FGM-148 Javelin

lance-missiles antichar portable

FGM-148 Javelin
FGM-148 Javelin
Un soldat américain lançant un missile Javelin (2006).
Présentation
Type de missile Missile antichar
Constructeur Raytheon et Lockheed Martin
Développement 1985-1994
Coût à l'unité
  • 78 000 $ (missile)
  • 125 000 $ (poste de tir réutilisable)
Déploiement Depuis 1996
Caractéristiques
Image illustrative de l’article FGM-148 Javelin
Moteurs Moteur fusée à poudre
Masse au lancement
  • 11,8 kg (missile)
  • 6,4 kg (poste de tir)
Longueur Missile 1,1 m, tube de lancement 1,2 m
Diamètre Missile 127 mm, tube de lancement 142 mm
Envergure 26,7 cm[1]
Vitesse 143 m/s
Portée
  • 150 à 2 500 m (attaque par le dessus)
  • 65 à 2 500 m (attaque directe)
Altitude de croisière
  • 160 m (attaque par le dessus)
  • < 60 m (attaque directe)
Charge utile Charges creuses en tandem de 8,4 kg
Guidage Infrarouge
Précision < 1 m
Détonation À l'impact
Plateforme de lancement Poste de tir réutilisable M98A1

Le FGM-148 Javelin est un lance-missiles antichar portable américain développé dans les années 1980, et déployé à partir de 1996.

Il remplace le lance-missile M-47 Dragon au sein des forces armées des États-Unis[2], lequel commençait à manquer d'efficacité contre les blindages modernes.

HistoriqueModifier

 
Tir d'un FGM-148 Javelin. On peut voir la traînée des gaz d’échappement à l'arrière du missile lors du tir.

En 1983, l'armée des États-Unis annonce son besoin pour un système « AAWS-M » (Advanced Anti-Tank Weapon System - Medium ; « système d'arme anti-chars avancé - moyen » en français). En 1985, le développement du AAWS-M est approuvé. En juillet 1986, une phase de test de capacité est menée pour départager trois prototypes. Cette phase de test s’achève à la fin de l'année 1988 et, en juin 1989, le contrat de développement est remporté par une co-entreprise regroupant Texas Instrument et Martin Marietta (repris aujourd'hui par Raytheon et Lockheed Martin). Le système AAWS-M reçoit la désignation FGM-148.

En avril 1991, le test en vol du missile Javelin est un succès et, en mars 1993, il est procédé à un test de la mise à feu depuis le lanceur. En 1994, la production en faible quantité est autorisée. En juin 1996, les premiers lance-missiles Javelin sont déployés au 3e bataillon du 75e régiment de rangers à Fort Benning, en Géorgie, puis ce fut le tour de la 82e division aéroportée, à partir de l’an 2000 il est distribué à la 2e division d'infanterie en Corée du Sud puis dans le reste de l'armée de terre américaine[3].

En 2021, un bataillon d'infanterie légère de l'United States Army dispose de 24 postes de tir (6 dans la compagnie d'accompagnement et les trois compagnies d'infanterie). Un régiment d'infanterie sur Stryker en a 27 (9 pour les trois compagnies d'infanterie pouvant être tirés depuis les véhicules blindés). Un bataillon d'infanterie mécanisé sur M2 Bradley en dispose de 6 à 12 (6 par compagnie de fusiliers).

En 2018, le United States Marine Corps veut faire passer le nombre d'équipes antichars équipées de missiles Javelin de huit à douze par bataillon[4]. Cela est effectif en 2021, les postes de tir étant affectés à la Weapons company (en).

Un bataillon d'infanterie blindé de la British Army a 12 postes de tir dans la section d'armes anti-char guidées. Un bataillon d'infanterie motorisée de l'Armée australienne a 6 postes de tir dans la section d'armes support d'appui direct[5].

Les États-Unis prévoient de garder le Javelin en service après modernisation jusqu’en 2050 environ[réf. nécessaire].

En mai 2020, Raytheon Missiles & Defense et Lockheed Martin annoncent la production de 2 100 exemplaires du missile FGM-148F Javelin F doté d'une capacité antipersonnel accrue[6].

L'arme devient l'un des symboles de la résistance ukrainienne face à l'invasion russe en 2022. Plusieurs pays de l'OTAN en livrent régulièrement des exemplaires supplémentaires à l'Ukraine dès le début du conflit et il fait l'objet de mèmes[7] (« St Javelin of Ukraine »[8]) sur les réseaux sociaux[9] et d'impressions d'autocollants[8].

Le 8 mai 2022, LM annonce que son objectif est d'augmenter la production à 4 000 par an contre 2 100 par an précédemment[10] .

Caractéristiques généralesModifier

Le Javelin est un missile de type « tire et oublie » (« fire and forget » en anglais), avec un verrouillage de la cible avant la mise à feu et un autoguidage infrarouge. Chaque missile a un coût de production de l'ordre de 78 000[11] dollars américains.

Le missile peut être programmé pour effectuer deux types d'attaques :

 
Schéma détaillant l'option d'attaque par le dessus du Javelin.
 
Schéma détaillant l'option d'attaque directe du Javelin.
  • un mode d'attaque par le dessus, contre les véhicules blindés : une fois lancé, le missile monte à une altitude de 160 m et retombe sur la cible à la verticale, permettant une meilleure pénétration contre les blindages ;
  • un mode d'attaque directe à l'horizontale, contre les fortifications ou les bâtiments : le missile peut s'élever jusqu'à une altitude de 60 m pendant le vol. Dans ce mode d'attaque, il peut aussi engager des hélicoptères.

L'ogive du missile est constituée de deux charges creuses, placés en tandem. La première charge permet de faire exploser les blindages réactifs, et la deuxième charge (la principale), de plus gros calibre, permet de perforer les blindages classiques. La capacité de perforation combinée des deux charges creuses est supérieure à 762 mm d'acier à blindage[12]. Les effets dévastateurs de ce missile ont été observés en 2003 lors de la guerre d'Irak contre les chars T-62 et T-72 irakiens.

Le missile est éjecté à une distance de sécurité minimum du lanceur (entre cinq et dix mètres) avant que le système de propulsion du missile ne s'active. Ceci permet au tireur d'être moins repérable et permet de tirer le missile dans des endroits confinés (fenêtres, bâtiments, etc.) à condition qu'il n'y ait personne derrière le lanceur, car le catapultage du missile hors du tube lanceur génère des gaz sous pression pouvant causer de graves blessures. Le système d'autoguidage de type « tire et oublie » permet au tireur de se mettre à couvert immédiatement après le lancement du missile.

L'utilisation du lance-missile Javelin s'effectue en général par deux personnes : un porteur et un tireur. Le porteur identifie les cibles potentielles et évalue le degré de menace des forces de blindés et d'infanterie ennemies, le tireur vise la cible choisie et lance le missile.

Test et évaluationsModifier

Les tests de tir du FGM-148 Javelin sont très concluants, avec des effets extrêmement dévastateurs.[réf. nécessaire]. Le Javelin lance des missiles qui transpercent n'importe quel blindage, mais cependant il reste toujours très lourd et imposant. Le guidage thermique peut s'utiliser de jour comme de nuit, sans que le système ne confonde une source de chaleur autre (un incendie par exemple) et sa cible.

EntrainementModifier

 
Écusson des unités de Javelin de l'US Army.

Une grande familiarité avec chaque commande de contrôle du Javelin et de son fonctionnement doit être atteinte avant que le lance-missile puisse être déployé efficacement. Les troupes américaines sont formées pendant deux semaines à son utilisation à l'École d'infanterie de Fort Benning, en Géorgie.

Les soldats y apprennent le fonctionnement, les capacités, l'entretien, l'assemblage et le désassemblage du missile, ainsi que les positions de tir. On leur enseigne également à distinguer une variété de types de véhicule, même lorsqu'une esquisse est seulement visible. Les soldats doivent être capables d'accomplir plusieurs exercices chronométrés (avec des normes fixées) avant d'être brevetés pour faire fonctionner le système, à la fois en entrainement et en situation de guerre.

Il existe aussi de petits programmes de formation mis en place dans la plupart des bases de l'armée américaine, qui instruisent les soldats sur le bon usage du système Javelin. Lors de ces cours, le programme de formation peut être modifié légèrement. Il s'agit le plus souvent d'exigences mineures laissées de côté pour cause de budget, de temps disponible ou de ressources. Les deux types de stages de formation requièrent des niveaux de compétences qui doivent être remplis avant que les soldats ne puissent faire fonctionner le système, dans des exercices de formation ou lors de missions de guerre.

Avantages et inconvénientsModifier

AvantagesModifier

 
Schéma descriptif du Javelin.
 
Schéma descriptif du CLU du Javelin (vue de devant).
  • Le système portatif est facile à séparer en composants principaux et facile à mettre en place si nécessaire. Par rapport à d'autres systèmes d'armes antichar lourds, la différence est notable. Par exemple, un BGM-71 TOW a besoin d'un trépied lourd, un gros étui de protection thermique pour la vue, un plus grand et plus long tube de lancement, et nécessite beaucoup plus de temps à monter et à préparer. Le Javelin (bien que très lourd) est plus léger que d'autres missiles.
  • Bien que l'imagerie thermique du CLU (Command Launch Unit ; « unité de commande de tir » en français) puisse entraver la visée, le guidage infra-rouge permet au Javelin d'être un missile de type « tire et oublie », donnant la possibilité au tireur de quitter la zone de lancement tout de suite après la mise à feu du missile. Cela permet un tir plus sûr et plus efficace que le filoguidage, qui lui nécessite de viser la cible en continu jusqu'à l'impact.
  • Un autre avantage est la capacité de perforation : le missile a une charge creuse en tandem dans son ogive qui est faite pour pénétrer les blindages réactifs. Le Javelin a été créé avec l'intention d'être en mesure de pénétrer tout blindage et il a été testé sur le char M1 Abrams[réf. nécessaire]. Avec le mode d'attaque par le haut il a même une plus grande capacité à détruire les chars d'assaut, puisqu'il peut attaquer là où les chars sont les plus faibles.
  • Le lancement du missile Javelin, du fait de son éjection — principe du « cold launch » —, permet d'avoir une zone de sûreté derrière le tireur, puisque ce n'est pas le propulseur principal (moteur-fusée) du missile qui est actif lors du lancement. Cela permet au Javelin d'être tiré de l'intérieur d'un large éventail de structures et lui donne l'avantage dans les zones urbaines par rapport au lance-roquettes AT4, qui produit des gaz brûlants lors du tir, bien que cette lacune soit atténuée avec l'AT4 CS.
  • Le missile a également un éventail plus large que le système qu'il remplace, le M47 Dragon.

InconvénientsModifier

  • Le principal inconvénient du système est son poids total, d'environ 22 kg, sans tenir compte des piles supplémentaires (batteries au lithium BA-5590/U), qui pèsent 1 kg chacune. Chaque batterie est estimée à un maximum de quatre heures d'autonomie par le fabricant du Javelin ;
Une charge normale de piles (sans compter les rajouts, « juste au cas où », que la plupart des équipes portent) est de cinq à dix piles. Ce chiffre peut être plus ou moins grand, en fonction de la durée de la mission. Le système est conçu pour être portable par l'infanterie, mais pèse en définitive plus que le poids spécifié à l'origine par l'armée américaine.
  • Le fabricant du Javelin estime à 30 secondes la durée nécessaire pour refroidir le système mais, en fonction de la température ambiante, ce processus peut prendre beaucoup plus de temps. La vision thermique est parfois entravée par un phénomène naturel où la température de la terre chauffe ou refroidit rapidement, et donc peut interférer avec la reconnaissance et le verrouillage de la cible visée.

ModèlesModifier

  • FGM-148A : modèle initial produit en petite série de 1994 à 1996[13].
  • FGM-148B : modèle à coût de production réduit produit en grande série de juin 1996 à 1998.
  • FGM-148C (Block 0) : version améliorée du FGM-148B produite à partir d'avril 1999.
  • FGM-148D : version du FGM-148C conçue pour le marché de l'exportation.
  • FGM-148E (Block 1) : modèle équipé d'un nouveau moteur fusée afin de réduire son temps de vol ainsi que d'une nouvelle tête militaire plus performante. Le poste de tir CLU a également reçu une mise à jour logicielle. Sa production a commencé en fin 2006 et sa capacité opérationnelle initiale fut atteinte en 2008[14].
  • FGM-148F (Block 2) : le missile a désormais une capacité antipersonnel grâce à l'adjonction d'un manchon à fragmentation en acier monté autour de la charge creuse principale[15]. Son coût de production a également été réduit. Une version 35% plus compacte et 50% plus légère du poste de tir appelée LWCLU (LightWeight CLU) est également proposée.
  • FGM-148G (Block 3) : future version en cours de développement.

UtilisateursModifier

 
Un soldat norvégien équipé d'un FGM-148 Javelin.

Dans la culture populaireModifier

 
Tir d'un Javelin.

Le Javelin apparait dans les jeux vidéo suivants :

Le Javelin deviendrait durant la guerre en Ukraine un mème[22]

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « FGM-148 Javelin » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Javelin— Close Combat Missile System, Medium »
  2. (en) « Javelin Portable Anti-Tank Missile, United States of America », army-technology.com.
  3. (en) Dennis S. Sullivan, Javelin; the Potential Beginning of a New Era in Land Warfare, Command and General Staff College, (lire en ligne), p. 2, 6, 7.
  4. (en) Sydney J. Freedberg Jr., « Marines Reorganize Infantry For High-Tech War: Fewer Riflemen, More Drones », sur https://breakingdefense.com/, (consulté le ).
  5. Tank Killer: Tactical Guide to the Javelin Missile
  6. (en) « US Army expected to receive new F-model Javelin missile later this year », sur janes.com, (consulté le )
  7. "Sur les réseaux sociaux, mèmes et légendes se multiplient en soutien à l’Ukraine" par Kesso Diallo, L'éclaireur Fnac, 7 mars 2022
  8. a et b "Ukraine war: St Javelin and the missile that has become a symbol of Ukrainian resistance" par David Walsh, Euronews.com, 1er mars 2022
  9. "Saint Javelin, sauver des Ukrainiens", 28 minutes, Arte, 5 mars 2022
  10. (en) « Lockheed Martin looks to nearly double Javelin missile production », .
  11. (en) « INETRES - Javelin », sur inetres.com.
  12. (en) Introduction to crew served weapons B3M4078, Camp Barrett, Virginia, United States Marine Corps (lire en ligne), p. 14
  13. (en) « Raytheon/Lockheed Martin (Hughes/Martin Marietta) FGM-148 Javelin », sur designation-systems.net, (consulté le )
  14. (en) « Javelin », sur deagel.com (consulté le )
  15. (en) Joe Gould, « Lockheed-Raytheon’s deadlier F-Model Javelin anti-tank missile rolls into production », sur defensenews.com, (consulté le )
  16. (en) « Estonia received FGM-148 Javelin ATGMs », sur Info-news.eu, (consulté le ).
  17. « Commission de la défense nationale et des forces armées - Mercredi 14 octobre 2009 - Séance de 10 heures - Compte rendu n° 7 - Présidence de M. Guy Teissier, président - Audition du Général Elrick Irastorza, chef d’état-major de l’armée de terre, sur le projet de loi de finances pour 2010, Assemblee-nationale.fr (consulté le 10 février 2017).
  18. Nathan Gain, « Dernière ligne droite vers la nouvelle trame missile-roquette de l’armée de Terre », sur forcesoperations.com, (consulté le )
  19. « Нова партія військової допомоги США Україні включає 300 Джавелінів — журналіст », sur НВ,‎ (consulté le )
  20. (uk) « Скільки ПТРК Javelin США передали Україні: нові дані | Defense Express », sur defence-ua.com (consulté le ).
  21. « Guerre en Ukraine : les livraisons d’armes et l’aide militaire promises par les pays occidentaux », sur Le Monde, (consulté le ).
  22. (en-GB) « How 'Saint Javelin' raised over $1m for Ukraine », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier