Ouvrir le menu principal

Félon

rupture d'un contrat de vassalité
(Redirigé depuis Félonie)

Au Moyen Âge, selon le droit féodal, le félon était celui qui rompait le contrat de vassalité. Le crime de félonie concerne aussi bien le souverain que le vassal.

Par exemple, on pouvait considérer comme acte de félonie, de la part d'un vassal, le fait de :

  • injurier, maltraiter ou attenter à la vie de son seigneur, de son épouse ou de ses enfants ;
  • déshonorer l'épouse, la sœur ou la fille du seigneur ;
  • révéler les secrets du seigneur à l'ennemi de celui-ci.

SanctionsModifier

Le vassal reconnu coupable de félonie à l'égard de son seigneur s'exposait généralement à la commise (confiscation) de son fief. Dans des cas extrêmes, la sanction pouvait aller jusqu'au bannissement ou la condamnation à mort.

Le seigneur reconnu coupable de félonie à l'égard de son vassal s'exposait à la perte d'hommage et de mouvance du fief qui était tenu de lui. L'hommage était alors reporté par le vassal au suzerain du félon, de qui le fief était tenu. Par exemple, un vassal tenant son fief d'un comte, qui le tenait lui-même du roi, faisait alors directement hommage au roi. Le félon doit aussi dédommager son suzerain pour félonie.

AngleterreModifier

Le concept de félonie a longtemps été un concept de base de la justice anglaise et aujourd'hui de la justice des États-Unis d'Amérique ; il correspond sensiblement à « crime sérieux ».

La jurisprudence définissait les sanctions applicables à un félon, et en particulier la peine de mort. Pouvait être accusée de félonie toute personne commettant un trouble significatif à l'ordre public[1].

Célèbres félonsModifier

Extension du termeModifier

Dans le langage courant, le terme de félon pouvait aussi désigner, par extension, un traître ou un lâche.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Robinet, Jean-Baptiste-René, Pommereul, François-René-Jean de, Sacy, Claude-Louis-Michel de et Castilhon, Jean-Louis, Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen. [Tome 4] / , Tome premier [-trentieme], Londres, les libraires associés. M.DCC.LXXVII [-M.DCC.LXXXIII], 1777-1778 (présentation en ligne, lire en ligne)