Ernest Guilbert

sculpteur français

Ernest Guilbert[Note 1], né à Paris (ancien 10e arrondissement) le [1], mort à Barcelone le [2], est un sculpteur français.

Ernest Guilbert
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Distinction
Chaire à prêcher (détail), 1899, église Saint-Clodoald de Saint-Cloud.
Monument à Étienne Dolet (1889), place Maubert à Paris (œuvre détruite).

BiographieModifier

Ernest Charles Démosthène est né le 17 septembre 1848, de Anaxagore Epaminondas Guilbert et d'Augustine Florence Mahieux[3].

Il suit les cours de l'École nationale supérieure des beaux-arts[réf. nécessaire]. Il est élève de Henri Chapu (1833-1891), sculpteur et graveur-médailleur[4].

ŒuvresModifier

Ernest Guilbert est notamment l'auteur de nombreuses sculptures en bronze[5] et d’œuvres visibles dans l'espace public dont quatre œuvres répertoriées par l'inventaire général du patrimoine culturel de la France :

  • le groupe relié grandeur nature Daphnis et Chloé, 1886, marbre, hôtel de ville d'Ivry-sur-Seine[6],[7] ;
  • le buste de Marianne, 1881, plâtre, groupe scolaire Allix à Lyon[8] ;
  • le Monument à Charles Victor Frébault, 1892, place de la Victoire, Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)[9] ;
  • et la chaire à prêcher, 1899, de l'Église Saint-Clodoald de Saint-Cloud[10],[11]. Cette chaire en bois sculpté, a été commandée par le curé de l’église qui lança une souscription à cet effet, et présentée à l’Exposition universelle de 1900 avant d’être installée dans l’édifice[12]. Ernest Guilbert s'est représenté à dextre sous les traits de saint Jean[13]. Un Saint-Jean l’Évangéliste en plâtre, a été retrouvé en 2009 dans les combles de l’église Saint-Clodoald, puis restauré et déposé au musée des Avelines. Il s’agit d’une esquisse avec mise au point pour l’une des figures de la chaire en bois[12].

On peut également citer :

Réception critiqueModifier

Edmonde Charles-Roux écrit à son sujet : « Un champion toutes catégories de la course aux honneurs : Ernest Démosthène Guilbert, artiste accablé de commandes et de récompenses… Guilbert avait semé des manifestations de son génie sous forme de stèles, de bas-reliefs, de bustes et de médaillons à la gloire de Thiers sur diverses places du territoire national. Il avait aussi créé, toujours à la gloire de Thiers, des bronzes d'art, destinés aux bureaux des ministres. Thiers servait de garniture de cheminée : il était devenu sujet de pendule. Partout Guilbert avait fait de son mieux, même si, ainsi que l'a dit Léon Bloy "Faire de son mieux, c'est la retape". »[17].

DistinctionModifier

Par décret du 1er août 1879, Ernest Guilbert est nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur[18]. Le 3 août 1879, il participe à l'inauguration du monument à la gloire d'Adolphe Thiers sur la place Thiers à Nancy, pour lequel il a sculpté la statue[19],[20],. Il est « fait » chevalier le 26 février 1881[21].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Kjellberg, Les bronzes du XIXe siècle, les Éditions de l’Amateur, 2001, p. 368

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Son nom de naissance est : Ernest Charles Démosthène Guilbert.

RéférencesModifier

  1. Archives de PAris, état civil reconstitué, cote V3E/N 1090? fiche n°17/51
  2. Archives de Paris, transcription du 15/10/1942 au 1er arrt, acte n°384, cote 1D 80, vue 19/31
  3. « Document no 5 du dossier d'Ernest Charles Démosthène Guilbert dans la [[base Léonore]]. », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. a et b La première chambre civile, sur le site de la Cour de cassation
  5. Ernest Charles Démosthène Guilbert sur le site artnet.fr
  6. « Groupe sculpté (grandeur nature) : Daphnis et Chloé », notice no IM94000833, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. Ivry insolite n°109 - 14 décembre 2011, sur le site de la mairie d'Ivry-sur-Seine
  8. « Buste : Marianne », notice no IM69000645, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Buste de Charles Victor Frébault », notice no IM97100062, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Chaire à prêcher », notice no IM92001493, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. La chaire de l'église Saint Clodoald de Saint-Cloud à Saint-Cloud (92) sur le site petit-patrimoine.com
  12. a et b Acquisitions récentes du musée des Avelines à Saint-Cloud, 29 janvier 2010
  13. Montmartre. Cimetière. François Feyen Perrin, 5 janvier 2011.
  14. Collectif, La querelle de la statue de Baudelaire: août-décembre 1892. [Actes d'un séminaire qui s'est tenu à la Sorbonne en 2003-2004 et en 2005-2006], p. 31, Presses Paris Sorbonne, 2007, (ISBN 2-84050-497-9), [lire en ligne]
  15. Janice Best, Les monuments de Paris sous la Troisième République : contestation et commémoration du passé, p. 149, Éditions L'Harmattan, 2010, (ISBN 2-29625-159-5), [lire en ligne]
  16. ; La Sculpture dans les cimetières de Paris/Père-Lachaise/G
  17. Edmonde Charles-Roux, Isabelle du désert, Grasset, 2003, (ISBN 2-24665-109-3), [lire en ligne]
  18. « Document no 1 du dossier d'Ernest Charles Démosthène Guilbert dans la [[base Léonore]]. », base Léonore, ministère français de la Culture
  19. Nancy, Nouveau guide complet par E. Badel,Typographie A Crepin-Leblond (1914) p. 171
  20. Jean Micque, « Déboulonnons la statue de Thiers », L'immeuble et la construction dans l'Est, no 35,‎ (lire en ligne)
  21. « Document no 4 du dossier d'Ernest Charles Démosthène Guilbert dans la [[base Léonore]]. », base Léonore, ministère français de la Culture