Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trutat.
Félix Trutat
Portrait of the artist and his mother Félix Trutat.jpg
Félix Trutat, Portrait de l'artiste et de sa mère (1846),
musée des beaux-arts de Dijon.
Naissance
Décès
(à 24 ans)
Dijon
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Parentèle
Eugène Trutat (cousin germain)Voir et modifier les données sur Wikidata

Félix Trutat est un peintre français, né le à Dijon et mort le dans la même ville.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Dijon, Félix Trutat fut reçu à l’âge de treize ans à l'école des beaux-arts de Dijon, dirigé par Anatole Devosge. Après l'obtention d'une bourse, il part à Paris et devient élève dans l'atelier du peintre Léon Cogniet puis de Pierre-Paul Hamon à l'École des beaux-arts de Paris. Il subit l'influence des peintres vénitiens, qu'il a copiés au musée du Louvre.

Il a notamment été remarqué par Théophile Gauthier lors du salon de 1846 pour son "autoportrait avec sa mère", son œuvre eu enfin une certaine reconnaissance et reçu les éloges des critiques d'art. Il laisse principalement des portraits et des nus, par lesquels il se rapproche de Gustave Courbet dans une veine réaliste. Peintre prometteur doté d'une maturité précoce tout autant que d'une santé très fragile, il meurt le d'une tuberculose pulmonaire (phtisie)[1] sans laisser de descendants.

Son cousin Eugène Trutat (1840-1910), est un photographe et fut le conservateur du muséum d’histoire naturelle de Toulouse.

ŒuvresModifier

  • Dijon, musée des beaux-arts de Dijon :
    • Martyre de saint Pierre de Vérone (copie du tableau de Jean-Claude Naigeon lui-même copié d'après celui du Titien), v. 1839, huile sut toile, 100 x 81 cm[2];
    • Etude de torse, v. 1840, huile sur toile, 100 x 80 cm[3] ;
    • Portrait de Madame Hamon, 1845, huile sur toile, 65 x 44 cm (en dépôt au musée du Louvre)[4]
    • Portrait de l'artiste et de sa mère, 1846, huile sur toile ;
    • Tête de Christ mort, av. 1848, huile sur toile, 38 x 32 cm[5] ;
    • Portrait de Madame Sophie Carré, av. 1848, huile sur toile, 92 x 73 cm[6];
    • Portrait de Jean Baptiste Carré, av. 1848, huile sur toile, 92 x 73 cm[7]
    • Portrait de Joseph Carré, av. 1848, huile sur toile, 46 x 35 cm[8];
    • Portrait de Madame Benigne Carré, av. 1848, huile sur toile, 41 x 33 cm[9];
    • Portrait de Madame François Laguesse, av. 1848, huile sur toile, 41 x 33 cm[10] ;
    • Portrait de Pierre-Paul Hamon, av. 1848, huile sur toile, 41 x 33 cm [11];
    • Tête d'homme endormi, huile sur toile ;
  • Paris :

HommageModifier

Une rue de Dijon porte son nom, située perpendiculairement à la rue Ledru-Rollin (nord) et à la rue Davout (sud), dans le quartier République.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Levinger, 1932, pp. 27, 31 et suivantes.
  2. « collections du musée des beaux-arts de dijon - Affichage d'une notice », sur mba-collections.dijon.fr (consulté le 24 juin 2019)
  3. « ETUDE DE TORSE », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  4. « Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais - », sur www.photo.rmn.fr (consulté le 24 juin 2019)
  5. « TETE DE CHRIST MORT », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  6. « PORTRAIT DE MADAME JEAN BAPTISTE CARRE », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  7. « PORTRAIT DE JEAN BAPTISTE CARRE », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  8. « PORTRAIT DE JOSEPH CARRE », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  9. « PORTRAIT DE MADAME BENIGNE CARRE », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  10. « PORTRAIT DE MADAME FRANCOIS LAGUESSE », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  11. « PORTRAIT DE PIERRE PAUL HAMON », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)
  12. [https://www.wga.hu/html_m/t/trutat/index.html « TRUTAT, F�lix »], sur www.wga.hu (consulté le 24 juin 2019)
  13. Levinger, 1932, pp. 46-48.
  14. « Portrait de femme », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 24 juin 2019)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Madeleine Levinger (préf. Robert Rey, 20 planches ; illust. ; note bibliographique), Félix Trutat (Monographie), Paris, Editions Rieder, , 69 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Lien externeModifier