un des plus grands personnages de son temps.

Pendant longtemps, il fut prélat des Arméniens de toutes les Russies, et son savoir-faire a toujours été mis au service des communautés arméniennes. Il connaissait parfaitement les problèmes orientaux ; et il apportait son soutien aux armées russes en particulier au niveau du Haut Commandement en contribuant à leur réussite stratégique dans les conflits russo-perses ; et russo-turcs. Il était pour les relations particulières avec la tsarine Catherine II ; grâce à elle, on a fondé la ville arménienne de Noz-Nakhitchevan. De plus il a fondé aussi la ville de Grégoriopol, ainsi nommée du prénom du favori de Catherine II : Grégory Potiemkine. De ce fait, ces deux villes ont joui d’avantages fiscaux.

Comme reconnaissance pour les services rendus à l’Empire russe, le tsar Paul Ier a donné le titre de prince a Hovsep (Joseph) ; à ses frères et à tous ses descendants. Paul a rétabli les armoiries des familles princières Argoutians, composées déjà des anciens signes des éléments familiaux ; comprenant ainsi les faucons et le lion et y ajoutant au centre le monogramme du tsar[21]. Avant Paul Ier, l'impératrice Catherine II avait donné à la famille Argoutian 12 000 hectares de terre autour de Grégoriopolis où a été installée une agglomération appelé Zakarievka (située dans la province d'Odessa)[22] en l’honneur du prénom d’un des frères.

Le Catholicos Hovsep a laissé trois volumes de manuscrits (800 pages) édités avant la Révolution de 1917. Sa correspondance est tellement importante pour l’histoire arménienne qu’elle a aussi été éditée par le Vartakod Kud Aghanian sous le titre Mémoire de l’histoire arménienne. C’était aussi le souhait du prince Boris Argoutian. Il a d’ailleurs assumé tous les frais d’édition entre 1850 jusqu’en 1900.

 
Illustration représentant le monument de Movses à Temir-Khan-Shura.

Le commandant Movses Yorganapazouk Argoutian fut aussi très populaire pendant les guerres que la Russie a menées dans le Caucase[23]. La Russie, reconnaissante, a érigé sa statue dans la capitale du Daghestan en 1879 ; la ville de Temir-Khan-Choura, avec cette inscription sur la plaque : « Conquérant du Caucase de l’Est ». C’était la seule et unique statue d’un Arménien dans toutes les Russies.

De cette dynastie est aussi issu le prince Nicolas Barseghyan Argoutinsky-Dolgoroukoff mort en 1916 ; il avait été élu trois fois maire[24] de Tiflis. Il avait aussi le titre de grand chambellan de la famille d'Alexandre III. Il avait une place particulière auprès du gouvernement général de Tiflis. Il a fondé la première école pour les sourds-muets de Tiflis. Il avait fondé une bibliothèque personnelle très riche de 10 000 volumes. Ses descendants l’ont donnée au gouvernement arménien (bolchévique) avant de quitter le pays en 1920. Cette bibliothèque fait encore partie de la richesse de la Bibliothèque nationale d'Arménie.

Le prince Nicolas A.D. était marié avec la fille d’un notable russe-arménien : Hovannes Mirzoyantz. Cette princesse très courtoise, très accueillante était très aimée et appréciée de son entourage. Morte en 1919, elle a légué 40 000 roubles arméniens à la cathédrale de Tiflis, et 20 000 pour le couvent de Tiflis. Ces legs n’ont pas été exécutés par la révolution bolchévique de 1917.

Les descendants du prince Nicolas Argoutian Yerganapazouk, dont Wladimir, Hovsep et Barbara, habitent Paris après 1917.

Le prince Boris Argoutinsky-Dolgoroukov, fils de Nicolas, juriste à l’Université d’Odessa, était gentilhomme de la chambre de Nicolas II. Il était aussi chef des notables de la ville de Tiraspol. Il a occupé plusieurs postes important en Europe. Il était adjoint du vice-roi Nicolas, le Grand-duc qui a renoncé à ses droits après l'assassinat de son neveu Nicolas II et de la famille impériale et est parti en exil. Boris avait une très belle attitude envers la communauté arménienne et la littérature. Il a eu des succès littéraires et a été mécène. Il a été marié avec une notable, Mlle Soukhomlina, qui connaissait profondément la littérature arménienne.

Membres de la familleModifier

Retrouvez ci-dessous une liste non exhaustive des membres importants de la famille Argoutinsky-Dolgoroukoff.

À noter que les noms ne sont pas fixes : Hovsep se dit aussi Iossif ou Joseph, Peter se dit Pierre ou Piotr, Movses se dit aussi Moïse ou Moïsseï, etc.

Il en est de même pour l'écriture des noms de familles, les plus courantes sont : Argoutinsky-Dolgoroukoff, Argutinsky-Dolgorukov, Argutinsky-Dolgorukow, Arghutinsky-Dolgoruky...

Liste des descendants de la dynastie Argoutinsky-Dolgoroukoff
Photo Titres Nom et description Naissance Décès Lieux de vie Liens familiaux
Archevêque

Catholicos de tous les Arméniens

Prince

Prélat

Hovsep Argoutinsky-Dolgoroukoff

Il est Catholicos des arméniens élu de l'Église arménienne.

Il fait partie des 1er de la lignée Argoutinsky-Dolgoroukoff.

Il fut titré prince par le Tsar Paul 1er en 1800[25].

1743.05.23

Sanahin

1801.03.09

Tiflis

Sanahin

Tiflis

Parents:

  Schiosh-Beg

  Ketevan

Fratrie:

  Movses

  Parsadan

  Bezhan

  Mariam

Enfants:

  Zacharie Argoutinsky-Dolgoroukoff

  Salomon Argoutinsky-Dolgoroukoff

Sources[26],[25]

Lieutenant-Général

Prince

Movses Argoutinski-Dolgorouki

Grand combattant, il combattit pendant la guerre du Caucase.

Il se battait pour les russes.

Une statue à son effigie a été érigée à Temir-Khan-Choura.

1798

Tiflis

1855.03

Tiflis

Tiflis,

Caucase

Parents:

  Zacharie Iossifovitch Argoutinsky-Dolgoroukov

Fratrie:

  Ivan Zakharovitch Argoutinsky-Dolgoroukov

Enfants:   Vervarra Argoutinsky-Dolgoroukov

Prince

Major

Pavel Parsadanovitch Argoutinsky-Dolgoroukoff

1845-46 - Maire de Bakou[27].

1851-53 - Lieutenant de Noukhinsky

1858-59 - Capitaine et gouverneur de Noukhinsky[28].

Bakou,

Noukhinsky

Parent:

  Parsadan Arg.-Dolg.

Prince Luarsab Pavlovitch Argutinsky-Dolgorukov

Secrétaire provincial de l'administration du district de Tiflis[29].

1826 1853+ Tiflis Enfants:

  Peter Luarsabovich Arg. Dol[30].

  David Luarsabovitch Arg. Dol[29].

Prince Nicolas Barseghyan Argoutinsky-Dolgoroukoff

Maire de Tiflis à trois reprises.

Intellectuel intelligent, il avait une riche bibliothèque (10 000 ouvrages).

Sa sépulture se trouve à Sanahin.

1845

Tiflis

1916

Tiflis

Tiflis Compagne:

Marie Mirzoff (Mariam Hovhannisyan d'Arghuti)

Enfants:

  Boris Nikolaïevitch Arg. Dol. (1870-1949)

  Wladimir Nikolaïevitch Arg. Dol. (1872-1941)

  Barbara Nikolaïevna Arg. Dol. (1872-1942)

  Joseph Nikolaïevitch Arg. Dol. (1878-1956)

  ~Elena Nikolaïevna Arg. Dol. (1882-1962)

Lieutenant-Général

Prince

David Luarsabovitch Argoutinsky-Dolgoroukov

Lieutenant général, ingénieur militaire.

Prend sa retraite en 1903.

Finit sa vie à Vilna[29].

1843.05.01

Tiflis

1910

Tiflis

Tiflis Parents:

  Luarsab Papovitch

  Ketevan

Compagne: Nina Danian ( † 1943~)

Enfants:

  Georges Davidovitch Arg. Dol. (1972-1949)

  Paul Davidovitch Arg. Dol. (1972-1943) [31]

  Catherine Arg. Dol. (1876-1932) [32],[20]

Fratrie:

  Peter Luarsabovitch Arg. Dolg.

Colonel russe

Prince

Georges Davidovitch Argoutinsky-Dolgoroukov (ru)

Chef militaire russe, colonel

Corps de cadets Nicolas (1892)

École de cavalerie Nicolas (1894)

Lieutenant de la garde (1898)

capit. d'état-major de la garde (1902)

Capitaine de la garde (1906)

Colonel (1912)

Commandant de dragons (1916)

[33],[34]

1873.11.18

Tiflis


1949.02.07

Paris

Sépulture à Nice

Tiflis,

Odessa (1916),

Nice

Parents:

  David Luarsabovitch

  Nina Danian

Fratrie:

  Paul (1872-1943)

 Catherine (1876-1932)

Lieutenant-Général

Prince

Peter Luarsabovitch Argoutinsky-Dolgoroukov

1901-1903 - Lieutenant-colonel

- 16e régiment de grenadiers mingréliens

- Division de grenadiers du Caucase

- 2e corps d'armée du Caucase.

1840~

Tiflis

1910~
Caucase (1901) Parent:

  Luarsab Pavlovitch Arg. Dolg[30].

Fratrie:

  David Luarsabovitch Arg. Dolg.

Enfants:

  Michel Petrovitch Arg.-Dolg.

  Inconnu (Mort en Russie)

Prince

Professeur[35]

Peter Mikhailovich Argoutinsky-Dolgoroukoff[36]

Il étudia à St. Pétersbourg et en Allemagne.

Grand médecin et professeur à l'Université de Kazan.

Il fit bâtir une école pour enfants sourd-muets.

1850.04.26

Tiflis

1911

Riva

Tiflis

Berlin

Saint-Pétersbourg

Compagne:

- "Elsa" (Berlin)[37]

Prince

Diplomate

Légion d'Honneur[38]

Wladimir Nikolaïevich Argoutinsky-Dolgoroukoff

A étudié à Saint-Pétersbourg et Cambridge

Il connaissait Tchaïkovsky et échangeait avec Picasso

Grand collectionneur d'art et diplomate

Il a travaillé a l'ambassade russe de Paris.

1872

Tiflis

1941

Paris

Tiflis

Saint-Pétersbourg

Paris

Parents:

  Nicolas Barseghyan Arg.-Dol.

  Marie Mirzoff

Fratrie:

  Boris Nikolaïevitch Arg. Dol. (1870-1949)

  Joseph Nikolaïevitch Arg. Dol. (1878-1956)

  Barbara Nikolaïevna Arg. Dol. (1872-1942)

Colonel de Hussards

Prince

Michel Petrovitch Argoutinsky-Dolgoroukoff

Colonel de Hussards dans la Garde impériale de l'empereur Nicolas II.[39]

Possédait des appartements à Nice en 1928-1943.

À partir de 1943 vit à Paris.

Se fait naturaliser Français en 1948.

1884.02.01

Tiflis

1953.08.20

Paris

Tiflis

Nice

Paris

Parents:

  Peter Luarsabovitch

 Catherine...

Fratrie: 1 frère, mort de la tuberculose en Russie

Enfants: 2 filles

Légende : <date>+ : "Supérieur à <date>" / <date>~: "Environ <date>" / <date1>~<date2> = "Entre <date1> et <date2>"

GénéalogieModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Schiosh-Beg
Mkhargrdzéli-Arghoutaschvili
(~1720)
 
Ketevan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Moses Chiochevitch
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
 
 
 
Hosvep Arghouthian
(Sanahin 1743-1801 Tiflis)
 
 
 
Mariam Chiochevitch
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
Parsadan Chiochevitch
Argutinsky-Dolgoroukov
 
 
 
Bejan Chiochevitch
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zacharias
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
Salomon Iossifovitch
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
 
 
Zacharie Iossifovitch
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
 
 
Vassily Bejanovitch
Argoutinsky-Dolgorouky
 
David Bejanovitch
Argoutinsky-Dolgorouky
 
Nikolai Bejanovitch
Argoutinsky-Dolgorouky
 
Solomon Bejanovitch
Argoutinsky-Dolgorouky
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vassily Andreïevitch
Argoutinsky-Dolgoroukov

(1804 – 1868)
 
Moses Zakharjevich
Argutinsky-Dolgoruky
 
Maria Solomonovna B.
Argoutinsky-Dolgoroukov

(1819 – 1871-10-13, Tiflis)
 
Ivan Zakharovitch
Argoutinsky-Dolgoroukov
 
 
 
Moïsseï
Argoutinski-Dolgorouki

(1798-1855)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Shiosh Solomonovich
Argoutinsky-Dolgorouky
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nicolas Barseghyan
Argoutinsky-Dolgoroukoff

(1845–1916)
 
 
 
 
Marie MIRZOFF
 
 
Nina Ivanovna
Argutinsky-Dolgorukov
 
Cpt. Mikhaïl Loris
Melikov Tarielovitch
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vervarra Argoutinsky-Dolgoroukoff
 
Abgar Orbeli
(1849-1912)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boris Nikolaïevitch
Argoutinsky-Dolgoroukoff

(1870 – 1949)
 
Joseph (Hovsep)
Argoutinsky-Dolgoroukoff

(Tiflis 1878 - 04.01.1956 Paris)
 
Wladimir
Argoutinsky-Dolgoroukoff

(05.04.1872-1941.12.09)
 
Barbara Nikolaïevna
Argoutinsky-Dolgorpoukov

(Tiflis 20.03.1872–1942.10.05 Paris)
 
Cpt. Tariel Loris-Melikov
(1863–1941)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sources : [Note 1],[40],[41],[42],[25],[26]

NotesModifier

  1. (ka) « Zakaria Ier - Généalogie », sur Wikipedia, (consulté le ).

RéférencesModifier

  1. Gustave-Armand-Henri de Reiset (préf. Robinet de Cléry), Mes souvenirs. La guerre de Crimée et la cour de Napoléon III, (lire en ligne)
  2. « À la frontière entre Arménie et Géorgie est disputée, pour une partie des districts de Bortchalo et de Lori, une brève guerre entre les deux pays du 13 au 31 décembre 1918. La médiation britannique, du 9 au 17 janvier 1919, institue le « territoire neutre de Bortchalo et de Lori », à double tutelle administrative, arménienne et géorgienne » (Wikipédia)
  3. « La forteresse de Lori », sur yanvoyage.am (consulté le )
  4. (ru) « Аргутинский-Долгоруков Михаил Зурабович — Энциклопедия фонда «Хайазг» », sur ru.hayazg.info (consulté le )
  5. (ru) « Argoutinsky-Dolgoroukov », sur Rulex.ru, Russian Biographic Lexicon (consulté le )
  6. Bagrationi, Ioane (1768-1830). Arghoutachvili. La brève description des maisons nobles géorgiennes . Récupéré le 23 janvier 2008.
  7. (ru) Долгоруковы и Долгорукие. Dictionnaire biographique russe. 31 janvier 2008.
  8. (en) Prince Piotr Dolgorouky, A Handbook of the principal Families in Russia, Londres, 1858, p. 80 et note [1].
  9. (ru) « Форумы проекта Новая Хронология - Просмотр сообщения », sur chronologia.org,‎ (consulté le )
  10. Jacques de Morgan (préf. Gustave Schlumberger), Histoire du peuple arménien depuis les temps les plus reculés de ses annales jusqu'à nos jours, (lire en ligne)
  11. (en) The Portfolio, Or, a Collection of State Papers: Illustrative of the History of Our Times, James Ridgway and Sons, (lire en ligne)
  12. Henri Cordier (1849-1925) Auteur du texte, Bibliotheca sinica. Dictionnaire bibliographique des ouvrages relatifs à l'Empire chinois. Tome 2, 1878-1895 (lire en ligne), p. 931
  13. « Journal "PARIS" 2ème Édition », sur Retronews - Le site de presse de la BnF, (consulté le )
  14. a et b Archives de l'état civil de la ville de Paris (1921-1978)
  15. Archives des Alpes-Maritimes, Annuaires de Nice, Liste des habitants de Nice par rues, Nice, , version digitale: 371 p. (lire en ligne), p. 304 (v. digitale: p. 82)
  16. « L'Éclaireur du dimanche et "La Vie pratique, Courrier des étrangers" », sur Gallica, (consulté le )
  17. (ru) Fokin Pavel Evgenievich, « ARGUTINSKIY-DOLGORUKOV Vladimir Nikolaevich - Galerie de portraits de héros culturels du tournant des XIXe et XXe siècles. Volume 1. AI », sur culture.wikireading.ru (consulté le )
  18. « Renseignements Mondains », Le Figaro, no 297,‎ , p. 2 (lire en ligne) :

    « Arrivé à Londres et descendu au Carlton Hotel : (...) Prince Vladimir Argoutinsky-Dolgoroukoff (...) »

  19. « Liste des Autorités, Professeurs, Étudiants et Auditeurs - Semestre d'été 1912 », Université de Genève,‎ , p. 84 (lire en ligne[archive])
  20. a et b Témoignage oral (février 2019, Île-de-France) d'un membre de la famille ayant vécu à cette période et présente lors du voyage Nice-Paris en mars 1943.
  21. (en) Glasshouse, English: Imperial Monogram of Tsar Paul I of Russia, (lire en ligne)
  22. (en) Panaït Istrati, Russia Unveiled, Routledge, (ISBN 9781351619882, lire en ligne)
  23. Georgij Konstantinovič Vlastov, Ombres du passé : souvenirs d'un officier du Caucase, (lire en ligne)
  24. (en) « Mayor of Tbilisi », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  25. a b et c « Образ Иосифа Аргутинского в работе Лео », sur armeniansite.ru (consulté le )
  26. a et b (ru) « Research "Argutinsky-Dolgoruky" (Аргутинский-Долгорукий) », sur Genealogical Research Center
  27. (ru) « OurBaku : Liste des Administrateurs du Comté de Bakou », sur www.ourbaku.com (consulté le )
  28. (ru) « Argutinsky-Dolgorukov Pavel Parsadanovich - Encyclopédie de la fondation “Hyazg” », sur ru.hayazg.info (consulté le )
  29. a b et c (ru) « Argoutinsky-Dolgoroukov David Luarsabovich », sur hayazg.info : Encyclopédie de la Fondation "Hyazg" (consulté le )
  30. a et b (ru) « Argoutinsky-Dolgoroukov Peter Luarsabovich », sur hayazg.info : Encyclopédie de la Fondation "Hyazg" (consulté le )
  31. (ru) « Argoutinsky-Dolgoroukov Pavel Davidovich », sur hayazg.info (consulté le )
  32. Archives Départementales de la Seine Maritime, Nice, Actes de Décès de 1932 (Archives), Nice, , Acte N°1602
  33. (ru) « Аргутинский-Долгоруков Георгий Давидович — Энциклопедия фонда «Хайазг» » [« Argutinsky-Dolgorukov Georgy Davidovich - Encyclopedia of the Hayazg Foundation »], sur ru.hayazg.info (consulté le )
  34. Recensement Nice (1936) p. 2581
  35. Comptes-rendus du XIIe Congrès international de médecine (Moscou, 7 [19]-14 [26] août 1897). Volume 1 / publiés par le comité exécutif sous la rédaction du secrétaire général W. Roth, 1898-1900 (lire en ligne)
  36. (ru) « Centenaire de la mort de l'excellent pédiatre russe Pyotr Mikhailovitch Argoutinsky-Doloroukov », sur chebmggu.ru, (consulté le )
  37. « Пётр Михайлович Аргутинский-Долгоруков b. 26 април 1850 d. 1911 - Родовид », sur sr.rodovid.org (consulté le )
  38. Annuaire officiel de la Légion d'honneur de sous les membres au 1er janvier 1932
  39. « I отдел », sur whiterussia1.narod.ru (consulté le )
  40. (ru) « Иосиф (в миру князь Аргутинский-Долгорукий) — Энциклопедия фонда «Хайазг» », sur ru.hayazg.info (consulté le )
  41. (ru) « Соломон кн. Аргутинский-Долгоруков », sur geni.com (consulté le )
  42. (ru) « Мария Соломоновна Бебутова », sur geni.com (consulté le )