Ouvrir le menu principal

Félix Grat

personnalité politique française

ParcoursModifier

OrigineModifier

Félix Grat est encore au lycée Condorcet à Paris lorsque la guerre est déclarée[1]. Il s'engage et part combattre au front. Particulièrement courageux il est décoré de la Croix de guerre. À son retour il reprend ses études et obtient une licence de lettres puis une licence en droit (1922). Il entre à l'École des chartes, où il soutient une thèse intitulée Étude diplomatique sur les actes de Louis II le Bègue, Louis III et Carloman (877-884), suivie d'un catalogue d'actes. L'École des Hautes Etudes le choisit pour rejoindre l'École française de Rome. Il se marie le 6 novembre 1923 à Laval avec Andrée Lacoulonche.

ManuscritsModifier

Il poursuit ses recherches à Rome de 1923 à 1925 et travaille notamment sur Urbain VI ; il découvre plusieurs manuscrits inconnus de Tacite.

À son retour en 1925, il est chargé de cours à l'École pratique des hautes études et enseigne la paléographie à la Sorbonne avant d'être nommé à Nancy en 1931. Il s'étonnait en 1933 que les manuscrits des classiques latins restent encore inconnus, et donc restaient à découvrir. Constatant que l'Espagne n'avait pas été explorée, il explore[2] avec son épouse les bibliothèques des couvents et églises d'Espagne. Ils découvrent des manuscrits de Cicéron, Ovide, Lucian, Stace et les photographient : 1600 clichés qui sont l'amorce d'une grande collection : Grat destine ce trésor à tout chercheur ou curieux, et ouvre un champ d'activité immense aux latinistes.

PolitiqueModifier

En 1936, il est candidat indépendant aux élections législatives dans le département de la Mayenne. Il est élu au second tour face au député sortant Bouëssé[3]. Il siège parmi l'opposition au Front populaire au sein du groupe de la Fédération républicaine. Secrétaire de la commission des Affaires étrangères, il est particulièrement attentif à préserver la présence française en Syrie. Il s'oppose également à la dévaluation du franc par Léon Blum.

IRHTModifier

Il parvient cependant à convaincre Jean Perrin, sous-secrétaire d'État à la recherche scientifique dans le gouvernement Léon Blum, de la nécessité de fonder un laboratoire destiné à travailler sur l'histoire des textes anciens. Il avait perçu à l'époque l'importance des techniques nouvelles de reproduction pour mettre à la disposition des chercheurs une « bibliothèque idéale » où l'on pourrait lire et comparer les textes des manuscrits du Moyen Âge aujourd'hui dispersés dans le monde entier. Félix Grat fonde ainsi en 1937 l'Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT) à Paris, qu'il dirige de sa fondation à 1940[4].

Seconde Guerre mondialeModifier

Bien que dégagé de toute obligation militaire, il décide de prendre part à la Seconde Guerre mondiale en levant un corps franc. C'est à sa tête qu'il meurt le 13 mai 1940, sur la côte du Hetschenberg à Volmerange-les-Mines (Moselle).

Il est inhumé au Cimetière de Vaufleury à Laval.

Principales œuvresModifier

  • Nouvelles recherches sur Tacite, Rome, 1925 ;
  • Étude sur le ″motu proprio″ des origines au début du XVIe siècle, Melun, 1945 ;
  • Annales de Saint-Bertin (éd.) en collaboration, Paris, 1964 ;
  • Recueil des actes de Louis II Le Bègue, Louis III et Carloman II, rois de France (877-884) (éd.) en collaboration, Paris, 1978.

Notes et référencesModifier

  1. Vielliard Jeanne. Félix Grat (1898-1940). In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1941, tome 102. pp. 353-355. www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1941_num_102_1_460376
  2. Après une minutieuse préparation, empruntant la voiture de son beau-père, et utilisant un matériel rudimentaire.
  3. « Félix Grat, 1898 - 1940 », sur assemblee-nationale.fr
  4. L'IRHT est donc le premier laboratoire dans un autre domaine que les sciences exactes, deux ans avant la fondation du CNRS

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Roger Bignon, Henry Chanteux, Félix Grat (1898-1940). Député de la Mayenne. Le Savant., Joseph Floch, Mayenne, 1981, 30 p. (avec un fac-similé de 9 pages des notes de Félix Grat pour le Comité secret du 19 avril 1940 et la liste de ses publications scientifiques).
  • Félix Grat (1898-1940), catalogue d'exposition, Archives départementales de la Mayenne, 1998, 100 pages, (ISBN 2-86053-033-9)
  • « Félix Grat », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Romain Wagner, Volmerange-les-mines et l'exil de ses habitants 1939-1940, 2012, 141 pages, (ISBN 978-2-9527697-5-4)

Liens externesModifier