Ouvrir le menu principal

Escarmain

commune française du département du Nord

Escarmain
Escarmain
L'église d'Escarmain.
Blason de Escarmain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Caudry
Intercommunalité Communauté de communes du Pays solesmois
Maire
Mandat
Tony Bruyère
2014-2020
Code postal 59213
Code commune 59204
Démographie
Population
municipale
469 hab. (2016 en augmentation de 6,83 % par rapport à 2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 46″ nord, 3° 32′ 52″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 118 m
Superficie 6,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Escarmain

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Escarmain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escarmain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escarmain

Escarmain est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Ce village est traversé par le ruisseau Saint-Georges.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Le village est connu dès la fin du XIe siècle et devient une seigneurie sous le nom de Squarmenium. Au XVIe siècle, Escarmain passe dans le domaine seigneurial du comte de Bousies. Le village est incendié le 20 prairial an XIII, c'est-à-dire le 9 juin 1805. Au XIXème siècle, une usine de séchage et de distillation des betteraves est implantée. Petit bourg agricole cultivant principalement le blé et l'avoine, Escarmain comptait 1200 habitants en 1860 : sa population a diminué des deux tiers au cours du XXe siècle.

L'origine du nom vient de "SCARMINGHEM" du nom d'un ancien peuple du Nord

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

La commune d'Escarmain se situe dans le département du Nord et fait partie de la région Hauts-de-France. Bien qu'elle soit plus proche de Valenciennes (à 17 km), elle appartient à l'arrondissement de Cambrai (à 27 km) et au Canton de Caudry (à 18 km).

La commune est membre de la Communauté de communes du Pays Solesmois, qui rassemble 15 communes (Beaurain, Bermerain, Capelle, Escarmain, Haussy, Montrécourt, Romeries, Saint-Martin-sur-Écaillon, Saint-Python, Saulzoir, Solesmes, Sommaing, Vendegies-sur-Écaillon, Vertain et Viesly) pour une population totale d'un peu moins de 15 000 habitants.

Maires et conseillers municipauxModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Auguste Fosse    
    Marthe Fosse    
1981 1992 Jean-Marie Fosse SE  
1992 mars 2008 Hippolyte Perriez SE  
2008 En cours Tony Bruyère SE  
Les données manquantes sont à compléter.
  • Conseillers Municipaux
Liste des membres du Conseil Municipal de 2014
Période Identité Étiquette Qualité
2008   Mustapha Bensalah   premier adjoint chargé des écoles
2008   Didier Escartin   2° adjoint chargé de la communication
2008   Paul Lancelle   3° adjoint chargé des travaux
2014   Bernadette Boutelier   conseillère municipale
2014   Anne Pruvost   conseillère municipale
2014   Xavier Bacq   conseiller municipal
2014   Briand Dupont   conseiller municipal
2014   Emile Michat   conseiller municipal
2014   Alain Lenoir   conseiller municipal
2014   Patrice Nowak   conseiller municipal
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 469 habitants[Note 1], en augmentation de 6,83 % par rapport à 2011 (Nord : +0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7607187519091 0151 0051 0921 0831 159
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1531 2001 1501 051985905975942943
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900804709577544587636611595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
573502519456443423430439469
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Escarmain en 2007 en pourcentage[5].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
6,9 
75 à 89 ans
9,4 
10,1 
60 à 74 ans
13,6 
24,4 
45 à 59 ans
22,5 
21,2 
30 à 44 ans
23,9 
16,1 
15 à 29 ans
13,6 
21,2 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Noms de rues originaux : rue de la Folle Emprise, rue Croquante, rue de l'Echo des Ris, rue de la Blanche Cornette.
  • Deux lieux-dits : le pont à Pierre pour aller vers Salesches et le Trousse-Minou pour aller vers Romeries.
  • Église fortifiée Saint-Jean-Baptiste du XVIe siècle.
  • Le monument aux morts.
  • Château qui est un ancien couvent de religieuses ; souterrains ;
  • Fermes anciennes du XVIIIe siècle, dont une avec un pigeonnier : ferme Labou-Forest.
  • Chapelles-oratoires.
  • Le bois du Paradis.

Fêtes localesModifier

  • Fête patronale de St Jean-Baptiste le premier dimanche de juillet
  • Fête de la Prune le quatrième week-end de septembre avec brocante le samedi et différentes activités gratuites étalées sur les deux jours. Variété de quetsches appelées Prunes d'Ouzard, variété ramenée par les hussards napoléoniens d'Alsace. En septembre 2011, la Prune fête ses vingt-un ans de festivités.

Personnalités liées à la communeModifier

Alain Decaux, académicien[7]

Escarmain dans les artsModifier

Escarmain est cité (orthographié « Escarmin ») dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[8].

HéraldiqueModifier

Les armes d' Escarmain se blasonnent ainsi :"D'or au lion de gueules" .

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. « Évolution et structure de la population à Escarmain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  7. Alain Decaux, un académicien venu du Nord, site de l'INA
  8. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375

Sur les autres projets Wikimedia :