Ernest Rousselle

personnalité politique français
Ernest Rousselle
Boul Blanqui-69-Garderie-2.JPG
Buste par Michel Léonard Béguine sur le monument, 69, boulevard Auguste-Blanqui (Paris 13e arrondissement).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
Nationalité
Activité

Ernest Rouselle, né à Nangis le et mort le , est président du Conseil municipal de Paris en 1889 et 1890 et du Conseil général de la Seine en 1885[1].

BiographieModifier

Il dirige d'abord une maison de commerce de vin à Bordeaux, puis arrivé à Paris, il est élu conseiller municipal de Paris pour la première fois en 1881 ; il faisait partie de la fraction radical socialiste du Conseil. Il défend de vigoureuses idées anticléricales et reste conseiller municipal jusqu'à sa mort en 1896[2]. Son fils, Henri Rousselle (1866-1925), prend la suite de son père et sera également président du Conseil général de la Seine.

Action en faveur des enfants démunisModifier

En 1883, il obtient du Conseil général de la Seine des subventions pour ouvrir des « écoles de réforme » à vocation agricole, les visées de Rousselle étant de soustraire les enfants de l'Assistance publique, devenus trop âgés ou ingérables, à l'emprise des institutions religieuses. Une implantation est faite dans l'île de Porquerolles et d'autres sont envisagées en Algérie[3].

HommagesModifier

 
Le monument du boulevard Auguste-Blanqui.
  • Le , un monument à la mémoire d'Ernest Rousselle est inauguré dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche, le long du boulevard Auguste-Blanqui[4]. Un buste et un enfant abandonné en bronze sont l’œuvre du sculpteur Michel Léonard Béguine.
  • Une rue du 13e arrondissement de Paris est baptisée à son nom en 1910. Le nom de son fils, Henri Rousselle (1866-1925), qui fut, lui aussi, président du conseil général de la Seine, lui est associé en 1930. Ce dernier a, quant à lui, un square à son nom.

Notes et référencesModifier

  1. Transcription de l'article nécrologique du journal Le Journal du 16 mai 1896, www.belindacarter.fr.
  2. Transcription de l'article nécrologique du journal Le Gaulois du 16 mai 1896, www.belindacarter.fr.
  3. Jean-Marie Guillon, Enfance assistée, enfance exploitée ? La colonie agricole de Porquerolles 2002 [lire en ligne], book.openedition.org.
  4. Transcription d'un article de L'Aurore du 7 octobre 1910, www.belindacarter.fr.

Liens externesModifier