Evolène

commune suisse

Evolène
Evolène
Evolène vue des hauteurs.
Blason de Evolène
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Hérens
Localité(s) Villa
Arolla
Lannaz
La Tour
Evolène
La Sage
La Forclaz
Les Haudères
Communes limitrophes Bionaz (Italie)
Val de Bagnes
Zermatt
Anniviers
Hérémence
Saint-Martin
Présidente Virginie Gaspoz (PDC)
NPA 1983
No OFS 6083
Démographie
Gentilé Evolénard
Population
permanente
1 647 hab. (31 décembre 2020)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 00″ nord, 7° 30′ 00″ est
Altitude 1 350 m
Superficie 209,94 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Evolène
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Evolène
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du canton du Valais
City locator 14.svg
Evolène
Liens
Site web www.commune-evolene.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Evolène ou Évolène[3] est une commune suisse du canton du Valais située dans le district d'Hérens.

GéographieModifier

La commune d’Evolène se situe au-dessus de Sion en Valais, au fond du Val d'Hérens. Elle est surplombée par la dent Blanche, avec ses 4 358 mètres d’altitude. Sa superficie atteint 209,94 km2[2], ce qui lui vaut d’occuper le douzième rang des plus grandes communes de Suisse. Sa situation et son histoire en font une commune touristique privilégiant un tourisme doux culturel et sportif.

La commune est composée de plusieurs villages dont l'architecture et la typicité des bâtiments montre un attachement préservé au patrimoine. Le principal village et le plus peuplé est Evolène, situé à 1 370 mètres d’altitude. Sa rue centrale, avec ses commerces et son patrimoine bâti, en fait un lieu prisé des Evolénards et des touristes. Le village des Haudères se situe à 4 kilomètres d’Evolène, après le hameau de la Tour, à l'intersection entre le vallon de Ferpècle et celui d'Arolla. Les villages de Villa, la Sage et la Forclaz, familièrement présentés comme formant ensemble "les Rocs", se trouvent environ 300 mètres au-dessus de la plaine s'étendant d'Evolène aux Haudères. Orientés vers le sud, ils bénéficient d’un fort ensoleillement. Ils se situent sur une zone de grands prés et d’alpages qui s’étendent jusqu’à une altitude de 2 700 mètres. Enfin, Arolla, station de montagne renommée située à 2 000 mètres d'altitude, constitue le village le plus reculé du Val d'Hérens.

Compte tenu de sa situation géographique, la commune d’Evolène est soumise à un certain nombre de dangers naturels tels que les avalanches, les éboulements ou les crues de la Borgne, la rivière qui sillonne la vallée. Les habitations sont pour la plupart concentrées dans les endroits les plus sûrs.

 
Vue sur Les Haudères, Val d'Hérens, Valais, Suisse (janvier 2018).


LocalitésModifier

La commune d'Evolène est composée de six villages, Villa, Arolla, Evolène, La Sage, La Forclaz et Les Haudères[4], et d'un grand nombre de hameaux.

VillaModifier

Situé à seulement quelques pas de la Sage, Villa compte environ huitante habitants domiciliés à l’année.

Les hameaux de Borza, Cotter et les Lachiores se situent à proximité.

ArollaModifier

Arolla est située sur la haute route reliant Chamonix à Zermatt. C'est le village le plus élevé de la commune.

Arolla propose toutes sortes d’activités en lien avec la haute montagne. C’est notamment le point de départ de nombreuses randonnées, avec notamment les cabanes d’altitude de la Tza, des Aiguilles Rouges, de Bertol, des Vignettes ou encore des Dix.

Arolla est également accessible depuis l'Italie via les sentiers et le col de Collon, comme en témoigne d'ailleurs la course à pied Collontrek, organisée grâce à la collaboration des communes du Val d'Hérens et de la Valpelline (Italie).

Si en été l’accent est mis sur la marche et l’escalade, en hiver les remontées mécaniques proposent un domaine skiable : Ski de fond, cascade de glace et raquettes sont autant d’autres activités possibles à cette saison. La région est en outre particulièrement propice à la randonnée à ski.

Arolla est une étape importante de la Patrouille des Glaciers qui rallie Zermatt à Verbier. La Patrouille des Aiguilles rouges, autre course "à peau de phoque", relie quant à elle Arolla à Evolène.

LannazModifier

Lannaz est un hameau historique protégé et classé patrimoine d'importance nationale (ISOS). Lannaz ne compte aujourd’hui plus qu’une quinzaine d’habitants[5].

Le village est construit en forme d’anneau, où les maisons ancestrales et la chapelle Saint-Laurent forment un cercle autour d’une prairie.

Les hameaux d'Arbey, Flanmayens, Barati et Chalet-Vieux sont situés à proximité de Lannaz.

La TourModifier

Le hameau de la Tour doit son nom de « tour » à son bâtiment d’habitation traditionnel en bois particulièrement haut.

Le hameau compte aujourd’hui environ huitante habitants. Leur nombre est appelé à augmenter en raison de l’attractivité de la zone pour les familles et des constructions en cours.

Le stand de tir communal se situe à proximité du hameau, au pied des torrents arrivant en cascade depuis les Rocs.

EvolèneModifier

Le village d’Evolène constitue le centre névralgique de la commune. Village le plus peuplé avec près de 800 habitants, il accueille notamment l’administration communale ainsi que de nombreux commerces et restaurants, notamment le long de sa rue centrale, artère spécialement animée et entourée de part et d’autre par des bâtiments traditionnels typiques de l’architecture locale. L’église paroissiale y est érigée, dont le saint-patron est Saint Jean-Baptiste, lequel est traditionnellement fêté le 24 juin.

En outre, l’école communale, située au bas du village d’Evolène, accueille les classes enfantines et primaires, de la 1H à la 8H. La cour de récréation offre une grande aire de jeux à disposition des plus jeunes au fil de l’an. Une crèche et une UAPE sont également au service des familles. Des médecins et une pharmacie participent à l’attractivité de la vie locale, offrant aux habitants un certain confort en matière sanitaire.

De nombreuses manifestations ont lieu au village tout au long de l'année, notamment le Carnaval et la Fête de la Mi-été, lesquelles permettent de mettre en exergue les traditions locales.

Le hameau de Volovron se situe à proximité.

La SageModifier

La Sage compte une bonne centaine d’habitants et de nombreuses résidences secondaires. On y trouve quelques cafés-restaurants et notamment un hôtel historique.

Son développement est étroitement lié aux chapelles qui s’y trouvent. Si la chapelle de la Sage proprement dite se situe au cœur du village, la chapelle Saint-Christophe, en contrebas, trône sur la colline du même nom.

Terre d'accueil des voyageurs avec le développement du tourisme depuis le début du siècle passé, la Sage a toujours accueilli d'illustres hôtes, notamment artistes et musiciens. Le festival de musique de la Sage, au cours duquel des morceaux classiques sont joués au sein de la chapelle du village par d'éminents musiciens pendant quelques belles soirées d'été, reste un témoin de ce passé.

La ForclazModifier

Le village offre un point de vue incomparable sur la dent Blanche, cette « majestueuse coquette » comme Guy de Maupassant l’avait qualifiée. Près de 130 personnes y vivent à l’année.

Alors qu’en été les agriculteurs travaillent les nombreuses surfaces entourant les habitations, en hiver les hauts du village offrent de belles pistes de ski ensoleillées, desservies par des téléskis sillonnant entre arbres et chalets.

Les hameaux de Tsaté, Mottau, la Terra, Bréona et Ferpècle se situent à proximité.

Les HaudèresModifier

Les Haudères, village au pied du massif des Dents de Veisivi, à l’endroit où la Borgne de Ferpècle et celle d’Arolla se rencontrent pour former la rivière principale du Val d’Hérens, compte aujourd’hui environ 450 habitants.

Il accueille divers établissements commerciaux, notamment des hôtels, cafés-restaurants et des commerces d’alimentation, notamment la laiterie centrale de la commune, laquelle propose les produits du terroir, comme la fameuse tomme ainsi que le fromage à raclette des Haudères.

La chapelle du village offre en son sein un spectacle unique grâce aux peintures de François de Ribeaupierre. Elle accueille en outre le Festival classique des Haudères chaque été.

Le bas du village, le long de la Borgne, héberge plusieurs exploitations agricoles et depuis quelques années également l’Hérens Aréna, arène construite pour accueillir les combats de reines de la commune et qui offre dès lors un terrain de jeu propice à diverses manifestations, notamment grâce au couvert y attenant.

Les hameaux de la Gietti, les Farquès, la Cretta, la Niva, la Coûta, le Wartsé et les Veisivi se situent à proximité.

ClimatModifier

Données climatiques à Evolène 1991–2020.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −4,9 −5,6 −2,9 0,1 3,2 7,1 9 9,2 6 2,9 −1 −3,9 1,6
Température moyenne (°C) −2,4 −2,7 0,6 4,2 7,2 11,5 13,5 13,3 9,9 6,4 1,8 −1,4 5,2
Température maximale moyenne (°C) 0,3 0,3 4,2 8,4 11,4 15,9 18,1 17,5 13,9 10 4,8 1,4 8,8
Record de froid (°C)
date du record
−18,3
2005
−22,7
2012
−18,2
2006
−11,7
2021
−8,2
1991
−4,3
2006
0,8
2007
−0,1
2007
−3,6
2020
−10,4
2012
−14,6
2013
−17
2005
−22,7
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
12,2
2002
12,9
2019
16,1
2021
18,2
2011
22,7
2009
28,1
2019
28,4
2015
27,9
2012
23,1
2018
19,8
2009
16,5
2015
12,2
2016
28,4
2015
Ensoleillement (h) 109 115 146 150 170 183 211 193 168 144 106 99 1 795
Précipitations (mm) 43,1 32,4 37,6 41,9 82,3 71,4 84,7 89,2 40,5 45,4 46,6 52,1 667,1
dont neige (cm) 56,4 57,7 44,4 32,6 9,2 0,3 0 0,1 1,6 12,4 42,8 54 311,5
Nombre de jours avec précipitations 8,1 7,1 8,3 7,3 12,7 11,1 11,6 12,6 8 7,5 7,5 9,6 111,4
Humidité relative (%) 55 58 61 65 69 71 68 69 70 65 63 58 64
Nombre de jours avec neige 7,9 8,7 8 5,4 1,5 0,2 0 0,1 0,4 2,3 6,6 8,7 49,8
Source : MétéoSuisse et infoclimat.fr [6],[7].


Communes limitrophesModifier

La commune est limitrophe de la commune de Bionaz (Italie), Bagnes, Zermatt, Anniviers, Hérémence et Saint-Martin.

Histoire et traditionsModifier

HistoireModifier

Selon la tradition locale, le village d’Évolène semble avoir été fondé vers 1200

Les premiers éléments historiques recensés datent du XIVe siècle.

On retrouve notamment un traité conclu en 1369 entre les Evolénards et les habitants du Valpelline, les échanges se faisant alors à l’époque au travers du col de Collon sur les sommets d’Arolla. La première église paroissiale d’Evolène a été construite en 1446.

Jusqu’au début du XXe siècle, les habitants d’Evolène vivaient en régime autarcique, produisant eux-mêmes presque tout ce qui était nécessaire à leurs modestes besoins. Le développement de la région a été tributaire de l’essor du tourisme au courant du XIXe siècle. À noter ainsi l’ouverture du premier hôtel à Evolène, l'Hôtel de la Dent-Blanche, en 1857. La première route carrossable reliant Evolène à Sion date quant à elle de 1862. Pour la première voiture, il faudra attendre 1926 — coïncidant avec l’arrivée de l’électricité — et même 1950 pour le premier car postal.

L’ère des travaux de la Grande-Dixence amena ensuite des changements profonds en procurant des ressources nouvelles aux travailleurs et à la commune. De bonnes routes furent construites jusqu’aux confins du territoire, à Arolla et à Ferpècle. Ce fut aussi l’arrivée de l’eau potable, du réseau électrique et de l’amélioration des logements.

D’un point de vue politique, Evolène ne devient une commune à part entière en 1806. Toutefois, jusqu'en 1922, Evolène et Saint-Martin ne formaient qu'une seule et même commune. En témoignent les échanges religieux de l’époque (on allait à la messe à Saint-Martin) et la familiarité au niveau du costume traditionnel.

TraditionsModifier

La commune d'Evolène est connue pour son attachement aux traditions et pour la richesse de son patrimoine. Ayant connu un développement moins rapide que les régions de plaine, les habitants de la région ont conservé plus longtemps leur costume traditionnel. En parallèle, le patois arpitan demeure la langue vernaculaire d'expression courante des personnes âgées de 60 ans ou plus, et les enfants apprennent encore le patois évolénard en famille[8],[9]. S'il n'est pas parlé par tous, il est compris par la majorité des habitants, toutes générations confondues, en raison aussi de la proximité avec la Vallée d'Aoste, où cette langue est bien vivante.

Berceau de la race d'Hérens, les célèbres vaches lutteuses, la commune d'Evolène accueille l'Hérens Aréna, une arène spécialement construite en vue d'accueillir les combats.

Avalanches d'ÉvolèneModifier

L'histoire communale a été particulièrement marquée en 1999 car le territoire fut le théâtre de plusieurs avalanches qui causèrent la mort de 12 personnes. Le Tribunal d'Hérens-Conthey a reconnu coupables d'homicide par négligence le guide André Georges, responsable de la sécurité, et le président alors d'Evolène, Pierre-Henri Pralong, le milieu montagnard rappelant quant à lui, l'imprévisibilité de la nature[10].

ToponymieModifier

Le nom de la commune est tiré du ruisseau dont la source se trouve dans le village. Il se compose du substantif francoprovençal ewe, dérivé d'ăqua (l'eau), et de l’adjectif au féminin lèïnna, qui est vraisemblablement dérivé de latinus, (facile, aisé, docile, sage) et dont le sens s'est confondu avec lēnĭs (doux, tranquille)[11].

La commune se nomme Èvouolïn-na en patois valaisan (Volïn-na par aphérèse)[12].

Son nom en allemand est Evolena[12].

PopulationModifier

Gentilé et surnomsModifier

Les habitants de la commune se nomment les Évolénards[13].

Ils sont surnommés les Geais (lu Zoliasse en patois valaisan), les Mottettes Grasses (petites tommes) et lu Mïnjya-Zotè (soit les mangeurs de côtes de bettes, comme les habitants d'Ardon)[13].

DémographieModifier

Evolène
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays   Suisse
Canton Valais
Langue Français
Site web www.commune-evolene.ch
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 18″ nord, 7° 28′ 38″ est
Massif Alpes valaisannes
Altitude 1 407 m
Altitude maximum 2 632 m
Altitude minimum 1 404 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 5
Télésièges 1
Téléskis 3
Fils neige 1
Débit 3 680 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 13
Noires 5
Rouges 5
Bleues 3
Total des pistes 25 km
Ski de fond
Nombre de pistes 4 grandes boucles
Noires 1 parcours
Rouges 1 parcours
Bleues 1 parcours
Vertes 1 parcours
Total des pistes 21 km
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
 
 
Géolocalisation sur la carte : Suisse
 
 

La commune compte 1 647 habitants au 31 décembre 2020, pour une densité de population de 8 hab/km2[1].

Elle comptait 1 040 habitants en 1850, 1 208 en 1900, 1 300 en 1910, 1 315 en 1950 et 1 522 en 2000[4].

CultureModifier

Evolène s'est vu attribuer le titre de plus beau village romand à l'automne 2012 par les lecteurs de L'Illustré[14] et fait partie depuis 2017 de l'association Les plus beaux villages de Suisse[15].

Lieux d'intérêtsModifier

  • Église et nombreuses chapelles
  • Musée d'Evolène
  • Musée de géologie et glaciologie
  • Atelier de tissage Marie Métrailler
  • Hérens Aréna

ÉvénementsModifier

  • Le Carnaval d'Evolène, du jusqu'au mardi gras.
  • La Patrouille des Glaciers, célèbre course de ski alpinisme passant par ou au départ d'Arolla (toutes les années paires, généralement fin avril).
  • La Patrouille des Aiguilles rouges, course de ski alpinisme (toutes les années impaires, fin mars).
  • Le combat des reines dans l'Hérens Arena (généralement le dernier weekend d'avril) ainsi que les inalpes (fin juin).
  • Le Raid évolénard, course VTT (mi-juin).
  • Les CIME, Célébrations Interculturelles de la Montagne à Evolène (tous les 2 ans du 10 au ).
  • La Fête de la Mi-Eté, avec le traditionnel cortège mettant en scène tous les rites de la vie paysanne d'autrefois (le ).
  • Le Grand Raid, course VTT (fin août).
  • Les fêtes au village et les marchés artisanaux (organisées dans les différents villages de la commune).

JumelageModifier

  Châtelaillon-Plage, France (1966)[16].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2020 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. Charles Knapp (dir.), Dictionnaire géographique de la Suisse, vol. 6 : Toffen - Zybachsplatte, Neuchâtel, Victor Attinger, 1902-1910, p. 191 [détail des éditions] [lire en ligne (page consultée le 17.11.2022)]
  4. a et b Bernard Monnet, « Evolène » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Lannaz, sur le site de la commune d’Evolène
  6. www.meteosuisse.ch.
  7. infoclimat.fr.
  8. Nicolas Verdan, « En Valais, à Evolène, on parle la « langue du cœur » en famille », sur terrenature.ch (version du 6 novembre 2014 sur l'Internet Archive).
  9. (de) Anita Geurts, « Unterwegs im Tal der Eringer Kampfkühe », sur nzz.ch, (consulté le ).
  10. letemps.ch
  11. « Evolène - commune », sur toponymes.ch (consulté le )
  12. a et b Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 49
  13. a et b Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 49
  14. Fabrice Germanier/, « 309 habitants, 1476 mètres d'altitude : c'est Simplon Dorf. », sur www.rhonefm.ch, (consulté le )
  15. (de) « Trogen zählt zu den schönsten Dörfern der Welt », sur St.Galler Tagblatt, (consulté le )
  16. « Jumelage avec Châtelaillon-Plage :: La commune d'Evolène :: Valais :: Suisse », sur www.commune-evolene.ch (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Fonds : Evolène, Commune (1298-1934) [6,76 mètres]. Cote : CH AEV, AC Evolène. Sion : Archives de l'État du Valais (présentation en ligne).
  • Fonds : Evolène, Paroisse (15e siècle-1984) [1,40 mètre]. Cote : CH AEV, AP Evolène. Sion : Archives de l'État du Valais (présentation en ligne).

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :