Exercice de Kegel

Les exercices de Kegel, ainsi nommés d'après leur inventeur, le Dr Arnold Kegel, sont des exercices destinés à renforcer le muscle pubo-coccygien. Ces exercices, développés vers 1940, consistent en des contractions et décontractions alternées des muscles qui forment le plancher pelvien (parfois appelés les « muscles de Kegel » par antonomase)[1].

Coupe schématique expliquant les exercices de Kegel chez la femme.

ExplicationModifier

 
Un appareil de Kegel.

Le but des exercices de Kegel est de restaurer le tonus musculaire et la puissance du muscle pubo-coccygien dans le but de prévenir ou de réduire les problèmes du plancher pelvien. Les exercices de Kegel peuvent faire partie du traitement du prolapsus génital léger, pouvant aider à réduire les symptômes gênants, y compris l'incontinence d'effort, mais n'ayant aucun effet sur le prolapsus lui-même[2].

Durant une grossesse il peut également être conseillé de pratiquer ces exercices pour permettre à la femme de prendre conscience de cette partie du corps, dans le but de possiblement mieux maîtriser la sortie du bébé à travers le périnée.

Les exercices de Kegel peuvent également donner de bons résultats dans le traitement de l'incontinence urinaire de l'adulte.[1] Ils sont aussi connus sous le nom d'exercice du plancher pelvien ou, simplement, Kegels.

Bien que le docteur Kegel ait popularisé et renouvelé l'approche de cette pratique, notamment en la baptisant, elle n'est pas nouvelle. Les moines taoïstes de la Chine ancienne avaient développé, dans les exercices de Qi gong, différentes pratiques pour fortifier et tonifier le même groupe de muscles pour leur santé, leur longévité, leur plaisir sexuel et leur développement spirituel[3]. Les Yogis hindous pratiquent des exercices similaires dans le cadre du Hatha Yoga, connus sous le nom d'Aswini Mudra (le geste du cheval), encore enseignés de nos jours.

Bénéfices pour les hommesModifier

Connus pour être essentiellement utilisés par les femmes, ces exercices peuvent également être pratiqués par les hommes. Permettant de renforcer le plancher pelvien, ils aideraient à avoir des orgasmes non éjaculatoires et possiblement, dans certains cas, des orgasmes multiples. Chez l'homme, ces exercices soulèvent les testicules, renforçant également le muscle cremaster ainsi que le canal anal dans la mesure où la région de l'anus est également contractée durant les exercices. En pratique, les hommes doivent contracter uniquement leur sphincter anal, et non leur sphincter urinaire, pour pratiquer les exercices de Kegel. Cet exercice est également conseillé pour éviter les pertes urinaires ainsi que les troubles de l'érection suite à une prostatectomie, radicale ou partielle.

L'amélioration de l'érection pourrait s'expliquer par l'amélioration de l'afflux sanguin résultant de la musculation de la zone. De plus, ces exercices pourraient également améliorer la rigidité de l'érection[4].

Bénéfices pour les femmesModifier

Les bénéfices pour la femme seraient multiples, tels que préparer le périnée à l’accouchement puis le ré-éduquer, éviter l'incontinence[5] et un prolapsus. favoriser une meilleure sensibilité vaginale lors des rapports sexuels et également augmenter le flux sanguin et donc la lubrification vaginale, bien que nombre de ces bénéfices soient peu appuyés par des preuves scientifiques. Une étude semble favoriser les exercices de Kegel et l'éducation sexuelle de la femme par rapport au placebo quant au score d'orgasme et à la satisfaction de la femme post ménopausée après 12 semaines d'essai. (Réf 5)

Concernant l'effet sur l'incontinence urinaire, une revue systématique Cochrane incluant 1817 femmes sur 31 essais a montré que l'entraînement des muscles du plancher pelvien peut guérir ou améliorer les symptômes de l'incontinence urinaire à l'effort et de tous les autres types d'incontinence urinaire avec des effets secondaires rares et mineurs[6].

Toute personne pourvue d'un vagin peut augmenter la difficulté de l'exercice en serrant un objet dur ou un morceau de mousse dans le vagin.

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « Kegel Exercises », National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017)
  2. « Prolapsus génital - Problèmes de santé de la femme », sur Manuels MSD pour le grand public (consulté le 26 novembre 2020)
  3. Le Qi gong propose notamment des exercices de la « sixième extrémité » i.e. le coccis et des groupes de muscles qui y sont associés, de bassin, et de son plancher pelvien.
  4. David Darnaud, « Exercice de Kegel Homme, muscler son périnée, une solution naturelle contre le trouble de l'érection », (consulté le 16 juin 2019)
  5. [entrainement pelvien] (en) « Featured Review: Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women », sur www.cochrane.org (consulté le 26 avril 2019).
  6. (en) Chantale Dumoulin, Licia P Cacciari et E Jean C Hay-Smith, « Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women », Cochrane Database of Systematic Reviews,‎ (DOI 10.1002/14651858.CD005654.pub4, lire en ligne, consulté le 26 mars 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier