Escadre partie de Brest pour l'Amérique

La liste ci-dessous[1] donne la composition de l’escadre partie de Brest pour l'Amérique en mai 1780 pour transporter le corps expéditionnaire français, lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis.

Tableau général de l'escadreModifier

Vaisseaux Canons Commandants
Le Duc de Bourgogne
doublé en cuivre[2]
80 Chevalier de Ternay
Le Neptune
doublé en cuivre[3]
74 chevalier Destouches
Le Conquérant[4] 74 La Grandière
La Provence[5] 64 Lombard
L’Éveillé
doublé en cuivre[6]
64 de Tilly
Le Jason[7] 64 La Clocheterie
L’Ardent 64 Chevalier de Marigny
Frégates
La Bellone[8] 32
La Surveillante 32 Sillart
L’Amazone 32 La Pérouse
La Guêpe corvette chevalier de Maulevrier
Le Serpent corvette
Le Fantasque[9] flûte

Plus trente-six bâtiments de transport[10]; en tout, quarante-huit voiles.

Le manque de bâtiments de transport fut cause que les régiments de Neustrie et d'Anhalt ne purent partir. Rochambeau dut de même laisser à Brest une partie du régiment de Soissonnais. Deux bataillons seulement s'embarquèrent le 4 avril sous les ordres du comte de Sainte-Mesme. Les deux tiers de la légion de Lauzun purent seuls trouver place sur les vaisseaux, et 400 hommes de cette légion durent rester à Brest. Ils devaient faire partie du second convoi. Ils furent plus tard envoyés en Guyane sous les ordres du chevalier de Kersaint pour reprendre aux Anglais les comptoirs hollandais de Demerary, Essequebio, etc. On ne put également embarquer qu'une partie du matériel de l'artillerie avec un détachement de cette arme, sous les ordres du colonel d'Aboville, et qu'un bataillon du génie, sous les ordres de Desandroins.

Notes et référencesModifier

  1. D'après Blanchard
  2. Ce vaisseau, qui portait pavillon amiral, avait à son bord Rochambeau.
  3. Les vaisseaux doublés en cuivre étaient très-rares à cette époque ; ils avaient une marche plus rapide.
  4. Blanchard, qui partit le de Brest sur le Conquérant, donne ainsi la composition de l'équipage de ce vaisseau. La Grandière, capitaine, Cherfontaine, capitaine commandant en second ; Dupuy, 1er lieutenant ; Blessing, id. (Suédois). Enseignes : La Jonquières, Kergis, Maccarthy, Pac de Bellegarde, Buissy. Gardes-marines : Lyvet, Leyrits, Lourmel. Officiers auxiliaires : Cordier, Deshayes, Marassin, Guzence. Le fils de La Grandière était aussi à bord, mais il n'était pas encore garde-marine. Officiers d'infanterie en détachement sur le vaisseau, tirés du régiment de la Sarre : Laubanis, capitaine, Lamothe, lieutenant, Loyas, sous-lieutenant. Passagers : le baron de Vioménil, maréchal de camp, comte de Custine, brigadier colonel du régiment de Saintonge ; la compagnie de grenadiers du dit régiment dont les officiers étaient : de Vouves, cap. ; de James, cap. en second ; Champetier, lieutenant, Josselin, lieutenant en second ; Denis, sous-lieutenant ; Fanit, 2e sous-lieutenant. Ménonville, lieutenant-colonel attaché à l'état-major, de Chabannes et de Pangé, aides de camp de Vioménil ; Brizon, officier de cavalerie, faisant fonctions de secrétaire auprès du général. En outre, un chirurgien et un aumônier dont Blanchard ne dit pas les noms. Il y avait à bord, en tout, 960 personnes et pour six mois de vivres. Une partie du régiment de Bourbonnais (350 hommes environ) était embarquée sur la gabarre l’Isle-de-France, qui portait aussi le chevalier de Coriolis, beau-frère de Blanchard.
  5. Il y avait sur la Provence: Lauzun, Robert Dillon, le chevalier d'Arrot et une partie de la Légion. Lauzun dit dans ses Mémoires que le capitaine était, à ce qu'il croit, M. Champaurcin.
  6. Sur l’Éveillé prirent place Deux-Ponts et une partie de leur régiment. (Mes Campagnes en Amérique.)
  7. Ce vaisseau eut pour passagers, entre autres : Dumas, Lameth, le comte de Fersen et le comte de Charlus, qui étaient tous attachés à l'état-major de Rochambeau. (Souvenirs de Dumas.)
  8. Le 5 mai, la Bellone rentra au port et ne rejoignit pas l'expédition. (Dumas.)
  9. Vieux vaisseau lancé en 1758, était armé en flûte et était destiné à servir d'hôpital ; on y avait embarqué le trésor, la grosse artillerie et beaucoup de passagers.
  10. Parmi les bâtiments de transport étaient: la Vénus, la comtesse de Noailles, la Loire, le Lutin, l’Écureuil, le Baron d'Arras, etc. (Blanchard.)

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Articles connexesModifier