Esperanza Spalding

contrebassiste, chanteuse de jazz et compositrice
Esperanza Spalding
Description de cette image, également commentée ci-après
Esperanza Spalding en 2009.
Informations générales
Nom de naissance Esperanza Emily Spalding
Naissance (35 ans)
Portland (Oregon)
Genre musical Jazz, latin jazz, pop-jazz, bossa nova, smooth jazz, jazz fusion, post-bop
Instruments Contrebasse, basse
Années actives Depuis 2006
Labels Ayva Music, Heads Up International, Merge Records
Site officiel esperanzaspalding.com
Esperanza Spalding en concert.

Esperanza Emily Spalding (née le à Portland (Oregon)) est une contrebassiste, bassiste, arrangeuse, compositrice, chanteuse et universitaire américaine de jazz.

BiographieModifier

 
Esperanza Spalding en 2012.

Jeunesse et formationModifier

Esperanza Spalding[1], qui a grandi dans le quartier ouvrier de King à Portland[2], est issue d'une famille métissée, sa mère est d'ascendance galloise et hispanique et son père est afro-américain. Sa mère, qui élève seule ses deux enfants, l'encourage très tôt à travailler ses qualités musicales. C'est en écoutant le violoncelliste Yo-Yo Ma qui passait sur la série télévisée pour enfants Mister Rogers' Neighborhood (en) quand elle avait quatre ans que Spalding s'oriente vers l'apprentissage de la musique et du violoncelle.

Tout d'abord violoniste (dès l'âge de 5 ans), elle intègre un orchestre local, l'Oregon Sinfonietta de la Chamber Music Society of Oregon[3] sous la direction de Thara Memory (en)[4], où elle restera jusqu'à ses 15 ans. Elle découvre la contrebasse et ses possibilités d'expression artistique. Elle suit ses études secondaires à The Northwest Academy (en) située dans le centre de Portland, établissement spécialisé dans l'enseignement artistique[5]. Élève précoce, elle achève à 12 ans ses études secondaires pour suivre des cours supérieurs de musique à l'Université de Portland, où elle obtient son Bachelor of Music (licence)[6] à ses 16 ans[7]. Elle y reçoit une formation classique de niveau conservatoire supérieur de musique tout en travaillant le jazz, notamment grâce aux cours de contrebasse d'André St. James[8], [9]. Elle obtient ensuite une bourse pour intégrer l'institut d'enseignement supérieur de musique le Berklee College of Music de Boston[10].

CarrièreModifier

En 2005, après l'obtention de son diplôme, Esperanza Spalding est engagée par le Berklee College of Music comme assistante[11] (instructor) alors qu'elle n'est âgée que de 20 ans, ce qui fait d'elle la plus jeune enseignante que Berklee ait jamais eue[12],[13] (devant Pat Metheny).

Encouragée par Pat Metheny[14], elle enregistre Junjo[15], son premier album, en 2005. Elle s’affirme disque après disque. Elle a composé la majorité des titres de son album Chamber Music Society sur lequel elle a notamment invité le Brésilien Milton Nascimento et la chanteuse Gretchen Parlato. Elle propose ici une musique de chambre ouverte à l’improvisation.

En 2009, elle est invitée par la Maison Blanche pour participer comme artiste invitée à la cérémonie de remise du Prix Nobel de la paix à Barak Obama[16].

En 2011, elle devient la première artiste de Jazz à obtenir un Grammy Award dans la catégorie "meilleur nouvel artiste"[17].

Depuis 2017, Esperanza Spalding enseigne l'écriture musicale à l'université Harvard[18], [19].

En 2018, la station National Public Radio la considère comme le génie du Jazz du XXIe siècle[20].

En 2018, Esa-Pekka Salonen, directeur musical de l'Orchestre symphonique de San Francisco a annoncé qu'il ferait appel à Esperanza Spalding avec d'autres compositeurs et musiciens afin d'élaborer les futurs programmes[21].

Prix et distinctionsModifier

2010 : Lauréate des Grammy Awards, catégorie "meilleur nouvel artiste"[22].

2011 : Lauréate des Grammy Awards, catégorie "meilleur album de jazz instrumental" pour son album Bird Songs[22].

2012 : Lauréate des Grammy Awards, catégorie "meilleure album de jazz vocal", pour son album Radio Music Society [22].

2012 : Lauréate des Grammy Awards, catégorie "meilleur arrangement instrumental accompagnant un chanteur" pour son album City of Roses[22].

2012 : Lauréate de l'American Ingenuity Award décerné par le Smithsonian magazine[23].

2012 : Lauréate du Soul Train Music Award[24], [25]

2017 : Lauréate des Boston Music Awards (en), catégorie "artiste de jazz de l'année"[26].

 
Esperanza Spalding en 2009.

2018 : Élévation au grade de docteur honoris causa par le Berklee College of Music[27].

Elle est également lauréate d'un Image Award décerné par la NAACP[28].

DiscographieModifier

En tant que leader ou coleaderModifier

En formationModifier

Avec Noise For Pretend
  • 2001 : Blanket Music (Hush Records)
  • 2002 : Happy You Near (Hush Records)
Avec M. Ward
Avec Nando Michelin
  • 2006 : Duende (Fresh Sound New Talent)
  • 2010 : Reencontro (Blue Music Group)
Avec Ramona Borthwick
  • 2006 : New Leaf (Whaling City Sound)
Avec Stanley Clarke
  • 2007 : The Toys of Men (Heads Up International)
Avec Mike Stern
Avec Jack DeJohnette
  • 2012 : Sound Travels (Golden Beams/eOne)
Avec Tom Harrell
  • 2013 : Colors of a Dream (HighNote Records)

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Esperanza Spalding | American musician », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 14 août 2019)
  2. (en-US) « Esperanza Spalding (1984-) », sur oregonencyclopedia.org (consulté le 14 août 2019)
  3. (en) Claudia Meza | April Baer, « Esperanza Spalding Talks About Maintaining A Presence (And Doing Good) In Portland », sur www.opb.org (consulté le 14 août 2019)
  4. (en) April Baer, « Portland Music Community Stunned By Thara Memory’s Indictment », sur www.opb.org (consulté le 14 août 2019)
  5. (en-US) John Colapinto, « New Note », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)
  6. (en-US) « Esperanza Spalding Appointed to Harvard’s Music Department Faculty », sur Harvard University
  7. (en-US) Shameika Rhymes, « Esperanza Spalding Casts a Spell with Her Brand of Jazz | National Museum of African American Music » (consulté le 14 août 2019)
  8. (en-US) « Celebrating André St. James », sur The Southeast Examiner of Portland Oregon, (consulté le 14 août 2019)
  9. Guy Deridet, « Connaissez-vous Esperanza Spalding ? », sur Site personnel de Guy Deridet (consulté le 14 août 2019)
  10. Bancud, Michaela, Esperanza in the Wings, The Portland Tribune, décembre 2001.
  11. (en-US) 1140 Boylston Street Boston et MA 02215 United States See map: Google Maps, « Esperanza Spalding | Berklee College of Music », sur www.berklee.edu (consulté le 14 août 2019)
  12. Carpenter, Ellen, Up to Her Ears, The New York Times, juillet 2008.
  13. (en-US) Melissa Daniels, « Anat Cohen and Esperanza Spalding to Share JVC Bill June 25th », sur JazzTimes (consulté le 14 août 2019)
  14. « Esperanza Spalding crée son nouvel album en direct », sur FIP (consulté le 2 juillet 2020).
  15. (en-US) Nate Chinen, « Esperanza Spalding Is a Surprise Winner at the Grammys », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)
  16. (en) « Nobel Peace Prize 2009 », sur www.royalcourt.no (consulté le 14 août 2019)
  17. (en-US) « Esperanza Spalding Wins Best New Artist Grammy | Berklee College of Music », sur www.berklee.edu (consulté le 14 août 2019)
  18. (en-US) Nell McShane Wulfhart, « What Esperanza Spalding Can’t Travel Without », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)
  19. (en-US) « Jazz star Esperanza Spalding, flutist Claire Chase join Harvard faculty », sur Harvard Gazette, (consulté le 14 août 2019)
  20. (en-US) « Esperanza Spalding Is The 21st Century's Jazz Genius », sur NPR.org (consulté le 14 août 2019)
  21. (en-US) « San Francisco Symphony Names Esa-Pekka Salonen As Its Music Director », sur NPR.org (consulté le 14 août 2019)
  22. a b c et d (en) « Esperanza Spalding », sur GRAMMY.com, (consulté le 14 août 2019)
  23. (en-US) « 2012 American Ingenuity Award Winners », sur Smithsonian (consulté le 14 août 2019)
  24. (en) Keith Reid-Clevel, « Esperanza Spalding joins Harvard University faculty », sur The Black Youth Project, (consulté le 14 août 2019)
  25. (en-US) « Soul Train Awards Honor Whitney Houston, Amy Winehouse », sur E! Online, wed sep 19 13:01:00 pdt 2012 (consulté le 14 août 2019)
  26. (en-US) « 2017 Winners », sur Boston Music Awards (consulté le 14 août 2019)
  27. (en-US) JazzTimes, « Esperanza Spalding Receives Honorary Degree From Berklee », sur JazzTimes (consulté le 14 août 2019)
  28. (en) « Rosanne Cash, Nile Rodgers, and Esperanza Spalding to Receive Honorary Doctorates at Berklee Commencement | Berklee College of Music », sur www.berklee.edu (consulté le 14 août 2019)
  29. (en-US) Perry Tannenbaum, « Esperanza Spalding: Radio Music Scoiety », sur JazzTimes (consulté le 14 août 2019)
  30. (en-US) Nate Chinen, « Review: Esperanza Spalding’s Funk Enlightenment », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)
  31. (en-US) « Watch Esperanza Spalding Write and Record Her New Album Live Right Now », sur Billboard (consulté le 14 août 2019)
  32. (en-US) « Esperanza Spalding Announces New Project '12 Little Spells' », sur Billboard (consulté le 14 août 2019)
  33. (en-US) Jon Pareles, Jon Caramanica et Giovanni Russonello, « The Playlist: Esperanza Spalding’s Intoxicating Groove, and 12 More New Songs », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 août 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :