Fédération nationale de protection civile

association française de secourisme bénévole, agréée de sécurité civile, regroupe les Associations départementales de protection civile (ADPC)
Fédération Nationale de Protection Civile
Logo de l’association
Logo de la Protection Civile française
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901 reconnue d'utilité publique
But Postes de secours
Formation aux premiers secours
Aide humanitaire et sociale
Zone d’influence Drapeau de la France France
Monde Monde
Fondation
Fondation
Origine Directive du de Georges Pompidou
Identité
Siège Pantin, Drapeau de la France France
Personnages clés Louis Lareng
Président François Richez
Vice-président Jean-François Cueille
Line-Rose Arrouvel
Jean-Christophe Roussel
Membres 32 000
Site web www.protection-civile.org

La Fédération nationale de protection civile (abrégé FNPC) est une association française de secouristes reconnue d'utilité publique.

HistoriqueModifier

Histoire de la FNPCModifier

Au début du XXe siècle, la notion de Protection des Civils devient une notion importante qui incite l’État à créer la défense passive, très présente pendant la Seconde Guerre Mondiale.

1951 · Le Service National de Protection Civile est créé pour étendre la Protection des Civils en période de crise.

1958 · La première association est créée dans les Côtes-du-Nord par Léon Robine administrateur civil au Service National de Protection Civile (ancêtre de la Direction Générale de la Sécurité Civile et Gestion des Crises) et Michel Blairet.

1963 · 5 autres départements rejoignent le mouvement.

1965 · On dénombre vingt-six (26) associations. Sous l’impulsion de la directive du Premier ministre Georges Pompidou, celles-ci décident de créer la Fédération Nationale de Protection Civile en organisant une assemblée générale à Paris le . Cette assemblée comprend également quelques groupements non-associatifs mais actifs dans le domaine de la Protection Civile, notamment les anciens de Nainville-les-Roches et les secouristes français de la Croix-Blanche. Le premier Président en est le Docteur Léon Robine[1].

1968 · la FNPC compte cinquante-quatre (54) Associations Départementale de Protection Civile, représentant un effectif de 31 701 adhérents.

1969 · La FNPC signe en une convention avec l’institut national de recherche et de sécurité: la FNPC participe aux formations dans les entreprises au titre du 1% de la formation continue. Mais aussi avec le Ministère de L'intérieur, 1ere convention avec l'Etat. La FNPC est reconnue d’utilité publique le par décret du ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin (journal officiel du ). L’association nationale des moniteurs et instructeurs de secourisme rejoint la FNPC. L'uniforme des secouristes est alors de couleur bleue Bugatti[Laquelle ?]. La FNPC participe à de nombreuses opérations de secourisme en soutien des forces présentes. À l'aide des Groupements Polyvalents d'Intervention (GPI) et Équipes Locales de Secours d'Appoint (ELSA), la Protection Civile intervient aussi à l'international.

1973 · L’union nationale des associations de secouristes et sauveteurs PTT et le comité national routier français adhèrent à la FNPC.

1975 · c’est au tour de la fédération nationale des radioamateurs au service de la sécurité civile de rejoindre la FNPC.

1978 · La fédération française des maîtres nageurs sauveteurs rejoint la FNPC.

1984 · Création de la Fédération Polynésienne de Secourisme et affiliation à la Fédération Nationale de Protection Civile[2].

1986 · La FNPC choisit des tenues orange à épaules bleues, couleurs internationales de la protection civile, et les véhicules doivent être de couleur jaune.

1987 · Formation en Métropole de cadres et de techniciens de catastrophes organisées par le Corps Mondial de Secours.[2]

1988· Formation de 1 chef de groupe à Genève (SUISSE)Formation des 35 premiers techniciens de catastrophe Polynésiens.[2]

1989 · Lancement des formations de prévention et de secourisme : - La FNPC compte pas moins de 370 instructeurs nationaux bénévoles;

- Édition des guides "savoir pour vivre" et "savoir pour sauver";

- Formation des entreprises;

- Actions de sensibilisation et d'information en conférences et en films; - Le "Grand défi" : 1 000 000 de personnes formées en quelques jours à travers la France; Rapprochement des Fédérations européennes : La FNPC devient la troisième fédération d'assistance mondiale avec 150 000 adhérents incluant les mouvements nationaux affiliés et tisse des liens forts avec les Protections Civiles européennes.

1991 · La Protection Civile participe pour la première fois au ravivage de la flamme du soldat inconnu. Grande réforme du secourisme : La grande réforme du secourisme, avec la création de l'AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours) puis de nouveaux diplômes comme le CFAPSE (Certificat de Formation Aux Premiers Secours en Equipe), le Brevet National d'Instructeur de Secourisme ou encore les formations continues des secouristes (2000). Elle élaborera des formations spécifiques dont certaines deviendront des formations nationales par arrêté ministériel.

1993 · La FNPC organise son 1er Congrès National à Plestin-les-Grèves (25).

1998 ·, la FNPC, en collaboration avec la RATP, crée un nouveau diplôme, l’AFCPSSR, une adaptation des gestes de premiers secours aux accidents de la route ; ce diplôme devient un diplôme officiel.

2000 à 2018 · Formation de 5 chefs d’unité GRIMP.[2]

2004 · modernisation de la Sécurité Civile : Participation du Professeur Lareng à la loi de modernisation de la sécurité civile qui vise à élargir les missions des associations agréées de sécurité civile, des postes de secours vers les missions de soutien aux sinistrés et à l’encadrement du bénévolat « spontané ».

2006 · La FNPC reçoit l'agrément de sécurité civile pour les 4 types de mission (A | B | C | D)

2015 · La Fédération Nationale de Protection Civile fête ses 50 ans.

2017 · Création du centre formation GRIMP 987Formation de 12 équipiers IMP2 (Intervention en Milieux Périlleux)[2].

La Protection Civile des Alpes-Maritimes reçoit la médaille d’or collective pour acte de bravoure, en reconnaissance de ses actions menées auprès des victimes de l’attentat de Nice[3]

2019 · La FNPC conventionne avec Axa France pour faciliter l'engagement bénévole des collaborateurs auprès de la Fédération, sur leur temps de travail et d’inciter d’autres collaborateurs à devenir bénévoles.[4]

Datant de 2011, la FNPC renouvelle son partenariat avec ENEDIS lors du Salon des Maires et des Collectivités Territoriales.[5]

Sur cette même année, la Protection Civile multiplie ses lots nationaux de soutien aux populations, notamment avec les véhicules FLIT (Fourgon Lourd d'Intervention Technique) ou VAHU (Véhicule Accueil et Hébergement d’Urgence).

Organisation d'un exercice de sécurité civile simulant une catastrophe naturelle sur l’agglomération de Troyes. Cet évènement a rassemblé plus de 130 bénévoles de 15 départements et le matériel des lots nationaux.

2020 · La Protection Civile s'engage dans la lutte contre le Covid-19, à tel point que de nouvelles compétences voient le jour : dépistage, vaccination, etc. La FNPC salarie énormément de bénévoles et de personnels pour des missions de longues durées comme celle de l'Aéroport Paris Charles de Gaules qui réunit un grand nombre d'effectifs.

2021 · La Fédération Nationale de Protection Civile est certifiée Qualiopi sur les formations.

Logos de la FNPCModifier


PrésentationModifier

StructureModifier

La Fédération Nationale de Protection Civile compte 32 000 bénévoles regroupés dans 98 départements métropolitains et ultra-marins et pas moins de 500 implémentations locales. Pour coordonner les interventions sur le sol français, la fédération a mis en place une organisation de la Protection Civile cohérente afin de pouvoir intervenir rapidement partout où la population a besoin d’elle, une couverture complète du territoire[6].

La Fédération Nationale de Protection Civile est une association agréée de sécurité civile (AASC) depuis 2006[7]. Elle a reçu un agrément national de sécurité civile délivré par arrêté du ministère de l'Intérieur[8] pour les types de missions suivants :

  • A : opérations de secours (secours aux personnes et, selon les départements, sauvetage aquatique) ;
  • B : actions de soutien et d'accompagnement des populations victimes d'accidents, sinistres ou catastrophes ;
  • C : encadrement des bénévoles dans le cadre des actions de soutien aux populations ;
  • D : selon les départements, D-Points d'alerte et de premiers secours (PAPS), D-Dispositif prévisionnel de secours de petite à grande envergure (DPS-PE à GE), D-PAPS ou D-PE à GE sécurité de la pratique des activités aquatiques.

Elle est présidée depuis 2019 par François Richez, avec un comité directeur d'une vingtaine d'administrateurs.

OrganisationModifier

 
Bannière de la Fédération Nationale de Protection Civile

Échelon NationalModifier

Dirigé par 22 membres du bureau national, présidé par François Richez, commissions fixes ou temporaires, les cadres bénévoles administrent la fédération et coordonnent les actions en lien avec les institutions nationales pour gérer les crises où la population est en danger en France.

Présidents de la FNPC

Échelon SectorielModifier

Fédérant différentes associations départementales de la Protection Civile, la fédération dispose de relais sectoriels permettant d’agir vite et bien sur différentes parties du territoire français.

Échelon DépartementalModifier

Les ADPC (Associations Départementales de Protection Civile) assurent le relais indispensable entre les antennes locales et les mairies et départements en cas de crise demandant leur intervention. Elles sont les premiers acteurs de la Sécurité Civile en temps de crise mais aussi lors de postes de secours, formations et diverses missions. Certaines conventions sont notamment exclusives à certains départements. Chaque ADPC peut faire appel aux autres, de son maillage sectoriel ou maillage national pour être aidée lors d'importants dispositifs de secours (comme les Vieilles charrues qui réunit 200 secouristes au bas mot) ou lors de crises importantes (comme la Tempête Alex en 2020 dans le sud de la France).

La Protection Civile Paris SeineModifier

Jusqu’en 1998, la préfecture de police employait des secouristes bénévoles ainsi que des vacataires au sein d’un système appelé « Service Interdépartemental de Protection Civile ». À l’instar des sapeurs-pompiers volontaires — notion n’existant pas à Paris et dans la petite couronne, le service d’incendie et de secours étant assuré par un corps militaire, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris — ces vacataires effectuaient des gardes le week-end. Le service était rattaché au secrétariat général de la zone de défense de Paris depuis .

Sur injonction de la cour des comptes faisant suite à un rapport de l’inspection générale de l'administration, la préfecture de police a dissous ce dispositif et les secouristes se sont répartis entre les associations de secourisme ; la plupart se sont regroupés dans une association fondée en 1997 dans le 5e arrondissement et appelée « secourisme et protection civile de Paris », puis rebaptisée « Protection Civile Paris Seine », et rattachée à la fédération.

En 2020, la Protection Civile Paris Seine est l'une des principales associations de secourisme de la ville. Elle est composée de trente-trois antennes[15]. Elle est agréée par le préfet de police pour la réalisation de formations aux premiers secours, reconnue en tant qu'organisme de formation professionnelle, conventionnée avec la mairie de Paris, la préfecture de police, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, le SAMU de Paris, les aéroports de Paris et agréée par la CRAM Île-de-France pour la formation de sauveteur secouriste du travail. L'association est reconnue d'utilité publique en 2016. C'est la plus grande et lucrative ADPC de la fédération nationale de protection civile ; son chiffre d'affaires s'évalue à environ sept millions d'euros en 2018.

La PCPS en 2020, ce sont :

  • 1 400 bénévoles ;
  • 150 formateurs Premiers-Secours ;
  • 33 antennes dans Paris et sa petite couronne ;
  • 41 ambulances dites Véhicules de Premiers Secours à Personnes (VPSP) ;
  • 54 véhicules légers (voitures) ;
  • 11 véhicules logistiques ;
  • 34 vélos ;
  • 17 bateaux (embarcation de reconnaissance et de secours) ;
  • son propre réseau radio sécurisé ;
  • sa salle de commandement dédiée reliée au ministère de l'Intérieur et le cabinet du préfet de police de Paris.
La Protection Civile de l'HéraultModifier

La Protection Civile de l'Hérault, créée en 1969 est reconnue d'utilité publique depuis 1989. En 2021, la Protection Civile de l'Hérault est l'une des principales associations de secourisme du département. Elle détient 3 locaux, à Béziers, Montpellier et Juvignac et couvre l'ensemble du département. La particularité de ce département c'est le risque de catastrophe naturel élevé (incendies, épisodes méditerranéens ou cévenol) pour lesquels elle est équipée de matériel performant. Il s'agit de l'APC qui a le plus de matériel humanitaire sur le sud de la France. Elle conventionne avec de nombreux services (Sapeurs Pompiers, centres hospitaliers, préfecture, communes...) et permet d'agir dans nombreuses situations de crises avec les Sapeurs Pompiers de l'Hérault. Elle conventionne également avec un bailleur social afin d'intervenir sur son parc de locataire pour du portage de courses.

La Protection Civile de l'Hérault en 2021, ce sont :

  • 100 bénévoles ;
  • 3 locaux sur le département ;
  • 14 véhicules (ambulances, véhicules léger, véhicules logistiques, remorques de soutien, bateau...) ;
  • 4000 personnes assistées ;
  • 24 missions de soutien à la population ;
  • 14000 heures de bénévolat [16];

Elle innove en lançant en février 2022, la formation Gestes Qui Sauvent gratuite à destination d'un maximum de personnes au travers des "Mardis du secourisme"[17]. Elle permet l'incitation à tous les citoyens à être formé gratuitement via une initiation de 2h00 afin de sensibiliser le plus de français à prendre en charge une personne victime d'un arrêt cardio-respiratoire. Elle permet la démocratisation du secourisme à son échelle.

Enfin, elle est comme les autres départements reconnue pour son initiative forte face au conflit en Ukraine, en réalisant des centres d'hébergement d'urgence mais aussi des collectes de matériels.[18]

Échelon LocalModifier

Pas moins de 500 implémentations locales de proximité assurent un quadrillage du territoire français et permettent une action immédiate des bénévoles de la Protection Civile en cas de besoin. Aujourd'hui la plupart des ADPC en France ont adopté cette méthode du maillage locale, au même titre que celui sectoriel et national, le maillage départemental est primordiale dans l'action rapide des bénévoles, bien sûr chaque antenne locale peut venir en aide à tout niveau (Départemental, Sectoriel, National).

Son siège, autrefois situé à Asnières-sur-Seine dans le département des Hauts-de-Seine à proximité de la DGSCGC, s'est installé fin 2020 sur la commune de Pantin, département de la Seine-Saint-Denis, au 14 rue Scandicci, tour Essor.

La FNPC en chiffresModifier

  • près de 32 000 bénévoles[19] ;
  • 18 millions d'heures de bénévolat (mises bout à bout cela représente plus de deux mille ans de bénévolat)[20] ;
  • 20 000 dispositifs de secours[20] ;
  • 57 000 personnes secourues[20] ;
  • 2 000 formateurs premiers-secours ;
  • 97 associations départementales de protection civile[19] ;
  • 400 antennes réparties sur tout le territoire ;
  • 1 230 véhicules dont :
  • sa salle de commandement dédiée reliée au ministère de l’Intérieur et le cabinet du Premier ministre.

ConfusionModifier

 
Symbole de la sécurité civile.

Le terme de « protection civile » est un terme générique signifiant la « protection des populations civiles en temps de paix et de guerre », il se retrouve de fait dans des noms d’administrations (comme le service interministériel de défense et de protection civiles dans les préfectures) ou d’autres associations (comme l’union nationale de protection civile), sans qu’il y ait de rapport direct avec la fédération.

Par ailleurs, le terme « protection civile » est très proche du terme « sécurité civile » mais n’en est pas un synonyme. Il ne faut pas confondre cette association loi de 1901 et des services de l’État investis de missions opérationnelles en matière de sécurité civile. Les secouristes et moniteurs de la fédération sont des bénévoles, pour la plupart, comme ceux des autres associations agréées de Sécurité Civile (AASC).

Domaines d’actionModifier

La Fédération Nationale de Protection Civile se regroupe autour de quatre domaines d’action :

  • les postes de secours ;
  • la formation aux premiers secours ;
  • l’action humanitaire et sociale ;
  • le renfort des secours publics.

SecourismeModifier

Les postes de secours préventifs, ou « dispositifs prévisionnels de secours » (DPS), sont destinés à être mis en place lors des manifestations sportives, culturelles, festives, etc. Suivant la manifestation, différentes configurations de postes de secours peuvent avoir lieu[21] :

  1. point d’alerte et de premiers secours (PAPS), composé de deux secouristes ;
  2. dispositifs prévisionnels de secours de petite envergure (DPS-PE), composé de quatre à douze secouristes et dirigé par un chef de poste ;
  3. dispositifs prévisionnels de secours de moyenne envergure (DPS-ME), composé de treize à trente-six secouristes et dirigé par un chef de section ;
  4. dispositifs prévisionnels de secours de grande envergure (DPS-GE), composé de trente-sept secouristes et plus et dirigé par un chef de dispositif.

FormationModifier

La formation de base aux premiers secours est destinée au grand public ainsi qu'aux membres internes de l’association. Suivant les départements, différentes formations peuvent être enseignées : prévention et secours civiques de niveau 1, initiation aux premiers secours, premiers secours en équipe de niveau 1 et de niveau 2, sauveteur-secouriste du travail, prévention des risques liés à l’activité physique, équipier de première intervention, brevet national de sécurité et de sauvetage aquatiqueetc., ainsi que la sensibilisation du grand public aux problèmes de sécurité civile en France, notamment en relayant les campagnes d’information nationales. La Protection Civile c'est près de 100 000 personnes formées aux premiers secours, en allant du simple PSC1 au formateur de formateur.

Soutien aux PopulationsModifier

L’aide humanitaire et l’aide sociale permet d’aider les populations sinistrées lors des innombrables catastrophes naturelles et technologiques en France comme à l’étranger, mais également les sans-abri.

Durant l’été 1999, la fédération participe à sa première opération internationale en coopération avec le ministère des Affaires étrangères, avec la mission Balkans, pour l’aide aux réfugiés de la guerre du Kosovo, avec la participation à la logistique à Rinas, à l’aéroport international de Tirana et la gestion du camp de réfugiés de Stenkovec en Macédoine[22].

Le soutien aux populations est une grande spécialité de la Protection Civile, possédant des moyens & équipes spécialisés, la Protection Civile est intervenu dans de nombreuses crises lors de catastrophes naturelles, technologiques ou terroristes. Les moyens nationaux répartis sur l'ensemble du pays sont primordiaux, mit en place dans des zones stratégiques (comme les Alpes Maritimes par exemple).

Renfort des secours publicsModifier

Certaines associations départementales, par exemple celles de l’Île-de-France, du Bas-Rhin et du Nord participent au réseau de secours public. En accord avec la préfecture, le Service d'aide médicale urgente (SAMU) et les pompiers du département, ils effectuent des interventions de secours à personne à domicile ou sur la voie publique. Des équipes sont intervenues, par exemple, pour l’attentat du RER B à Saint-Michel, l’explosion de l'usine AZF de Toulouse[23], les inondations, la marée noire de l’Erika[24], le soutien aux populations, la prise en charge de rescapés de feux d’immeubles, etc. Mais également à l’étranger, à la suite du séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien, des équipes de la fédération sont parties au Sri Lanka et en Thaïlande pour venir en aide aux sinistrés du tsunami.

MoyensModifier

VéhiculesModifier

 
Véhicule de Premiers Secours à Personnes de Paris 14.

Les véhicules de la FNPC, sont des véhicules d'urgence et sont donc équipés de gyrophares bleues et de "sirènes" deux-tons (Type Sapeurs Pompiers ou type SMUR) et parfois même de 3 tons. Comme certains véhicules d'urgences associatifs, certains véhicules de la Protection Civile sont aussi dotés de "Sirènes Américaines" comme le Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU).

La Fédération Nationale de Protection Civile compte 1633 véhicules au total (1487 roulants et 146 remorques) chiffres au 1er Novembre 2021

  • VPSP (Véhicule de Premiers Secours à Personnes)
  • VL (Véhicule Léger)
  • VTU (Véhicule Tout Usage)
  • VELO (Vélo)
  • VTP (Véhicule de Transport de Personnel)
  • VLHR (Véhicule Léger Hors Route)
  • FSP (Fourgon de Soutien aux Populations)
  • ERS (Embarcation de Recherche et de Sauvetage)
  • VTUTP (Véhicule Tout Usage Transport de Personnel)
  • QUAD (Quad)
  • FLIT (Frougon Lourd d'Intervention Technique)
  • VAHU (Véhicule d'Accueil et d'Hébergement d'Urgence)
  • VST (Véhicule de Soutien Technique)
  • MPS (Moto de Premiers Secours)
  • VCYN (Véhicule Cynotechnique)
  • PCM (Poste de Commandement Mobile)
  • CTUHR (Camion Tout Usage Hors Route)
  • CELEVA (Chariot Élévateur)
  • VLPS (Véhicule Léger de Premiers Secours)
  • TIPI (Transporteur Individuel de Premiere Intervention (Segways)
  • FLP (Fourgon Lourd de Pompage)
  • VSAT (Véhicule Satéllite)
  • VGOC (Véhicule de Gestion Opérationnelle et de Communication)
  • VTE (Véhicule Technique Énergie)
  • VPSPHR (Véhicule de Premiers Secours à Personnes Hors Route)
  • VAM (Véhicule Amphibie)

Remorques (diverses) : 146


Crédits Photo dans l'ordre des photos :

PC 67 / PC 33 / PC 67 / THIBAULT DR PC 06 / PC 83 / PC 83 / PC 67 / PC 45 / PC 15 / PCPS 10 / PC 67 / PC 67-THW / PC 77 / PCPS / FNPC / PC 54 / PC 78 / PC 67 / PCPS 92 / PC 12 / PC 06 / PC 67 / PC 67 / PC 31 / PC 86 / PC 83


PC = Protection Civile


TenuesModifier

Avant 2006, les pantalons sont de couleur bleu et le haut du corps est de la même couleur avec une bande orange horizontale sur la poitrine et les bras. L’inscription « Protection civile » figure dans la bande orange avec le symbole de la fédération au-dessus. Le logo de la fédération figure dans le dos[25].

À partir de 2006, les tenues sont devenues de couleur bleu Pantone[Laquelle ?]. Les pantalons ont une bande orange verticale de 2 cm de large sur les côtés, deux poches italiennes sur chaque côté et des bandes réfléchissantes pour les missions d’intervention sur la voie publique. Pour le haut du corps, les vêtements sont bleu, blanc et orange avec le logo de la fédération et le marquage « Protection civile » dans le dos et sur l’épaule droite[26].

En 2012, les vêtements se conforment à la norme européenne NF EN 471 pour devenir des vêtements à haute visibilité.

Selon la nature de la mission, les secouristes peuvent être munis de bottes à lacet de type rangers, d’un ceinturon de feu, voire d’un casque F2.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « 50 ans au service des citoyens » (consulté le )
  2. a b c d et e « Protec Mag », sur Protection civile (consulté le )
  3. « Remise de décorations aux bénévoles de la protection civile / Les services de l'État en images / Information de l'Etat / Accueil - Les services de l'État dans les Alpes-Maritimes », sur www.alpes-maritimes.gouv.fr (consulté le )
  4. « Convention Axa », sur Protection civile, (consulté le )
  5. « Salon des Maires 2019 », sur Protection civile, (consulté le )
  6. « Notre organisation », sur Protection civile (consulté le )
  7. Arrêté du 30 août 2006 portant agrément de sécurité civile pour la Fédération nationale de protection civile
  8. Arrêté du 18 juillet 2018 portant renouvellement de l'agrément national de sécurité civile pour la Fédération nationale de protection civile modifié par Arrêté du 24 janvier 2020 portant modification de l'agrément national de sécurité civile pour la Fédération nationale de protection civile
  9. « Hommage au Professeur Louis Lareng », sur www.chu-toulouse.fr, (consulté le )
  10. « Rapport fait au nom de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale (1) sur la proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, visant à consolider notre modèle de sécurité civile et valoriser le volontariat des sapeurs-pompiers et les sapeurs-pompiers professionnel », sur senat.fr, (consulté le )
  11. Le Républicain Lorrain, « La Protection Civile rend hommage à Paul Francheterre. », (consulté le )
  12. Protection Civile, « La Protection Civile rend hommage à Paul Francheterre. », sur www.protection-civile.org
  13. « Paul Francheterre, figure incontournable de la protection civile du Var, nous a quittés », sur Var Matin, (consulté le )
  14. FNPC, « Le nouveau comité directeur », sur www.protection-civile.org, (consulté le )
  15. « LA PROTECTION CIVILE DE PARIS SEINE EN CHIFFRES… », sur Fédération nationale de protection civile (consulté le )
  16. « Accueil », sur Protection Civile de l'Hérault (consulté le )
  17. « Apprenez les gestes de premiers secours avec la Protection civile de l'Hérault », sur France Bleu, (consulté le )
  18. « Guerre en Ukraine : la Protection civile a récupéré les dons », sur midilibre.fr (consulté le )
  19. a et b « L’organisation de la Protection Civile », sur Fédération nationale de protection civile, (consulté le )
  20. a b et c Oneheart, « La protection civile en chiffres ! », sur oneheart.fr, (consulté le )
  21. « Référentiel national des missions de sécurité civile : dispositifs prévisionnels de secours » [PDF], sur Ministère de l’Intérieur, (consulté le )
  22. Xavier de Villepin, « Départ des personnels de la sécurité civile de Stenkovec (Macédoine) », sur Sénat, (consulté le )
  23. « La catastrophe de l'usine AZF à Toulouse », sur INA, (consulté le )
  24. « Le Collectif anti-marées noires se souvient de l'Erika », sur L’Obs, (consulté le )
  25. « Tenues en 2005 », sur Pull Regain, (consulté le )
  26. « Tenues en 2012 », sur Regain Perform (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier