Ouvrir le menu principal

Faculté de droit, d'économie et de gestion d'Orléans

Article principal : Université d'Orléans.
Faculté de droit, d'économie et de gestion d'Orléans
Logo Faculte DEG Orleans.jpg
Logo de la faculté de droit, d'économie et de gestion d'Orléans
Histoire et statut
Fondation
Dates-clés
1306 : fondation par Clément V
1793 : dissolution par décret
1966 : « renaissance »
Dissolution
1793, par décret de la Convention
Type
Forme juridique
Composante de l'université d'Orléans
Disciplines
Nom officiel
UFR Collegium d'ITP
Droit, Économie, Gestion
Régime linguistique
(fr) Français
Fondateur
Président
Recteur
Directeur
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Loiret
voir sur la carte du Loiret
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Orléans
voir sur la carte d’Orléans
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
3 779 (2019)
Intervenants extérieurs
300 professionnels
(entreprises et administrations)
Enseignants-chercheurs
150 (faculté)
dont 49 (école de droit)
Divers
Membre de
Site web

La faculté de droit, d'économie et de gestion d'Orléans est une unité de formation et de recherche, composante de l'université d'Orléans, pour la formation, les enseignements et la recherche en lien avec le droit, les sciences économiques et la gestion.

La faculté est située sur le campus d'Orléans-La Source, rue de Blois à Orléans[1]. Elle dispose également d'antennes au sein des centres universitaires de Bourges et de Châteauroux[2].

Sommaire

HistoireModifier

L’étude du droit à Orléans, officiellement reconnue par le pape Grégoire IX, remonte au XIIIème siècle et fort probablement à une période bien antérieure. Ainsi naquit un studium generale consacré comme université par quatre bulles du pape Clément V dès le début du XIVème siècle.

Fréquentée par des étudiants français et étrangers constitués en dix nations, l’université d’Orléans fut fameuse dans l’Europe entière, principalement à travers son enseignement du droit. Des personnages célèbres tels que François Rabelais, Jean Calvin, Étienne de la Boétie, Jean-Baptiste Poquelin, Charles Perrault et Jean de la Bruyère la fréquentèrent[3].

Un juriste hors du commun, Robert-Joseph Pothier, y fit ses études et y enseigna, marquant de ses travaux le droit français et le droit international. Souvent présenté comme le « père du Code civil », il influença de façon significative les droits allemand, anglais, polonais, argentin et même japonais[3].

Le , un décret de la Convention ferma toutes les universités françaises[4],[5].

Il faudra attendre le milieu des années soixante pour qu’Orléans renoue avec une tradition universitaire vieille de plus de sept siècles. Trois noms sont à l’origine de la renaissance de l'université d'Orléans : Roger Secrétain, élu maire d’Orléans en 1959, Gérald Antoine, premier recteur de la nouvelle académie d’Orléans-Tours, et Pierre Sudreau, alors ministre de l’Éducation nationale[4]. Le projet s’inscrivit dans le cadre plus large de la création de la ville nouvelle de La Source qu’accompagnait l’arrivée sur le site du CNRS, en 1967, et du BRGM, en 1969[4]. L’acquisition de 410 hectares en bordure du Loiret et à l’orée de la forêt solognote visait à la création, selon les termes de Pierre Sudreau, du « premier grand campus universitaire européen »[4].

C’est ainsi que le fut créé le collège de droit et des sciences économiques, placé alors sous la tutelle pédagogique de l'université de Poitiers[3]. Revivait alors à Orléans la longue tradition d’enseignement du droit civil qui, de 1219 à 1793, en avait fait une des plus prestigieuses universités européennes[3].

Depuis lors, la faculté de droit, d’économie et de gestion d’Orléans a souhaité adapter ses enseignements aux exigences sociales et économiques de la société contemporaine, développant quatre principaux pôles d’enseignement et de recherche[3] :

OrganisationModifier

Par sa double fonction d'enseignement et de recherche, la faculté de droit, d'économie et de gestion d'Orléans regroupe trois entités[6] :

  • L'École de droit ;
  • L'Institut d'économie d'Orléans ;
  • L'École universitaire de management (Institut d'administration des entreprises).

chacune d'elles étant respectivement adossées à un laboratoire de recherche :

  • Le Centre de recherche juridique Pothier (CRJP) ;
  • Le Laboratoire d'économie d'Orléans (LEO) ;
  • Val de Loire recherche en management (VALLOREM).

RecteursModifier

RéférencesModifier