La FN MAG 58 est une mitrailleuse polyvalente conçue en 1957 à la FN Herstal par Ernest Vervier [1],[2]et fabriquée par la FN Herstal depuis 1958.

FN MAG
Image illustrative de l'article FN MAG
FN MAG calibre 7,62 × 51 mm OTAN avec une lunette de visée des Forces armées slovènes en 2014
Présentation
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Type Automatique
Munitions 7,62 × 51 mm Otan
Concepteur Ernest Vervier responsable développement chez FN HERSTAL de 1954 à 1973
Fabricant FN Herstal (Fabrique Nationale Herstal)
Période d'utilisation depuis 1958
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 11-13 kg (avec crosse et bipied) (poids avec trépied : 12 kg)
Longueur(s) 1 270 mm
Longueur du canon 545 mm
Caractéristiques techniques
Mode d'action emprunt de gaz
Portée pratique 1 000 m (avec bipied), 1 800 m (avec trépied),

1500 m (sur véhicule)

Cadence de tir 650 à 1 000 coup/min.
Capacité bandes de 100 ou 200 coups
Variantes M240, Ksp 58, L7
Une FN MAG produite en Suède : la Ksp 58
La C6 : une FN MAG modifiée pour les forces canadiennes
Soldat lituanien équipé d'une FN MAG
La M240 : une FN MAG modifiée pour l'US Army : sa masse à vide variant de 10 à 12 kg pour une longueur de 1,04 à 1,23 m selon les versions
La mitrailleuse Type 74 : copie taïwanaise de la MAG. Elle mesure 1,26 m pour 12,1 kg en version infanterie.

La dénomination « MAG » est l'acronyme de :

  • « Mitrailleuse À Gaz »[3],[4] , acronyme originel de la MAG 58 ;
  • « Mitrailleuse d'Appui Général »[5], acronyme adopté plus tard pour la MAG 58 afin de coller à la traduction de la dénomination anglaise de GPMG Général Purpose Machine Gun.

Cette appellation est due au fonctionnement particulier de cette mitrailleuse, par emprunt des gaz de combustion.

Il a été utilisé par plus de 80 pays et il a été fabriqué sous licence dans plusieurs pays, dont l’Argentine, le Canada (sous le nom de C6 GPMG), l’Égypte, l’Inde et le Royaume-Uni[6].

La FN MAG utilise des bandes de 200 cartouches (généralement fragmentées en bandes de 50 pour faciliter le transport par les hommes) qui peuvent s'utiliser tenue ou pendante, ou encore dans des boites en plastique rigide ou pochettes en tissu souple.

Histoire

modifier

Après la Seconde Guerre mondiale, l’armée suédoise, qui utilisait deux versions 6,5 × 55 mm du fusil automatique Browning (BAR) depuis les années 1920, voulait les remplacer par une version alimentée par ceinture. FFV-Carl Gustaf a essayé de concevoir un dérivé, mais leur mécanisme d’alimentation par ceinture (placé sous l’action, comme sur le BAR) n’a pas passé les essais militaires[7].  

Par conséquent, FN Herstal a été approché, et les concepteurs belges ont eu l’idée de retourner l’action BAR et de l’accoupler avec le mécanisme d’alimentation par courroie éprouvé sur les MG34 et MG42.  

Le travail a été commencé à la fin des années 1940 par Dieudonné Saive et terminé par Ernest Vervier en 1953, avec des essais suédois commençant en 1955[8].

Conception et fonctionnement

modifier

La FN MAG est une arme automatique qui fonctionne à culasse ouverte, par emprunt des gaz au niveau de la frette du canon. Les gaz passent par un évent dans le canon, passent le régulateur des gaz et poussent le piston connecté à la glissière[9].

Le régulateur des gaz permet de régler la cadence de tir :

  • en position minimale : 650 - 750 cpm
  • en position maximale : ≥ 900 cpm

La culasse est verrouillée à l’aide d’un mécanisme de verrouillage (verrou) inclinable verticalement vers le bas. Ce système de verrou relie la glissière à la culasse. La surface d’appui du verrou est situé dans la carcasse.

L'arme, refroidie par air, est pourvue d'un canon interchangeable. Elle est généralement livrée avec deux canons ce qui permet de tirer avec l'un pendant que l'autre refroidit. Le constructeur recommande ainsi de changer le canon tous les 200 coups à cadence maximale.

Le canon est équipé d’une poignée (pouvant être raccourcie sur les versions coax) reliée au système de verrouillage du canon et permettant un changement rapide du canon, il est pourvu d’un cache-flammes à évents, d’un support guidon avec son guidon et d’un régulateur de gaz placé au niveau de la frette. La chambre et l’âme du canon sont chromées pour une durée de vie accrue. Le canon possède quatre rainures droitières au pas de 305 mm (1/12" ).

L'arme est alimentée par la gauche à l’aide de bande à maillons détachables M13 généralement en boite standard de 200 coups ou plus. Elle existe également avec couloir d'alimentation pour maillons DM1 non détachables pour des pays non OTAN. Pour certaines utilisations, notamment sur hélicoptère, la FN MAG existe avec une alimentation par la droite.

La MAG utilise une série de concepts de conception éprouvés par d’autres armes à feu à succès, par exemple le mécanisme de verrouillage est calqué sur celui du fusil mitrailleur Browning BAR M1918, que FN a produit sous licence avec quelques adaptations, et les mécanismes d’alimentation et de déclenchement proviennent des mitrailleuses MG34 et MG42 de l'armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale.

La MAG est équipée d’une sûreté dans la sous-garde, cette sûreté ne peut être placée que lorsque la MAG est armée.

La FN MAG 58 actuelle a subi quelques améliorations, notamment la gâchette double bec qui garantit l'accrochage de la glissière dans de mauvaises conditions, la crosse plastique, le couvercle d'alimentation avec rail Picatinny usiné, ... et, récemment, le couloir d'alimentation à cliquets de retenue de bande afin de faciliter le placement de celle-ci ainsi que l'intégration d'un FN-Smartcore [1] (Système d'enregistrement numérique du nombre de coups tirés ainsi que des cadences et régimes de tir,...) qui est soit intégré dans la poignée de sous-garde pour les versions infanterie, soit fixé sur le côté gauche de la carcasse pour la version destinée à la tourelle téléopérée DeFNder.

DONNEES TECHNIQUES [9]
Dimensions et poids
Longueur totale Avec cache-flamme ~ 1 235 mm
Largeur Bipied replié ~ 160 mm
Bipied déplié ~ 408 mm
Hauteur Bipied replié ~ 225 mm
Bipied déplié ~ 318 mm
Poids Vide ~ 11,8 kg
Données de fonctionnement
fonctionnement Par emprunt de gaz
Calibre 7,62 x 51 mm OTAN
Mode de tir Automatique
Longueur du canon ~ 630 mm
Poids du canon ~ 3 kg (avec cache-flamme et poignée)
Longueur rayée ~ 488 mm
Cadence de tir
cyclique Régulateur des gaz en position minimale (*) 650 - 750 cpm
Régulateur des gaz en position maximale ≥ 900 cpm
(*) Positions 1, 2 et 3
Balistique
Vitesse à la bouche Ball SS77/1 ~ 834 m/s
Traçante L78 ~ 828 m/s
À blanc --
Portée maximale Ball SS77/1 ~ 4 130 m
Traçante L78 ~ 4 130 m
À blanc --

Versions FN MAG 58

modifier

La FN MAG 58 existe dans différentes versions:

  • Dans sa version infanterie, la FN MAG 58 (modèle 60-20) est pourvue d'un bipied , d'une crosse et, actuellement, d'un couvercle d'alimentation avec rail Picatinny[10]. Cette version peut être montée sur un trépied, sur l'affut d'un véhicule ou sur station téléopérée DeFNder [11].
  • Dans sa version montée (hélicoptère ou autre), dénommée FN MAG 58M (modèle 60-30), le crosse est remplacée par un bloc postérieur à double poignée et une grille de visée est ajoutée sur le canon[12].
  • Dans ses versions Coax, la FN MAG 58 (modèle 60-40) est adaptée à la tourelle dans laquelle elle est montée. Ces versions sont dépourvues de système mécanique de visée, le régulateur des gaz est spécifique (régulateur par admission et non par éjection des gaz afin de réduire les résidus de tir dans la tourelle), la crosse est remplacée par un bloc postérieur, la manette d'armement peut-être standard ou complètement modifiée (parfois sous forme de câble avec poignée), la poignée pistolet est parfois raccourcie et peut être équipée d'un solénoïde (parfois sur monté sur l’affût) pour la mise à feu via les commandes de la tourelle.

Variantes produites hors de Belgique

modifier

En plus de la FN, l'Argentine, l'Égypte, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Inde, l'Indonésie, Singapour et Taïwan la produisent pour armer leurs soldats et/ou pour l'exportation.

Une MAG suédoise : la Ksp 58

modifier

En 1958, l'armée suédoise adopte la MAG mais chambrée dans son calibre national (le 6,5 mm Mauser) sous le nom de Ksp 58. Rapidement cependant, elle convertit ses armes en 7,62 OTAN (Ksp 58 B) puis en dérive une version pour char (Ksp 58 Strv). Enfin, les Suédois créent récemment une version compacte : la Ksp 58D.

Une MAG britannique : la L7

modifier

De même, le Royaume-Uni fabriqua des versions légèrement modifiées de la mitrailleuse liégeoise pour son infanterie (L7), ses hélicoptères et ses blindés à partir de 1961.

Variantes de la L7 en service au Royaume-Uni

modifier
Désignation Description
L7A1 FN MAG avec une crosse et un cache-flamme modifiés
L7A2 Variante de la L7A1 ; mécanisme d'alimentation amélioré et boîtier pour bandes de 50 coups
L8A1 Variante de la L7A1 démunie de crosse
L8A2 Variante de la L8A1 ; mécanisme d'alimentation amélioré
L19A1 Variante de la L7A1 ; canon lourd
L20A1 Variante de la L7A1 ; sans crosse pour être montée sur les nacelles pour hélicoptère
L20A2 Variante de la L8A2 ; mécanisme d'alimentation amélioré
L37A1 L8A1 équipée d'une crosse et d'un bipied pour être utilisée en mitrailleuse d'infanterie
L37A2 Variante de la L37A1 basée sur la L8A2
L43A1 Variante de la L7A1 ; conçue pour armer le char léger FV-101 Scorpion à la fois comme mitrailleuse coaxiale et arme de pointage
L44A1 Variante de la L20A1 ; utilisée par la Royal Navy

Une MAG Canadienne : la C6 et la C6A1

modifier

Colt Canada fabrique des versions légèrement modifiées de la mitrailleuse FN MAG pour ses forces armées sous la dénomination de C6 et une version modernisée C6A1 depuis 2019[13]

La mitrailleuse T-74 : la FN MAG taïwanaise

modifier

Pour le compte de l'armée de la république de Chine, les Arsenaux taïwanais ont produit la mitrailleuse Type 74. Cette FN MAG, produite sous licence belge est entrée en service en 1985. Son bipied est emprunté à la M60 ; permettant de l'identifier aisément. La mitrailleuse T-74 a également été retenue par l'armée jordanienne.

La FN M240 : quand la MAG remplace la M60

modifier

En 1977, les blindés américains sont dotés de mitrailleuses M240, construites par la FN America, filiale américaine de la firme belge. Une nouvelle version destinée à être montée de façon coaxiale (alimentée par la gauche) prend le nom de 240C. Les M240 et M240C équipent ainsi les différentes versions du char M1 Abrams.

Au début des années 1990, l'infanterie de l'U.S Army adopta la FN MAG pour remplacer une partie de ses M60 sous le nom de M240G, puis par la M240B plus moderne et avec amortisseur hydraulique. Une version allégée est depuis entrée en service dans les années 2000 sous le nom de M240L.

Puis l'US Marine Corps emboîte le pas de l'U.S .Army avec la M240G, plus légère que la M240B. Les 240D/H sont destinées au montage sur hélicoptères.

L'infanterie américaine utilise cette arme en binôme. À la fin des années 2000, il se compose d'un Machine Gunner emportant, pour une mission de trois jours, la mitrailleuse M240L, 300 munitions de 7,62 mm, une monoculaire de vision nocturne PVS-14, un pistolet M9 avec 3 chargeurs de 15 balles de 9 × 19 mm Parabellum épaulé par un Assistant Gunner emportant 400 coups de 7,62 mm, une monoculaire de vision nocturne PVS-14, le trépied, un canon de rechange, et un fusil Colt M4 avec 7 chargeurs de 30 cartouches de 5,56 × 45 mm Otan[14]. A cette date, une compagnie d'infanterie légère américaine a 6 mitrailleuses en dotation[15].

Un succès à l'exportation

modifier

La MAG/L7 rencontre un réel succès à l'exportation : plus de 80 armées en sont équipées.

Pays utilisateur (actuel ou passé)
Afrique Amérique Asie Europe Océanie
Notes
  1. (utilisation massive contre les Tigres de libération de l'Îlam tamoul)
  2. (production sous licence comme Mitrailleuse T74 à partir de 1985 ainsi que des M260 monté sur véhicules)
  3. Équipent les hélicoptères de l'ALAT EC-725 Caracal, AS532 Cougar et SA330 PUMA depuis 2006, contrat en cours pour 10 881 mitrailleuses en remplacement des AANF-1.
  4. (production sous licence comme Mitrailleuse L7)
 
Marine américain servant une GPMG L7A2 britannique durant l'opération Bouclier du désert.

La FN MAG au combat

modifier

Avec plus de 150 000 MAG, L7 et autres M240 produites, la mitrailleuse belge a été utilisée dans de nombreux conflits à travers le monde et l'histoire incluant la crise congolaise (1960-1967), la guerre de la Brousse en Rhodésie du Sud (1965-1979), la guerre de la frontière sud-africaine (1966-1990), la guerre des Six Jours (1967), la guerre du Kippour (1973) ou le conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande (2008); l'armée française s'en servant en Centrafrique (Opération Sangaris) puis au Mali (Opération Serval puis Opération Barkhane) dans les années 2010. Le conflit nord-irlandais (1969-1998), la guerre des Falklands (1982) ou l'opération Barras (durant la guerre civile sierra-léonaise en 2000) ont vu l'emploi des L7.

Bibliographie

modifier
  • Martin J. Dougherty, Armes à feu : encyclopédie visuelle, Elcy éditions, 304 p. (ISBN 9782753205215), p. 262.
  • Ars Mechanica : Le grand livre de la FN par Auguste Francotte, Claude Gaier, Robert Karlshausen (Édition Herstal Group, Renaissance du livre 2008)
  • FN 100 ans, Auguste Francotte & Claude Gaier, Didier Hatier, 1989

Notes et références

modifier
  1. Auguste Francotte & Claude Gaier, FN 100 ans - Histoire d'une grande entreprise Liégeoise, Didier Hatier, , 198 p., Pages 91 - 95
  2. par Auguste Francotte, Claude Gaier, Robert Karlshausen, Ars Mechanica : Le grand livre de la FN, Édition Herstal Group, Renaissance du livre, , 576 p., Pages 248 - 252
  3. armyrecognition, « MAG FN Herstal Mitrailleuse à gaz de calibre 7.62mm »
  4. « Des mitrailleuses belges pour la France », + manuel technique de la FN (Fabrique nationale) de 1961, sur lefigaro.fr, (consulté le )
  5. Ministère des armées, « Mitrailleuse d’appui général modèle 1958 - MAG 58 »
  6. (en) Hogg, Ian (2002). Jane's Guns Recognition Guide. Jane's Information Group
  7. (en) « The BAR-family in Sweden »
  8. (en) "Military Review". Command and General Staff School. 1976: 93. Retrieved 26 June 2023. (lire en ligne)
  9. a et b FN HERSTAL, FN MAG® Mitrailleuse Infanterie - Manuel de maintenance,
  10. (en) FN HERSTAL, « FN MAG® 7.62X51MM GENERAL PURPOSE MACHINE GUN »
  11. (en) FN HERSTAL, « LAND & SEA REMOTE WEAPON STATIONS DEFNDER® LIGHT »
  12. (en) FN HERSTAL, « AIRBORNE CREW SERVED WEAPON SOLUTIONS LIGHT CREW SERVED WEAPON SOLUTIONS »
  13. Gouvernement du Canada, « Mitrailleuses semi-lourdes C6 et C6A1 de 7,62 mm »
  14. (en)[PDF]Sergent Mac Climon, « Rifle Platoon Basic Load OEF XII », sur Foreign Policy (consulté le )
  15. (en) Thomas P. Ehrhart, Increasing Small Arms Lethality in Afghanistan: Taking Back the Infantry Half-Kilometer, School of Advanced Military Studies, , 71 p. (lire en ligne), p. 4

Liens externes

modifier