Famille Dalamel de Bournet

(Redirigé depuis Famille Allamel de Bournet)

Famille Dalamel de Bournet
Image illustrative de l’article Famille Dalamel de Bournet
Armes

Blasonnement Coupé, d'azur et de gueules, à la fasce d'argent accompagnée en pointe d'un coq d'argent chantant sur un mont de même ; au franc canton de trois étoiles 1 et 2, accostées à senestre d'un croissant le tout d'argent
Pays ou province d’origine Vivarais
Demeures Château de Bournet
Hôtel de Bournet

La famille Dalamel de Bournet est une famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française, originaire du Vivarais.

HistoireModifier

Selon Gustave Chaix d'Est-Ange, cette famille n'a pas de principe de noblesse ni obtenu de maintenue de noblesse sous l'Ancien Régime, mais elle adopta au XVIIIe siècle les usages de la noblesse[1].

Gonin d'Allamel, notaire de Sanilhac (Ardèche) vers 1430, est le premier représentant cité de cette famille[2]. Jean d'Allamel, seigneur de Laval et de Bournet, lui-même fils de Louis d'Allamel, seigneur de Planzolles et Saint André-Lachamp, et de Jeanne de Moynier, né le à Grospierres (Ardèche); figure dans l'ascendance de cette famille.

La famille Dalamel de Bournet s'attache à deux villages ardéchois[3] : Grospierres, berceau de la famille, et Joyeuse, où elle a joué un rôle politique pendant la Révolution française et où un hôtel particulier porte son nom. L'un de ses membres fut procureur-syndic du district du Tanargue et organisa en 1791 la levée des volontaires de l'Ardèche. Leur existence à Joyeuse au XVIIe siècle est attestée par les écrits de Louis de Montravel[4].

Jean-Louis Dalamel de Bournet, juge-régent du duché de Joyeuse, périt sur l'échafaud à Lyon le [5]. Son fils connut le même sort.

Antoine Dalamel de Bournet, issu d'une autre branche de la famille[6], eut une carrière plus paisible.


 
Armes Dalamel de Bournet

AlliancesModifier

ArmesModifier

  • Coupé, d'azur et de gueules, à la fasce d'argent accompagnée en pointe d'un coq d'argent chantant sur un mont de même ; au franc canton de trois étoiles 1 et 2, accostées à senestre d'un croissant le tout d'argent (d'après Montravel)

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier