Fête des morts

Les fêtes des morts annuelles dans différentes traditions

La fête des morts est un rituel pratiqué dans de nombreuses cultures et religions qui consacre souvent un ou plusieurs jours fériés à la commémoration des défunts.La Fête des Morts ou Día de Muertos est une fête nationale qui existe et subsiste depuis plus de 3000 ans. Durant cette période, le culte des morts est mythifié dans l’allégresse. Chaque année, des autels en l'honneur des proches décédés sont dressés dans toutes les maisons mexicaines.

Traditions bouddhistesModifier

ChineModifier

En Chine, la fête de Qing Ming, Qingmingjie, au début du mois d'avril, est essentiellement consacrée à la visite et au nettoyage des tombes familiales et celles de la famille de leurs familles.

La fête des fantômes, Zhongyuanjie, le 15e jour du septième mois lunaire, est pour sa part consacrée aux « esprits orphelins et fantômes sauvages » auxquels sont offerts des repas réconfortants et des cérémonies pour leur délivrance.

NépalModifier

Lors de la fête népalaise de Gai Jatra (« fête des vaches »), chaque famille qui a perdu un de ses membres l'année précédente construit un « gai » constitué de branches de bambou, de décorations en papier, de vêtements et de portraits du défunt.

CoréeModifier

Lors de Chuseok, la fête des récoltes, le quinzième jour du huitième mois du calendrier lunaire coréen, les familles retournent sur la terre de leurs ancêtres et célèbrent une messe anniversaire en leur honneur.

Traditions chrétiennes catholiquesModifier

 
Cimetière en Pologne, lors de la Toussaint.

Pour l'Église catholique romaine, le correspond à la Commémoration des fidèles défunts, célébration des morts par des messes, en particulier pour les défunts de l'année écoulée. La messe a une valeur de purification des péchés véniels pour atteindre la vision béatifique. Cette fête a une origine monastique : elle a été, en effet, célébrée pour la première fois à l'abbaye de Cluny, sous l'abbatiat d'Odilon (994-1049) qui l'institua[1]. Ce jour est traditionnellement consacré à une visite familiale au cimetière et à l'entretien des tombes.

En EuropeModifier

En Belgique, en France, au Luxembourg, ce jour est le dans les faits, mais il n'est pas un jour férié, alors que le 1er novembre (jour de la Toussaint) en est un. C'est donc plutôt le 1er novembre que les citoyens consacrent à la visite des tombes de leurs proches, d'où une confusion fréquente entre la Toussaint et la Commémoration des fidèles défunts. Il est courant de fleurir la tombe avec un pot de chrysanthèmes, la fleur la plus achetée ce jour-là.

Notes et référencesModifier

  1. François Nosjean, « Saint Odilon et la fête des morts », in Images de Saône-et-Loire, no 109, mars 1997, pp. 23-25.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier