Ouvrir le menu principal

Une espèce sera qualifiée d'opportuniste relativement à son effet dans un contexte déterminé ; effets (voire conséquences) qui dépendent en premier lieu des circonstances et/ou de l'occasion[1]. De fait, un environnement relativement stable ne subissant pas de perturbation particulière est peu propice à l'opportunisme spécifique[2].

Le terme a souvent une connotation péjorative, car associé à des phénomènes causées par des espèces invasives[3]. Cependant il qualifie aussi le caractère moins habituel ou attendu d'un effet dû à l'espèce incriminée[4]. Par exemple : la hyène tachetée est un chasseur mais aussi un charognard opportuniste, tout comme le lion, au contraire du guépard, purement chasseur, ou du vautour, purement charognard.

L'opportunisme écologique ne doit pas être confondu avec l'ubiquisme[pourquoi ?].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Environmental Resources And Opportunities, Opportunistic Species In Novel Circumstances ».
  2. (en) « Opportunistic Species In Novel Circumstances ».
  3. (en) Laura Airoldi et Fabio Bulleri, « Anthropogenic Disturbance Can Determine the Magnitude of Opportunistic Species Responses on Marine Urban Infrastructures », PLoS One, vol. 6, no 8,‎ , e22985 (DOI 10.1371/journal.pone.0022985, lire en ligne).
  4. (en) Gary J. Samuels, « Trichoderma : Systematics, the sexual state, and ecology », Phytopathology, no 96,‎ , p. 195-206 (lire en ligne [PDF]).

Voir aussiModifier