Famille Adorno

famille

La famille Adorno est une des principales familles patriciennes de la République de Gênes, qui donna plusieurs doges à la ville. Appartenant au parti gibelin, elle lutta pendant près de 200 ans contre la famille Fregoso et leur rivalité plongea la République à plusieurs reprises dans l'anarchie.

Membres de la famille, doges de GênesModifier

 
Portrait de Paolina Adorno, 1626
par Antoine van Dyck
National Gallery of Art, Washington
  1. Gabriele, qui fut élu par le peuple en 1363 et succéda à Simone Boccanegra. Premier doge, il dut partir en exil en 1371 et fut remplacé par Domenico Fregoso ;
  2. Antoniotto (1340-1398), qui fut élu 1384 et puis quatre fois déposé et rétabli ;
  3. Georges, élu en 1413, qui abdiqua deux ans après ;
  4. Thomas, qui gouverna de 1415 à 1421 ;
  5. Raphaël, élu en 1443, qui se démit en 1447
  6. Barnabé qui s'empara du pouvoir à la retraite de Raphaël en 1447 et qui eut à combattre Jean Fregoso ;
  7. Prosper, élu en 1461, qui chassa les Français de Gênes et fut deux fois forcé par la faction Fregoso de quitter sa patrie ;
  8. Antoniotto II (1479-1528), élu en 1513, qui fut dépossédé la même année par Octavien Fregoso, puis rétabli en 1522 avec l'aide de Charles Quint, et définitivement expulsé en 1528, par Andrea Doria, à la tête d'une flotte française. Andrea Doria mit fin aux querelles des Adorno et des Fregoso, en leur excluant définitivement du pouvoir et les forçant même à abandonner leur nom.

PostéritéModifier

La famille Adorno est réputée éteinte en 1634. Titres, fiefs et nom ont été passés par héritage à la famille Botta, de Milan, connue depuis 1298 (Simone Botta, de Cremone), et appelée depuis lors Botta Adorno. Elle s'éteint à son tour en 1882.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier