Eugene Roe

Eugene Roe
Eugene Roe
Eugene Roe

Naissance
Bayou Chêne (Louisiane) (en)
Décès (à 76 ans)
Denham Springs (Louisiane)
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance United States Army Air Forces US Army
Arme Infanterie
Grade US Army WWII T4C.svg Technicien 4e grade
Années de service 1942-1945
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Bronze Star
Purple Heart
Croix de guerre 1939-1945

Eugene Gilbert Roe (Bayou Chêne (en), - Baton Rouge, ) est un militaire américain. Membre de la célèbre Easy Company, il en est l'un des infirmiers et se distingue tout au long de la Seconde Guerre mondiale par son efficacité dans le soin des membres de l'unité blessés lors des combats en Normandie, aux Pays-Bas et en Belgique.

BiographieModifier

Avant-guerreModifier

Eugene Roe naît le à Bayou Chêne (en) en Louisiane. Moitié cajun, il passe les premières années de sa vie dans sa ville natale avant que ses parents ne déménagent à Morgan City à la fin des années 1930. Quittant l'école très tôt, il travaille comme graisseur de machines pour subvenir à ses besoins.

Seconde guerre mondialeModifier

Eugene Roe décide de s'engager dans l'armée le . Il est affecté à la Easy Company du 506e régiment d'infanterie parachutée (506th PIR) et devient infirmier militaire bien qu'il n'a aucune formation médicale préalable. Au sein de sa compagnie, Il suit sa formation de base au Camp Toccoa en Géorgie avant d'obtenir son badge de parachutiste à Fort Benning puis il est déplacé en Angleterre en 1943. Dans la nuit du 5 au , Eugene Roe est parachuté avec sa compagnie sur le Cotentin et participe par la suite à la Bataille de Normandie. Il se distingue dès les débuts de la bataille par son efficacité et s'attire la sympathie et la confiance de ses camarades et supérieurs comme son commandant de compagnie, Dick Winters, dont il soigne une blessure à la jambe infligée lors de la bataille de Carentan[1]. Le , Eugene Roe saute sur les Pays-Bas dans le cadre de l'opération Market Garden et se blesse à la réception en atterrissant dans des barbelés. Rejoignant la compagnie quelques jours plus tard, il reprend son activité d'infirmier. Il prend notamment en charge le nouveau commandant de la Easy Company Moose Heyliger, gravement blessé par une sentinelle américaine, réprimandant au passage le capitaine Dick Winters et le lieutenant Harry Welsh pour avoir administré trop de morphine à leur camarade[2].

Engagé dans le siège de Bastogne avec son unité, il doit faire face à un important afflux de blessés et de malades dus non seulement aux combats mais également aux conditions extrêmes de l'hiver. Les troupes américaines étant encerclées, il manque de matériel et doit se ravitailler avec les trousses de soins individuelles de ses camarades. Il réalise également de nombreuses évacuations sanitaires de la ligne de front vers les dispensaires présents à Bastogne où il aurait vraisemblablement rencontré Renée Lemaire[3],[4]. Par la suite, Eugene Roe continue de suivre la progression de la Easy Company à travers l'Europe. En , après la découverte par son unité du camp de concentration de Landsberg, il participe à la prise en charge médicale des prisonniers libérés. Après une période d'occupation en Autriche, le 506th PIR est déplacé en France et Eugene Roe est démobilisé à Auxerre le lorsque la Easy Company est dissoute. Il retourne aux États-Unis onze jours plus tard.

Deux alias lui sont connus :

- "Bud" que l'on peut traduire littéralement par bourgeon / jeune pousse.

- "Doc" surnom dû à son rôle d'infirmier.

Après-guerreModifier

En , au cours d'une permission en Angleterre, Eugene Roe avait épousé Vera, une anglaise rencontrée peu avant le débarquement de Normandie. Des camarades de la Easy Company présents au mariage ont offert au couple des couverts en argent récupérés dans le nid d'aigle d'Hitler lorsque celui-ci fut occupé par l'unité. Par la suite, Roe fait don de ces couverts au musée de la seconde guerre mondiale de Baton Rouge où le couple s'est installé après la démobilisation d'Eugene. Ils divorcent en 1972 et il se remarie en 1977. Devenu patron d'une entreprise de construction, Eugene Roe meurt le à Baton Rouge.

DécorationsModifier

 
   
   
     
   
   
Combat Infantryman Badge
Bronze Star
Avec une feuille de chêne
Purple Heart Good Conduct Medal
American Defense Service Medal American Campaign Medal European-African-Middle Eastern Campaign Medal
Avec une pointe de flèche et trois Service star
World War II Victory Medal Army of Occupation Medal Croix de guerre 1939-1945
Avec palme
Médaille de la France libérée Médaille commémorative belge de la guerre 1940-1945
Combat Medical Badge
Avec une étoile
Parachutist Badge
Avec deux étoiles
Presidential Unit Citation
Avec une feuille de chêne

HommagesModifier

Eugene Roe est représenté dans la série Band of Brothers où il est interprété par Shane Taylor. L'épisode 6 de la série est centré sur son personnage et son action lors du siège de Bastogne.

RéférencesModifier

  1. (en-US) « Easy Company in France: After D-Day - The History Reader », The History Reader,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2017)
  2. (en) Richard D. Winters et Cole C. Kingseed, Beyond Band of Brothers, St Martin's Press, (ISBN 0-425-20813-3)
  3. Stephen Ambrose, Band of Brothers, Simon & Schuster, (ISBN 978-0-7432-2454-3)
  4. L'épisode 6 mets en scène les liens qu'auraient développé Eugene Roe et Renée Lemaire pendant le siège de Bastogne. Cependant, bien qu'il soit tout à fait possible qu'ils se soient croisés dans le cadre de leur activité d'infirmiers, aucun témoignage n'indique qu'ils soient devenus proches

BibliographieModifier

  • (en) Stephen Ambrose, Band of brothers : E Company, 506th Regiment, 101st Airborne : From Normandy to Hitler's Eagle's Nest, Simon & Schuster, (ISBN 978-0-7432-2454-3).
  • (en) Richard D. Winters, Cole C. Kingseed, Beyond Band of brothers : The war memories of Major Dock Winters, St Martin's Press, (ISBN 0-425-20813-3).
  • (en) Larry Alexander, Biggest brothers : The Life of Major Dick Winters, the Man Who Led the Band of Brothers, New Amer Library, , 297 p. (ISBN 978-0-451-21839-1).
  • (en) Marcus Brotherton, We who are alive and remain : Untold Stories from the Band of Brothers, Berkley Pub Group, , 294 p. (ISBN 978-0-425-22763-3).
  • (en) Lynn Compton, Call of Duty : My Life Before, During and After the Band of Brothers, Berkley Hardcover, , 275 p. (ISBN 978-0-425-21970-6).
  • (en) Bill Guarnere, Babe Effron, Brothers in battle : Best of friends, Berkley Hardcover, , 296 p. (ISBN 978-0-425-21728-3).
  • (en) Donald Malarkey, Bob Welch, Easy Company Soldier : The Legendary Battles of a Sergeant from World War II's "Band of Brothers", St Martin's Press, , 288 p. (ISBN 978-0-312-37849-3).
  • (en) Marcus Brotherton, Shifty's War : The Authorized Biography of Sergeant Darrell "Shifty" Powers, the Legendary Sharpshooter from the Band of Brothers, Berkley, , 285 p. (ISBN 978-0-425-24097-7).
  • (en) Donald Burgett, The Road to Arnhem : A Screaming Eagle in Holland, Presidio Press, (ISBN 0-89141-682-X).
  • (en) David Kenyon Webster, Stephen Ambrose, Parachute Infantry : An American Paratrooper's Memoir of D-Day and the Fall of the Third Reich, Louisiana State University Press, 1994 (publication posthume), 288 p. (ISBN 978-0-8071-1901-3 et 0-8071-1901-6).
  • (en) Richard E. Killblane and Jake McNiece, Filthy Thirteen : From the Dustbowl to Hitler's Eagle’s Nest - The True Story of the 101st Airborne's Most Legendary Squad of Combat Paratroopers, Casemate Publishers, , 256 p. (ISBN 978-1-935149-81-1, lire en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier