Event Horizon Telescope

réseau de télescopes terrestres dédié à l'étude des trous noirs

L’Event Horizon Telescope (en abrégé EHT, littéralement « Télescope de l'horizon des évènements ») est un réseau de radiotélescopes terrestres combinant les données de stations d’interférométrie à très longue base situées sur la Terre afin d’étudier notamment l’environnement immédiat de Sagittarius A*, le trou noir supermassif du centre de la Voie lactée, et de M87*, celui de M87, avec un pouvoir de résolution permettant d'observer leur horizon.

Sagittarius A*.

DescriptionModifier

 
Montage d'images représentant le grossissement atteint par l'Event Horizon Telescope, équivalent à l'observation d'une balle de tennis sur la Lune. Le grossissement part de l'image en haut à gauche (champ de vue approximatif d'un œil humain depuis la Terre), dans le sens antihoraire, et montre le trou noir en haut à droite.

L’Event Horizon Telescope (EHT) est composé de plusieurs observatoires radio, ou télescopes radio, autour du monde reliés pour créer un télescope à haute sensibilité et haut pouvoir de résolution. En utilisant le procédé d’interférométrie à très longue base, de nombreuses antennes radio indépendantes et séparées de plusieurs centaines à plusieurs milliers de kilomètres peuvent être utilisées pour créer un télescope « virtuel » avec un diamètre effectif équivalent à celui de la Terre[1]. Ce projet comprend le développement et le déploiement de récepteurs à double polarisation submillimétrique aux standards de fréquence hyper stable, pour obtenir un interféromètre à très longue base à 230-450 GHz, une meilleure bande passante d'enregistreurs et de filtres de sortie d'interféromètre à très longue base, et la création de nouveaux sites d'interféromètres à très longue base submillimétriques.

Chaque année, depuis la première capture en 2006, l'EHT accueille plusieurs observatoires dans son réseau global. La première image du trou noir Sagittarius A* devait être produite en [2] et permettre de tester à l'extrême la théorie de la relativité générale d'Einstein[1].

Les données collectées sur les disques durs des différents télescopes sont transportées par un avion de ligne (aussi appelé sneakernet) vers l'observatoire Haystack dans le Massachusetts, où les données sont comparées et analysées sur ordinateur avec 800 microprocesseurs, tous connectés sur un réseau de 40 Gbits/s[3].

Ce n'est finalement que le que sont publiées les premières images d'un autre trou noir, M87*, situé au centre de M87[4],[5].

Instituts participantsModifier

Quelques instituts participants du projet[6] :

CiblesModifier

Les deux cibles de l'EHT sont les trous noirs supermassifs Sagittarius A* et M87*. L'utilisation de l'astérisque dans ces noms signifie qu'il s'agit de sources quasi ponctuelles et non de sources étendues.

Sagittarius A*, le trou noir au centre de la Voie lactéeModifier

Sagittarius A* (Sgr A*) est une source intense d'ondes radio, située dans la constellation du Sagittaire et localisée au centre de la Voie lactée. Initialement non résolue au sein d'une zone d'émission radio plus vaste dénommée Sagittarius A, elle fut par la suite distinguée de l'ensemble des sources formant cette zone d'émission, avec Sgr A Est et Sgr A Ouest.

M87*, le trou noir au centre de M87Modifier

 
Image de M87* obtenue par l’Event Horizon Telescope en 2019.

M87* est le trou noir supermassif qui se trouve au cœur de la galaxie M87[7]. Sa masse est estimée à (6,6 ± 0,4) × 109 M et son diamètre est supérieur à celui de l'orbite de Pluton[8]. Autour de ce trou noir se trouve un disque d'accrétion de gaz ionisé, qui est orienté perpendiculairement au jet.

L’Event Horizon Telescope publie les premières images de ce trou noir le [4],[5].

ObservationsModifier

Avant 2013Modifier

Campagne de 2013Modifier

Campagne de 2017Modifier

Campagne de 2018Modifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Ian O'Neill, « Event Horizon Telescope Will Probe Spacetime's Mysteries », Seeker,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en-GB) Jonathan Webb, « Event horizon snapshot due in 2017 », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) Lucas Mearian, « Massive telescope array aims for black hole, gets gusher of data », Computerworld,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. a et b « La toute première image d’un trou noir », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b (en) Kazunori Akiyama, Antxon Alberdi et al., « First M87 Event Horizon Telescope Results. I. The Shadow of the Supermassive Black Hole », The Astrophysical Journal, vol. 875, no 1,‎ , p. L1 (ISSN 2041-8213, DOI 10.3847/2041-8213/ab0ec7).
  6. (en) « Collaborators », sur www.eventhorizontelescope.org (consulté le ).
  7. (en) Davide Castelvecchi, « How to hunt for a black hole with a telescope the size of Earth », Nature, vol. 543, no 7646,‎ , p. 478–480 (DOI 10.1038/543478a, lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Karl Gehbardt, Joshua Adams, Douglas Richstone, Tod R. Lauer, Sandra Moore Faber, Kayhan Gultekin, Jeremy Murphy et Scott Tremaine, « The Black-Hole Mass in M87 from Gemini/NIFS Adaptive Optics Observations », The Astrophysical Journal, vol. 729, no 2,‎ (DOI 10.1088/0004-637X/729/2/119, Bibcode 2011ApJ...729..119G) arXiv:1101.1954.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

ApprofondirModifier

Non-technique :

Technique :

Liens externesModifier