Euro Disney

société en commandite par actions qui exploite Disneyland Paris et développe le Val d'Europe

Euro Disney
logo de Euro Disney
Logo du groupe Euro Disney S.C.A.

Création 1985[1]
Dates clés 1985 : Signature de la lettre d'intention entre la Walt Disney Company et les pouvoirs publics français.
1987 : Signature de la convention avec l'État)
1992 : Ouverture de Disneyland Paris
2002 : Ouverture du Parc Walt Disney Studios
2017 : Création de Villages Nature Paris
2017 : Clôture de l'OPA de la Walt Disney Company
Forme juridique Société en commandite par actions (Holding du groupe)
Action Retrait de cotation le 19 juin 2017[2]
Siège social Marne-la-Vallée
Drapeau de France France
Directeurs Natacha Rafalski (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires The Walt Disney Company (97,08 %)
Activité Tourisme
Produits Disneyland Paris
Société mère The Walt Disney Company
Sociétés sœurs Walt Disney World Company
Disneyland Inc.
Filiales Voir texte
Effectif 17 000 (2018)[3]
SIREN 397471822Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web eurodisney.fr

Chiffre d'affaires 1,7 milliard d'euros[4] (2018)
en augmentation+12,9 %[4]
Résultat net 255 millions d'euros[4] (2018)
en augmentation

Le groupe Euro Disney exploite au travers de ses filiales le complexe de loisirs Disneyland Paris et développe en partenariat avec l’État et les collectivités territoriales, le secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, Val d'Europe. Il a vu le jour le 21 octobre 1985 avec la création de la société holding du groupe, Euro Disney SCA, alors enregistrée sous le nom Mivas SA[1],[5].

Le groupe a été fondé quelques semaines avant la signature d'une lettre d’intention entre la Walt Disney Company et les pouvoirs publics français pour officialiser le choix de la France, et plus particulièrement de Marne-la-Vallée comme site du projet Euro Disneyland. Le 24 mars 1987, Michael Eisner, président directeur général de la Walt Disney Company et Jacques Chirac, premier ministre de la France signent la convention pour la création et l'exploitation du projet Euro Disneyland en France[6].

Son actionnaire principal est la société mère américaine The Walt Disney Company (97,08 %, au travers de EDL Holding, Euro Disney Investments SAS et EDL Corporation SAS)[7]. La structure du groupe Euro Disney peut être qualifiée de « montage financier »[8],[9], mais sans la connotation péjorative que peut revêtir ce terme. Elle est comparable de par sa complexité à celle créée pour la construction de Walt Disney World Resort avec la Walt Disney World Company. Elle a régulièrement évolué en conséquence des différentes restructurations financières de l'entreprise.

Histoire du groupe Euro DisneyModifier

1980 - 1992 - La genèse du projet d'une destination Disney en EuropeModifier

1984-1986 : Le choix du territoire et la création de l'entrepriseModifier

Le projet Euro Disneyland comme on l’appelle au milieu des années 1980[10] est un projet qui tient particulièrement à cœur Michael Eisner[11], le nouveau président directeur général de la Walt Disney Company. La firme américaine qui voit la fréquentation de ses parcs stagner, souhaite conquérir de nouveaux marchés, à commencer par l’Europe[11]. Le projet de parcs Disney en Europe, et plus particulièrement en France n'est pas nouveau : des négociations ayant échoué dès 1976 entre la firme américaine et la Datar[11]. En 1984, de nouvelles rencontres ont lieu entre les pouvoirs publics français, en particulier Édith Cresson, alors ministre du Commerce extérieur et du Tourisme et la Walt Disney Company. Les Américains remettent alors aux Français divers documents de réflexion[11].

Des dizaines de sites européens sont étudiés au début de l'année 1985 pour l’implantation des parcs Disney. Convaincu par le projet, Laurent Fabius, premier ministre de la France rencontre Carl Bongrino, vice-président de Disney International le 29 janvier 1985[11]. Gaston Defferre, ministre Chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire estime qu’une implantation de cette envergure représenterait un formidable coup de fouet économique pour l’Est francilien, de nombreux investissements profitables à la région ainsi qu'un ballon d’oxygène pour le bâtiment et les travaux publics[11].

La société Mivas SA (qui deviendra par la Société d’Exploitation d’Euro Disneyland S.A., Euro Disneyland SCA puis Euro Disney SCA[5]) voit le jour le 21 octobre 1985[1]. Cette création d'entreprise précède de quelques semaines la signature d'une lettre d'intention par Michael Eisner et Laurent Fabius[12]. Celle-ci a pour but d’officialiser le choix de Marne-la-Vallée comme site du projet Euro Disneyland.

1987 : Signature de la convention et premières embauchesModifier

Robert Fitzpatrick est nommé président d’Euro Disneyland le [13], division de la Walt Disney Company chargée du développement de parcs Disney en Europe. Une vingtaine de jours plus tard, le 24 mars 1987, la convention pour la création du projet Euro Disneyland est signée à Paris par Michael Eisner, les pouvoirs publics français dont Jacques Chirac, alors premier ministre de la France, Paul Reverdy, président du conseil d'administration de la RATP ainsi que Jean Poulit, directeur général d'EPA Marne, le premier des établissements publics d'aménagement de Marne-la-Vallée[6]. La convention prévoit le développement sur trente ans d’une destination touristique d’envergure internationale, « Euro Disney Resort », aujourd’hui appelée Disneyland Paris, et définit le projet d’intérêt général pour l’aménagement du secteur IV de Marne-la-Vallée, Val d'Europe.

Les premiers employés sont embauchés dès juin 1987, soit cinq ans avant l'ouverture de la destination touristique[14],[11].

1989-1992 : Euro Disney et l’ouverture d'Euro Disney Resort en 1992Modifier

1989 : Naissance d’Euro Disneyland SCA et constitution du capitalModifier

L'entreprise Euro Disneyland SA (précédemment Midas SA) devient Euro Disneyland SCA, une société en commandite par actions le 24 février 1989[5]. La Walt Disney Company accorde par la même occasion à la société nouvellement créée, une licence d’utilisation des droits de propriété intellectuelle et industrielle de la marque Disney[15].

Quelques jours plus tard, le 15 mars, le capital d’Euro Disneyland SCA est porté de 250 000 à 1 million d’actions dont la valeur nominale s'élève à 10 francs soit un total de 10 millions de FF. À cette date, cinq entreprises se partagent l’actionnariat : EDL Holding Company (The Walt Disney Company), Indosuez, Banque nationale de Paris, SG Warburg and Co et la Caisse nationale du Crédit Agricole[16].

Le 30 juin 1989, Euro Disneyland SCA achète auprès d’EPA France le lot de terrains sur lesquels doit être édifié le royaume enchanté pour un montant de 522 millions de francs.

Une nouvelle augmentation de capital de l’entreprise a lieu le 5 octobre 1989[17]. Le capital social est désormais composé de 170 millions d’actions pour une valeur de 1,7 milliard de Francs. Près de 43 millions d’actions sont alors offertes à la souscription en France. Le même volume a été offert à la souscription au Royaume-Uni, en Belgique et dans les autres pays de la Communauté économique européenne.

Un mois plus tard, le 6 novembre 1989, ces actions offertes à la souscription au public sont émises sur les marchés boursiers au prix de 72 FF[18]. Le reste des actions, soit 49 % du capital, sont détenus par la Walt Disney Company. La société compte alors 250 000 actionnaires. Fin 1989, Euro Disneyland SCA et son gérant, Euro Disneyland SA comptent 400 employés, dont 365 Européens[19].

1992 : L'ouverture d'Euro Disney ResortModifier

Le , Euro Disney ouvre l’Espace Euro Disney à Serris[20]. Il s’agit d’un centre d’informations destiné à présenter au grand public le futur complexe de loisirs. En moins d’un an, un million de personnes s’y sont rendues. Robert Fitzpatrick décide de renommer la société holding Euro Disneyland SCA en Euro Disney SCA en février 1991, son nom actuel[5].

Le , le Casting Center ouvre afin de former les futurs employés[21]. Le 12 mars 1992, le groupe Euro Disney fait son entrée au CAC 40[22]. Tout juste un mois plus tard, le 12 avril, Euro Disney Resort est inauguré comme prévu. Une grande célébration a lieu la veille au soir, retransmise à la télévision dans plusieurs pays européens.

Les premiers résultats ne sont pas ceux escomptés par la direction. Pour la première année fiscale, Paribas Markets Group estime la fréquentation de la destination de 15 % inférieure à celle attendue et les dépenses 10 % inférieures. Si bien que l’entreprise estime les pertes du groupe Euro Disney à 300 millions de FF sur la première année fiscale[23]. Depuis l’ouverture, l’action a déjà perdu 31 % de sa valeur[24].

1993 - 2015 : 20 ans de développements et de restructurationsModifier

1993 : Une première année difficileModifier

Quelques jours après son premier anniversaire, Euro Disney reçoit son onze millionième visiteur, faisant du parc la première destination touristique de France[11]. Cette année là, Robert Fitzpatrick quitte ses fonctions. Il est remplacé par le français Philippe Bourguignon, précédemment responsable du développement immobilier du groupe[25].

Le montage financier du groupe Euro Disney se révèle très vite des plus fragiles[8]. En juillet 1993, le groupe annonce une perte de 500 millions de francs uniquement pour le troisième trimestre[26]. Une perte est également prévue pour le quatrième trimestre de l'année. En raison de la récession économique, le parc enregistre moins de visiteurs, une baisse de la dépense moyenne par visiteurs ainsi qu'un faible taux d'occupation des hôtels. Prévue à l'origine pour le 13 juillet, la signature de l'accord sur la création d'un second parc est repoussée à une date ultérieure[27]. Durant l'été, l'entreprise finalise plusieurs investissements majeurs effectués pour améliorer l'expérience proposée aux visiteurs. Les attractions Legends of the Wild West, les Pirouettes du Vieux Moulin ou encore Indiana Jones et le Temple du Péril ouvrent leurs portes.

Dans le même temps, le Sunday Times évoque dans un article la fermeture possible du complexe[28]. Cette rumeur sera éteinte le lendemain par un communiqué de la direction d'Euro Disney[28]. L'année fiscale 1993 se termine de manière compliquée pour l'entreprise avec une perte de 1,7 milliard de francs et seulement 9,8 millions de visiteurs. La Walt Disney Company annonce toutefois le versement de 350 millions de dollars.

1994 : Première restructuration financièreModifier

En raison d'un contexte financier délicat, la Walt Disney Company et le groupe Euro Disney présentent un plan de restructuration financière le 14 mars 1994[18]. Celui-ci prévoit notamment une augmentation de capitale de 5,95 milliards de francs, des abandons d'intérêts par les prêteurs ou encore l'abandon de redevance par la Walt Disney Company. Ce plan est soumis à l'approbation des actionnaires le 20 mai 1994. Quelques jours plus tard, le 1er juin, les dirigeants d'Euro Disney font une annonce importante : ils annoncent l'arrivée au capital du Prince Al-Waleed ben Talal, neveu du roi Fahd d’Arabie saoudite. Le 8 juin, à l'occasion d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires, le feu vert est donné pour le plan de restructuration[29]. Le 20 octobre de la même année, la Walt Disney Company réduit sa participation au capital d'Euro Disney SCA à 39 % en vendant 10 % à Kingdom Holding Company, une holding du Prince Al-Waleed[30].

Le 1er octobre 1994, Philippe Bourguignon annonce le changement de nom de la destination. Celle-ci devient Disneyland Paris. L'idée vient du Président du Club Med lors d'une réunion organisée à Aix-en-Provence. En effet, celui-ci ne comprend pas pourquoi les dirigeants du parc ne s'appuie pas sur la marque « Paris », en lieu et place du mot « Euro » qui s'accompagne d'une connotation financière[11].

Courant 1994, la gare de Marne-la-Vallée reliant le site aux principales villes d'Europe entre, comme prévu en exploitation[31]

1995-1998 : L'investissement pour le développement de la destinationModifier

Si le groupe sort dès février 1995 du CAC 40, il annonce surtout pour la première fois dépasser les 10 millions de visiteurs annuels[32]. L'année est principalement marquée par l'ouverture de Space Mountain. Il s'agit de la quarantième attraction de Disneyland Paris ; elle aura coûté 650 millions de francs et nécessité deux ans de travaux[32]. Au journal de 20 heures de France 2, Philippe Bourguignon déclare sur la situation de son entreprise :

« Tous les chefs d'entreprise ont appris ce qu'était la prudence, ce que c'était de gérer une entreprise dans des mouvements monétaires importants, dans une crise économique importante. On l'a appris comme les autres, au même moment que les autres. Peut-être de manière un tout petit peu plus violente et donc, nous continuerons à être prudents. »

Au mois de juillet, la direction annonce les premiers profits trimestriels avec 170 millions de francs de bénéfice net[32]. La tendance se confirmera en fin d'année avec un résultat se clôturant avec 114 millions de francs de bénéfices pour un chiffre d'affaires de 4,6 milliards de francs, en progression de 10 %[32].

En février 1996, le groupe Euro Disney annonce la création de 1 000 emplois supplémentaires pour faire face à l'augmentation de l'activité. L'entreprise compte alors 9 838 employés. Le 19 novembre, le groupe annonce une nouvelle fois réaliser des bénéfices avec un résultat de 202 millions de francs, soit une progression de 77 % par rapport au résultat précédent[33].

Le projet d'un centre commercial régional est également lancé avec la signature d'un accord entre Euro Disney et la Ségécé (groupe Klépierre)[34]. Ce centre vise à accueillir 14 millions de visiteurs annuels. Le centre commercial est inscrit dans la convention signée en 1987. Il s'inscrit dans le développement planifié du Val d'Europe et se trouve au cœur du centre urbain créé de toutes pièces à partir des années 2000 et dont il est la première construction[34].

Le , Gilles Pélisson, alors directeur général du groupe remplace Philippe Bourguignon au poste de président[35]. Le cinéma Gaumont ouvre ses portes[36]. Il aura nécessité un investissement de 150 millions de francs par la société française de production. Cette année se termine une nouvelle fois par des bénéfices, mais aussi par une hausse significative du nombre de visiteurs[37].

Cette année-là, Euro Disney notifie officiellement aux pouvoirs publics son intention de lancer le développement urbain du Val d'Europe. Le projet comprend la construction d'un centre commercial, la création de magasins d'usine haut de gamme ainsi que le développement résidentiel autour du terrain de golf ainsi que le centre urbain[38].

L'année 1998 est marquée par l'ouverture du centre de conventions de l'hôtel Newport Bay Club qui a nécessité un investissement de 200 millions de francs[11]. Après trois années de forte progression, la fréquentation du parc se stabilise à 12,5 millions de visiteurs. Le résultat net est une nouvelle fois positif pour atteindre 290 millions de francs[39].

En juillet 1998 débutent les travaux du centre commercial de Val d'Europe. Quelques mois plus tard a lieu la pose de la première pierre du nouveau pôle d'activités du Val d'Europe[38].

1995-2003 : Projet du parc Walt Disney Studios et développement de Val d'EuropeModifier

Le , Euro Disney SCA annonce le projet d'un second parc au sein du complexe Disneyland Paris pour le printemps 2002, des studios Disney[40]. Le deuxième parc ouvre le . Mais, les objectifs de fréquentation ne sont pas atteints et l'entreprise traverse de nouvelles difficultés financières. Dès l’été 2003, Euro Disney annonce, pour la première fois depuis 1994, ne pas pouvoir tenir ses engagements financiers. Le , une nouvelle restructuration financière est annoncée. En septembre 2004, de nouvelles négociations avec les créanciers sont cependant nécessaires. Aussi, en janvier 2005, une augmentation du capital est réalisée. La restructuration s'achève le , avec une réorganisation juridique de la société[29].

2004-2006 : Restructuration financière et rumeur d'OPAModifier

2007-2013 : Retour des grands projetsModifier

Le , Pierre & Vacances et Euro Disney SCA annoncent la création d'une filiale commune pour le projet de Villages Nature. C'est un projet d'un milliard d'euros (annoncé dès 2003) qui comprend 7000 appartements répartis dans 4 villages thématiques. Ces villages seront situés à cheval sur les terrains de Disneyland Paris et sur les communes de Bailly-Romainvilliers, Coutevroult et Villeneuve-le-Comte[41].

Le , Euro Disney SCA entame un regroupement d'actions décidé en février. Le regroupement consiste à un échange de 100 anciennes actions contre une nouvelle[42].

Le , la société annonce la nomination de Philippe Gas comme nouveau PDG[43].

Le , ED SCA annonce un partenariat avec le Crédit mutuel, par cet accord la banque récupère les automates bancaires et pourra utiliser l'image de Disney pour sa communication tandis que les employés du complexe bénéficieront d'une gamme de services financiers[44]. Le précédent partenaire bancaire était BNP Paribas.

Le , l'AMF autorise la Walt Disney Company à réorganiser ses filiales détenant une part majoritaire du capital d'ED SCA sans passer par une offre publique d'achat, les-dites filiales étant détenues à 100 % par Disney[45].

Le , ED SCA cède le terrain du centre commercial Val d'Europe à la foncière Klépierre pour 47 millions d'€[46].

Le 13 septembre 2010, Euro Disney SCA et l'État français signent un avenant à la convention du 24 mars 1987 étendue jusqu'en 2030 au lieu de 2017 et qui valide le projet de Villages Nature agrandissant le complexe à 2230 ha ainsi qu’un troisième parc et 7 000 logements et un projet de 1,8 milliard d'€ sur 520 hectares[47],[48].

Le , Euro Disney et Hertz renouvellent leur partenariat européen quinquennal[49].

Le , Time Magazine révèle une rumeur de rachat d'Euro Disney SCA par The Walt Disney Company pour réduire les difficultés financières de l'opérateur des parcs français[50]. Le , Euro Disney SCA annonce que The Walt Disney Company lui accorde un crédit de 1,332 milliard d'€ pour aider à refinancer sa dette[51],[52],[53]. Cette opération permet d'alléger la pression financière d'Euro Disney SCA et lui offre une plus grande flexibilité de développements sur l'ensemble des infrastructures existantes et futures du complexe Disneyland Paris[52].

Le , Disney et Eiffage signent un contrat de développement immobilier pour des bureaux de 6 000 m²[54].

Le , Virginie Calmels est nommée présidente du conseil de surveillance d'Euro Disney SCA[55],[56].

2014 : La recapitalisation de et le redressement de l'entrepriseModifier

Le , Villages Nature finalise son financement de 360 millions d'€ et prévoit une ouverture en 2016[57].

Le , Tom Wolber est nommé président d'Euro Disney tandis que Philippe Gas prend la présidence de Shanghai Disney Resort[58],[59].

Le , The Walt Disney Company annonce une recapitalisation et un renforcement de sa participation dans Euro Disney pour un montant d'environ 1 milliard d'euros, dont 420 millions en liquidité, et 600 millions par échange de dette[60]. Le 13 octobre 2014, le prince Al-Walid confirme sa participation à l'augmentation de capital d'Euro Disney proposée par The Walt Disney Company[61] mais passe sous les 5 % le 3 mars 2015[62]. Au terme de la première phase de la recapitalisation, le 20 février, la Walt Disney Company monte à plus des deux tiers du capital avec 72,34 %[63],[64] et la banque Morgan Stanley monte à 5,52 % le 27 février[65]. Dans le même temps, la société INVESCO, actionnaire à plus de 5 % du capital, se sépare de l'ensemble de ses titres[66],[67].

Le , un actionnaire minoritaire CIAM (1 % du capital) conteste en justice la procédure d'OPA lancée par The Walt Disney Company sur Euro Disney au motif qu'elle découle d'une mauvaise gestion et d'un abus de pouvoir voir d'une gestion frauduleuse[68],[69]. Le recours au parquet financier intenté par CIAM évoque des abus de biens sociaux, des comptes inexacts et des communications fausses ou trompeuses[68]. Au premier semestre 2015, Euro Disney a enregistré une hausse de 11 % de son chiffre d'affaires à 591,1 M €[70]. Le , Euro Disney annonce un résultat trimestriel sur 9 mois proche du milliard d'€, meilleur résultat depuis 2008, et le succès du spectacle Frozen Summer Fun entamé en juin[71].

Le , l'AMF annonce que la Walt Disney Company détient 81,10 % d'Euro Disney[72]. Le , la valeur est mise à jour au niveau de 82,15 % d'Euro Disney[73]. Le , le groupe Kingdom Holding du prince Al-Walid investit 49,2 millions d'€ pour conserver sa participation de 10 % dans Euro Disney[74],[75].

Le , Catherine Powell est nommée pour succéder à Tom Wolber à la tête de la société à partir du mois de juillet[76]. Le , Euro Disney lance la construction d'un bâtiment de 9 300 m2 de bureaux à Val d'Europe sur l'avenue Hergé[77].

2017 : la Walt Disney Company prend le contrôle du groupe Euro DisneyModifier

En janvier 2017, le magazine Marianne avance que « le parc de Marne-la-Vallée cumule les pertes depuis des années »[78]. Depuis son introduction à la Bourse de Paris en 1989, le titre d'Euro Disney SCA aurait perdu près de 99 % de sa valeur. Selon une étude de Reuters, la société mère, la Walt Disney Company aurait en revanche ponctionné à sa filiale française au titre de royalties et de commissions diverses plus de 1,4 milliard d'euros en 25 ans[78].

Le , la Walt Disney Company annonce le rachat de 9 des 10 % de participation que Kingdom Holding détient dans Euro Disney[79],[80],[81],[82],[83] et financer le complexe européen à hauteur de 1,5 milliard d'€[84]. Cette opération portera la participation de la société mère à 85,7 %. Disney lance aussi une offre publique d'achat sur toutes les actions du groupe en circulation, suivie d'un retrait obligatoire si le seuil de 95 % est atteint[79],[80]. Le prix proposé de 2  l'unité fait augmenter le prix de l'action à la clôture de la veille d'environ 67 %[85].

Le , la Walt Disney Company clôt son offre publique d'achat sur Euro Disney et atteint les 97,08 % du capital, annonçant le retrait de l'action en bourse[86],[87]. Le , Euro Disney annonce dans un document financier lié à l'offre de rachat par The Walt Disney Company un plan d'investissements sur 10 ans de 2,1 milliards d'€ dont la rénovation des hôtels New York et Disneyland et une zone Marvel au Parc Walt Disney Studios[88]. Le , Euro Disney précise que son plan d'investissements comprend une grande attraction prévue pour 2024[89].

Le , des décisions de justice du mois de novembre indiquent que les bureaux de la Walt Disney Company France ont été perquisitionné le 5 octobre 2017 dans le cadre d'une enquête sur une possible dissimulation de revenus et donc de taxes impayées au travers d'une licence payée par Disneyland Paris à la société européenne Disney Limited basée au Royaume-Uni[90],[91].

Le , Disneyland Paris publie ses résultats financiers dont l'élément notable est la hausse des revenus pour les hôtels et le Disney Village de 10,6 % à près de 500 millions d'USD (442,3 millions d'€)[92].

Les phases du projet de complexe de loisirsModifier

  • Phase I
    De 1989 à 1997, elle se découpe en trois sous-phases. ED SCA a contracté plusieurs prêts auprès de sociétés bancaires.
    • 86,9 millions et 274,7 millions d'€ auprès de la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC)
    • le reste de sa dette à plus de 200 banques
  • Phase IA
    De 1989 à 1992, ED SCA finance grâce aux Sociétés de finances (1 à 4), la construction du complexe. Puis EDL SNC, après la construction, loue Parc Disneyland à ED Associés SNC qui accorde à ED SCA l'exploitation du complexe.
  • Phase IB
    De 1989 à 1992, ED SCA, avant construction, vend à chacune des sociétés hôtelières et celle du Disney Village, l'espace des hôtels afin de les financer. Ses sociétés en nom collectifs loueront à leur tour à ED Hotels SCA afin de les exploiter.
  • Phase IC
    De 1992 à 1997, EDL SNC vend à EDA SNC les attractions et autres bâtiments construits durant cette période. Ensuite EDA SNC loue l'utilisation de ces structures à ED SCA.
  • Phase II
    De 1998 à 2004, consistait en la création du Val d'Europe, des Walt Disney Studios et la zone de bureaux Arlington Business Square.
  • Phase III
    Depuis 2005, aucun fait majeur n'est apparu avant le . À cette date, Pierre & Vacances et Euro Disney SCA annoncent la création d'une filiale commune pour le projet de Villages Nature.

Structure juridiqueModifier

Les filialesModifier

Euro Disney SCA a créé plusieurs filiales :

  • Euro Disney Hotels SCA est l'exploitant de la Phase IB, détenue à 99,9 % par ED SCA, et a permis de construire les hôtels et Disney Village. Elle se subdivise en plusieurs sociétés
    • New York SNC
    • Newport Bay Club SNC
    • Sequoia Lodge SNC
    • Cheyenne SNC
    • Santa Fé SNC
    • Disney Village SNC
  • Disneyland Hotel SNC pour l'hôtel du même nom
  • Ranch Davy Crockett SNC pour le camping du même nom
  • EDL Services SA pour la gestion de la Phase IB
  • SETEMO Imagineering SARL
  • EDL Hotels Participations SA
  • ED Vacances est le tour opérateur
    • ED Vacaciones est la filiale espagnole
  • Val D'Europe Promotions (99,8 %)
  • ED Spectacles est l'exploitant de Buffalo Bill Wild West Show
  • Débit de tabac SNC pour le tabac de Disney Village (déplacé dans la gare en 2002)
  • ED Resort SCA (sans activité)
  • ED Resort Services SCA (sans activité)
  • ED Finance 1, ED Finance 2, ED Finance 3 et ED Finance 4 (sans activité)
  • EDL SNC pour le financement de la Phase IA
  • EDA SNC pour l'exploitation de la Phase I

Avant la restructuration de 2004Modifier

Source : Document de référence 2004[93]

The Walt Disney Company détient

  • 100 % d’Euro Disney Investiments Inc. qui détient
    • 100 % d’Euro Disney Investiments SAS qui détient
      • 50 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL SNC Corporation qui détient
    • 100 % d’EDL Corporation SAS qui détient
      • 50 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL Holding Company qui détient
    • 100 % d’EDL Participations SAS
    • 40,6 % d’Euro Disney SCA
  • 100 % d’Euro Disney SAS qui gère Euro Disney SCA
  • les actifs complémentaires du parc Disneyland (attractions et restaurants ouverts après 1994)

La société Euro Disneyland SNC (société de financement de la Phase IA) met à la disposition de Euro Disney Associé sous la forme d'un crédit-bail ses actifs (parc Disneyland)

Euro Disney Associé loue les actifs à Euro Disney SCA

Euro Disney SCA détient

  • les autres actifs (Walt Disney Studios, Disneyland Hotel, Davy Crocket Ranch, EDL Hotels)

Le restant des parts d’Euro Disney SCA (59,4 %) est détenu par le public dont le Prince Alwaleed (15,9 %)

Après la restructuration de 2004Modifier

Source : Document de référence 2004[93]

The Walt Disney Company détient

  • 100 % d’Euro Disney Investiments Inc. qui détient
    • 100 % d’Euro Disney Investiments SAS qui détient
      • 9 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL SNC Corporation qui détient
    • 100 % d’EDL Corporation SAS qui détient
      • 9 % d’Euro Disney Associé
  • 100 % d’EDL Holding Company qui détient
    • 100 % d’EDL Participations SAS
    • 40,6 % d’Euro Disney SCA
  • 100 % d’Euro Disney SAS qui gère Euro Disney SCA

La société Euro Disneyland SNC (société de financement de la Phase IA) met à la disposition de Euro Disney Associé sous la forme d'un crédit-bail ses actifs (parc et hôtels).

Euro Disney SCA détient

  • 100 % d’Euro Disney Commandité SAS
  • 82 % d’Euro Disney Associé
  • les actifs complémentaires du parc Disneyland (attractions et restaurants ouverts après 1994)
  • les autres actifs (Walt Disney Studios, Disneyland Hotel, Davy Crocket Ranch, EDL Hotels)

Le restant des parts d’Euro Disney SCA (59,4 %) est détenu par le public dont le Prince Alwaleed (15,9 %)

Après la restructuration de 2012Modifier

Source : Document de référence 2012[94]

The Walt Disney Company détient

  • 100 % d’Euro Disney Investiments SAS qui détient
    • 9 % d’Euro Disney Associé SCA
  • 100 % d’EDL Corporation SAS qui détient
    • 9 % d’Euro Disney Associé SCA
  • 100 % du Centre de congès Newport SNC
  • 100 % d’Euro Disney SAS qui gère
    • Euro Disney SCA
    • Euro Disney Associés SCA
    • EDL Hôtels SCA
  • 99,9 % d’EDL Holding Company qui détient
    • 100 % d’EDL Participations SAS
    • 39,8 % d’Euro Disney SCA

La société Euro Disney SCA détient

  • 82 % d’Euro Disney Associés SCA qui détient
    • et exploite les actifs suivants : Parc Disneyland, Walt Disney Studios, Disneyland Hotel, Davy Crocket Ranch et Golf Disneyland
    • 99,9 % d’EDL Hôtels SCA qui détient et exploite
      • les 6 Hôtels et Disney Village

Le restant des parts d’Euro Disney SCA (60,2 %) est détenu par le public dont le Prince Alwaleed (10,0 %)

La directionModifier

La société Euro Disney a connu une « valse des présidents »[95] avec dix présidents-directeurs généraux depuis sa création.

Données économiquesModifier

Implication dans la vie du Val d'EuropeModifier

L'État et The Walt Disney Company dirigent ensemble le développement et l'aménagement du Val d'Europe dans le cadre d'un partenariat public-privé unique en France. L'État étant représenté par Epafrance (établissement public d'aménagement du secteur IV de Marne-la-Vallée) en tant qu'aménageur du territoire et The Walt Disney Company étant représentée par Euro Disney en tant que principal développeur. Le syndicat d'agglomération nouvelle du Val d'Europe (SAN) est créé le [97] pour soutenir le projet. En résulte une volonté d'unité architecturale pour l'ensemble des quartiers des communes de Bailly-Romainvilliers, Chessy, Coupvray, Magny-le-Hongre et Serris qui jouxtent le complexe touristique[97].

Les actionnairesModifier

Avant le rachat par Disney en 2017, l’actionnariat était le suivant :

La société INVESCO a également détenu plus de 5 % du capital entre janvier 2014[98] et février 2015[66]

Résultats financiersModifier

Résultats financiers d'Euro Disney SCA
(En millions d'€)
Année Chiffre d'affaires Résultat net Fonds propres
1997[99] 835,0 33,1
1998[99] 897,9 44,2
1999[99] 920,2 23,6
2000[100] 959,2 38,7
2001[100] 1 005 30,5
2002[101] 1 076 -33,1 24,7
2003[101] 1 053,1 -56 46,0
2004[102] 1 048,0 -145,2 131,3
2005[102] 1 076,0 -94,9 287,7
2006[103] 1 087,7 -88,6 266,4
2007[103] 1 220,3 -41,6 330,0
2008[103] 1 330,5 1,7 374
2009[104] 1 230,6 -63 340,3
2010[105] 1 275,9 -45,2 400,3
2011[106] 1 297,7 -63,9 366,1
2012[107] 1 324,3 -100,2 114,3
2013[108] 1 309,4 -78,2 78,0
2014[109] 1 279,7 -113,2 99,3
2015[110] 1 373,1 -101,9 248,6
2016[111] 1 278 -858 113
2017 N/A -14,5 N/A
2018[112] 1 700 255 N/A

Données opérationnellesModifier

Données opérationnelles d'Euro Disney SCA
Exercice fiscal Fréquentation des parcs à thèmes (en millions) Dépense moyenne par visiteur (en euros) Taux d'occupation des hôtels Dépense moyenne par chambre (en euros)
1992[113] 6,8 - 74,0 % -
1993[114] 9,8 - 55,0 % -
1994[115] 8,8 42,07 60,0 % 148,62
1995[116] 10,7 37,8 68,5 % 150,45
1996[117] 11,7 37,8 72,2 % 155,18
1997[99] 12,6 39,0 78 % 158,84
1998[99] 12,5 39,3 80,9 % 173,78
1999[99] 12,5 40,7 82,6 % 177,28
2000[100] 12 42,2 82,9 % 183,0
2001[100] 12,2 43,1 86,0 % 186,3
2002[101] 13,1 40,1 88,2 % 175,1
2003[101] 12,4 40,7 85,1 % 183,5
2004[102] 12,4 42,7 80,5 % 186,6
2005[102] 12,3 44,3 80,7 % 179,1
2006[103] 12,8 44,8 83,5 % 179,5
2007[103] 14,5 45,0 89,3 % 197,9
2008[103] 15,3 46,3 90,9 % 211,4
2009[104] 15,4 44,22 87,3 % 201,24
2010[105] 15,0 45,30 85,4 % 209,78
2011[106] 15,6 46,23 87,1 % 219,74
2012[107] 16,0 46,44 84,0 % 231,33
2013[108] 14,9 48,14 79,3 % 235,01
2014[109] 14,2 50,66 75,4 % 232,26
2015[118] 14,8 53,66 79,4 % 237,88
2016[111] 13,4 54 77 % 235

Pour l'année 2014, 49 % des quatorze millions de visiteurs étaient originaires de France, 15 % du Royaume-Uni, 8 % d'Espagne, 6 % de Belgique, 6 % des Pays-Bas, 3 % d'Italie, 3 % d'Allemagne, et 10 % d'autres pays[119].

DettesModifier

Dettes d'Euro Disney SCA
Année Total (milliards d'€)
2005 1,890
2006 1,941
2007 2,004
2009 1,97[120]
2010 1,93 [121]
2011 1,87 [121]
2012 1,710
2013 1,711
2014 1,748
2015 1,09
2016 1,135

Élaboré pratiquement sans fonds propres, Euro Disney s'est régulièrement endetté pour construire de nouvelles attractions et a bénéficié de plusieurs recapitalisations dans ce but. Son contrat initial avec la Walt Disney Company prévoit non pas des dividendes mais des royalties (correspondant à 6 % de son chiffre d'affaires) qui représentent en 2014 57 % des pertes nettes depuis dix ans[122].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Archive de la société Euro Disney SCA » (consulté le 15 février 2020)
  2. « EURO DISNEY : sera retiré de la cote le 19 juin après l'OPA de WALT DISNEY » (consulté le 15 février 2020)
  3. « Barmen, maîtres-nageurs, tourneurs-fraiseurs… Disneyland Paris recrute au-delà des parcs et le fait savoir » (consulté le 15 février 2020)
  4. a b et c « Chessy : les finances d’Euro Disney sont repassées dans le vert l’an dernier » (consulté le 15 février 2020)
  5. a b c et d « Document de référence du groupe Euro Disney 2015 » (consulté le 15 février 2020)
  6. a et b « Décret n°87-193 du 24 mars 1987 approuvant la convention pour la création et l'exploitation d'Euro Disneyland en France et le projet d'intérêt général relatif au quatrième secteur de Marne-la-Vallée » (consulté le 15 février 2020)
  7. « BREF - Disney a obtenu 97,08% du capital d'Euro Disney-AMF » (consulté le 15 février 2020)
  8. a et b « Disneyland Paris, le paradoxe de Mickey » (consulté le 15 février 2020)
  9. « Recapitalisation d’Euro Disney: Quel est le problème? » (consulté le 15 février 2020)
  10. « Rapport de mission sur les perspectives de développement du secteur IV de Marne-la-Vallée et du projet Eurodisneyland » (consulté le 15 février 2020)
  11. a b c d e f g h i et j Sébastien Roffat, Disney et la France : les 20 ans d'Euro Disneyland, Editions L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-02989-7)
  12. « 2 000 hectares à aménager en trente ans 2 000 hectares à aménager en trente ans » (consulté le 15 février 2020)
  13. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 211
  14. « [Dossier]Historique : les grandes dates de Disneyland Paris » (consulté le 15 février 2020)
  15. « Document de référence 2009 du groupe Euro Disney » (consulté le 16 février 2020)
  16. (en) Robert F. Bruner, John Langdon, Anne Campbell, Euro Disneyland S.C.A.: The Project Financing, Darden Business Publishing Cases, (ISSN 2474-7890)
  17. « Bulletin mensuel de la commission des opérations en bourse - novembre 1989 - n° 230 » (consulté le 16 février 2020)
  18. a et b « Euro Disney, 25 ans d'histoire mouvementée » (consulté le 16 février 2020)
  19. « Les dates clés de Disneyland Paris » (consulté le 16 février 2020)
  20. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, New York, Hyperion Books, , 634 p. (ISBN 0-7868-6391-9), p. 191
  21. « Début des embauches pour le parc de Marne-la-Vallée Euro Disney recrute dans une ambiance feutrée », sur https://www.lemonde.fr (consulté le 16 février 2020)
  22. « Euro Disney sera retiré de la Bourse le 19 juin » (consulté le 16 février 2020)
  23. James B. Stewart, Le Royaume enchanté, Sonatine Éditions, (ISBN 978-2-35584-128-6, lire en ligne)
  24. « Cours de l'action Euro Disney » (consulté le 16 février 2020)
  25. « Le PDG d'Euro Disney présente les projets de développement du site » (consulté le 16 février 2020)
  26. « EURO DISNEY (RM) » (consulté le 16 février 2020)
  27. « Euro Disney affiche une perte de 1,5 milliard sur neuf mois » (consulté le 16 février 2020)
  28. a et b « Euro Disney n'envisage pas de fermer » (consulté le 16 février 2020)
  29. a et b « Euro Disney, les montagnes russes financières » (consulté le 16 février 2020)
  30. « Euro Disney, la fin d'un long calvaire boursier » (consulté le 16 février 2020)
  31. « Bilan LOTI de la LGV Interconnexion Ile-de-France » [PDF], sur Ministère de la Transition écologique et solidaire, (consulté le 24 juin 2018), p. 35 ; ce document est une archive.
  32. a b c et d « Mickey sur les traces de l'oncle Picsou », sur https://www.liberation.fr (consulté le 17 février 2020)
  33. « Les gros cadeaux de la France à Euro Disney », sur https://www.humanite.fr (consulté le 17 février 2020)
  34. a et b « Centre commercial du Val d'Europe: premier feu vert », sur https://www.lesechos.fr (consulté le 17 février 2020)
  35. « Qui est Gilles Pélisson, le nouveau patron de TF1? » (consulté le 17 février 2020)
  36. « Le cinéma Gaumont Disney Village fête ses 15 ans ! » (consulté le 17 février 2020)
  37. « Euro Disney est parvenu à augmenter son bénéfice net de 7,5 % en 1997 » (consulté le 17 février 2020)
  38. a et b « Le centre urbain du Val d’Europe », sur https://www.epamarne-epafrance.fr (consulté le 17 février 2020)
  39. « Le parc va de nouveau verser son écot à sa maison mère en 1999 », sur https://www.lesechos.fr (consulté le 17 février 2020)
  40. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1999 - year in Review », (consulté le 22 janvier 2010), p. 5
  41. Pierre et Vacances et Euro Disney lancent un projet de plus de 1 milliard d'euros, latribune.fr
  42. Euro Disney regroupe ses actions, latribune.fr
  43. PHILIPPE GAS NOMME A LA TETE D’EURO DISNEY
  44. Euro Disney : vaste partenariat avec la Crédit Mutuel, bourse.challenges.fr
  45. Euro Disney : Walt Disney obtient une dérogation à l'obligation de déposer une offre, bourse.challenges.fr
  46. Disney cède le terrain du Val d'Europe pour 47 millions d'euros, lexpansion.com
  47. L'État et Euro Disney ouvrent une nouvelle phase d'aménagement de l'Est parisien, lesechos.fr
  48. À l'est de Paris, Disney et la France resignent pour 20 ans, leparisien.fr
  49. Euro Disney and Hertz extend partnership agreement for five years
  50. (en) Walt Disney Co. Considers Buyout of Struggling Disneyland Paris
  51. Disney to back Euro Disney, stake talk "unfounded"
  52. a et b The Walt Disney Company signe un accord de refinancement, challenges.fr
  53. Communiqué officiel
  54. (en) EURO DISNEY : Eiffage Immobilier and Euro Disney reach an agreement for their first tertiary project on Val d'Europe., 4-traders.com
  55. EURO DISNEY : Virginie Calmels appointed Chairman of the Supervisory Board., 4-traders.com
  56. « EURO DISNEY : Virginie Calmels nommée présidente du conseil de surveillance » Capital.fr, 8 janvier 2013
  57. Le projet Villages Nature d'Euro Disney a trouvé son financement, lefigaro.fr
  58. « Nouveau président pour Euro Disney », sur Le Figaro, (consulté le 1er août 2014)
  59. Shanghai Disney Imports Euro Leader From Paris
  60. Walt Disney rescues Euro Disney with $1.3 billion funding deal, Kate Holton et Leila Abboud, Reuters, 6 octobre 2014
  61. (en) « Saudi Prince plans to subscribe to Euro Disney rights issue », sur reuters.com, Reuters, (consulté le 21 décembre 2014)
  62. a et b « Euro Disney: un prince saoudien sous les 5%. », sur Le Figaro,
  63. a et b AFP, « Euro Disney: nouvelle étape recapitalisation du groupe », sur Le Figaro, (consulté le 21 février 2015)
  64. a et b Cercle Finance, « Euro Disney: Walt Disney à plus des deux tiers du capital. », sur L'Express - Votre argent, (consulté le 27 février 2015)
  65. a et b Cercle Finance, « Euro Disney: Morgan Stanley Corp. accroît sa participation. », sur L'Express - Votre argent, (consulté le 27 février 2015)
  66. a et b « Eurodisney : Invesco Ltd est sorti du capital », sur Boursier.com, (consulté le 27 février 2015)
  67. (en) Christian Sylt, « Invesco dumps entire stake in Euro Disney », sur The Daily Telegraph, (consulté le 29 mars 2015)
  68. a et b « EuroDisney : un actionnaire saisit la justice contre l'OPA de la maison-mère », sur La Tribune, (consulté le 24 août 2015)
  69. Réjane Reibaud, « Euro Disney : l'offre de Walt Disney contestée », sur Les Échos, (consulté le 24 août 2015)
  70. http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/euro-disney-enregistre-11-de-hausse-de-son-chiffre-d-affaires-05-05-2015-4748311.php
  71. (en) Christian Sylt, « Euro Disney Reveals Record $1 Billion Revenue As New Frozen Show Débuts », sur Forbes, (consulté le 28 février 2016)
  72. Reuters, « WALT DISNEY : Les sociétés du groupe Walt Disney détiennent 81% d'Euro Disney », sur Les Échos, (consulté le 28 septembre 2015)
  73. AFP, « WALT DISNEY : Les sociétés du groupe Walt Disney détiennent 82,15% d'Euro Disney », sur Le Figaro, (consulté le 30 septembre 2015)
  74. (en) AFP, « Saudi firm injects 49 mn euros into Euro Disney », sur Yahoo! News, (consulté le 19 avril 2016)
  75. (en) AFP, « Saudi firm injects 49m euros into Euro Disney », sur Gulf News, (consulté le 19 avril 2016)
  76. « Euro Disney change de président », sur Le Figaro, (consulté le 12 avril 2016)
  77. Communiqué de presse, « Euro Disney lance la construction de 9300m² de bureaux en blanc à Val d’Europe », sur realestate-valdeurope, (consulté le 6 septembre 2017)
  78. a et b Disneyland Paris : Mickey dans la mouise, marianne.net, 21 janvier 2017
  79. a et b « Disney s'apprête à engloutir Euro Disney », sur La Tribune, (consulté le 12 février 2017)
  80. a et b « Disney veut racheter les actions d'Euro Disney », sur Le Figaro, (consulté le 12 février 2017)
  81. (en) Ville Heiskanen, « Disney Boosts Stake in Paris Theme Park, Offers to Buy Rest », sur Bloomberg News, (consulté le 4 septembre 2017)
  82. (en) Mike Snider, « Walt Disney seeks control of financially-troubled Euro Disney », sur USA Today, (consulté le 4 septembre 2017)
  83. (en) Tom Finn, Sudip Kar-Gupta, « Walt Disney seeks control of troubled offspring Euro Disney », sur Reuters, (consulté le 4 septembre 2017)
  84. (en) Nick Kostov, « Disney to inject 1.5 billion euros in Euro Disney », (consulté le 4 septembre 2017)
  85. Agence Option Finance, « EURO DISNEY bondit, sa maison-mère WALT DISNEY lance une OPA de sauvetage », sur Le Figaro, (consulté le 12 février 2017)
  86. AFP, « Euro Disney va quitter la Bourse de Paris », sur Le Figaro, (consulté le 13 juin 2017)
  87. (en) Communiqué de presse, « Final results of the simplified public tender offer on Euro Disney S.C.A. The Walt Disney Company to implement a mandatory buy-out and delisting », sur MarketWatch, (consulté le 18 décembre 2017)
  88. (en) Christian Sylt, « Disneyland Paris set for huge makeover with £1.9billion investment », sur Daily Express, (consulté le 30 mars 2018)
  89. (en) Christian Sylt, « Euro Disney Planning Blockbuster New Attraction For 2024 », sur Forbes, (consulté le 30 mars 2018)
  90. (en) Gaspard Sebag, « Disney Paris Offices Raided Last Year in French Tax Probe », sur Bloomberg News, (consulté le 24 mai 2019)
  91. (en) Erin Corbett, « French Tax Officials Raided Disney's Paris Office Last Year, Report Says », sur Fortune, (consulté le 24 mai 2019)
  92. (en) Christian Sylt, « Disney Books $500 Million Hotel Revenue In Paris », sur Forbes, (consulté le 10 octobre 2019)
  93. a et b Document de référence 2004
  94. Document de référence 2012
  95. « Euro Disney : Philippe Gas va devenir PDG du groupe », sur Les Échos, (consulté le 12 avril 2016)
  96. Aglaë Derouen, « Natacha Rafalski prend la tête de Disneyland Paris », sur societe.com, (consulté le 15 décembre 2018)
  97. a et b « Val d'Europe : Portraits », sur valeurope-san.fr, SAN Val d'Europe (consulté le 15 novembre 2015)
  98. « Euro Disney: Invesco dépasse les 5% du capital. », sur Le Figaro, (consulté le 27 février 2015)
  99. a b c d e et f Euro Disney SCA - Panorama 1999 p. 5
  100. a b c et d Rapports Annuels 2001 p. 37
  101. a b c et d « Résultat Annuels 2003 », (consulté le 10 octobre 2014)
  102. a b c et d Résultat Annuels 2005
  103. a b c d e et f Exercice 2008
  104. a et b Exercice 2009, p. 32
  105. a et b Exercice 2010, p. 1
  106. a et b Exercice 2011
  107. a et b Exercice 2012
  108. a et b [1]
  109. a et b [2]
  110. [3]
  111. a et b « Euro Disney S.C.A. Rapport annuel 2016 », (consulté le 18 avril 2020)
  112. « Chessy : les finances d’Euro Disney sont repassées dans le vert l’an dernier », sur leparisien.fr, (consulté le 23 mars 2019)
  113. Rapport annuel 1992
  114. Rapport annuel 1993
  115. Rapport annuel 1994
  116. Rapport annuel 1995
  117. Rapport annuel 1996
  118. « Document de Référence 2015 » [PDF], sur Euro Disney, (consulté le 23 janvier 2016)
  119. « Infographie des chiffres clés d'Euro Disney S.C.A. 2014 », sur http://www.disneylandparis-news.com (consulté le 4 février 2015)
  120. « Euro Disney reporte ses paiements de dettes », L'Agefi, (consulté le 9 novembre 2011)
  121. a et b « Record d'affluence chez Disneyland Paris, mais des comptes dans le rouge », Le Parisien, (consulté le 9 novembre 2011)
  122. Grégory Raymond, « Euro Disney: pourquoi la maison-mère ne laissera jamais tomber son parc d'attraction », sur HuffingtonPost.fr,