Eschif

maison à Périgueux (Dordogne)

L'eschif de Creyssac (ou loge de Guet[1]) est un bâtiment français implanté à Périgueux dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Il a été édifié au XIVe siècle.

Eschif (de Creyssac)
(Loge de Guet, Vieux moulin, moulin de Saint-Front, moulin du Chapitre)
Image dans Infobox.
L'eschif vu du sud-est.
Présentation
Destination initiale
Poste de guet
Style
Construction
Propriétaire
Ville de Périgueux
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Région
Département
Commune
Adresse
9, boulevard Georges-SaumandeVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Dordogne
voir sur la carte de la Dordogne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Périgueux
voir sur la carte de Périgueux
Red pog.svg

Il est classé au titre des monuments historiques[2].

PrésentationModifier

L'eschif se situe en Périgord, au centre du département de la Dordogne, à Périgueux. C'est un bâtiment sis au 9 boulevard Georges-Saumande, à l'angle de la rue Tourville, dans le secteur sauvegardé, en bordure de l'Isle, à une centaine de mètres au sud-est de la cathédrale Saint-Front.

Bien que n'ayant jamais servi comme moulin, l'eschif est appelé à tort « Vieux moulin » ou « moulin du Chapitre » ou encore « moulin de Saint-Front ». La confusion vient du proche moulin de Saint-Front qui se trouvait au milieu de l'Isle et qui a été démoli en 1860[3].

HistoireModifier

Poste de guet qui va permettre au Moyen Âge la surveillance du pont de Tournepiche, l'eschif est construit en 1347 sur les remparts du Puy-Saint-Front (la cité médiévale correspondant au centre historique de Périgueux) au pied desquels l'Isle s'écoulait[4]. Il est bâti à l'emplacement d'une maison de Creyschat, détruite l'année précédente à la suite d'une crue de l'Isle[4].

En 1860, les remparts sont détruits pour permettre l'édification de la route impériale 21 de Paris à Barèges[5] (l'actuel boulevard Georges Saumande).

En 1929, l'eschif est inscrit au titre des monuments historiques sous le nom (erroné) de moulin Saint-Front. Cette inscription est annulée en 1977 et remplacée par un classement au titre des monuments historiques[2].

Il appartient à la ville de Périgueux depuis 1976[4].

ArchitectureModifier

L'eschif a conservé ses pans de bois et son torchis. L'édifice semble tenir miraculeusement sur un mince support auquel il est relié par des jambes de force sur ses deux façades longitudinales[4].

Galerie de photosModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres désignationsModifier

De manière générale, l'eschif désigne une petite fortification construite pour défendre les approches d’une porte lorsque les enceintes des villes consistaient en une simple muraille. Ce sont souvent des ouvrages en bois que l’on établissait provisoirement si le temps ou les ressources manquaient pour élever des tours[6].

Notes et référencesModifier

  1. De l'autre côté de l'Isle, le long de la voie verte, panneau d'information La Loge de Guet ou "Eschif", vu le 31 mai 2009.
  2. a et b « Maison dite Moulin Saint-Front », notice no PA00082751, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 décembre 2010.
  3. Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, Périgueux, éditions la Lauze, , 601 p. (ISBN 2-912032-50-4), p. 473-474
  4. a b c et d Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, Périgueux, éditions la Lauze, , 601 p. (ISBN 2-912032-50-4), p. 580
  5. Hôtel de Fayolle, panneau d'information de l'Hôtel de Fayolle, vu le 20 mai 2010.
  6. « Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Eschif - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier