Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerrier (homonymie).
Eric Kaija Guerrier
Weepers Circus 20091008 Aix-en-Provence 040.jpg
Éric Kaija Guerrier en octobre 2009 lors du Festival de la chanson française d'Aix-en-Provence.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Éric Kaija Guerrier, né en 1971 en Alsace, est un écrivain, auteur-compositeur, arrangeur et musicien français (guitares acoustiques et électriques, samples, programmations, viole de gambe, chœurs et chant). Il est cofondateur et ancien membre, en tant que guitariste et choriste, du groupe de chanson française Weepers Circus, d'octobre 1988 à mars 2013. Les textes qu'il compose pour cette formation – mais aussi dans le cadre de ses publications en solo – témoignent de son goût marqué pour la théologie et la littérature illuministes et occultistes des XVIIIe et XIXe siècles. À ce jour, en plus des treize opus réalisés et publiés avec le Weepers Circus, il a réalisé et publié cinq albums, un EP et cinq singles en solo, trois vidéogrammes, trois essais d'histoire des idées, un recueil poétique, deux ouvrages pour enfants, une nouvelle, huit recueils collectifs de poésie et quelques articles. Il a également composé une musique pour une pièce de théâtre et un indicatif radiophonique. De même, il a supervisé des ateliers pédagogiques de musique (dans le secondaire et à l’université). Plus rarement, il s’est aussi exercé au rôle de conférencier, de comédien et de coréalisateur de documentaire. En mars 2019, il prend la direction du festival Au Grès du Jazz de La Petite Pierre, en Alsace.

BiographieModifier

Il est titulaire d'un DEA (l'équivalent de l'actuel Master 2 Recherche) de philosophie obtenu en 1998 à l'université de Strasbourg (France) sous la direction de Philippe Lacoue-Labarthe. En 1999, il entreprend une thèse de doctorat à l'École pratique des hautes études, sous la direction de Jean-Pierre Laurant, dont le sujet est consacré à Oswald Wirth, en particulier à l'influence de ce dernier sur les rituels et les institutions de la franc-maçonnerie lors de la première moitié du XXe siècle. Il abandonne officiellement cette thèse en 2002 mais continue de travailler sur les questions liées à la tradition maçonnique, en particulier quant aux liens entre christologie et franc-maçonnerie.

En décembre 2006, il signe un article intitulé « Mystique et alchimie en terre rhénane », publié dans le numéro 33 de la revue Les Saisons d'Alsace.

En septembre 2009, il cosigne un article rédigé en collaboration avec Véronique Kretz, Charlotte Ricateau-Pfersdorff et l'ancien Premier Ministre Michel Rocard, intitulé « Faire de Strasbourg la capitale intellectuelle de l'Europe », publié dans le numéro 7 de la revue Le Diable probablement (aux Éditions Verdier).

En septembre 2010, il publie son premier opus en solo : il s'agit d'un livre-disque, publié aux éditions Yves Meillier (pour le livre) et aux éditions Laurent Balandras (pour le disque), intitulé La Traversée de l'Intervalle - aperçus fragmentaires de l'influence de la mystique rhénanique sur la franc-maçonnerie christique.

Le 8 mai 2011, il est en concert (inédit), en duo avec Christine Ott, dans l’agora du Parlement européen de Strasbourg.

En octobre 2011, il publie un deuxième ouvrage, aux éditions du Cosmogone, intitulé Le Christ initiatique - une christologie au cœur de la franc-maçonnerie, qui traite de l'influence de la figure du Christ dans la franc-maçonnerie et qui contient également douze tableaux commentés de l'auteur sur l'interaction entre christologie et alchimie.

En juillet 2012, il publie son deuxième et son troisième albums : Argentoratum : eine Huldigung zu Ehren der unter dem Deutschen Kaiserreich erbauten Stadtviertel Straßburgs (1871-1918) [Argentoratum : un hommage aux quartiers de Strasbourg construits sous l’Empire Allemand (1871-1918)] et Les Contemplations : une Évocation Théurgique du Grand-Œuvre Alchimique.

En mars 2013, il publie son troisième ouvrage, aux éditions L'Harmattan, intitulé Le problème du mal dans une métaphysique de l'alchimie - une filiation insolite entre Luther, Böhme et Schelling.

En mai 2013, il participe — au titre de comédien — à la création de la pièce de théâtre intitulée Éclaircie, écrite et mise en scène par Magalie Ehlinger, au Hall des Chars, à Strasbourg, dans le cadre du festival Inact.

En novembre 2013, il publie son quatrième album en solo : Protocole de la Réintégration : la Règle des Huit Grades Maçonniques du Rite écossais rectifié.

En mai 2014, il publie son quatrième ouvrage, aux éditions L'Harmattan, intitulé Franc-maçonnerie chrétienne et féminité - un itinéraire poétique au Rite écossais rectifié. Ce livre est l'accompagnement écrit de l'album Protocole de la Réintégration.

En août 2014, est publiée une compilation intitulée Les Enchanteurs (volume 1), dans laquelle figurent deux extraits d'albums en solo d'Éric Kaija Guerrier, aux côtés – entre autres – de Louis Ville et de Weepers Circus.

En octobre 2014, il publie douze textes sous le titre Les douze seuils initiatiques à travers douze pochettes d'albums. Ces textes sont intégrés à l'ouvrage collectif L'Almanach insolite, aux éditions Mines de Rien. Il s'agit de douze méditations consacrées à douze couvertures de disques, commentées dans une logique philosophique et mystico-spirituelle.

En mai 2016, il publie son cinquième ouvrage, un livre pour enfants, aux éditions Passiflores, intitulé Aurore n'a plus peur de la mort, illustré par Maggy Pottier.

En octobre 2016, il publie son cinquième album en solo : Un Florilège pour l'Éveilleur : Ésotérisme et Symbolisme. Cet album est une sélection (réarrangée pour voix seule et pour guitare seule) de ses anciennes chansons déjà parues, soit dans le cadre du Weepers Circus, soit en solo, sur les thèmes du symbolisme ésotérique, en particulier celui de la tradition issue de la franc-maçonnerie. Il y est accompagné par Émilie Fend à la guitare acoustique. L'opus est clôturé par un titre inédit : une lecture (sur musique) du texte Granum sinapis de Maître Eckhart, à partir d'une traduction en français d'Antoine de Vial.

En janvier 2017, il publie un "single" : L'Empyrée (en duo avec Susan Lindsay). En mai 2017, il publie L'Empyrée II, toujours en duo avec Susan Lindsay, réarrangé et remixé par Christian Houllé, sous le nom de LiPS.

En septembre 2017, il publie un "single" : L'Île des Morts (en duo avec Lyett et en collaboration avec Foes). Il s'agit d'un hommage à L’Île des morts (Die Toteninsel), une série de cinq tableaux réalisés de 1880 à 1886 par Arnold Böcklin (1827-1901).

En octobre 2017, il publie un "single" : Berlin (accompagné par trois musiciens de l'Ensemble de Percussion du Pays de Hanau - La Petite Pierre, sous la direction de Rémy Huck). Il s'agit d'un hommage à la ville, dans sa dimension à la fois culturelle et architecturale, sous l'époque du Deutsches Kaiserreich (1871-1918), sur une musique du compositeur germano-serbe Nebojša Jovan Živković (le premier mouvement de son "Trio per Uno", opus n°27, 1995/1999). Il publie également un vidéo clip (de la chanson Les Nombres), réalisé par Christian Houllé, à partir d'une session en public.

En juin 2018, il publie son sixième ouvrage, une nouvelle pour jeune public, en auto-édition, intitulé Hildegarde et le vieil homme, dont la couverture est illustrée par Fanny Saint-Pierre.

En septembre 2018, il publie un "single" : La Désunion (en duo avec Miel), accompagné de son vidéogramme réalisé par Mélanie Decq.

En novembre 2018, il publie un "EP" : Ecce Femina – Portraits de Dames de la Peinture Préraphaélite (en collaboration avec Hélène Weissenbacher). Il s'agit un piano/voix – sur des textes du poète Julien Soulier – consacré au thème de cinq portraits de dames de la peinture préraphaélite : 1. "Lady Godiva" (1897) de John Collier (1850-1934). 2. "Ophélie" (1852) de John Everett Millais (1829-1896). 3. "Beata Beatrix" (1872) de Dante Gabriel Rossetti (1828-1882). 4. "Lady of Shalott" (1888) de John William Waterhouse (1849-1917). 5. "The Rose Bower" (1890) d'Edward Burne-Jones (1833-1898).

En janvier 2019, il publie son septième ouvrage, un conte pour jeune public, à la fois sous format livre et sous format kamishibaï, illustrés par Laurianne Lième, aux éditions MK67 (Rhinau), intitulé Gertrud et le loup.

En mars 2019, il prend la direction du festival Au Grès du Jazz de La Petite Pierre, en Alsace.

ŒuvreModifier

Discographie avec le Weepers CircusModifier

Discographie (en solo)Modifier

  • 2010 : La Traversée de l'Intervalle (bande originale du livre) (album)[1] (Believe & Balandras Éditions)
  • 2012 : Argentoratum : eine Huldigung zu Ehren der unter dem Deutschen Kaiserreich erbauten Stadtviertel Straßburgs (1871-1918) (album)[1] (Believe & Balandras Éditions)
  • 2012 : Les Contemplations : une Évocation Théurgique du Grand-Œuvre Alchimique (album)[1] (Believe & Balandras Éditions)
  • 2013 : Protocole de la Réintégration : la Règle des Huit Grades Maçonniques du Rite écossais rectifié (album) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2016 : Un Florilège pour l'Éveilleur : Ésotérisme et Symbolisme (album) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2017 : L'Empyrée I (single) (en duo avec Susan Lindsay) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2017 : L'Empyrée II (single) (en duo avec Susan Lindsay, feat. Christian Houllé / LiPS) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2017 : L'Île des Morts (single) (en duo avec Lyett, feat. Foes) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2017 : Berlin (single) (feat. l'Ensemble de Percussion du Pays de Hanau - La Petite Pierre) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2018 : La Désunion (single) (feat. Miel) (Believe & Balandras Éditions)
  • 2018 : Ecce Femina : Portraits de Dames de la Peinture Préraphaélite (EP) (feat. Hélène Weissenbacher) (Believe & Balandras Éditions)

CompilationModifier

  • 2014 : Les Enchanteurs (volume 1). Aux côtés de Louis Ville et Weepers Circus, on y trouve deux extraits des albums en solo d'Éric Kaija Guerrier : La Séquence de l'Apprenti (feat. Denis Leonhardt) (extrait de l'album Protocole de la Réintégration) et Le Souffre, le Sel et le Mercure (feat. Christine Ott) (extrait de l'album Les Contemplations).

Participations extérieures (sur disques)Modifier

AutreModifier

  • 2005 : musiques (spectacle et livre-disque) en collaboration avec les élèves du collège Lucie Berger de Strasbourg : Lucie s'éveille.
  • 2006 : musiques accompagnant des films d'élèves de l'IUFM de Strasbourg: Vous êtes ici… et ailleurs !
  • 2008 : Radio Judaïca Strasbourg : générique d'émission.
  • 2009 : musiques pour une pièce de théâtre, en collaboration avec Franck George : Dans ma maison de papier, j'ai des poèmes sur le feu de Philippe Dorin, mise en scène par Denis Woelffel.
  • 2015 - 2017 : direction artistique de musiques (spectacle et disque) élaborées par des élèves du Lycée Le Corbusier d'Illkirch-Graffenstaden.
  • 2017 : direction artistique et membre du jury du projet des "plus belles voix lycéennes" (Strasbourg).

LivresModifier

Articles et poésieModifier

  • 1990 : Naissance et Mort (recueil collectif Encres Jetées, no 1, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 1992 : Révélation en douze temps, Voici le temps du beau et La nef du grand feu (recueil collectif Encres Jetées, no 2, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 1994 : L'angle et le circulaire (recueil collectif Encres Jetées, no 3, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 1996 : J'instabilise (recueil collectif Encres Jetées, no 4, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 2000 : La conduite jolie (recueil collectif Encres Jetées, no 6, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 2002 : La rencontre (recueil collectif Encres Jetées, no 7, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 2004 : La parole perdue (recueil collectif Encres Jetées, no 8, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 2006 : Le jour se lève (recueil collectif Encres Jetées, no 9, éditions Les Presses Littéraires, Saint-Estève).
  • 2006 : Mystique et alchimie en terre rhénane (revue Les Saisons d'Alsace, no 33, Strasbourg).
  • 2009 : Faire de Strasbourg la capitale intellectuelle de l'Europe (en collaboration avec Michel Rocard, Véronique Kretz et Charlotte Ricateau, Revue Le Diable probablement, no 7, Paris) (ISBN 978-2-864326-00-7).
  • 2011 : Livré aux rêves (court texte méditatif, non mis en musique, intégré dans la partie livre du livre-album du Weepers Circus intitulé N'importe où, hors du monde, éditions Balandras & BAZ Production) (ISBN 978-2-362710-00-1).
  • 2012 : Quel avenir pour la musique actuelle à Strasbourg ? (tribune - site internet Rue89 Strasbourg).
  • 2014 : Les douze seuils initiatiques à travers douze pochettes d'albums (douze textes intégrés à l'ouvrage collectif L'Almanach insolite, éditions Mines de Rien, Ussac) (ISBN 978-2-917848-34-0).
  • 2016 : Les ombres (court texte accompagnant un écrin photographique dans le cadre d'une exposition de l'artiste Simon Wolff à la Maison de l'Amérique Latine à Strasbourg).
  • 2017 : Du pouvoir au Palais du Rhin de Strasbourg et De l'âme et de l'esprit au Palais Universitaire de Strasbourg (deux textes intégrés à l'ouvrage collectif Impressions Strasbourg, éditions Scribest, collection Les Contemporains, série Les Carnets du Passeur, Hoenheim) (ISBN 979-10-92758-07-8).
  • 2017 : Léopoldine HH : sagacité excentrique et chronique de l'album Fonetiq Flowers (2017) du groupe Lo'Jo (revue Hexagone, n°6, Paris).
  • 2018 : chronique de l'album J'aime pas la chanson (2018) de Juliette Noureddine (revue Hexagone, n°7, Paris).
  • 2018 : chronique de l'album Le désordre des choses (2018) d'Alain Chamfort (revue Hexagone, n°8, Paris).
  • 2018 : À propos de la diffusion de "L'Exorciste" (1973) de William Friedkin à l'église Saint-Guillaume de Strasbourg (tribune - Dernières Nouvelles d'Alsace - édition de Strasbourg).
  • 2018 : Samuele ira au paradis (revue Hexagone, n°10, Paris).
  • 2019 : L'édition maçonnique - Quand les francs-maçons lisent et écrivent de Jiri Pragman, auto-édition : Eric Kaija Guerrier y est cité (ouvrages et propos attribués).

DocumentairesModifier

AllocutionsModifier

VidéogrammesModifier

ThéâtreModifier

  • 2013 : Éclaircie (pièce écrite et mise en scène par Magalie Ehlinger) : Éric Kaija Guerrier y participe au titre de comédien.

TélévisionModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :