Erkanbald

archevêque de Mayence
Erkanbald
Erkanbaldsiegel.jpg
Sceau de l'archevêque Erkanbald, en schiste ardoisier, vers 1010. Détenue conjointement par Musée d'Histoire de Hambourg et Bremer Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte Brême.
Fonctions
Archevêque de Mayence
-
Abbé
Archevêque catholique
Diocèse de Mayence
Biographie
Décès
Sépulture
Autres informations
Religion
Consécrateur
Taille
1,82 mVoir et modifier les données sur Wikidata

Erkanbald dit aussi Erkembaud ou Archambaud fut abbé de Fulda de 997 à 1011 puis archevêque de Mayence de 1011 à sa mort, le 17 août 1021. Son corps repose dans la crypte de l’Église Saint-Jean de Mayence.

En tant qu'abbé de Fulda Erchanbald a soutenu Henry en 1002 et 1003 sur le Rhin moyen et en Franconie. En 1007, il soutient la fondation du diocèse de Bamberg. En 1008, il se tint de nouveau du côté d'Henry dans la querelle luxembourgeoise.

Apparemment, il n'a pas reçu d'Henri II l'archevêché italien de son prédécesseur immédiat, Willigis. Il apparaît plusieurs fois comme Intervenant dans les documents de l'empereur et consacre les évêques de Verden et de Prague à sa province ecclésiastique Mayence. En 1013/14, il participa à la procession à Rome, après quoi il soutint l'empereur dans la réalisation de la réforme à Fulda. Il soutient également l'empereur en politique en Basse Lorraine et vers la Pologne.

L'église de Sainte-Croix devant Mayence est instituée collégiale par l'évêque Erkanbald en 1011. Erkanbald, de la lignée des comtes d’Ölsburg, était un parent de l'évêque Bernward d'Hildesheim. Déjà en tant qu'abbé de Fulda, il était un fervent partisan d'Henri de Bavière lequel, devenu empereur sous le nom d’Henri II, le récompensa en lui conférant l’archevêché de Mayence, et par là-même la chancellerie impériale.

En juin 2019, des archéologues ont ouvert un sarcophage dans l'église Saint-Jean de Mayence. L'enquête a révélé que le corps à l'intérieur était celui de l'archevêque Erkanbald. Selon la restauratrice Anja Bayer, il s'agissait d'une chasuble en soie de couleur bleue qui se terminait par un bord doré sur le cou de la victime. Sur la chasuble, il y avait encore un tissu de laine, qui était un pallium. Le mort portait aussi des sandales épiscopales. Seuls les plus hauts ecclésiastiques, en particulier les évêques, avaient droit à ces parties des vêtements. Des études de l'anthropologue Carola Berszin ont montré que l'homme de 1,82 m de haut, âgé de 40 à 60 ans, pesait environ 70 kg et qu'il souffrait de goutte aux pieds et de spondylarthrite ankylosante. La raison pour laquelle il s'est couché à l'envers dans le cercueil n'est pas claire. Des recherches génétiques seront effectuées à Bolzano[1].

SourceModifier

  • Ludwig Falck (dir.), 1000 Jahre Mainzer Dom - Werden und Wandel, Die Nachfolger des Willigis auf dem Mainzer Stuhl, Mayence, .

Notes et référencesModifier

  1. (de) Markus Schug, « Sarkophag in Mainzer Kirche birgt Leichnam von Erzbischof », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ , version en anglais « Sarcophagus in Mainz church holds corpse of archbishop », sur EN24 News,

Liens externesModifier