Essert-Pittet

commune suisse

Essert-Pittet est une localité de la commune suisse de Chavornay dans le canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois et une ancienne commune.

Essert-Pittet
Essert-Pittet
Blason de Essert-Pittet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Commune Chavornay
NPA 1435
No OFS 5915
Démographie
Population
permanente
170 hab. (avant la fusion)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 39″ nord, 6° 35′ 01″ est
Altitude 449 m
Superficie 2,76 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Essert-Pittet
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Essert-Pittet
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Essert-Pittet
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

GéographieModifier

 
Photo aérienne (1964).

Le village d'Essert-Pittet se situe 450 mètres d'altitude dans la partie orientale de la plaine de l'Orbe, sur le plateau suisse. Le territoire communal s'étend de la plaine de l'Orbe à 435 mètres d'altitude jusqu'aux Côtes de Chalamont à une altitude maximale de 569 mètres. La frontière communale suit le ruisseau des Combes au sud et le canal oriental (partie du canal d'Entreroches) à l'ouest.

La surface totale de la commune d'Essert-Pittet représente 277 hectares qui se décomposent en 31 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure (11,2 %), 225 ha de surfaces agricoles (81,2 %), 19 ha de surfaces boisées (6,9 %) et enfin 2 ha de surfaces improductives (0,7 %)[2].

Essert-Pittet compte quelques fermes isolées. Les communes voisines sont Épendes, Suchy, Chavornay et Orbe.

Voies de communication et transportsModifier

Essert-Pittet, qui fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis, possède une gare ferroviaire sur la ligne Yverdon-Lausanne depuis 1855.

La jonction entre les autoroutes A1 et A9 se situe sur le territoire de la commune.

ToponymieModifier

Le nom d’Essert vient vraisemblablement du mot essart, terrain défriché pour le rendre cultivable.

HistoireModifier

Des vestiges de l'époque romaine et du Moyen Âge ont été retrouvés sur le territoire de la commune. Essert-Pittet est mentionné sous le nom d'Exertus en 1100 puis Essers en 1453. Le village fait partie de la seigneurie de Belmont dès le XIIIe siècle avant d'être érigé en seigneurie particulière au XVe siècle. À l'époque bernoise, la seigneurie est acquise par la famille de Hennezel qui la conserve jusqu'à la fin de l'ancien régime. Louis de Hennezel y édifie un château en 1609 ; il est incendié au début du XIXe siècle.

Le village fait partie du district d'Yverdon de 1798 à 2007 et du district du Jura-Nord vaudois depuis 2008[3].

En septembre 2015, les habitants de Chavornay, Corcelles-sur-Chavornay et Essert-Pittet approuvent la fusion de leurs trois communes pour le [4].

HéraldiqueModifier

  Blason
Les armes de la commune d'Essert-Pittet se blasonnent ainsi :
De gueules à trois glands d'argent[5].
Détails
Le blason de la commune est celui de la famille d'Hennezel, propriétaire du lieu jusqu'à la fin de l'Ancien Régime[6].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Essert-Pittet compte 170 habitants en 2020[1]. Sa densité de population atteint 62 hab./km2.

En 2000, la population d'Essert-Pittet est composée de 65 hommes (52 %) et 60 femmes (48 %). Il y a 109 (87,2 %) Suisses et 16 étrangers (12,8 %). La langue la plus parlée est le français, avec 108 locuteurs (86,4 %), et la deuxième langue est l'allemand (6 personnes ou 4,8 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante reformée est la plus importante avec 74 personnes (59,2 %), suivie des catholiques romains (18 ou 14,4 %). 22 personnes (17,6 %) n'ont aucune appartenance religieuse[7].

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Essert-Pittet entre 1850 et 2010[8] :

SurnomModifier

Les habitants d'Essert-Pittet sont surnommés les Fouette-Grenouilles, en référence à « ceux qui tapaient l'eau des étangs pour faire taire les bruyants amphibiens durant la nuit ». Ils partagent ce sobriquet avec les habitants de Chevilly et de Denens[9].

Politique et administrationModifier

Sur le plan communal, Essert-Pittet est dirigée par une municipalité formée de neuf membres et dirigée par un syndic (Dominique Vidmer) pour l'exécutif et un Conseil communal dirigé par un président pour le législatif[10].

ÉconomieModifier

L'assèchement de la plaine de l'Orbe au XIXe siècle a favorisé le développement de l'agriculture, notamment la culture de légumes, et de l'arboriculture fruitière, qui ont une place importante dans l'économie locale[3]. Quelques emplois ont été créés dans de petites entreprises mais le village compte de nombreux pendulaires qui travaillent principalement à Yverdon-les-Bains.

Culture et patrimoineModifier

L'église d'Essert-Pittet a été reconstruite en 1705-1708 et en 1746[3].

RéférencesModifier

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. a b et c Philippe Heubi, « Essert-Pittet » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du . consulté le 2 février 2015
  4. « Chavornay: enfin la fusion ! », L'Omnibus, journal de la région d'Orbe, 18 septembre 2015
  5. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le )
  6. « Commune d'Essert-Pittet », sur essert-pittet.ch (consulté le )
  7. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le )
  8. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  9. Hélène Isoz, « Commune fusionnée cherche sobriquet pour ses habitants », 24 Heures,‎ (lire en ligne  )
  10. « Essert-Pittet », Union des communes vaudoises (consulté le )

Sur les autres projets Wikimedia :