Ouvrir le menu principal

Logo de la maison d'édition
Logo des éditions FLBLB.
Repères historiques
Création 2002
Fondée par Grégory Jarry, Otto T.
Fiche d’identité
Forme juridique Société coopérative exploitée sous forme de SARL

Siren 409 934 8901

Siège social Poitiers (France)
Spécialités Manga, bande dessinée, folioscope, roman-photo
Langues de publication Français
Diffuseurs Harmonia Mundi
Site web www.flblb.com

Les Éditions FLBLB (prononcer « Flebeleb[1] ») publient des livres alliant images et textes : bandes dessinées, romans-photos, flip-books, carnets de voyage, albums, dessins d’humour, diffusés et distribués par Harmonia Mundi depuis 2007. Les éditions FBLB appartiennent à la coopérative Le Feu Rouge[2]

HistoriqueModifier

En 1996, Thomas Dupuis (Otto T.), Grégory Jarry, Rémi Lucas et Michaël Phelippeau fondent et animent le fanzine FLBLB, qui devient peu à peu une revue de bande dessinée. Quinze numéros paraissent jusqu'en 2003.

En 2002, Grégory Jarry et Thomas Dupuis créent les Éditions FLBLB pour publier les premiers livres des auteurs de la revue : Jérôme d'Alphagraph de Nylso, Hawaii de Matt Broersma, Lucius Crassius de Grégory Jarry et Otto T., Du gouda et des hommes de Yann Fastier. La diffusion est assurée par le Comptoir des Indépendants jusqu'en 2007.

Grégory Jarry et Thomas Dupuis assurent la direction éditoriale de la structure, le comité de lecture est composé des quatre fondateurs.

Les Éditions FLBLB se font connaître par la série Jérôme d'Alphagraph de Nylso (qui, au bout de quelques épisodes, est scénarisée par Marie Saur), et par la Petite histoire du grand Texas de Grégory Jarry et Otto T.

La série Petite histoire des colonies françaises de Grégory Jarry et Otto T. (cinq tomes parus depuis 2006) est un succès critique et commercial. Le premier tome remporte le Prix Tournesol. Le Festival d'Angoulême 2011 lui consacre une exposition, qui parodie l'Exposition coloniale internationale de 1931[3], exposition reprise à Poitiers (décembre 2011-mars 2012) et Limoges (septembre-novembre 2012).

Les Éditions FLBLB publient également des romans-photos (Savoir pour qui voter est important de Grégory Jarry, Malheur à qui me dessinera des Moustaches de Gébé - recueil d'histoires parues dans Hara-Kiri) et des flip-books (Étirement et Ravalement d'Otto T., La chose du pot de confiture de Yann Fastier, Songes d'Alejandro Salazar, Vent porteur/En cas d'orage - Colorant 14).

Les Éditions FLBLB ont publié plusieurs ouvrages d'Osamu Tezuka et de l'auteur coréen Oh Yeongjin.

L'album Yékini, le roi des arènes de Lisa Lugrin et Clément Xavier remporte le prix révélation du festival d'Angoulême 2015.

StructureModifier

En 2017, la société emploie cinq salariés[4] et publie environ dix ouvrages par an[5].

Librairie Le feu rougeModifier

En octobre 2002, les éditions FLBLB créent la librairie-galerie Le Feu Rouge à Poitiers, avec une équipe de bénévoles. Celle-ci est consacrée aux éditeurs indépendants, avec une préférence pour la bande dessinée. Marianne Maffeis est la libraire durant les huit années d'existence. Le Feu rouge a fermé ses portes en février 2011.

Les expositions et événements ont accueilli tour à tour Frederik Peeters, Emmanuel Guibert, Yann Fastier, Pauline Martin, Rémi Lucas, Morvandiau, Nylso, Philippe Squarzoni, Alex Barbier, Tony Papin, José Parrondo, Olivier Josso, Yvan Alagbé, Olivier Bramanti, Guillaume Bouzard, Jean Teulé, etc[6][source insuffisante].

Notes et référencesModifier

  1. « Editions FLBLB », sur http://www.flblb.com (consulté le 30 septembre 2014)
  2. « Le Feu Rouge », sur www.societe.com (consulté le 27 juillet 2019)
  3. « Dans les coulisses de "l'exposition coloniale" d'Angoulême - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017)
  4. Favreuille 2017.
  5. Frédéric Delâge, « Toujours imprononçable au bout de 15 ans d'édition », Centre Presse (Vienne),‎ .
  6. « Petite histoire du Feu Rouge »

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Laurent Favreuille, « FLBLB a 15 ans et s'expose au Festival d'Angoulême », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  • Jean-Michel Gouin, « FLBLB : l'éditeur qui veut vraiment rester indépendant », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .

Liens externesModifier