Société européenne de cardiologie

La Société européenne de cardiologie (en anglais European Society of Cardiology, ESC) est une organisation de plus de 90 000 professionnels de la cardiologie à travers le monde. Elle est impliquée dans les activités scientifiques et éducatives pour les professionnels de la cardiologie. L'ESC intervient également auprès du grand public en matière de prévention des maladies cardio-vasculaires

Société européenne de cardiologie
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège
Pays
Organisation
Site web

HistoireModifier

La Société européenne de cardiologie a été fondée en 1950.

StructureModifier

La Société européenne de cardiologie comprend actuellement 56 sociétés nationales de cardiologie, originaires de toute l'Europe et de la région méditerranéenne, 6 associations, 15 groupes de travail et 7 conseils, couvrant différentes sous-spécialités de la cardiologie[1].

La Société européenne de cardiologie est largement financée par l'industrie pharmaceutique (54 millions d'euros, soit les trois quarts de son budget)[2]. Le financement de sociétés savantes par des groupes industriels est une pratique de lobbying courante[3].

ÉducationModifier

ESC fournit des ressources éducatives pour soutenir la formation médicale continue et le développement. La formation et les cours peuvent être suivis en personne ou peuvent être visionnés en ligne, sous la direction d'experts dans le domaine.

  • E-Learning
  • Développement de carrière
  • Cours
  • Textbooks
  • Outils pratiques et soutien
  • Webinars

Lignes directricesModifier

La Société européenne de cardiologie publie des lignes directrices, notamment sur le traitement de l'hypercholestérolémie. En 2019, la société a modifié ses recommandations et abaissé les taux déclenchant la prescription de traitements pharmaceutiques[2] :

Recommandations de la Société européenne de cardiologie : taux de lipides sanguins à atteindre par catégorie de risque (millimole par litre)[2]
2016 2019
Patients à très haut risque < 1,8 mmol/L < 1,4 mmol/L
Patients à haut risque < 2,6 mmol/L < 1,8 mmol/L
Patients à risque modéré < 3 mmol/L < 2,6 mmol/L
Patients à risque faible < 3 mmol/L < 3 mmol/L

L'abaissement des seuils a été critiqué, car il augmente la vente de médicaments pour réduire le cholestérol et car la majorité des auteurs des recommandations seraient en situation de conflit d'intérêts (par exemple, 14 des 21 auteurs auraient reçu de l'argent des fabricants du Praluent)[2].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.escardio.org/The-ESC/About/A-brief-history-of-the-ESC
  2. a b c et d Andreas Gossweiler, « Médicaments anticholestérol : soigner ou vendre plus ? », Ma santé,‎ , p. 27.
  3. Stéphane Horel, Lobbytomie : comment les lobbies empoisonnent nos vies et la démocratie, Paris, La Découverte, , 368 p. (ISBN 978-2-7071-9412-1), p. 176-177.

Liens externesModifier