Ouvrir le menu principal

Euralis

coopérative agricole et agroalimentaire

Euralis
logo de Euralis

Création 1936
Dates clés 1995 : rachat de Montfort

2002 : rachat de Rougié 2012 : rachat de Jean Stalaven

Forme juridique Société coopérative agricole
Siège social Lescar
Drapeau de France France
Direction Christian Pèes
Activité Agroalimentaire, Agricole
Produits foie gras, volailles, légumes, charcuterie, produits traiteurs
Filiales Soleal, Jean Stalaven, Montfort, Rougié, Seretram
Effectif 5 006 (2019)
Site web www.euralis.fr

Chiffre d'affaires en diminution 1,456 Md (août 2016)
1,504 Md (août 2015)

Euralis est un groupe coopératif agricole et agroalimentaire du sud-ouest de la France créé en 1936. Il emploie 5 006 collaborateurs en 2019. Son siège est situé à Lescar (Pyrénées-Atlantiques)[1].

Le Groupe Coopératif est organisé autour de 4 pôles Le pôle agricole comprend les activités de productions animales et végétales du Sud-Ouest de la France (volailles, légumes verts, maïs doux, bovins). Il regroupe également les activités de collecte et commercialisation de céréales. En 2016 1,3 million de tonnes ont été collecté et commercialisé (maïs, blé, soja, tournesol) [2]. Euralis est également présent dans l'accompagnement des viticulteurs de la vigne au vin [3]. Il regroupe également 73 magasins en libre-service dont 61 sous l’enseigne Point Vert.

Le pôle semences maitrise tous les métiers de la filière: recherche, production et commercialisation. Il se focalise sur 5 espèces majeures en Europe : maïs, tournesol, colza, sorgho et soja. Le pôle semences compte en Europe 10 filiales. 13 % du budget est consacré à l'activité de recherche et développement. Le pôle compte 3 zones de production: dans le sud-ouest de la France, le sud de l'Espagne, en Ukraine au cœur des tchernoziums pour approvisionner l'Europe de l'est.[4]

Le pôle alimentaire, comprend les activités foie gras et traiteur d'Euralis. Le pôle s’appuie sur les marques Rougié, Montfort, Jean Stalaven et Qualité Traiteur. Il compte 7 sites de productions et de transformation en France mais aussi au Canada, Bulgarie et Chine. [5]

Le pôle participations et développement, regroupe les partenariats d’Euralis dans les légumes avec Bonduelle et Géant Vert, la nutrition animale avec Sanders Euralis [6], la production de volailles, la filière éthanol avec l'unité de bioéthanol à Lacq [7].

Entreprise Euralis à Lescar.

HistoireModifier

Le 19 octobre 1936  quelques agriculteurs du Sud–Ouest de la France se réunissent pour commercialiser leur blé.  La coopérative de blé du bassin de l’Adour est née.

Au fur et à mesure des années l’ancêtre d’Euralis va agrandir son territoire en se rapprochant d’autres coopératives du Sud-Ouest de la France. EN 1989, la coop de Pau se rapproche de la COOPASSO spécialisée en Gironde, en 1993 intervient le rapprochement avec la CAD spécialisée dans le maïs puis en 2007, Euralis se rapproche avec la COOPEVAL spécialisée dans le blé et le tournesol [8]

L’arrivée en France du maïs hybrideModifier

Au début des années 1950 les dirigeants de la coopérative et des experts agricoles du Sud Ouest de la France se rendent aux États-Unis pour une « mission maïs ». Ils en ramènent une plante hybride qui s’impose massivement dans le paysage agricole local[9].

La Coopérative va alors faire le choix de développer son activité maïs en se dotant dès 1960 d’un centre de recherche des semences de maïs puis dans les années 70 démarrent les programmes de recherche de tournesol et de soja. En 1998 démarre le programme Soltis, un des principaux programmes de sélection de tournesol en Europe.

Le développement dans l’activité des semences en EuropeModifier

Euralis Semences est un des acteurs important du marché européen avec un chiffre d’affaires de 170 millions d’euros (en 2016) et consacre 13 % du chiffre d’affaires à la recherche. Pour sa sélection au champ Euralis semences dispose de plus 500 000 parcelles dans toute l’Europe pilotées par 12 stations de recherche [10]. Aujourd’hui les semences de maïs, tournesol, colza, soja et sorgho d’Euralis recouvrent plus de 3 millions d’hectares de terres agricoles dans le monde[11].

Début de la diversification dans les légumes et dans les jardineriesModifier

En 1977 la coopérative s’associe avec Géant vert pour le lancement du maïs légume. Ce qui est devenu courant en 2017 l’était beaucoup moins il y a 40 ans. Pour les coopérateurs d’Euralis il s’agit de se diversifier, les agriculteurs produisent la matière première, géant vert la transforme et la commercialise [12]. Actuellement on consomme en France par an et par habitant 1 kilo de maïs. Quelques années plus tard la coopérative va nouer un autre partenariat avec Bonduelle pour la production et la transformation de maïs doux, haricots verts et brocolis. En 2005 la société Soléal est créée  aux côtés de deux autres coopératives (Maïsadour et Vivadour) et de Bonduelle, pour faire face à la concurrence mondiale[13].

En parallèle la coopérative ouvre les 1er magasin « Maison du Paysan » qui deviendra par la suite Point Vert. Il s’agit de jardinerie, on trouve également des produits en circuits courts reprenant le concept de la « table des producteurs ». Euralis gère en direct 75 magasins Point Vert dans le Sud-Ouest de la France [14]

La diversification dans l’agroalimentaire et la production de foie grasModifier

En 1994, la coop de pau qui deviendra Euralis se lance dans les productions animales avec l’élevage de volailles label. En 2016,  la coopérative compte 240 éleveurs de volailles qui élèvent chaque année plus de 6 millions de volailles label.

Dès 1995 la coopérative se positionne sur l’ensemble de la filière palmipède. Les coopérateurs élèvent et engraissent des canards avec le maïs de leurs exploitations. L’acquisition des marques Grimaut Montfort en 1995 et, quelques années plus tard en 2002 de Rougié Bizac International lui permet de devenir l’un des leaders du foie gras.

Euralis compte deux marques : Montfort distribué dans la grande distribution et Rougié marque à destination des restaurants en France et dans le monde. [15]

En 2009 Euralis rachète le Groupe Jean Stalaven spécialisé dans le rayon traiteur et auprès des commerces de proximités. [16]

En 2017, Eulalis acquiert au sein de Jean Stalaven le salaisonnier Teyssier, ce qui lui permet de renforcer sa gamme de charcuteries et salaisons sèches[17].

Le développement à l'internationalModifier

La coopérative est sortie de son territoire coopératif Dès 1987 en Allemagne puis en 1993 à Séville pour son activité semences. En 2007 Euralis s’établit également en Ukraine pour satisfaire les marchés semenciers d’Europe de l’Est.

Dans l’activité canards gras, les dirigeants de la coopérative vont faire le choix de partir à la conquête de nouveaux marchés dans le monde et de diversifier les bassins de productions. A partir de 2005, Euralis rachète une entreprise en Bulgarie [18], s’implante au Canada près de Montréal pour se développer sur le marché nord américains

 Euralis est également présent en Chine pour pallier les interdictions d’exportation des foies gras frais dans ce pays.  [19]

Euralis acteur économique en FranceModifier

Le groupe Euralis fait partie des quinze premières coopérative agricole françaises[20]. Il réalise 73 % de son chiffre d'affaires en France et emploie en France 3750 personnes en 2016. On retrouve la coopérative sur différents territoires. Le Sud Ouest de la France, territoire historique depuis la création de la coopérative en 1936. Euralis emploie en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie 2400 personnes. La coopérative est également très présente dans le grand ouest de la France. En Bretagne pour son activité charcuterie et traiteur. Le site d'Yffiniac près de Saint Brieuc compte près de 700 salariés [21]. En Pays de loire avec l'activité canards: élevage et transformation. Euralis emploie près de 400 personnes [22]. Euralis est également présent à Dunkerque pour son activité traiteur et plats cuisinés [23]. Elle dispose d'une plateforme logistique près de Paris. Le groupe coopératif est implanté dans le centre de la France avec son activité de recherche de semences basée à Blois.

Euralis est un :

Euralis commercialise ses produits sous les marques suivantes :

  • Montfort : Foie gras entier haut de gamme, recettes créative traditions culinaires
  • Rougié : Produits pour fins gourmets
  • Bizac : Produits pour la grande cuisine
  • Point vert : Un réseau constitué de 76 magasins dans l'agrofourniture de détail, le jardinage et la nourriture pour les animaux
  • Euralis Semences : Des semences pour les agriculteurs
  • Jean Stalaven : Produits traiteurs

Direction de l'entrepriseModifier

  • Président : Christian Pèes

Historique des logosModifier

Données financièresModifier

Données financières en millions d'euros[24]
Années 2018 2017 2016 2015

2014

Chiffre d'affaires 1400 1404 1436 1504 1477

Notes et référencesModifier

  1. (fa) « Panorama des coopératives », sur Coop.fr,
  2. « Pôle Agricole - Euralis, coopérative agricole », Euralis, coopérative agricole,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  3. Solène Méric, « Euralis se positionne sur la viticulture », sur www.aqui.fr (consulté le 10 avril 2017)
  4. « EURALIS SEMENCES : 3 zones de production de semences. », sur www.euralis-semences.fr (consulté le 10 avril 2017)
  5. « Euralis installe le foie gras Rougié en Chine », sur lesechos.fr, (consulté le 10 avril 2017)
  6. « Sanders Euralis, nouveau géant de la nutrition animale », sur La république des Pyrénées (consulté le 10 avril 2017)
  7. « Bioéthanol, le nouveau produit qui monte », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  8. « Euralis fête ses 80 ans : une vraie saga béarnaise ! », sur La république des pyrénées (consulté le 30 mars 2017)
  9. « Le maïs, histoire béarnaise », sur SudOuest.fr (consulté le 30 mars 2017)
  10. Agrodistribution, « Sud-Ouest : Euralis veut doubler son chiffre d'affaires semences d'ici 2020 », Agrodistribution,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  11. « Euralis Semences Des ambitions fortes qui se traduisent par un renouvellement variétal important », Terre-net,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  12. Agrodistribution, « Aquitaine : Un label pour Euralis et General Mills », Agrodistribution,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  13. « Agroalimentaire / Landes Plein soleil sur Soléal - La Vie Economique du Sud-Ouest », La Vie Economique du Sud-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  14. « Table des producteurs : proximité et transparence », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  15. « Euralis Gastronomie agrandit son usine de foie gras de Maubourguet », sur lesechos.fr, (consulté le 30 mars 2017)
  16. « Euralis. Une nouvelle unité de charcuterie à Yffiniac », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  17. EURALIS acquiert l'expert en salaison TEYSSIER
  18. « Les Echos.fr - Actualité à la Une - Les Echos », sur m.lesechos.fr (consulté le 30 mars 2017)
  19. « Euralis investit 14 M€ en Chine », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2017)
  20. (fa) « Une réussite économique et sociale », sur Coop de France
  21. « Yffiniac. Euralis fête l’inauguration de son unité de charcuterie », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  22. « Agroalimentaire : le pôle alimentaire d'Euralis renoue avec la croissance / Actus API / Bretagne Pays de Loire / Décideurs en Région », sur www.decideursenregion.fr (consulté le 10 avril 2017)
  23. « Le groupe Euralis va investir un million d’euros dans son usine agroalimentaire de Dunkerque », L4M,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  24. (fa) « Euralis résiste en déployant ses stratégies », sur Agrodistribution, (consulté le 13 décembre 2016)

Liens externesModifier